AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Aurélien Police (Autre)Henry-Luc Planchat (Traducteur)
EAN : 9782381630946
192 pages
Le Bélial' (31/08/2023)
4.03/5   83 notes
Résumé :
Lynesse Quatrième Fille, princesse de Praimesite, n'ignore rien de la légende : le grand Nyrgoth l'Aîné a jadis usé de ses pouvoirs pour libérer le royaume du terrible Ulmoth. Aussi, quand un redoutable démon voleur d'esprits apparaît dans l'Ordibois, Lyn n'a guère le choix : il lui faut aller requérir l'aide du sorcier, au nom du pacte qui lie ce dernier à la famille royale depuis trois générations. Or, Nyrgoth, de son nom véritable Nyr Illim Tevitch, n'est autre q... >Voir plus
Que lire après Le Dernier des aînésVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 83 notes
5
12 avis
4
13 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Auteur prolifique s'il en est, le britannique Adrian Tchaikovsky s'est déjà taillé une sacrée réputation dans le milieu de l'imaginaire.
Après Dans la Toile du Temps chez Denoël Lunes d'Encre, Sur la route d'Aldébaran chez le Bélial' ou encore le Jour de l'Ascension dans l'univers de Warhammer 40.000, voici qu'il retourne dans la collection Une Heure Lumière pour une novella des plus excitantes : le Dernier des Aînés.
Et si vous ne savez que choisir entre science-fiction et fantasy, pas de problème, Adrian Tchaikovsky a tout prévu !

Il était une fois…
Tout commence par la fin d'un périple, celui d'une princesse, Lynesse Quatrième Fille. Bien décidée à aider les peuples voisins à son Royaume, Lynesse, qui connaît par coeur les histoires et légendes de jadis, sait qu'il reste encore une personne qui peut contrecarrer la nouvelle et sinistre puissance qui s'étend dans l'Ordibois.
Cette personne, c'est Nyrgoth l'Aîné, dernier des sorciers.
En compagnie d'Esha Libre Marque, elle tente l'ascension de la montagne jusqu'à la tour mystérieuse de l'ancêtre.
Mais…
Hum.
Un sorcier, vous dites ?
Dès le deuxième chapitre, tout change.
Ce qui semblait être une énième histoire fantasy d'une jeune fille courageuse qui veut prouver sa valeur à sa famille et sauver son peuple, se transforme complètement.
Car Nyrgoth se réveille et il n'a rien d'un sorcier.
Nyr Illim Tevitch est anthropologue de deuxième classe du Service d'Exploration Terrien. Il a plusieurs siècles, des cornes augmentiques et un Système de Dissonance Cognitive (SDC) pour l'aider à prendre les meilleures décisions en toutes circonstances. du moins, sur le papier.
Ce qui renvoie inévitablement à la troisième loi de Clarke :
« Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. »
Pour Lynesse et son peuple, Nyr est un sorcier, un magicien, capable d'accomplir des choses extraordinaires comme dompter des bêtes métalliques qui rôdent encore dans la forêt.
La vérité, c'est que Nyr dispose d'une technologie extrêmement avancée et qu'il fait partie de ceux qui ont « ensemencé » Sophos 4, cette lointaine planète, pour la rendre habitable. Nous sommes dans le même univers que Dans la Toile du Temps mais ici, point d'araignées intelligentes.
Ce qui intéresse l'auteur reste pourtant exactement la même chose au fond mais par une approche différente et rudement maligne.

Des hommes et des mythes
Le Dernier des Aînés se propose de nous raconter l'histoire d'une jeune femme consciente du passé de son peuple mais aussi de la souffrance de ses voisins. C'est une histoire de courage et d'héroïsme, une histoire qui pourrait être tout à fait fantasy s'il n'y avait ce second point de vue, complètement science-fictif cette fois, où Nyr nous donne une perception radicalement différente de la situation.
Celle d'un peuple qui ne comprend pas ce qu'il se passe, qui ne sait plus d'où il vient et qui a évolué de façon franchement fascinante.
Délicieux dans sa double-vision des évènements, le récit se concentre en réalité sur le thème favori d'Adrian Tchaikovsky : la communication.
Et pour être plus précis, l'incommunicabilité.
Celle-ci n'est plus ici entre des races différentes mais entre des peuples/paradigmes différents. C'est le décalage technologique qui crée ici l'incommunicabilité entre Nyr et Lynesse.
Et pourtant.
Pourtant tout est affaire de traduction entre ces deux représentants de deux civilisations aux attentes différentes. Lors d'un excellent chapitre, vous aurez droit à la traduction directe entre ce qu'explique Nyr et ce que comprend Lynesse. le résultat est à la fois drôle et édifiant tant le fossé entre les deux montre à quel point le temps a fait son effet.
Au centre de tout ça se trouve aussi une plongée dans le rôle du conte et du mythe, dans ce que sa transmission a d'important historiquement et dans sa manière de consacrer l'adage que tout mythe contient une part de vérité.
S'il l'on peut tout à fait lire le Dernier des Aînés comme une aventure sur une lointaine planète pour sauver des innocents des griffes d'une étrange créature (d'ailleurs elle aussi difficilement compréhensible, même pour Nyr), il faut admettre que ce qui fait tout l'intérêt de cette histoire, c'est de faire entrer en collision directe deux genres que tout sépare : la fantasy (et sa magie) d'un côté et la science-fiction (et sa rigueur) de l'autre.
Cette différence se ressent jusque dans la personnalité des deux personnages principaux, que ce soit Lynesse et son courage à toute épreuve ou Nyr et sa solitude glacée d'où suinte une tristesse matinée de rationalisme. En faisant se rejoindre ces deux êtres, Tchaikovsky ne fait pas qu'établir un pont entre les genres, il opère aussi une jonction entre deux humanités différentes qui en ressortent plus forte et plus durable.
Finissons sur une réflexion intéressante sur l'interventionnisme et sur ce que peut (doit) faire un observateur technologiquement plus avancée face à une civilisation pas forcément prête pour accueillir son savoir et ses conseils, et vous comprendrez définitivement que cette novella déborde de thématiques fascinantes et modernes.

Novella intelligente et passionnante, le Dernier des Aînés compte assurément comme l'un des meilleurs textes de la collection Une Heure Lumière et comme l'un des meilleurs écrits d'Adrian Tchaikovsky autour du thème de la communication entre les espèces, les peuples et… les genres littéraires !
Indispensable et réjouissant.
Lien : https://justaword.fr/le-dern..
Commenter  J’apprécie          330
Adrian Tchaikovsky est un auteur dont l'imaginaire me fascine depuis notre première rencontre. Son travail sur l'autre, sur l'altérité et l'évolution de nos relations avec eux a quelque chose de fascinant pour moi. C'est à nouveau le cas dans cette novella aussi intéressante qu'amusante au concept original.

Auteur avant tout pour moi de la saga Dans la toile du temps où il fait preuve d'un très beau sense of wonder. Il récidive ici, mettant encore une fois à profit ses études de zoologie et de psychologie dans un récit aux frontière entre la science-fiction et la fantasy où il joue avec la Troisième loi de Clarke : toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie. On adore !

Dans ses précédents textes que j'ai lus (note à moi-même : lire absolument Sur la route d'Aldébaran), l'auteur s'intéressait déjà aux relations entre colons et autochtones, entre humains et races extraterrestres ou créatures ayant échappées à leurs créateurs. Il récidive ici en nous plongeant le temps d'une novella assez conséquente, 175 pages quand même, dans la rencontre entre Nyr Illim Tevich, un anthropologue terrien, et Lynesse Quatrième fille, princesse de Praimesite, sur la planète Sophos 4, qui est un lieu d'étude pour le premier. Contrevenant aux règles, Nyr en interagissant avec les autochtones a acquis un statut légendaire de quasi divinité sous le nom de Nyrgoth l'Aîné, et nous allons suivre ses interactions avec Lynesse au cours d'une aventure où celle-ci aura besoin de l'aide du « sorcier » pour vaincre une menace qui pèse sur sa royale famille.

Le concept m'a de suite interpelée. J'ai aimé ce jeu entre ce qu'est vraiment Nyr et ce qu'il représente pour Lynesse et ses sujets. L'auteur avec une certaine malice joue énormément là-dessus dans sa narration, offrant un ton léger qui frôle l'humoristique, quand il met face à face que dit, voit, pense, considère Nyr et la façon dont Lynesse le reçoit, l'interprète et le transmet. le décalage entre les deux est savoureux et met le doigt sur ce que peuvent représenter des problèmes de communication entre individus pas sur la même longueur d'onde, pour employer une image grossière. C'est vraiment particulièrement parlant dans un des chapitres où sur deux colonnes face à face l'auteur oppose le discours et l'interprétation de chacun, éclairant !

Ce faisant, il flirte donc avec les frontière de la SF et de la fantasy et c'est savoureux également. Cela rappelle la façon, par exemple, dont les natifs américains ont pu accueillir les colons européens et voir en eux des dieux, des démons, des sorciers, des génies, que sais-je ! Il se noue alors entre l'auteur-narrateur et nous une certaine connivence voire même un jeu, celui de deviner ce que cachent les interprétations « magiques et extraordinaires » de Lynesse. On se plaît à essayer d'imaginer qui se cache derrière telle ou telle créature qu'elle nous décrit, car bien sûr ce n'est pas le monstre qu'elle croit, et c'est très amusant. Mais du coup, le revers, c'est que ça donne une teinte légère à l'oeuvre et que par moment, je suis passée à côté de l'ambiance plus sérieuse que j'attendais et aurais voulu.

L'auteur joue de cette maxime de Clarke sur la science et la magie, donc, il joue également avec la morale et interroge : Est-ce bien de se faire passer pour ce qu'on est pas auprès de gens crédules et de jouer sur leur foi et croyance ? Ce questionnement agitera Nyr tout au long de l'aventure et le lecteur se verra lui-même poussé à trouver sa propre réponse à cela, ce qui est intelligent. Mais à être tourné essentiellement vers lui, il en oublie parfois un peu Lynesse qui n'est là que comme contrepoids et témoin de l'expérience, ce qui est dommage. Idem pour l'aventure, juste prétexte à mettre en scène cette idée et au final assez survolée et peu exploitée, ce qui la rend parfois un peu longue et répétitive. Il ne faut pas que le jeu prenne le pas sur le récit.

Alors oui, j'aurais peut-être aimé un texte plus dense et sérieux, mais cela m'a amusée également d'être surprise par ce versant de la production de Tchaikosky qui continue d'exploiter ce qu'il aime en SF : les questions sur les rencontres et communications avec l'autre. J'ai aimé ce jeu de flirt entre magie et science. C'était amusant de voir ce que chaque discours cachait et comment il allait être interprété. Petit texte peut-être plus de test et d'essai avec un concept, il a su me charmer par son ton et son originalité. C'était une vraie ode à l'Histoire de la colonisation et des natifs.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          162
"Le dernier des aînés" est un savant mélange de science-fiction et de fantasy où nous allons suivre une princesse décidée à éradiquer les méfaits d'un "démon", pour se faire elle sera accompagnée d'un personnage considéré comme un magicien, le dernier des aînés, vivant depuis toujours dans une tour difficile d'accès.
Il va s'avérer que la magie des uns est la technologie des autres, car l'histoire se déroule sur une planète colonisée depuis des millénaires par l'humanité sans que les descendants des colons n'aient conscience de cela.
Une quête va avoir lieu, ce qui sera prétexte au chocs de deux mondes, deux civilisations, deux manières de penser différentes.
Quand les uns voient de la magie, la réalité est technologique, ce qui est impossible à faire comprendre dans un monde féodal.
Choc des cultures, peur de l'inconnu, humain augmenté versus simple mortel, savant anthropologue en opposition à la croyance de fables et autres contes.
Les personnages sont très intéressants, en particulier l'aîné, qui est face à des dilemmes importants, notamment de comportement et de déontologie, torturé aussi par le fait de ne plus avoir de nouvelles de la Terre et des siens.
La princesse Lynesse est une jeune femme forte mais aussi très seule, deux autres personnages vont se greffer au duo.
J'ai adoré ce récit de la collection "Une Heure-lumière", très prenant et convaincant et vous le recommande vivement.
Commenter  J’apprécie          190
La collection Une Heure Lumière du Bélial s'enrichit avec ce quarante-sixième ouvrage d'une nouvelle pépite signée Adrian Tchaikovsky. le format adopté ici reste court, mais la novella s'inscrit malgré tout parmi les plus longs textes édités dans la collection. Avec « Le dernier des aînés », l'auteur nous entraîne dans une histoire qui ravira aussi bien les amateurs de science-fiction que ceux de fantasy, puisque ce court roman peut se revendiquer (et ce n'est pas banal) des deux genres. En effet, l'histoire nous est narrée selon le point de vue de deux protagonistes et, selon celui que l'on va suivre, on ne va pas du tout avoir la même vision de la situation ni du monde dans lequel se déroule l'intrigue. le premier de ces deux protagonistes est Lyn (ou, pour être plus exact, Lynesse Quatrième fille), la princesse d'un royaume qui a décidé d'en appeler à un puissant sorcier, désormais retiré du monde mais ayant conclu autrefois un pacte avec sa famille. Son objectif est de le pousser à sortir de sa tour pour l'aider à affronter le démon qui sème la terreur dans un territoire voisin, chose que sa mère et l'ensemble de la cour, réprouvent fortement, ce qui l'oblige à agir dans la clandestinité. Passionnée par les histoires de monstres, de magie et de combats épiques, la jeune fille entend répondre au cynisme et à la déception de sa famille par l'accomplissement d'une quête certes périlleuse, mais qui, avec l'aide du magicien, pourrait enfin faire d'elle une princesse reconnue et admirée de tous. le second héros du roman n'est autre que ce sorcier, Nyr, qui ne possède en fait aucun pouvoir magique. Et pour cause, puisqu'il s'agit d'un anthropologue envoyé étudier les habitants de cette colonie fondée par les humains il y a plusieurs siècles. Laissé seul sur cette petite planète après la disparition de ses collèges et l'arrêt total de toute émission venue de la Terre, le scientifique dispose de toute une batterie de technologies qui lui permettent de prolonger sa vie et d'observer les habitants de la planète avec lesquels il n'est pas censé interférer puisqu'il n'est là qu'en tant qu'observateur. le doute le ronge cependant : et s'il était le dernier à se souvenir des origines de cette planète et de la Terre ? Quel sens cela aurait-il alors de continuer à se cloîtrer dans son avant-poste ? Et si l'appel au secours de Lyn lui fournissait l'occasion de rompre sa solitude et de vivre une palpitante aventure ?

Le roman alterne entre l'un et l'autre des points de vue, ce qui nous permet d'appréhender la situation dépeinte de manière totalement différente. En effet, nombreuses sont les technologies sophistiquées utilisées par les premiers colons à être restées sur place bien après que la population ait totalement oublié leurs origines ainsi que l'existence même des robots et autres machines. Si Nyr identifie sans mal un drone ou une quelconque autre technologie lui paraissant parfaitement banale, Lyn, elle, va y voir un monstre ou un démon doté de pouvoirs exceptionnels et d'une apparence effrayante. Ce n'est certes pas la première fois qu'un auteur tente de mêler fantasy et science-fiction : on pense beaucoup par exemple au « Livre de Koli », publié récemment par Mike Carey, ou encore à l'oeuvre la plus connue de Javier Negrete qui reprenait un peu le même concept dans les derniers tomes de sa série. Il faut toutefois reconnaître qu'Adrian Tchaikovsky s'y prend ici à merveille, et que la construction de son intrigue permet astucieusement de maintenir constamment en éveil l'intérêt du lecteur. Les deux personnages sont pour leur part aussi attachants l'un que l'autre, et il est amusant de les voir se parler sans parvenir à toujours se comprendre en raison du décalage profond entre leur culture. le chapitre mêlant brièvement le point de vue des deux protagonistes est notamment remarquable et permet à la fois de se rendre compte du fossé séparant les deux personnages, mais aussi de souligner la beauté que peut receler cette histoire, et ce quelque soit le genre littéraire avec lequel on choisit de la raconter. La langue elle-même paraît jouer contre le scientifique puisque, lorsqu'il tente d'expliquer qu'il n'est pas le sauveur tout puissant que la jeune Lyn espère, celle-ci ne possède par les mots ni les concepts nécessaires pour le comprendre. Pour elle, il reste un sorcier, capable de parler aux monstres et aux démons, de repousser une attaque par la pensée ou de ne ressentir aucune émotion, tandis que tous ces prodiges trouvent au contraire une explication parfaitement cartésienne du point de vue de Nyr. A l'envers, ce dernier ne parvient pas toujours à saisir les codes de ce monde qu'il connaît finalement très mal et dont il doit se familiariser avec des aspects aussi basiques que la façon dont on s'adresse respectueusement à une personne, ou avec des facteurs plus complexes tels que la hiérarchie sociale ou la géographie des lieux. On prend ainsi autant de plaisir en tant que lecteur à découvrir l'intrigue du point de vue de Lyn ou de Nyr, avec l'impression de suivre parallèlement deux histoires différentes et pourtant étroitement liées.

« Le dernier des aînés » est une excellente novella dans laquelle Adrian Tchaikovky mêle astucieusement fantasy et science fiction grâce à deux personnages appartenant à deux civilisations dont le degré de sophistication technologique est extrêmement différent. L'alternance entre le point de vue de la princesse et de l'anthropologue permet ainsi de vivre en même temps le récit d'une quête épique peuplée de sorciers, de princesses guerrières et de démons terribles, que celui d'une expérience spatiale ayant dérapé et dont il s'agit à présent de gérer les conséquences. Les deux sont aussi passionnants l'un que l'autre.
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
Commenter  J’apprécie          90
Vous vous demandez comment on peut efficacement mêler la science-fiction et la fantasy ? Ce texte est la réponse.

La narration s'alterne entre deux points de vue. le premier est celui de Lynesse, princesse peu considérée dans son royaume qui a été bercée par les anciennes légendes et qui souhaite combattre le démon qui semble s'en prendre au royaume voisin. le second est celui de Nyr, un anthropologue envoyé par la Terre pour surveiller le développement de Sophor 4, une colonie qui a tout oublié de ses origines et qui s'avère être le lieu où vit Lynesse. Nyr est connu là-bas parce que, livré à lui-même et abandonné par les siens, il est intervenu des siècles plus tôt pour les aider à affronter un "mage noir" (quelqu'un qui avait redécouvert les anciennes technologies des colons) et c'est donc naturellement que Lynesse vient lui demander son aide, invoquant un ancien pacte.

Ce qui fonctionne particulièrement bien ici, ce sont les qui pro quo issus des divergences culturelles et des incompréhensions de langage. Quand Nyr craque et essaie de raconter la vérité sur qui il est, son module de traduction ne trouve aucun équivalent conceptuel dans la langue de Lynesse si bien qu'on en revient toujours à des histoires de sorcellerie et de magie alors que lui essaie de parler sciences. Ça montre bien que finalement, tout est une question de point de vue et que la magie, c'est ce que la science n'a pas (encore) expliqué.
L'idée est bonne et fonctionne très bien, sa matérialisation ultime se trouve d'ailleurs dans le fameux chapitre rédigé sur deux colonnes. On frôle le génie.

Outre cet élément particulièrement intéressant, j'ai aussi beaucoup apprécié le personnage de Nyr ainsi que ses tourments. Il parvient à contrôler temporairement sa dépression et ses émotions négatives grâce à un module qui lui permet de garder la tête froide mais sa souffrance reste palpable et très bien exploitée par l'auteur. Ça rend ce personnage profond et attachant, face à une Lynesse un peu plus fade à mon goût mais pas dénuée d'intérêt pour autant.

Fidèle à lui-même, Adrian Tchaikovsky livre une histoire courte et originale à la frontière des genres qui propose en plus de nombreuses réflexions sur la manière dont on interprète L Histoire en fonction de son époque, de sa culture. Il aborde aussi des sujets plus psychologiques comme les dangers de la solitude, la dépression et dépeint des personnages très humains avec leurs faiblesses plus que leurs forces. C'était passionnant à découvrir et digne de l'auteur de Dans la toile du temps.
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Elbakin.net
23 août 2023
L’ouvrage demeure tout à fait honnête !
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
On sait ce que c'est quand on dispose d'un appareil dont dépendent toutes sortes de petites tâches et dont on aurait peut être pu se passer, mais qui est désormais essentiel à notre bien-être.
Commenter  J’apprécie          20
Et j'observe Lynesse Quatrième Fille, vêtue comme à la parade, l'épée au côté, prête à faire Ce que font les princesses quand des monstres et des démons et des sorciers menacent le monde. Pourtant ce n'était probablement pas ainsi qu'elles se comportaient en réalité à l'époque où ces mythes ont été créés. Parce que les mythes éludent toutes les vérités sordides et préservent Ce que nous aurions souhaité faire plutôt que Comment nous l'avons fait.
Commenter  J’apprécie          00
- Ce n’est pas de la magie, juste les conséquences normales des forces universelles.
Commenter  J’apprécie          40
Pendant un moment, je suis heureux.
Commenter  J’apprécie          102
« ll n'y a pas de démons pas de magie », leur dis-je une fois encore, mais sans grande vigueur. Les deux femmes me regardent maintenant comme si j’allais leur faire un tour de passe- passe, sortir un animal de mon oreille ou deviner le nombre auquel elles pensent.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Adrian Tchaikovsky (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adrian Tchaikovsky
How does a science fiction author create an alien mind that is truly alien? Join two of the best-known contemporary science fiction authors, Ann Leckie and Adrian Tchaikovsky, for a conversation about the fascinating aliens they've created for their award-winning and bestselling books—and how the humans in those books interact with creatures so, well, alien.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (255) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4758 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..