AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330098863
Éditeur : Actes Sud (03/01/2018)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Elísa Bjarnadóttir méritait d'être punie. Elle devait payer. Mais quelle faute pouvait justifier une telle violence ? On vient de retrouver la jeune femme à son domicile, la tête entourée de gros scotch, exécutée de la façon la plus sordide. L'agonie a dû être atroce. Sa fille de sept ans a tout vu, cachée sous le lit de sa mère, mais la petite se mure dans le silence. Espérant l'en faire sortir, l'officier chargé de l'enquête se tourne alors vers une psychologue po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  04 février 2018
Une nouvelle auteure, Yrsa Sigurdardottir, qui n'a rien à envier aux grands noms des auteurs de polars nordiques!
ADN est le premier volet d'une série mettant en scène Freya, psychologue pour enfants et Huldar, officier de police.
Tous deux vont être confrontés à une enquête difficile et leurs rapports seront parfois tendus pour le moins.
A l'origine trois meutres: celui d'une jeune mère de famille, épouse d'un gynécologue de grand renom, ensuite celui d'une professeure de biologie retraitée, et enfin le meurtre d'un jeune trentenaire, ami d'un passionné de radio amateur.
Qu'est-ce qui peut relier ces crimes?
Des enfants adoptés à la recherche de leur origine, au moment où le droit de connaître ses origines n'était pas encore inscrit dans la loi islandaise, un cambriolage, des chiens blessés volontairement, des apparitions mystérieuses d'individus dans les jardins de particuliers, voilà ce qui semble relier les meurtres.
Comme indication, seulement les déclarations de la fille de la première victime, une petite fille de sept ans qui a tout vu de l'horrible meurtre de sa mère mais la petite a du mal à s'exprimer clairement...
Alors que les policiers cherchent à débrouiller l'affaire, un jeune étudiant en chimie, passionné de cibi et pour le moins asocial, récupère d'étranges messages sur son poste à ondes courtes. Il s'agit de suites de nombres.
Qui pourra déchiffrer le code?
Le roman se lit d'une traite, il est glaçant à souhait.
Les personnages sont intéressants et on s'identifie aisément à eux.
Une nouvelle reine du polar islandais est née.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
bilodoh
  31 mars 2018
Polar islandais mettant en vedette une psychologue de la Maison d'enfants et policier fraîchement promu.

D'entrée de jeu, des enfants, trois orphelins qu'on proposera séparément à l'adoption et qui ne devront jamais apprendre le secret de leurs origines.

Puis, des crimes particulièrement atroces qui font se demander dans quel recoin noir de leur imagination les auteurs puisent pour inventer de pareils meurtres… (à moins que ce ne soit dans les faits divers des journaux?)

Et encore, des personnages paumés, un amateur de radio à ondes courtes, une femme récemment séparée qui habite l'appartement de son frère qui est en prison et, bien sûr, des policiers et policières avec leurs histoires de corruption et de couples en difficulté.

Et toujours, l'hérédité et les traumatismes de l'enfance, ceux d'enfants placés en adoption et ceux d'une petite fille qui était présente lorsqu'on a assassiné sa mère.

Pas de fantastiques citations à ajouter et peut-être un dénouement un peu abrupt, mais au final, un bon polar, sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Valettesangpages
  11 janvier 2018
Repéré au hasard d'un vagabondage dans un librairie (Je ne sais pas comment je me suis retrouvée là...Je vous jure 🙄). Quoi qu'il en soit, j'ai tout de suite été interpellée par ce livre et n'ai pu résister (Je suis faible, je sais 😁) à l'envie qu'il soit mien et à l'attaquer de suite !
Je ne vais pas vous demander de répéter le nom de l'auteure 10x sans respirer mais une chose est sûre, retenez-le ou écrivez-le quelque part si vous n'y arrivez pas (ce qui est fort possible.)
Une atmosphère toute particulière. Très nordique bien sûr avec ce petit truc qu'eux seuls réussissent à instiller dans un récit mais pas que, vraiment pas que.
Me suis retrouvée ficelée au livre et malgré toutes mes protestations, mes "Mais je dois aller travailler !" "Mais je dois aller préparer le repas !" "Mais il faudrait que j'aille dormir !" et bien croyez-le ou pas, le livre n'a rien voulu savoir et m'a clairement séquestrée 😜
Qu'ont en commun une mère de famille, une professeure de biologie à la retraite et un radio amateur ? Que signifie cette série de chiffre que le tueur laisse derrière lui ? Qui sont ces enfants ? Quel tueur peut être aussi pervers pour infliger de telles sévices à ses victimes (Et je vous dis pas l'imagination que peut avoir Ysra...My god ! (Et pourtant je ne suis pas novice en la matière !)
"ADN" est un livre très percutant, très fort.
D'une part parce qu'il est principalement question d'enfants et lorsqu'on touche à ce sujet-là, c'est forcément dur.
Les enfants sont présents à chaque chapitre. Ils sont là, page après page avec leur traumatisme, leur réflexion, leur douleur, leur innocence bafouée...Percutant ...Vraiment ! Les interrogations de la petite Margaret donnent à ta peau cette drôle d'apparence qu'on appelle, je crois, chair de poule. Sans pourtant tomber dans le voyeurisme ou dans l'excès...juste dans le réalisme.
Et d'autre part, parce que son intrigue est tellement bien torchée qu'elle a mis mon cerveau en ébullition. On ne voit rien venir et pourtant lorsqu'on reprend le fil de l'histoire après avoir terminé, on ne peut s'empêcher de se dire "Ah ben oui !".
Chaque élément, même le plus insignifiant, même celui qui semble inutile ou en trop, prend tout son sens au final.
Des personnages très réalistes, très Monsieur et Madame tout le monde. Un inspecteur, Huldar Jònas, très attachant et qui, semble-t-il, promet de revenir parmi nous. Une psychologue, Freyja, à la fois forte et fragile. Un chef, Egill, un peu à l'image du Malberg de Camilla Läckberg et une pléthore de personnages haut en couleur.
C'est touchant, bouleversant, rotor à souhait, rondement bien mené et addictif ! Mais ça, vous l'aviez compris mais est-ce que vous avez compris qu'il est nécessaire, que dis-je ? Impératif que vous vous précipitiez dans un de ces lieus maudits qu'on nomme librairie et que vous vous procuriez ce petit bijou ?
Lien : https://sangpages.com/2018/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
clairesalander
  18 mars 2018
C'est tout à fait par hasard que je suis tombée sur ce livre dans ma librairie. La quatrième de couverture était attirante, les éditions actes sud souvent connues pour leurs bon goûts et oh : une nouvelle autrice islandaise ! je ne pouvais manquer cela. Et bien m'en a pris.
Une mère de famille a été atrocement tuée devant sa petite fille. Freya, qui travaille à la Maison des Enfants, va se charger de la fillette tandis que Hular, l'inspecteur, va mener l'enquête tandis que les meurtres continuent. J'ai beaucoup aimé ces deux personnages dont la première rencontre a été plus qu'embarrassante....
De son côté, le jeune Karl, passionné de cibi, capte des listes de chiffres qu'il arrive à décrypter. Mais le piège se referme sur lui
Je vous défie de trouver le tueur, j'ai pas mal tourné en rond pour mon plus grand régal. le tout est alambiqué mais fort bien ficelé. Et le meilleur, c'est qu'elle a écrit quatre autres romans qui vont vite rejoindre ma PAL !
Lien : https://www.google.fr/search..
Commenter  J’apprécie          130
Yaguelle
  30 janvier 2018
Mon avis,
ADN, de Yrsa Sigurdardóttir, se situe dans la lignée des thrillers scandinaves, avec ce petit truc en plus, qu'eux seuls, parviennent à suppléer si délicatement.
Dès réception de ce roman et en préambule à ma lecture, la quatrième de couverture avait suscité en moi une curiosité maladive (comme d'habitude, me direz-vous😉).
Donc, c'est avec un certain empressement que je me suis jetée sur ce thriller et bien m'en a pris. Hooo que oui!
Comme à son habitude, le thriller scandinave pose le préfixe, la racine et le suffixe de l'intrigue avec une indiscutable maitrise du détail. Pour ceux qui ne connaissent pas la stylistique nordique, n'allez surtout pas penser qu'elle soit apathique! Que du contraire, l'allégorie prend son temps et les éléments se placent astucieusement.
Sans vous en rendre compte, la trame vous happe en un claquement de doigts. Vous voilà captif et cadenassé par une intrigue dès plus tordue. En effet, l'auteure joue avec ses personnages et les supplicie à souhait. Chacun d'entre eux tient son rôle avec une éloquence et une régulation du tragique qui vous flanque la trouille et vous hérisse le poil.
Ne vous attendez pas à des scènes gores et sanguinolentes, non, l'auteure a privilégié le suspens, l'angoisse et l'anxiété comme plat de résistance.
La construction scénaristique est à la hauteur de la thématique et engendre une vraie dépendance.
Yrsa Sigurdardóttir manipule son lectorat avec une certaine aisance et en abuse intelligemment. L'auteure prend un malin plaisir à vous embuer l'esprit.
Les moindres schémas, ébauches ou indices que vous élaborez, susceptibles d'établir un profil, sont balayés par un sens inné du suspens et de la mise en scène sans jamais être pathétiques ou redondants.
Que dire du style de l'auteure.
Eh bien, pour être tout à fait honnête, cette patte est singulière et se définit par un caractère constant et assuré tout au long du récit.
Le langage stylistique est formel et est assimilé rapidement.
Les schémas narratifs s'accordent parfaitement avec une genèse impeccablement orchestrée.
Les chapitres sont condensés et devancés par une datation claire pour une compréhension limpide des faits qui recoupent, l'historique d'un passé qui déterminera des évidences aux conséquences désastreuses et funestes.
La phraséologie est lisse et fluide.
Les ressentis et les émotions sont exploités et disséqués par un dramatique et un pathétique établis avec brio.
Bref, ce thriller est en parfaite symbiose avec mes préférences thrillistiques.
Page après page, l'intrigue se dévoile et vous en prenez plein les yeux.
Je me suis régalée et j'en redemande.
Cette auteure mériterait plus de visibilité et de reconnaissances.
Ce qui est chose faite, en ayant été élu, le meilleur roman policier de l'année au Danemark et en Islande.
Mes félicitations Madame.
Lien : https://leschroniquesdeyague..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AelaAela   04 février 2018
On lui avait dit qu'il était un cas particulier, qu'on agissait parfois ainsi à titre exceptionnel. Le fait que sa mère adoptive travaillait comme assistante sociale de la Protection de l'Enfance pour la ville de Reykjavik y était sûrement pour quelque chose. Elle avait, entre autres, la responsabilité de déterminer s'il fallait ou non retirer des enfants à leurs parents. Comme elle faisait partie du système, Karl se doutait qu'elle n'avait pas eu besoin de faire des pieds et des mains pour adopter son frère. Sa propre adoption avait certainement été conclue dans les mêmes conditions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
bilodohbilodoh   31 mars 2018
L’expérience de vie qu’avaient Freya et Baldur coïncidait si mal avec les paroles divines qui s’échappait des lèvres de leurs grands-parents qu’ils s’étaient fait leur propre opinion : si Dieu existait et s’il était aussi vieux qu’on le disait, il devait avoir une mauvaise vue.

(Actes sud, p.189)
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
Contrairement aux autres enfants, ils ne gigotaient pas et ne bougeaient pas leurs pieds. Leurs chaussures neuves planaient immobiles au-dessus du lino brillant. Leurs visages n’exprimaient ni curiosité, ni ennui, ni impatience. Tous trois fixaient le mur blanc droit devant eux comme si un dessin animé de Tom et Jerry y était projeté. De loin, on aurait dit une photo : trois enfants sur un banc.
Assis là depuis presque une demi-heure, ils pourraient bientôt se lever, mais aucun des adultes qui les observaient ne souhaitait précipiter les événements. Le bouleversement que ces enfants venaient de vivre n’était rien en comparaison de ce qui les attendait. Lorsqu’ils auraient quitté les lieux plus rien ne serait jamais pareil. On agirait au mieux et seul le temps révélerait si le bénéfice de ces changements l’emporterait sur les dommages qu’on ne pourrait éviter. C’était là que le bât blessait. Personne ne pouvait savoir d’avance, il fallait absolument résoudre le problème et tous étaient en proie au doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
Les enfants ont besoin d’un foyer définitif, on ne doit plus attendre. Plus ils seront âgés, moins on aura de chances de trouver des familles adoptantes. On ne peut pas traiter de la même façon le cas de la fillette et celui des garçons, j’insiste là-dessus. Tout le monde le sait, plus les enfants sont jeunes, plus c’est facile pour eux de s’adapter à leur nouvelle vie. D’ici à deux ans la petite aura le même âge que son plus jeune frère, on sera bien avancés !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bilodohbilodoh   31 mars 2018
Elle le classait parmi ces gens qui s’enduisent d’huile le matin pour que personne ne réussisse à leur coller de responsabilité dans la journée.

(Actes sud, p.55)
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : islandeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1299 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .