AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782815942164
208 pages
De l Aube (08/04/2021)
4.3/5   5 notes
Résumé :
Un homme monte dans un tramway pour faire la traversée de sa propre vie. Le trajet est silencieux, solitaire, et s'effectue comme une saignée dans une ville minée par les paradoxes et les rancœurs. Chaque station remplit la rame de personnages et de souvenirs. Chaque station les chasse à nouveau, faisant resurgir la douleur de l'absence. Cet homme a pourtant toujours refusé de rejoindre la meute, mais lui laisse-t-on seulement le choix ? Dans ce roman, il est questi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
MELANYA
  19 juin 2021
C'est avec « Gymnopédie pour une disparue » que j'ai connu Ahmed Tiab, lors d'une sélection pour un jury. Je l'ai retrouvé avec « Vingt stations » (Editions de L'Aube – parution le 8 avril 2021).
Ahmed Tiab est né à Oran (Algérie) mais à présent, il enseigne à Nyons (France).
Cet ouvrage est composé de vingt chapitres, les vingt stations de tramway qu'emprunte le narrateur. Vingt stations pendant lesquelles il nous raconte le présent (ce qu'il voit et ce qui a lieu près de lui), tout en se remémorant son passé. On va ainsi de l'un à l'autre, ce qui donne une lecture très agréable. Mais les souvenirs ne sont pas toujours heureux, loin de là car l'auteur ne déroge pas à sa règle de fustiger la politique de son pays.
Le narrateur, monte dans une rame de tramway et craint les contrôles car il n'a pas su comment faire pour acheter un titre de transport. Pendant tout son trajet, il essaie de s'isoler des autres passagers – il ne sait pas s'il va descendre ou pas et en attendant, il observe : le jeune couple qui se dispute et se réconcilie – la jeune fille qui se prend en selfie et sous son léger voile, on s'aperçoit qu'elle est très maquillée – Lorsque le tram s'arrête près d'une école, on entend des coups de feu « en réduisant en même temps, au silence le murmure faussement angoissé des passagers. » (…) « On avait pris l'habitude de ce genre d'alertes depuis le début de la guerre entre les meutes. »
Le narrateur connaissait cela depuis son enfance : la meute établissait déjà sa loi aux abords de son école. Mais, adulte et amoureux de Nedjma, il est resté aveugle au drame qui se tramait et sourd à la rumeur qui l'annonçait.
Tandis que le paysage défile, il pense au futur bébé à naître et pour qui la couleur de la layette avait été choisie, dans le doute, neutre. « La meute a choisi pour nous. Rouge. »
Ainsi défilent autant le paysage que les souvenirs. A l'arrivée au Terminus « Un édifice imposant indique à son fronton PALAIS DE JUSTICE. Ca tombe bien, je crois bien que c'est là où je je devais me rendre ce matin. »
Le narrateur qui a dit : « Je m'installe pour un voyage sans destination à travers les rues et les boulevards de cette ville obsédante et cruelle. Je cesse d'exister et contemple ce monde » , nous a, nous aussi, emmenés en sa compagnie pendant ces « Vingt stations » pour ce trajet, à écouter ses pensées, ses remarques sur l'état de sa ville, de son pays – de la vie des habitants riches ou pauvres – avec des réflexions politiques, sur la justice, mais aussi sur la société. Un constat accablant.
J'ai bien retrouvé Ahmed Tiab qui, n'ayant pas « la langue de bois », a connu les émeutes qui ont soulevé le peuple, en 1988, celles qui ont failli porter les islamistes au pouvoir en Algérie. de plus, je voudrais rajouter que son choix de nous faire suivre un personnage lambda, dans un tramway, comme nous le faisons nous aussi, est bien trouvé. On s'y retrouve presque mais pas dans le même contexte.
A présent, sa vie est plus tranquille, en France, mais il est loin d'oublier ses origines, qu'il nous fait partager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EvlyneLeraut
  05 juin 2021
« Je m'installe pour un voyage sans destination à travers les rues et les boulevards de cette ville obsédante et cruelle. Je cesse d'exister et contemple le monde. »
L'incipit prend place dans un renom émouvant.
« J'ignore pourquoi je me retrouve là »
« Vingt stations » est une déambulation exutoire, un chef-d'oeuvre à l'aube-née. Un voyage empreint d'intériorité, mais il n'est pas l'heure encore pour la renaissance. Ahmed Tiab observe, en quête du geste, du regard qui retiendra son attention pour le faire sien. Chacune des stations symbolisent le pays où il vit et qui va connaître des jours sombres. Ce récit kaléidoscope dévoile un homme éprouvé, blessé dans sa chair qui s'épanche station après station. Prenez le temps de l'écouter. Ahmed Tiab devient le reflet des confidences, de ce qui va advenir subrepticement. Ne doutez jamais. Ne vous arrêtez pas avant la dernière station. Nous sommes près de lui, en assise dans les paysages, les mouvements, les êtres et la ville qui s'agite. « Vingt stations » et l'errance travaille sa pierre, avance l'oeuvre infinie d'un auteur qui se heurte aux drames d'un pays chaotique.
« Les consolations où les écoliers quittent la chaleur réconfortante des lits et les foyers aux odeurs douces. »
L'homme relie ses pensées aux roulements du tramway, en proie à la guerre civile. Les extrémismes religieux, les interdits, sa vue se brouille.Le périple sonne le glas de l'irréversible. Son enfance meurtrissure, une mère rejetée du foyer dont les écarts n'étaient que la libre-pensée, l'attrait pour l'impalpable. Trop âgée, elle disparaît, reniée. le vide est comble d'une petite cousine qui veille sur l'enfant. Jusqu'au jour où son père se remarie avec elle. Trente ans d'écart, la jeunesse fauchée en plein vol. Nedjma, colombe aux ailes brisées.
« J'ai claqué derrière moi la porte de l'enfance et il n'en subsiste que de fulgurantes douleurs. Un feu de Bengale de picotements sur la peau. C'est parce que je ne lâchais rien que les adultes me dressèrent à céder, à tout accepter. »
L'enfant grandit. Nedjma est l'ultime horizon. La pureté de l'innocence, le pays côté ciel, les respirations salvatrices, l'Ode à la joie. La guerre sournoise fait des ravages. L'Algérie franchit la ligne rouge.Le frère est un ennemi, terroriste, le voisin, un traître. Plus de rires, d'embrassades, de musique. Les maisons ont les persiennes en larmes, les femmes baissent les yeux, oppressions, la liberté anéantie. « L'homme est loup pour l'homme » à l'instar de Pline. Que se passe-t-il dans cet initiatique voyage qui se heurte au réel immanquablement ? Sans destination, la solitude qui tresse les pavloviens rappels. Douleurs d'un peuple ravagé par les horreurs, les corruptions, les meurtres et les petits arrangements.
« Un moment de répit où la rue vit le miracle du vide. Dès mon enfance où la meute établissait déjà sa loi aux abords de l'école. Premier à prendre les coups et dernier à les voir venir. »
« Vingt stations », Nedjma l'espérance.Le tramway s'enfonce dans un gouffre parabolique.
« Nos assassins sont encore de ce monde. Ils sont en liberté. Ils peuvent vivre tout près de nous. On pourrait leur sourire et leur dire merci. Merci d'avoir causé notre malheur. »
« Ils se sont remis à tout mélanger dans nos esprits. Qui étaient les bons ? Qui étaient les mauvais ? »
« Vingt stations » est engagé, sociétal, bleu-nuit, loyal. Que va-t-il se passer au terminus ?
« Les consolations les plus infimes font oublier les plus grandes tragédies. »
Une urgence de lecture. Piédestal de la littérature !
Publié par les majeures Éditions de l'Aube.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
frueka_livrescapades
  19 mai 2021
(...)
Auteur d'une série de six romans policiers consacrés au commissaire oranais Kémal Fadil, Ahmed Tiab (1965) signe avec Vingt stations (2021) un roman indépendant centré sur la vie d'un homme pris dans les tourments de l'Histoire algérienne de la fin du XXème siècle.
« A toutes les victimes de la décennie noire. Aux femmes et aux hommes assassinés pour avoir résisté à l'obscurantisme par la culture et la lumière. »
Vingt stations est un roman engagé inspiré de faits réels dans lequel Ahmed Tiab revient, à travers notamment l'histoire d'un amour interdit, sur la terrible Guerre civile ayant opposé divers groupes islamistes au gouvernement algérien entre décembre 1991 et février 2002.
Un homme sur le qui-vive monte au hasard à bord d'un tram pour un voyage sans destination précise. S'il apparaît dès les premières lignes que quelque chose de grave a dû se produire, il faudra attendre les dernières pages pour en connaître la nature et les raisons. Dans l'attente du dénouement, nous allons accompagner cet homme avachi dans un état second sur un siège près de la fenêtre dans un long et intense voyage à travers l'espace et le temps.
Au gré des stations qui défilent, au fil des heures qui s'égrènent, cet homme -le narrateur- partage malgré lui son petit espace vital avec de nombreux passagers issus des diverses strates de la société algérienne qu'il ne peut s'empêcher d'observer alors qu'il n'aspire qu'à la solitude et à l'oubli. Avec surprise, il constate également l'immense étendue de la ville et découvre des quartiers et des zones suburbaines qui lui étaient jusqu'alors inconnus. Toutes ces considérations sont à l'origine d'intéressantes remarques sur les réalités socio-économiques et politiques de la société dans laquelle il (sur)vit.
Le narrateur se révèle être un homme seul, solitaire, un homme profondément meurtri depuis l'enfance et aujourd'hui encore -peut-être plus que jamais- tourmenté par les fantômes du passé. Au voyage spatial s'ajoute dès lors un voyage temporel. Au gré des stations qui défilent, au fil des heures qui s'égrènent, nous plongeons ainsi dans son passé douloureux, depuis son enfance difficile au sein d'une famille instable dans laquelle régnaient l'irrespect et la violence jusqu'aux événements récents qui ont fait basculer sa vie à tout jamais.
Avec sensibilité, Ahmed Tiab raconte un homme. Un enfant mal-aimé devenu un adulte aimé et aimant mais traumatisé à jamais par l'impunité régnant dans un pays ayant sombré dans le chaos de la guerre et de l'extrémisme religieux. Il raconte l'enfance difficile et les violences intra-familiales, l'espoir d'une vie plus douce grâce à l'amour, même s'il est interdit. Avec lucidité, Ahmed Tiab raconte un pays. La guerre et son lot d'horreurs, le fanatisme religieux, l'inacceptable impunité et la paix illusoire. Il évoque le devoir de mémoire et la nécessité absolue de rechercher la vérité et de rendre la justice, étapes essentielles dans tout processus de paix sans lesquelles toute réconciliation nationale est impossible.
(...) j'ai été ravie de découvrir l'univers très intéressant d'Ahmed Tiab, son regard sensible et sa plume ciselée.
Vingt stations fut une très belle découverte et une plongée originale dans un pan plus récent de l'histoire algérienne. A découvrir.

Lien : https://livrescapades.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nicolino
  23 août 2022
Oran, un homme monte dans un tramway, en même temps les questions affluent. Qui est-il ? Qu'a t-il fait ? Où va t-il ? Il semble émerger d'une nuit qui a duré des lustres. Ses nom et prénom ne nous sont pas révélés, ce que l'on sait de lui est défini en miroir des autres personnages, en négatif.
Rapidement on comprend vers quelle époque de l'histoire algérienne se situe ce périple en tram qui n'a rien d'une procession ou d'un chemin de croix, bien que la douleur soit présente de bout en bout. le référendum de «Concorde Civile» qui amnestie tous les combattants et leurs crimes des années noires a lieu en 1999. C'est donc peu après vraisemblablement que l'homme sonde ses souvenirs.
Alors que le tram progresse et que les passagers montent ou descendent, l'homme remonte dans ses souvenirs et évoque des fragments, des débris de sa vie du plus lointain d'abord au plus récent. Ces stigmates sont anciens et familiaux en même temps que récents et sociaux. Simultanément il nous décrit ce qui se passe dans le tram ; d'un paragraphe à l'autre le récit change, ce qui pourrait paraître abrupt est curieusement fluide et ce malgré la brutalité du propos. La vie de cet homme se confond avec la ligne de tramway.
La violence est omniprésente, que ce soit le poids de la famille, des traditions, des conventions sociales, ou celle de la religion, de l'État et de ses forces. Et il y a sa rage à lui, l'homme du tram, comme sa mémoire nous l'assène à grands coups de phrases puissantes, lapidaires, qui font chavirer le coeur et l'estomac jusqu'à l'acmé finale.
Vingt Stations est bien sûr le récit de cet homme, mais c'est également une histoire de l'Algérie et des femmes algériennes, des ténèbres dans lesquelles elles s'enfoncent en même temps que leur pays. En écrivant ce texte, Ahmed Tiab sauve la mémoire d'un pays, pour ne pas oublier les victimes des années noires.
Vingt Stations n'est pas un polar, pas vraiment d'enquête ni d'intrigue ou de suspense. Alors ? Un roman noir peut-être, un roman de la souffrance à coup sûr, et de la vengeance congelée.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MilleCab
  29 décembre 2021
Vingt chapitres qui suivent chaque station d'une ligne de tramway, vingt paysages d'une ville d'Algérie, vingt rencontres avec les passagers et inconnus, et des souvenirs qui défilent dans la tête du narrateur, comme le paysage défile derrière la fenêtre du tram.
L'histoire de cet homme, qu'on découvre depuis son enfance à travers sa mémoire, est très touchante, et triste. Il y a des messages forts dans ce récit, sur la condition de la femme dans ces régions, la gouvernance de la religion et du patriarcat, la montée de l'islamisme et du terrorisme. Certains passages sont doux-amer, d'autres terrifiants.
C'est une lecture percutante, qui ne laisse pas indifférent.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MELANYAMELANYA   19 juin 2021
A toutes les victimes de la décennie noire.
Aux femmes et aux hommes assassinés pour avoir résisté à l’obscurantisme par la culture et la lumière.
Dédicace
Commenter  J’apprécie          30

Video de Ahmed Tiab (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ahmed Tiab
Samedi 21 mai 2022, dans l'Antre des livres, table ronde d'auteurs : Littérature et policier Avec : Ahmed Tiab, Entendez-vous dans nos campagnes, éd. de l'Aube, Yves Chicouène, Rue Legendre, éd. Élan Sud Comment les deux auteurs ont-ils tissé leur intrigue en s'appuyant sur le passé pour expliquer le présent ? De nombreux points communs à découvrir. Animée par Roxane Bertrand. L'antre des livres est le festival de l'édition indépendante qui réunit à Orange (84) des maisons d'édition indépendantes venues de toute la France et De Belgique. https://www.lantredeslivres.com
autres livres classés : justiceVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
834 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre