AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782868535825
75 pages
Éditeur : Le Temps qu'il fait (25/10/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
« Si limitée qu’elle soit, cette recherche tente de réhabiliter le patois dans l’estime de ceux qui l’ont abandonné, c’est-à-dire de chasser l’humiliation par l’Histoire. Car il n’y a pas de langue mauvaise, toutes servent à communiquer et toutes ont une histoire. Notre patois — c’est évident au moins pour une large part de son vocabulaire — n’est pas un causement défectueux, il est notre héritage gaulois, latin, gallo-romain, transmis par les artisans, commerçants ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Bernardbre
  27 avril 2013
Pratique désormais familière, et dont témoignent plus de dix livres depuis 1981: l'association textes et photographies, où excelle Jean-Loup Trassard. le sujet choisi ici est celui du patois mayennais (ou « français local »), ce «mauvais causement» humilié, raillé, méprisé, finalement effacé au profit d'un français (de plus en plus) normatif. On s'en doute, Jean-Loup Trassard, auteur dont on connaît le goût et la virtuosité pour «casser la gueule à l'écriture» (sic) rêve de réhabiliter ce patois refoulé dont il craint pourtant qu'il ne soit mort avec le XXe siècle. L'écrivain que, par nature enchantent les mots (étymologie, histoire, usage, prononciation), se fait ici linguiste pour les inventorier, les commenter et les définir dans un dictionnaire s'ouvrant sur "Âchée" (lombric) pour se fermer sur "Vlimeux" (venimeux).
Mais Jean-Loup Trassard est un linguiste artiste qui, de cet exercice a priori technique, se tire avec une rigueur et un brio n'affadissant en rien son style propre, tellement reconnaissable. Ayant lu ce livre, qui pourrait désormais déguster un cidre digne de ce nom sans le qualifier de « goulayant, drèt en goût, justificatif et qui vous fout dans les qualités de l'homme » ?
Illustratives sans redondances avec les textes, ses photographies, plus que jamais, atteignent à une profondeur inouïe servie par une remarquable qualité d'impression.
Critique parue dans "Encres de Loire" n° 63, printemps 2013

Lien : http://www.paysdelaloire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
genougenou   15 juin 2015
Vieu-tu qu’on s’pille ? m’a proposé un violent petit rouquin irrité par le fait que, nouveau dans la classe, j’attirais trop l’attention des enfants à la récréation. Je n’avais pas encore mes sept ans et je n’étais jamais allé à l’école. Se piller, c’est se battre. Mon manque d’entendement m’évita une bagarre où je n’aurais eu aucune chance. J’appréciai, au contraire, quand deux ou trois jours après, une petite fille courut à mes côtés, tenant un pan de ma blouse en vichy bleu, elle répétait j’t’eume bin, ma ! Je me suis mis assez vite à employer le patois entendu de la bouche des enfants puis, à partir de dix ans, dans la ferme voisine où je passais mes journées.
Ce parler campagnard était un mélange de mots anciens, de conjugaisons particulières et de quelques déformations, le tout pris dans une prononciation qui ne laissait guère saisir à l’auditeur citadin que les rares mots d’un argot venu des villes avant guerre. Aujourd’hui, en 2012, osons une mesure faite à l’oreille : les cultivateurs qui ont cinquante ans comprennent encore le patois, mais ils ne l’emploient presque plus.
Il en était autrement en 1940. Les enfants qui ne s’exprimaient qu’en français dans la classe, d’une façon plus ou moins adroite, retrouvaient leur spontanéité dans la cour, pour jouer il fallait entendre leur vocabulaire. Dans les réponses données en classe, les phrases construites pour illustrer la grammaire, ou les rédactions, s’il arrivait qu’un mot de patois se faufilât, sans orthographe certaine puisque prononcé souvent mais jamais écrit avant cette occasion, notre instituteur s’en amusait et faisait corriger.
Demeuré avec lui dans une vive affection jusqu’à sa fin au-delà de quatre-vingt-dix ans, je me suis permis d’affirmer qu’il eût été intéressant de montrer aux enfants, sur quelques termes au moins, la chaîne des mots : latin, Ancien Français et patois, puis français moderne. Audace répréhensible car la mission de l’école était de faire parler la même langue à tous les enfants du pays, quitte à écraser de mépris — et sans regret — le parler ancestral !
Ce patois mayennais n’étant pas ma langue maternelle, je le réservais pour des échanges très limités avec les enfants. Ma mère, venue du Mans, n’y entendait rien, pourtant je pense qu’elle aurait pu en aimer une certaine sauvagerie. Mon père, né dans un village normand pas très éloigné, comprenait au moins certains mots. Il était habitué aussi à converser dans le bourg avec les cultivateurs et les artisans, mais ceux-là, lui parlant, s’efforçaient d’employer plutôt le français de l’école. Ce qu’il appréciait surtout c’était la couleur de certaines phrases qu’il rapportait à ma mère, il les a même notées. Ainsi le jugement d’un cultivateur, connu comme original, sur le cidre qu’un autre lui avait fait tester : goulayant, drèt en goût, justificatif et qui vous fout dans les qualités de l’homme ! C’est à dire assez alcoolisé pour saouler. Ou l’expression de notre voisine à propos d’un marchand de chevaux qui trafiquait durant la guerre sous un nom d’emprunt : i s’teu faö nommeu ! Ou encore celle de la fermière voulant, au soir, faire rentrer ses lapins qui couraient dans le poulailler j’y fus à la breune mais, dame, je n’les veuyais ni d’la tête ni du cul !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
genougenou   18 juin 2015
J’avais l’impression, en mâchant ces mots-là, de produire des sons qui furent mêlés à la terre quand s’inscrivaient les premières ornières ou qu’étaient taillés les premiers champs puis, plus tard, finie la vaine pâture, élevés et battus à la pelle les talus de nos haies.

Là se rencontrent, en effet, et côtoient, parmi charrois, cultures, défrichements à la hache, à la houe, les racines gauloises et latines, graines semées entre les bruits de sabots et d’écuelles dans l’oreille des enfants, moisson par la génération suivante à la bouche de ses père et mère, patois issu du patois, soupirs, silences qui en disent long.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
genougenou   18 juin 2015
Significations :
Achée, substantif féminin : les poules et les pêcheurs se les disputent
Arocher, verbe : se pratique en discipline olympique
Berouette, substantif féminin : trop facile, je n’aide pas
Claver, verbe : assez facile aussi, mais à l’oreille j’aurais écrit “quieuver”
Cotir, verbe : attention à vous
Emeuiller, verbe : très présent dans ma langue maternelle et, telle mère telle fille, je m’émeuille assez souvent
Frembeyer, verbe : du boulot dans l’étable
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
genougenou   18 juin 2015
Significations :

Guibet, substantif masculin : désagréable au cycliste
Juper, verbe : moins fort !
Micer, verbe : petit, petit, petit
Mucer (se), verbe : mais où ?
Rote, substantif féminin : interdit aux poids lourds
Seuyer, verbe : nécessite un outil
Touser, verbe : bien dégagé
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Loup Trassard (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Loup Trassard
La Fête du Livre de Bron propose chaque année une journée de réflexion sur des enjeux majeurs de la littérature contemporaine. le vendredi 8 mars 2019, nous proposions un focus sur les liens entre littérature, nature sauvage, grands espaces, sciences humaines et environnement. Lors de cette 33ème édition, nous avions la chance d'accueillir Pierre Schoentjes, professeur à l'Université de Gand, spécialiste du « nature writing » en langue française pour un grand entretien exceptionnel, animé par Thierry Guichard, à revivre ici en intégralité.
Dans Ecopoétique, Pierre Schoentjes étudie les spécificités du « nature writing » en langue française – le terroir plus que la terre, le lieu plutôt que le paysage, l'esthétique plutôt que l'éthique – en délimitant un corpus littéraire constitué d'écrivains comme Jean-Loup Trassard, Pierre Gascar, Charles-Ferdinand Ramuz ou Philippe Jaccottet. Mais il explore aussi les oeuvres d'écrivains très contemporains comme Emmanuelle Pagano, Belinda Cannone ou Marie-Hélène Lafon. En partenariat avec l'Université Lyon 2, la Médiathèque Départementale du Rhône et Médiat Rhône-Alpes.
©Garage Productions.
Un grand merci à Stéphane Cayrol, Julien Prudent et David Mamousse.
+ Lire la suite
autres livres classés : patoisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2343 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre