AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070347974
Éditeur : Gallimard (08/11/2007)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 27 notes)
Résumé :

Un soir en Slovénie, en sortant d'un restaurant, j'ai vu un homme complètement soûl qui s'apprêtait à prendre le volant de sa voiture. Je lui ai dit qu'il était fou, qu'il allait se tuer, et lui ai proposé de conduire à sa place. Il n'avait rien contre, au contraire. Quelques instants après, je me suis retrouvée dans une voiture inconnue, à côté d'un homme inconnu, qui s'était endormi sur-le-champ. Nous avons roulé longtemps côte à côte, lui plongé dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
moustafette
  15 avril 2012
A première vue, titre et couverture avaient tout pour me déplaire. Mais la littérature slovène ne courant pas les rues et la 4ème de couv aidant, je me suis laissée tenter. le résumé a très peu à voir avec ce qui suit, j'imaginais une autre histoire...
Parisienne d'adoption, Lila est revenue en Slovénie pour enterrer son père et prendre possession de sa maison au bord du lac de Bled. Elle ne doit rester que deux jours dans cette station thermale très kitsch de l'ex-Yougoslavie. A Paris l'attend Pierre, son mari, son grand fils Oscar, son travail, elle est "nez" chez un grand parfumeur, et Simone, sa vieille copine.
Bien sûr, rien ne se passera comme prévu.
A commencer par la maison de son père qu'elle ne voulait même pas visiter, mais où elle va s'installer et se couper de tout ce qui faisait sa vie d'avant.
"C'est une drôle de dame, pense-t-elle en approchant de la maison. On dirait une beauté fanée qui a déposé ses armes, une vieille excentrique qui ne se farde plus depuis longtemps. Avec une âme bohème et un goût pour l'essentiel venu sur le tard, se dit-elle en rentrant."
A continuer par ces curieuses rencontres, d'abord l'inconnu ivre à la vieille BMW, puis Nast le Roumain, vieux dandy et maître d'échecs, qui se cache et qu'elle retrouve régulièrement pour boire un verre dans l'ancienne villa de Tito transformée en hôtel; et surtout Sergueï, le médecin du dispensaire, solitaire et un brin désabusé.
Il y a aussi la lecture d'un manuscrit, "Un coeur de trop", découvert dans l'armoire paternelle, et le chat qui reprend sa place dans la maison... Et enfin la neige qui fait ressembler le lac, son îlot et son église, à un gros gâteau de sucre glace, et le gel qui pourrait figer et suspendre le temps.
A Paris, au même moment, Simone poireaute, se souvient de leurs années de jeunesse, nous raconte la vie parfumée de Lila, et râle un peu, car quand même, elle exagère Lila, tout plaquer comme ça, partir pour deux jours et s'absenter deux mois sans fournir la moindre explication...
Passée une légère déception, l'action ne se situant pas uniquement en Slovénie, je me suis laissée porter par ce récit à deux voix et j'ai cheminé avec plaisir sur cette passerelle tendue entre Ouest et Est. L'atmosphère "fin de règne", qui enveloppe Bled et ses habitants, colle à merveille à la parenthèse dans laquelle Lila s' enferme. J'adore ces moments de fêlure qui font basculer les vies, ces craquelures soudaines qui donnent la force de larguer les amarres et l'illusion d'un autre possible.
Mais fêlures et craquelures peuvent aussi se révéler dangeureuses, surtout sur la glace...
Une visite de Bled en images sur le blog
Lien : http://moustafette.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Carmendb
  07 novembre 2018
Lila arrive de Slovénie, son pays natal, où elle s'était rendue pour les obsèques de son père. Là-bas, elle a appris qu'il lui avait légué sa maison au bord du lac de Bled. Elle veut d'abord refuser cet héritage, car elle vit maintenant à Paris avec son mari, Pierre. Ils y ont élevé leur fils et elle occupe une position importante au sein d'une parfumerie où son don, l'odorat absolu, (elle est un "nez" reconnu) peut s'épanouir dans des créations magnifiques. Mais les circonstances l'amènent à visiter la maison et à s'y installer provisoirement. Elle y découvre le roman que son père a laissé, "Un coeur de trop", où il raconte la vie d'un homme écartelé entre deux femmes, son épouse et sa jeune maîtresse. Elle comprend que l'enfant de la maîtresse, c'est elle. Ce roman, c'est un morceau de la vie de son père, mais c'est aussi, une partie de la sienne.
Venue pour trois jours, deux mois après elle est toujours là. Elle repousse sans cesse la date du retour car elle vit des moments extraordinaires et fait des rencontres inoubliables : des hommes, des paysages, des couleurs, mais surtout des odeurs. Celles de la terre, des arbres, de la maison, des objets, des gens qui l'approchent... un vrai livre à sentir !
Alors qu'elle boit un café dans sa cuisine avec son amie Simone, son esprit est encore tourné vers la Slovénie. Les allers-retours dans l'espace et dans le temps se succèdent au fil des pages, entre le moment présent dans l'appartement parisien et les semaines qui viennent de s'écouler dans la petite maison au bord du lac de Bled où elle a laissé une partie d'elle-même....
On se laisse emporter par ce roman riche en émotions et en sensations, empreint de poésie, de nostalgie, d'amour. On se laisse séduire par ses personnages, Lila, Simone, Pierre, Sergueï, Nast...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jfponge
  03 mai 2015
Lila Sever, une jeune slovène, vit à Paris avec Pierre, le père de son fils Oscar. Elle apprend la mort de son père, Matija, resté en Slovénie, qui lui a légué une maison au bord du lac de Bled. Elle va partir là-bas et retrouver par la même occasion son demi-frère Izo. Elle y va un peu à contrecoeur, elle n'était pas très attachée à ce père qui ne s'est guère occupé d'elle, mais aussi parce qu'entre Pierre et elle, ce n'est plus tout à fait comme avant. Bref, elle y va, mais ça ne va pas du tout se passer comme elle l'avait prévu, et le voyage qui devait durer quelques jours va se transformer en une retraite, d'abord solitaire, puis... mais il faut laisser au lecteur le plaisir de découvrir lui-même la suite de ce beau roman ! Il est vite lu, mais au-delà de sa simplicité c'est un beau portrait de femme qui nous est proposé, et un bien joli voyage dans les méandres du coeur féminin...
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
moustafettemoustafette   15 avril 2012
Depuis combien de temps ne se sont-elles pas retrouvées toutes les deux comme ce matin ? Simone et Lila, Lila et Simone, comme à la belle époque de la rue de Rennes... Les reines de la rue de Rennes. Leurs longs petits déjeuners à deux. Leurs thés, cafés, confitures... Croissants le dimanche ou un autre jour... Fleurs de temps en temps... La musique, toujours... Les histoires de train de Lila... Elle avait toujours quelque chose à raconter. Comme Simone avait toujours quelque chose à montrer. Ses dernières inventions, derniers dessins, dernières photos...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JevousdisquecestmoiJevousdisquecestmoi   10 août 2012
Elle mettait son nez là où personne ne le mettait. Gaieté de l'asphalte après la pluie. Baisers de bébé Oscar. Cou de Gérard (quel Gérard?). Louvre, salle italienne. Métro Guy-Môquet. En entrant dans la Hune. La plage de Saint-Valéry-sur-Somme. Marrons glacés. Mais aussi : Pyjama de Pierre, Charlotte aux poires Louise... Boite de thé blanc... Soupe froide au melon... Lavande dans les serviettes.... La commode de Simone, premier tiroir... Promenade en forêt après la pluie... Ou même : La mélancolie du dimanche soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CCocoCCoco   14 juillet 2016
ça se passe ici, entre Faulkner et la porcelaine de Simone. Il a donc fallu tout ce temps pour en arriver à ce point-là. Vingt jours, vingt nuits, cent trente-quatre pages, trente-cinq chapitres, qui sait combien de tours de lac... Les scènes d'amour doivent se mériter aussi bien pour le lecteur que pour les héros du roman. Car ce n'est pas qu'une question d'échauffement rythmique, dit le narrateur de Matija Sever dans une de ses multiples digressions littéraires et morales. Lila ne le sait pas encore qu'elle marche vers la maison. Elle ne sait pas que Sergueï l'attend devant le portail, comme il l'a déjà fait, et qu'elle lui posera la même question, comme elle l'a fait aussi.
chap. 36, p. 135
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AsilAsil   19 mars 2011
Pourquoi ce serait toujours à moi de pleurer ? Les larmes n'ont pas d'odeur, c'est pour ça qu'elles font du bien.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Brina Svit (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brina Svit
Un monde de livres : Josyane Savigneau recoit Brina Svit, Amaury Da Cunha et Samuel Doux sur RCJ
autres livres classés : indécisionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des chiens et des loups dans la littérature

Cujo

Graham Masterton
Stephen King
Mo Hayder

10 questions
123 lecteurs ont répondu
Thèmes : chiens , loup , Dans la littératureCréer un quiz sur ce livre