AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 221368104X
Éditeur : Fayard (22/01/2014)

Note moyenne : 2.69/5 (sur 130 notes)
Résumé :
Comédienne, scénariste, réalisatrice, Sybille croit aux histoires qui finissent bien. Elle a beau savoir de quelle manière est morte Jeanne d’Arc, quand elle regarde un des films qui lui ont été consacrés, elle ne peut s’empêcher d’espérer qu’un pompier vienne la tirer d’affaire. Alors comment imaginer que la réalisation de son propre long-métrage va virer au film catastrophe ? Producteurs qui se prennent pour des scénaristes, actrices qui entrent en résistance, age... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  03 mars 2014
Sylvie Testud, je l'apprécie autant comme actrice que comme romancière. Dans une chronique de près de 3 ans, je vous disais que derrière cette comédienne nature et tonique, se cachait aussi une écrivain bourrée de talent. J'avais notamment beaucoup aimé son tout premier livre, il n'y a pas beaucoup d'étoiles ce soir, série d'anecdotes de ses premières années d'actrice qui nous permet d'approcher les coulisses de tournage d'un film avec autant d'authenticité et de saveur.
Après plusieurs autres romans plus ou moins éloignés du milieu qu'elle connait le mieux, elle profite de son 5ème livre pour revenir à ses premiers amours dans un roman intitulé C'est le métier qui rentre, et sorti en tout début d'année 2014.
Sybille, son héroïne, actrice qui lui ressemble sur bien des points ( elle a commencé à jouer en Allemagne, elle a deux enfants et un compagnon en dehors du milieu...) est un jour contactée par des producteurs, un frère et une soeur, Gundrund et Blaise, des tyrans au nom prédestinés de Ceaucescou, pour signer un contrat sur le scénario qu'elle a écrit.
Malgré leur terrible réputation dans le milieu, et bien que tout le monde la dissuade d'accepter, Sybille ne peut laisser passer l'occasion de pouvoir transformer son scénario révé en film.
Alors Sybille dit oui et en même temps dit oui à tout un tas de compromis, notamment aux multiples remaniements du scénario qui très vite en ressemble à rien au matériau d'origine au changement de casting....ect...
Bien que rien dans le roman nous fasse rappeller la seule expérience de Testud à la réalisation ( le médiocre Vie d'une autre chroniqué ici même), même si ce film laissait paraitre des concessions évidentes de la part de la cinéaste (vaut mieux penser cela au vu du résultat), on imagine qu'il ya énormément de vécu dans ce livre. Même si cela aurait été impossible à écrire en l'état, j'aurais largement préféré un récit détaillé avec le nom des personnes incriminées, car en l'occurrence, le trait parait tellement outré qu'on va plus à faire à des personnages de BD qu'à de vrais personnages de romans crédibles. "C'est le métier qui rentre" est parfois croquignolesque, mais le trait est trop gros pour qu'on suive cette histoire avec autre chose qu'une distance parfois amusée.
Au final, tout le monde parait assez peu à sauver dans cette histoire, à commencer par Testud elle meme, qui accepte tous les aléas sans libre arbitre ni conscience. Et même son compagnon, le seul à conserver le sens des réalités, apparait trop systématique dans sa critique à boulets rouge du milieu. C'est le métier qui rentre jette un regard parfois caustique et cinglant sur a grande famille du cinéma, mais manque de nuances et de subtilité pour dépasser le stade de la simple pochade.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Sirenna
  19 janvier 2017
Un livre qui m'a attiré car j'adore Sylvie Testut qui est une comédienne que j'aime beaucoup.
J'ai malheureusement été déçue car j'aurai voulu lire un livre beaucoup plus intense où l'héroïne ne se laisse pas faire par des producteurs de cinéma qui lui imposent leur loi. J'aurai voulu lire un livre plus intimiste sur le métier d'une actrice qui décide de monter son propre film et qui s'oblige a le modifier jusqu'à le rendre incohérent et inintéressant.
Dommage j'adore toujours autant l'actrice mais le livre m'a laissé sur ma faim et j'ai malheureusement pas lu la fin du livre.
Commenter  J’apprécie          260
pilyen
  08 février 2014
Ce n'est certainement pas LE livre de l'année mais j'ai passé un agréable moment à la lecture du dernier roman de Sylvie Testud.
Sybille, faisant partie des comédiennes qui comptent et qui ont donc un nom dans le métier, écrit le scénario de son deuxième film en tant que réalisatrice. N'ayant pas eu encore l'idée de penser à son financement, et comme tout se sait dans ce milieu très fermé du cinéma, un couple de producteurs s'engage, quasi avant lecture, de produire son film. En deux temps, trois mouvements, la voilà poings et pieds liés à ce frère et cette soeur que tout le monde déteste. Répondant au doux nom de Ceaucescou et surnommés les Thénardier du cinéma, ils vont pressuriser notre pauvre comédienne, lui faire avaler maintes couleuvres, lui promettre tout et son contraire...
Bonne comédienne, romancière honorable, réalisatrice devant faire ses preuves ( La vie d'une autre, en 2012, son seul film en tant que réalisatrice est quand même loin d'être un chef d'oeuvre), Sylvie Testud touche un peu à tout (mais comment fait-elle ? ) et arrive à insuffler son énergie dans ce petit roman idéal pour un trajet en train. Avec des phrases courtes, simples, elle arrive à rendre son histoire haletante. On suit le rythme effréné de l'héroïne complètement absorbée par son projet de film et luttant pour que sa vie personnelle ne bascule pas dans un enfer domestique pourtant pas loin. Un peu caustique, non dénué d'humour, son roman se lit d'une traite. On est très vite dans la peau d'une comédienne célèbre et on compatit au trouble que laisse infuser ses producteurs, véritables personnages, hauts en couleurs et totalement déjantés. Sylvie Testud décrit d'une plume alerte ce monde qu'elle connait évidemment très bien. le lecteur que j'ai été, a été heureux de pénétrer dans les coulisses de la préparation d'un film, tout en restant persuadé que la réalité doit être bien pire que ce qui est décrit ici.
La suite sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
zabeth55
  23 juillet 2016
J'ai déjà lu deux livres de Sylvie Testud. Sans être de la grande littérature, j'y avais trouvé mon compte, le style était agréable, le ton plein d'humour.
Or, dans C'est le métier qui rentre, je me suis plutôt ennuyée.
Une actrice décide d'écrire son premier film en temps que réalisatrice. Contre l'avis de tous, elle choisit un producteur mal aimé du milieu. Elle va de déboires en déboires.
le seul point un peu positif est que ce livre nous fait découvrir l'envers du décor du cinéma. Mais ça ne suffit pas hélas à en faire un bon livre.
Commenter  J’apprécie          162
LeslecturesdeLily
  06 juin 2014
Mon avis:
C'est le métier qui rentre est un livre qui me tentait beaucoup. Je l'ai longuement regardé chez les libraires et longtemps, j'ai hésité à l'acheter. Finalement, je l'ai trouvé à la bibliothèque et me suis jetée dessus. Ce n'est peut-être pas plus mal ...
Informations:
"C'est le métier qui rentre" est un roman contemporain de 262 pages.
Il contient plusieurs petits chapitres non numérotés.
Personnages : Sybille, Blaise, Annabelle, Marion, Julie, entre autres ...
Un mot sur l'histoire:
Sybille est actrice, mais a aussi d'autres cordes à son arc, elle a écrit un manuscrit et souhaite en faire un long-métrage. Elle choisit ses actrices et met tout en oeuvre pour que son rêve se réalise. Cependant, la jeune femme va devoir faire preuve de patience, car les personnes qui l'entourent dans son projet ne l'aident pas toujours de la bonne façon. Va-t-elle arriver à mener à bien son projet ? Tout est dans le livre.
Mes ressentis:
Je ne vais pas être très sympathique avec ce roman, malheureusement, je ne lui ai pas trouvé de grande qualité, alors je suis désolée, car je vais dire le fond de ma pensée et j'espère ne blesser personne...
J'avais très envie de lire ce roman, la couverture m'a attirée et le titre me plaisait bien, le résumé me présentait une héroïne atypique et me promettait de passer un bon moment avec elle et aussi d'en apprendre un peu plus sur le 7e art. Les premiers chapitres m'ont ennuyée à un point... je me suis dit que peut être cela allait décoller et que par la suite, ça allait devenir plus attrayant et plus intéressant, mais non, pour être honnête, le seul mot qui me vient à l'esprit pour décrire ce livre est "chiant". Oui, cette histoire est tellement ennuyeuse qu'elle en devient chiante, les personnages ne sont pas, mais alors pas du tout intéressants, c'est simple, c'est de la caricature et rien de plus. Il y a par exemple la nana qui joue les divas dans un bar, qui impose contre une signature sur un livre d'or, qu'on lui offre sa consommation ... C'est bon, c'est du déjà vu.
Ce n'est pas ce que j'avais envie de trouver dans ce livre, je voulais quelque chose de plus jolie, de plus recherché et de plus profond.
En ce qui concerne la plume de l'auteure, je pensais que c'était le premier roman de Sylvie Testud, mais en fait pas du tout. En gros, c'est agréable, ça va avec le reste du livre, c'est bien écrit, mais ce n'est pas impressionnant non plus, malgré tout, j'ai apprécié l'humour qui en ressort et qui m'a fait sourire à maintes reprises.
Quant à la fin du roman, elle n'est pas surprenante et est plutôt bâclée, ce n'est pas génial, génial tout ça !
Pour conclure:
Une lecture ennuyeuse qui ne m'a pas embarquée plus que ça. Une écriture simple et fluide mais pas très recherchée. Dommage, la base de l'histoire est intéressante, mais la façon dont elle est exposée ne retient pas beaucoup l'attention du lecteur.

Lien : http://leslecturesdelily.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
bgnbgn   02 octobre 2014
Le Titanic, le vol 93 du 11-Septembre, le bûcher de Jeanne d’Arc, et tellement de drames dont on a tiré tant de films. Alors que les lumières s’éteignent, on le sait d’avance : ça finira mal. C’est de notoriété publique, c’est écrit dans les journaux. Eh bien moi, à chacun de ces films, tirés d’histoires vraies, assise dans mon fauteuil, j’ai espéré une fin heureuse.
Commenter  J’apprécie          120
ju-s-tineju-s-tine   16 juin 2014
Tout le monde y va, à Cannes. N'importe quelle secrétaire de n'importe quel cabinet de dentiste, d'ophtalmo, qui a croisé un mec du bureau des accréditations, y va. N'importe quel figurant dans un film à trois entrées, il se démerde pour y aller. Même ma voisine, la manucure à domicile, je ne sais pas à qui elle lime les ongles, mais elle va au Festival tous les ans. Elle se trouve une robe de chez "Goût de chiottes" chez les Chinois, et elle les monte, les marches. Je peux te dire, les photographes, ils appuient sur le déclencheur pour elle comme pour les autres. Tout le monde a tellement peur de rater la moindre miette. Pffff... C'est pitié de les voir tous brandir leur carton, pour rentrer à huit cents dans un endroit adapté à la moitié. Ils espèrent quoi ? Signer un contrat avec le dernier qui a monté les marches. Tu parles, à cette heure-ci, le pauvre gars, il est beurré comme un Petit Lu. Pffff, pour un vieux bout de terrine qui traîne, t'en as, ils vendraient leur mère...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ProfesseurDanProfesseurDan   30 mai 2017
Certains agents ne filent pas les scénarios aux acteurs. Du coup, il y en a plein qui loupent des super-films. Si l'agent estime le script mauvais, c'est poubelle direct, ou acteur de troisième catégorie. Du coup il y a des acteurs qui ne reçoivent que ce que les première et deuxième catégories ne veulent pas faire. Les "ramasse-miettes". Ceux qui ne tournent que des chefs-d'œuvre se moquent de ceux qui tournent des navets. Ben dis donc, faut être sûr de son jugement... (p. 163)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SabiSab28SabiSab28   22 juillet 2015
....cet acteur au physique de héron cendré, ni beau, ni émouvant, même pas drôle, qui n'apprend jamais son texte, se comporte comme s'il avait deux oscar, trois prix d'interprétation, un contrat chez Paco Rabanne, nul, mais qui remplit pourtant les salles ...
Commenter  J’apprécie          10
Realita18Realita18   14 août 2016
Tu feras gaffe quand tu reliras Corneille ! Médée, à la fin, elle se barre sur un char tiré par des dragons, après qu'elle a égorgé ses mômes.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Sylvie Testud (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Testud
Sylvie Testud présente Lyon et ses Etats Généreux de la culture .
autres livres classés : réalisationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

C'est le métier qui rentre de Sylvie Testud

Comment s'appelle l'héroïne de ce roman ?

Natasha
Sybille
Sasha
Sylvie

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : C'est le métier qui rentre de Sylvie TestudCréer un quiz sur ce livre
.. ..