AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Coldefy-Faucard (Traducteur)
EAN : 9782290341025
88 pages
Éditeur : Librio (01/06/2004)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Nadia n'aime pas la luge et pourtant, chaque fois qu'elle descend les pentes enneigées avec le même jeune homme, elle entend cette phrase " je t'aime ". Est-ce le vent ou le garçon qui lui fait cette déclaration ? Une belle dame se baigne dans l'eau, mais ses vêtements sont volés. Un musicien propose de la cacher dans l'étui de sa contrebasse. Un contrôleur de train peu scrupuleux va se faire condamner par les passagers pour avoir trop bien fait son travail. Neuf hi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  04 janvier 2017
Anton Tchekov nous plonge dans la vie quotidienne en Russie à la fin du dix-neuvième siècle.
Le recueil conte neuf histoires mettant en scène des personnages surprenants, très décalés, souvent cocasses, allant même jusqu'au fantastique avec " le miroir déformant".
Dans ce conte, la dame lourdaude et laide comme l'affirme son mari le narrateur, devient très belle en contemplant son image dans le miroir. Il tombera donc amoureux de cette image et non de la réalité.
Un fait amusant se produit dans la nouvelle "Le roman d'une contrebasse". Tchekov s'adresse directement à son lecteur. Cela rend le récit très vivant. Original comme style !
C'est une lecture étonnante mais je regrette les chutes trop rapides à mon goût.
Commenter  J’apprécie          330
Zebra
  23 août 2012
Tchekhov, connu comme un des plus grands dramaturges de tous les temps, a su mettre en scène, dans ces nouvelles écrites en 1826, des personnages pour rire et pour sourire, et ces personnages restent aujourd'hui encore étonnamment authentiques.
Au cours de neuf histoires espiègles, romantiques ou plus dramatiques, vous rencontrez des personnes cocasses, inspirées de la vie quotidienne en Russie à la fin du XIXe siècle. La grâce, la drôlerie et la mélancolie sont habilement mêlées. Et quelle tendresse et quelle complicité entre toutes ces relations humaines ! Miroir fidèle d'une société en devenir, fascinante exploration de l'âme humaine, ces petits contes (90 pages) sont autant de grands épisodes de l'histoire des hommes.
Commenter  J’apprécie          180
araucaria
  17 mars 2014
Il est toujours agréable de lire des classiques et là je me suis dépaysée avec un livre russe. Autre temps, autre pays, autres moeurs. J'ai bien aimé ce recueil de nouvelles, dans l'ensemble, mais ne suis cependant pas totalement tombée sous le charme de la narration. Un recueil agréable sans plus. Un auteur que je veux pourtant plus amplement découvrir au travers de ses romans.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          170
ileana
  20 décembre 2018
La dernière nouvelle du recueil, la Maison de la mezzanine, est ma préférée. Un début d'idylle, l'été, dans une campagne bucolique, doublée d'un débat moral entre deux personnages que tout oppose. Ces deux personnages cultivent des visions sociales antinomiques : tous les deux se penchent sur le sort des paysans démunis, mais l'un s'engage pour une démarche pragmatique et l'autre caresse un idéal utopique-radical du partage du travail – mais c'est peut-être simplement une pose pour justifier son oisiveté.
Cette nouvelle me rappelle que le débat moral, c'était également l'affaire de Tolstoï et Dostoïevski.
En revanche, Histoire de rire, qui ouvre le recueil : légère, brève et romantique, comme une valse de Chopin. Sur l'ensemble, des nouvelles très dissemblables, pour nous faire rire, réfléchir, vibrer.
Commenter  J’apprécie          60
Laura94
  17 mai 2014
Il me faut avouer que ce recueil de nouvelles ne m'a pas vraiment transporté... Des histoires banales, pour une écriture qui à mon sens reste un peu trop simpliste (même s'il est vrais qu'il ne s'agit que d'une traduction et qu'en conséquence il est possible que ce soit celle-ci qui soit de mauvaise facture...). Je ne dirai pas que ces nouvelles n'apportent aucun plaisir à la lecture, mais seulement qu'elles restent trop prosaïques à mon goût et ne cherchent pas à aller assez en profondeur pour explorer les aléas du coeur humain, ce que se proposait pourtant de faire ici Tchekhov.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ZebraZebra   23 août 2012
[...] - Vous savez quoi ? dit-elle sans me regarder.
- Non ?
- Si on refaisait ... une descente.
Nous reprenons l'escalier jusqu'au sommet de la colline. De nouveau j'installe Nadienka, pâle et tremblante, sur la luge, de nouveau nous volons vers le terrifiant abîme, de nouveau le vent hurle et crissent les patins du traîneau, de nouveau, à l'instant le plus tumultueux et le plus bruyant de la course, je dis à mi-voix :
- Je vous aime, Nadienka !
Quand la luge s’arrête, Nadienka embrasse du regard la colline que nous venons de dévaler, puis elle scrute longuement mon visage, écoute attentivement ma voix indifférente et neutre, et toute, toute sa silhouette menue - même son manchon, son capuchon - semble exprimer un embarras extrême. On lit sur son visage :
"Que se passe-t-il ? Qui a prononcé ces mots ? Est-ce lui ou ai-je seulement cru les entendre ?"
Cette incertitude l'inquiète, met sa patience à rude épreuve. La pauvre enfant ne répond pas à mes questions, elle se renfrogne, elle va fondre en larmes.
- Ne devrions-nous pas rentrer ? lui dis-je.
- C'est que je ... j'aime ces descentes en luge, répond-elle, rougissante. Ne pourrions-nous recommencer encore une fois ? [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
jeunejanejeunejane   04 janvier 2017
A présent, lecteur, tandis que mon héros se désole sous son pont, abandonnons-le un instant pour nous tourner vers la jeune fille qui pêchait à la ligne. Qu'est-ce qu'elle est devenue?
Commenter  J’apprécie          160
araucariaaraucaria   17 mars 2014
Nous entrâmes, ma femme et moi, dans le salon qui sentait l'humidité et le moisi. Dès que nous éclairâmes les murs qui n'avaient pas vu la lumière de tout un siècle, ce fut le sauve-qui-peut pour des millions de souris et de rats. Lorsque nous refermâmes la porte derrière nous, il y eut un courant d'air qui vint nous frapper aux narines et fit frémir des papiers entassés dans les coins. La lumière y tomba et nous découvrîmes des caractères anciens et des enluminures du Moyen Age. Les portraits de mes ancêtres tapissaient les murs verdis par le temps. Ils avaient le regard hautain, sévère, comme s'ils voulaient me dire :
"Il faudrait te donner le fouet, mon cher!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
andreepierretteandreepierrette   10 mars 2015
Nadia n'aime pas la luge et pourtant, chaque fois qu'elle descend les pentes enneigées avec le même ,jeune homme, elle entend cette phrase :"je t'aime" Est-ce le vent ou le garçon qui fait sa déclaration ?
Commenter  J’apprécie          50
Laura94Laura94   23 avril 2014
Comment ma femme, lourdaude et laide, pouvait-elle paraître aussi belle dans le miroir? Comment?
Tout simplement, le miroir déformait en tous sens le visage disgracieux de ma femme, et ses traits, ainsi chamboulés, donnaient par hasard quelque chose de beau. Moins plus moins égale plus.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Anton Tchekhov (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anton Tchekhov
« Le Violon de Rothschild », c'est l'histoire du faiseur de cercueils et violoniste amateur Iakov, qui exècre le jeune joueur de flûte juif Rothschild. Marfa, sa pauvre femme, se meurt. Avec effroi, Iakov se rend compte qu'il l'a toujours traitée avec une telle dureté qu'elle s'en réjouit. Sans enfants ni amis, il reste seul à sa mort et se demande ce que deviendra son cher violon quand ce sera son tour de retourner à la poussière.
Puis Véra Gavrilovna, la « Princesse » de la seconde nouvelle, s'en va dans un monastère pour faire son annuelle retraite estivale. Elle y vient pour y soigner son âme, tout en s'estimant admirée, aimée, adorée, par ceux à qui elle fait la charité... Mais un docteur se met en devoir de détromper la dame.
Marina Vlady a mis en voix pour La Bibliothèque des voix des éditions des femmes-Antoinette Fouque en 2008 ces deux nouvelles d'Anton Tchekhov, classiques de la littérature russe. Ce livre audio est disponible en téléchargement numérique pour la première fois à l'automne 2020.
Musique : Le Terem Quartet (Andreï Konstantinov au domra soprano, Igor Ponomarenko au domra alto, Andreï Smirnov au bayan et Mikhaïl Dziudze à la balalaïka) interprète « The Terem », produit par Tony Berg (production A Womad Production for Real World, Real World Records Ltd, Virgin Records Ltd, 1992).
La traduction française depuis le russe a paru en 1967 (1970, 1971) aux éditions Gallimard.
Direction artistique : Marie Gamory.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le clafoutis de Tchekhov

Je m'appelle .............?..........." je suis un jeune homme de dix-sept ans, laid, maladif et timide", je passe mes étés dans la "maison de campagne des Choumikhine", et je m'y ennuie.

Nikita
Volôdia
Fiodor
Boris
Andreï

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Anton TchekhovCréer un quiz sur ce livre