AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290025321
Éditeur : J'ai Lu (15/08/2010)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Beau Smithsonian, agent du FBI à Boston, se rend au Nouveau Mexique, dans une bourgade où s'est retiré Ken, un ancien collègue, avec son épouse Cathy. Les retrouvailles sont un peu fraîches. Beau ne reconnaît plus son ami. Jadis athée et grand buveur, il fréquente assidûment l'église, ne boit plus d'alcool et se contente de modestes repas végétariens. En leur compagnie, Beau assiste à une projection de concerts de hard rock au cours desquels sont distribuées gratuit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
Sharon
06 janvier 2011

Première réaction : l'examen de la couverture, énigmatique. Une main, visiblement masculine, une canne, une tige métallique dépassant de la manche. Il fait irrésistiblement pensé à un tueur à gage élégant, ou un chef de famille de la Mafia.
Deuxième constat : ce roman se lit très facilement. Les chapitres sont très courts, les paragraphes eux-mêmes sont brefs. Les dialogues sont nombreux, et font rapidement progresser l'action. Cette construction m'a irrésistiblement fait penser aux oeuvres de James Patterson, car elle donne envie de progresser rapidement dans la lecture. de plus, le style employé est fluide, les explications scientifiques sont simplifiés à l'extrême, rien ne vient donc entraver la progression de la lecture.
Bien que l'intrigue prenne place dans quatre pays (Les Etats-Unis, la Russie, la France et l'Autriche), l'auteur concentre son récit dans les deux premiers pays, sans doute à cause de l'opposition historique entre ses deux puissances. Ce qui a provoqué un sentiment de malaise en lisant la partie américaine est que ce qui y est décrit, à savoir la montée en puissance du racisme et le retour à des valeurs ultrareligieuses n'est pas si éloigné de la réalité. Tant d'obscurantisme me révoltait, j'avais parfois envie de secouer Ken (le prénom n'aurait pu être mieux choisi) ou Cathy afin qu'ils ouvrent les yeux sur les horreurs qu'ils proféraient ou commettaient. Leur indifférence ne faisait que renforcer la violence des actes commis, décrite avec une précision clinique.
En ce qui concernent les enquêteurs américains, j'avais parfois du mal à les distinguer, tant leurs noms me semblaient interchangeables et leurs caractéristiques assez flous. Je fais bien sûr une exception pour la charismatique Shar, à l'inquiétante étrangeté. La partie russe m'a moins posé de problèmes, parce que nous avons un enquêteur unique. A la différence de ses homologues américains, parfaitement formés et entraînés, Pavel est balloté par les événements, et se trouve réduit à l'impuissance.
Restent les ressorts de l'intrigue. Je les ai trouvés relativement simples. L'argent, le goût du pouvoir, et l'expérimentation scientifique auquel s'ajoute une crise économique sévère sont des ingrédients utilisés dès longtemps par les auteurs américains pour créer le chaos dans des dimensions planétaires. L'auteur de ce complot n'est pas à la hauteur de ses adversaires (Shar, notamment) car il est bien trop caricatural, ses motivations ne sont guères différentes de celles des grands psychopathes que j'ai croisés dans des thrillers américains de Tom Clancy.
Je reconnais néanmoins que c'est la première fois que je vois un thriller qui déploie son intrigue dans un espace aussi vaste écrit par une auteure française. Son roman ne démérite pas face à ses homologues américains.
Lien : http://le.blog.de.sharon.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
calypso
20 avril 2017
Il est certain que j'ai mis du temps à entrer dans l'oeuvre. La mention « thriller » sur la 1ère de couverture avait tout pour m'attirer, mais dès les premières pages j'ai compris que L'empreinte du nain ne ressemblait pas aux thrillers que j'affectionne : ceux qui sont très noirs, très sanglants, où machiavélisme et horreur se côtoient et dans lesquels le lecteur est perdu, s'interroge, tente de démêler les fils d'une intrigue dont il ne maîtrise pas tous les éléments, dirigé d'une main de maître par l'écrivain. le machiavélisme n'est toutefois pas absent du roman de Maud Tabachnik, au contraire. Mais c'est davantage un thriller politique, sur fond de complot international, sujet de romans auquel, je dois bien le reconnaître, j'ai un peu de mal à adhérer. Question de goût, tout simplement. Je n'ai pas vraiment regardé les pages, mais je dirai que la première moitié du roman m'a moyennement emballée alors même que j'ai été fortement intriguée par l'histoire. Contradictoire, n'est-ce pas ?
Il a fallu en effet un peu de temps avant que tout se mette en place : l'histoire se déroule à plusieurs endroits du monde et l'auteure balade ses lecteurs d'un point à l'autre de la planète. Au Nouveau-Mexique, nous rencontrons Bo Smithsonian, un agent du FBI qui rend visite à un couple d'amis méconnaissables. En Russie, c'est un commissaire de police, Pavel Sergueï-Ourtz, que nous suivons pas à pas. Nous rencontrons également des hommes de pouvoir, russes et américains, ce sont incontestablement les passages qui m'ont le moins plu, je pense m'être un peu perdue au milieu de tous ces personnages. Et puis, il y a cette histoire étrange dont le lecteur perçoit très vite l'enjeu : des hommes et des femmes assistent à des concerts de rock et boivent une étrange boisson… tandis que d'autres se font agresser ou tuer. L'équipe de John Do, à laquelle appartient Bo, enquête sur des affaires qui n'ont, semble-t-il, pas de lien : tout le monde est bien loin de soupçonner ce qui se trame. Mais pas le lecteur, hélas ! Finalement, c'est un roman qui manque un peu de suspense mais qui n'est pas trop désagréable à lire. Même si l'histoire ne m'a pas captivée comme je l'attendais, même si je n'ai sympathisé avec aucun personnage, il faut reconnaître que les pages se tournent facilement. Comme dans n'importe quel thriller, on a envie de connaître la fin, c'est donc que l'intrigue fonctionne. Mais j'ai justement un avis partagé sur cette fin. J'ai apprécié : le piège qui se referme, l'image finale de l'homme désabusé. Je n'ai pas du tout aimé : le rapprochement improbable entre deux personnages, l'histoire de télépathie.

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bidis
18 juin 2014
Après avoir été enthousiasmée par cet auteur ("Le festin de l'araignée" et "Lâchez les chiens"), ce livre m'a tellement déçue que j'en ai assez rapidement abandonné la lecture.
Pourtant, le début me semblait prometteur, avec une histoire de lavage de cerveau, du déjà vu sans doute mais palpitant quand même. Et puis, de l'Amérique profonde où commence l'affaire, on passe en Russie et là, je me suis sentie, non pas dépaysée, ce qui aurait été plutôt plaisant, mais complètement désorientée et j'ai peu à peu perdu tout intérêt envers une intrigue trop touffue et peu vraisemblable. Une banale affaire de corruption et même de complot ne m'aurait pas déplu, mais là, on est dans quelque chose de passablement embrouillé. Peu encline à faire un effort envers une lecture dont j'attendais de l'amusement sans prise de tête, j'ai donc cessé de suivre l'affaire et abandonné ma lecture.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
SharonSharon08 mai 2013
- Tu te fous de moi !
- Un peu. Disons que je suis douée pour les choses pas claires. Mais ça, c'est de famille.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Maud Tabachnik (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maud Tabachnik
Maud Tabachnik : "Danser avec le diable"
autres livres classés : sectesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1155 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre