AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2878583213
Éditeur : Viviane Hamy (06/10/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 80 notes)
Résumé :
À la nuit tombée, Kabukicho, sous les néons, devient le quartier le plus sulfureux de la capitale nipponne. Au cœur de ce théâtre, les faux-semblants sont rois, et l’art de séduire se paye à coup de gros billets et de coupes de champagne. Deux personnalités dominent la scène : le très élégant Yudai, dont les clientes goûtent la distinction et l’oreille attentive, et Kate Sanders, l’Anglaise fascinante, la plus recherchée des hôtesses du Club Gaïa, l’un des derniers ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
SZRAMOWO
31 octobre 2016
« Yudai était si connu à Kabukicho qu'il avait inspiré un manga. Issei de Roppongi racontait la vie violente et compliquée d'un hôte. Kate possédait les dix tomes et avait insisté pour que Marie les lise. »
Cette phrase de la page 50 résume, selon moi, la trame du roman de Dominique Sylvain. le quartier de Kabukicho, quartier chaud de Tokyo dans lequel évoluent Yudai, un hôte pour femmes seules ou esseulées, gérant du Café Château, Kate Sanders, une Anglaise, et sa colocataire Marie Castain, une française , qui ont décidées d'exercer la profession d'hôtesse au Club Gaïa, sous la houlette de la mama-san Sanae.
Univers factice. de mensonges. de demi-vérités où chacun cache ce qu'il est.
Lorsque Kate Sanders disparait, les faux-semblants s'écroulent devant l'obstination du capitaine Kentaro Yamada et de son adjoint le lieutenant Watanabe. de nombreuses questions doivent trouver réponse et les policiers ne se contenteront pas des habituelles réponses de façade.
Que faisaient cette anglaise et cette française à Tokyo ? Quelle était la nature des relations unissant Yudai et Kate ? le père de Kate, Jason Sanders qui, après s'être remarié, n'a pas vu sa fille depuis 5 ans n'est-il pas en partie responsable de sa disparition ?
La sacro-sainte règle des hôtes et des hôtesses : «…et bannir si possible la baise. » est-elle toujours respectée ? A quel point les Yakuzas contrôlent-ils les activités des bars de Kabukicho ? Quelles sont les contreparties du paiement de « l'impôt » aux triades ? La tentation de l'argent facile ne pousse-t-elle pas certains gérants à basculer du côté de la prostitution ?
Très vite, la relation entre Kate et Yudai, « Elle était la seule à qui il pouvait se confier, être lui-même. Avant de la rencontrer, il lui arrivait parfois de ressentir un trouble profond», apparait suspecte aux enquêteurs. Dans cet univers de mensonges, est-il possible que deux êtres évoluant à Kabukicho puissent bâtir une relation aussi pure ?
Le récit s'appuie sur le « choc culturel » éprouvé par Jason Sanders face devant l'activité des bars à hôtesses, incompréhensible pour un occidental :
« Elle affirma qu'au Japon les hôtesses se contentaient de faire la conversation. (…) jouaient les idiotes et leur massaient l'égo.
-N'essayez pas de me ménager, ma fille se prostitue c'est ça
- Je vous jure que non. C'est une différence culturelle bizarre, mais… »
Choc culturel que Dominique Sylvain fait éprouver au lecteur également en lui transmettant au travers de l'histoire, sa connaissance du Japon de sa culture et de ses meurs : la description des quartiers de Tokyo, Kabukicho et Roppongi Hills, les quartiers chauds ; les Parcs de Chiba, Shinjuku et d'Inbanuma ; le quartier Denenchôfu ; Hanazano et son sanctuaire Shinto ; Nakano…la signification de Kabukicho, de mizu-shobai, de soapland, de love hôtel, salarymen, gaïjin… ; le train Chuo ; le mystère du whisky japonais «Jadis, les whiskys japonais étaient vraiment infects. Plus maintenant. Celui-là, c'était du velours. »
L'opposition entre les personnages fonctionne. Jason Sanders l'occidental sûr de lui qui a sacrifié sa vie de famille à son égoîsme, Marie Castain la jeune femme trouble et énigmatique, romancière en devenir, Kentaro Yamada, le vieux flic cassé par sa mise à l'écart mais rattrapé par son passé avec la disparition de Kate, son adjoint Watanabe prêt à tout pour « sortir » une affaire et gagner le grade de capitaine, Yudia l'hôte honnête tiraillé entre ses obligations face aux Yakuzas et sa volonté de sortir de la spirale mortifère de sa vie, Sanae la tenancière du Gaïa Club et ses mystères, « …géniale quand il s'agissait de ne pas savoir.»
Le récit fait valoir les points de vue de chacun des personnages dans des courts chapitres qui se succèdent rapidement et apportent des éclairages différents aux événements. le brouillard autour de la vie de Kate, les raisons de sa venue au Japon, sa relation avec Marie, se dissipe peu à peu jusqu'au dénouement.
Au fond, s'il y a un coupable, sa découverte est secondaire dans le déroulement de l'enquête, tant chacun des personnages joue avec la réalité, avec sa réalité, se ment à lui-même, ment aux autres et contribue à faire vivre et prospérer cette société étonnante où l'on raffole des règles, des traditions mais où l'on peut s'arranger avec elles, ou le bien est très proche du mal, et la morale pas très loin de la transgression. Comme dit Marie Castain à un Jason Sanders époustouflé :
« Au Japon, pays de la règle et du principe, les hôtesses ne couchaient pas. Sauf celles qui couchaient. C'était compliqué, c'était simple. C'était comme ça. »
Dominique Sylvain nous fait entrer dans cette société difficile à comprendre et à accepter pour nous occidentaux attachés à une forme différente voire opposée de rationalité.
Une découverte dont je remercie Babelio et les éditions Viviane Hamy.

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Epictete
11 novembre 2016
Dès les premières pages on se trouve plongés dans un autre monde, dans une nouvelle ambiance de la nuit, en pleine culture japonaise.
Voilà un vrai polar avec une histoire originale, une énigme bien troussée et conduite de main de maitre.
Deux jeunes femmes, colocataires, Kate et Marie, sont hôtesses dans un établissement de nuit à Kabukicho (Quartier « chaud » de Tokio). Elles sont chargées de tenir compagnie à certains clients, de boire avec eux, de les écouter, de « leur masser l'ego », comme nous le décrit très bien l'auteur. Contrairement à ce que nous imaginons immédiatement dans notre civilisation occidentale, elles ne sont pas chargées d'aller plus loin dans leur relation avec leurs clients. A elle de gérer cela en dehors de l'établissement dans lequel elles travaillent si elle le souhaite. Kate est très demandée. Tout comme son meilleur ami, Yudai qui exerce à peu près le même métier, mais à destination des femmes.
Or, Kate va disparaitre mystérieusement. Son père arrive de Londres et avec Marie, va mener une enquête en parallèle de celle du capitaine Yamada de la police locale.
C'est l'occasion pour l'auteur, outre de nous conduire dans cette énigme, de nous décrire un Japon aux moeurs étonnantes et passionnantes. Avec, bien sûr la présence en filigrane des pouvoirs plus ou moins occultes des Yakusas (réseaux mafieux).
C'est un véritable roman policier qui nous est proposé. L'écriture est très claire, fluide, les chapitres s'enchaînent parfaitement et le lecteur n'est jamais perdu : on sait où l'on en est et de qui l'on parle. J'ai beaucoup apprécié ce roman et c'en est un de plus qui m'a fait veiller tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
SMadJ
13 octobre 2016
La Chronique Kabu Kacho !
"Kabukicho" est le nom d'un quartier chaud de Tokyo où la prostitution et les pratiques sexuelles tarifées sont la norme. Outre le sexe, s'y monnaie aussi la chaleur humaine et la considération. de quoi aider à supporter les sushis du quotidien...
... D'autant qu'on y meurt de façon tragique...
C'est un voyage étonnant que nous propose Dominique Sylvain, un voyage au pays du soleil levant où chaque acte, chaque pensée, chaque mot est pesé par ses autochtones. le pays des mille contrastes. Entre pudeur ancestrale et exhibitionnisme de l'âme.
La société japonaise est merveilleusement analysée par l'auteure, c'est peu dire qu'on s'y croit d'autant que contrairement à certains polars globe-trotters, les personnages principaux ne sont pas tous blancs et caucasiens. Au contraire, ceux auxquels on s'attache le plus sont ceux du crus. La justesse des attitudes ne trahit jamais l'appartenance de la matière à une écrivaine française.
C'est sidérant ! Dominique Sylvain a vraiment su capturer l'essence de la société nippone, ses codes et ses coutumes. Et on sent que c'est surtout cela qui la fascine. Elle ne construit pas son polar de manière académique et le crime commis au début du livre n'est qu'un prétexte à une immersion aux confins de la folie et des tourments humains.
D'ailleurs, l'auteure désamorce les codes de l'enquête classique en nous laissant deviner rapidement les contours de l'intrigue et l'identité du coupable par les indices abandonnés volontairement.
Ce qui l'intéresse, c'est cette plongée en terre des âmes perdues au sein du "Kabukicho".
Ce qui séduit le lecteur, c'est le destin de ces êtres brisés, le saignement continu de leur existence qui s'écoule au fil des pages jusqu'à en laisser certains exsangues... errant comme des ombres fantomatiques sur l'intrigue, leurs plaies jamais pansées.
L'histoire se déroule telle une corolle qui s'épanouit, une fleur aux couleurs sanguines venant mêler Eros et Thanatos. Mais les deux ne sont-ils pas toujours inextricablement mêlés ? 3,5/5
Lien : https://cestcontagieux.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Ichirin-No-Hana
17 janvier 2017
Kabukicho est un roman policier qui prend place au Japon. Loin des décors magnifiques et empreints de poésie du pays, l'intrigue prendra place uniquement dans le quartier tokyoïte de Kabukicho. Dans ce lieu où règnent le sexe et la pègre, une jeune anglaise, Kate Sanders est portée disparue. Dès lors que son père reçoit sur son portable une photo où l'on reconnait sa fille endormie, photo accompagnée du message « Elle dort ici », le silence de la jeune fille paraît de plus en plus énigmatique et inquiétant… Kate est une hôtesse très prisée d'un petit club du quartier, le Club Gaïa. A travers le regard de Yudai, proche ami de la jeune femme et également hôte, Marie, colocataire et collègue de Kate et Yamada, capitaine de police en charge de l'enquête, nous suivrons les différentes étapes de l'enquête.
Ce roman fut une belle surprise. Loin des intrigues policières classiques, j'ai trouvé que la grande qualité de ce roman était l'ambiance. Kabukicho est un personnage de l'histoire en tant que tel. Ce quartier, qui existe réellement et que le gouvernement japonais tente de faire disparaître à l'approche des prochains jeux olympiques, nous propose, à travers les différentes pratiques sexuelles du quartier (notamment avec les établissements soapland, dont l'existence m'était jusqu'alors totalement inconnue) apporte réellement son lot de malsain et nous offre des personnages écorchés, souvent coincés dans leurs milieux pour diverses raisons et donc avec leurs lots de secrets.
L'intrigue policière en tant que telle est facile à dénouer dans le sens où le coupable ressort très vite, il faut dire aussi qu'il y a peu de personnages (ce qui peut être un avantage). L'intérêt du roman ne réside pas tellement dans cette résolution d'enquête mais réellement dans la psychologie très poussée des différents personnages et par l'ambiance très particulière qui ressort de ce roman. A un moment, le roman va carrément changer de rythme et rentré dans cette sphère totalement malfaisante et pleine de folie. Il est difficile de lâcher le roman et plus particulièrement à partir de ce moment-là, il était impossible pour moi de ne pas le terminer car je ne pouvais pas rester avec ce ressenti dans lequel Kabukicho me laissait. Je ne pouvais pas continuer ma journée en le laissant en pause tant j'étais réellement gênée par ce que je lisais et que je voulais savoir comment cette folie se terminait. J'espérais une « happy-end » pour pouvoir fermer le roman en me sentant mieux.
Kabukicho est le genre de roman policier qui ne laisse pas de marbre. Ce roman est plutôt court et propose une palette de personnage, qui, bien que limité saura marquer les esprits. Ce roman a réussi à me captiver du début à la fin. L'auteure, Dominique Sylvain, maîtrise ses personnages et nous propose, avec ce roman, une ambiance malsaine à souhait qui saura mettre mal à l'aise, à de nombreux moments, son lecteur. Une fois bien digéré celui-ci, je lirai bien sûr d'autres romans de l'auteure !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
motspourmots
12 novembre 2016
Dominique Sylvain a vécu au Japon, elle a même pris ce pays pour décor de son premier roman d'après ce que j'ai appris lors de la rencontre organisée par Babelio pour quelques lecteurs privilégiés. Une information qui ne m'a pas étonnée tant le contexte sonne juste dans Kabukicho dont l'intrigue se déroule à Tokyo, ville du 21ème siècle par excellence ville paradoxale qui confronte modernité des infrastructures et poids des traditions. Un polar imprégné de culture japonaise, entre théâtre no et manga, parfait pour servir le thème que la romancière a choisi d'explorer, celui de l'identité.
Car dans ce roman à trois voix où chaque personnage a sa part d'ombre, où l'on n'est plus très sûr de qui est qui, l'important n'est presque pas de savoir qui a tué mais plutôt de comprendre comment les personnalités des uns et des autres se sont construites. Nous sommes donc à Kabukicho, l'un des quartiers chauds de Tokyo où l'on trouve de nombreux bars dits "à hôtes" où des femmes et des hommes entretiennent l'illusion auprès de leurs clients venus chercher ici de l'attention. Une profession qui n'a pas vraiment d'équivalent en Europe. Les hôtes et hôtesses n'ont aucune obligation sexuelle, seulement celle de séduire. Tout un art dans lequel excellent Yudai, un jeune homme très demandé et Kate Sanders, une anglaise devenue en quelque temps l'une des hôtesses les plus recherchées du Gaïa club. Lorsqu'elle disparaît, le jeune homme est le premier à s'inquiéter avant qu'une enquête ne soit diligentée. C'est cette enquête que nous suivons par l'intermédiaire de trois protagonistes : Yudai, l'ami sous emprise des Yakusas, Marie, la colocataire de Kate, une jeune française devenue hôtesse elle aussi et Yamada, le capitaine de police chargé de l'enquête. Entre ombres et lumières, faux-semblants et mensonges, les vies des uns et des autres se dévoilent peu à peu tandis que les cadavres s'accumulent...
Si on ne lâche pas Kabukicho c'est surtout grâce à la psychologie des personnages qui permet au lecteur de s'interroger sans cesse sur la vérité de ce qu'il a sous les yeux. Yudai a servi de modèle à un personnage de Manga publié par son ex-femme et dit lui-même qu'à force de mentir il ne sait plus très bien qui il est. Marie écrit un roman qui semble autobiographique, l'enquête sur Kate fait apparaître plusieurs zones d'ombre. Quant à Yamada, victime d'un grave traumatisme crânien qui l'a rendu en partie amnésique, il est lui-même sujet à interrogations sur ses propres perceptions ce qui le rend particulièrement intéressant. Ajoutons un clin d'oeil au personnage de Patricia Highsmith, Tom Ripley, la menace permanente des Yakusa, l'organisation mafieuse japonaise qui règne sur le quartier et on a une bonne idée de l'ambiance générale.
Tout ceci finit par exercer une certaine fascination sur le lecteur pris autant dans l'intrigue que dans le décor, électrique et glauque. D'autant que l'auteure refuse de céder complètement à la noirceur et permet à l'émotion de se frayer un chemin, histoire de garder un peu d'espoir. Kabukicho est une belle réussite, un polar efficace avec un supplément d'âme, comme j'aime.
NB : un grand merci à Babelio pour cette masse critique privilégiée et la rencontre passionnante avec Dominique Sylvain.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Les critiques presse (1)
LeMonde05 décembre 2016
Loin des clichés autour des mangas et des sumos, elle décrit de l’intérieur les codes et les règles de la face cachée d’un Tokyo, où, au sexe tarifé, les cadres japonais exténués préfèrent une soirée de bavardage avec une hôtesse.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations & extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
ADAMSYADAMSY31 octobre 2016
La passivité poussiéreuse et rouillée du jour était repliée, roulée comme un vieux décor, la foule reprenait petit à petit possession du dédale des ruelles transfigurées.
Rabatteurs, portiers, putes, gigolos, salarymen, hôtes et hôtesses, mamas-san et boss yakusas, serveurs de restaurant, gardiens et videurs, salariés des magasins ouverts vingt-quatre heures sur vingt-quatre et des love hôtels, ils se rejoignaient, mus par un accord tacite, programmés pour se coaguler dans un plasma lumineux et mutant. Toujours le même, toujours différent, toujours avide et consciencieux.
Abondance de rires, de désirs et de détermination, ces mille voix entremêlées, celles du peuple de la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Corboland78Corboland7808 janvier 2017
Il avait trouvé Kabukicho excitant, au début. Les filles sexy, les conversations délirantes, les méthodes de séduction à raffiner chaque nuit. Le quartier des plaisirs de Tokyo était un immense terrain de jeux, et il faisait partie des bons joueurs. Grâce à ce don, déchiffrer instinctivement les femmes et leurs besoins. Il savait écouter, trouver les mots, soigner leur solitude. En peu de temps, il avait fait du Café Château un bar d’hôtes reconnu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MurielTMurielT15 avril 2017
Les abords de la gare étaient noirs de monde. Une agitation permanente. Des milliers de visages et de sourires mais un monde vide. Il eut l'impression d'être l'unique être immobile sur cette place surpeuplée. Les gens filaient à leurs occupations. Les uns vers la dinguerie de Kabukicho, les autres vers leurs petites vies tranquilles.
Commenter  J’apprécie          30
ADAMSYADAMSY31 octobre 2016
Elle n'avait pas cessé de le respirer cette nuit, avait trouvé toutes les occasions de le toucher. Lucidité, si elle voulait l'avoir à elle au-delà de ce qui les séparait et des interdits sociaux, il fallait qu'elle agisse. Cette nuit, pas une autre. Pendant que l'alcool, leurs déplacements incessants, le décalage horaire et les émotions de ce drôle de pèlerinage l'affaiblissaient. Il était son désir. Et sa proie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ariane84Ariane8407 décembre 2016
Au Japon, pays de la règle et du principe, les hôtesses ne couchaient pas. Sauf celles qui couchaient. C'était compliqué, c'était simple. C'était comme ça.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Dominique Sylvain (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Sylvain
Entretien avec Dominique Sylvain à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com, le 8 novembre 2016 pour son roman Kabukicho, publié chez Viviane Hamy.
La page du livre : http://www.babelio.com/livres/Sylvain-Kabukicho/880606
Le compte-rendu de la rencontre entre Danielle Thiéry et ses lecteurs : https://babelio.wordpress.com/2016/11/16/quand-les-lecteurs-de-babelio-rencontrent-dominique-sylvain/
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1155 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre