AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Denitza Mineva (Illustrateur)
EAN : 9782352841579
52 pages
Éditeur : Editions du Jasmin (01/09/2015)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Rien ne va plus au royaume des toupies : on a osé voler la précieuse pantoufle du roi. Le général Djoum Atchoum Taratadjoum accuse le royaume voisin de Triboulflavie, leurs amis de toujours. Il n’en faut pas plus : la guerre est déclarée ! Mais comment donner le signal de l’attaque ? le trompette vient tout juste de se marier et se gave de baklavas. Un jeune débutant va le remplacer, qui, pour défendre la paix, a plus d’un couac dans son sac. La guerre de la pantouf... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ally
  23 octobre 2015
Nous sommes dans un monde imaginaire, celui du royaume des toupies. le roi Toupimar III se réveille et s'aperçoit qu'il lui manque sa pantoufle droite. Pour son général, Djoum Atchoum Taratadjoum (avec un peu d'entraînement, il devient aisé de prononcer son nom), le doute n'est pas permis. C'est le royaume voisin, celui de Triboulflavie, qui a fait le coup. Il faut lui déclarer la guerre ! A condition d'avoir un trompette pour donner le signal de l'attaque... le dernier en date a démissionné. Il faut donc en trouver un autre. Patate Patatrac est recruté suivant des critères physiques. le pauvre garçon n'a pas l'air très débrouillard, notamment en musique. La preuve. Trois fois de suite, il se trompe et au lieu de donner le signal de l'attaque, il choisit celui de la retraite. le général devient furieux et veut sa tête…
Ce petit livre destiné aux enfants à partir de 8/9 ans se lit comme un conte. L'oralité occupe une place très importante avec l'omniprésence de dialogues. Il y a également beaucoup d'humour dans le texte avec des jeux de mots sur les noms propres, et quelques métaphores surprenantes (par exemple « le cours des choses change au galop comme un fourmilier qui s'emballe » p.14). Il devient facile d'imaginer ce conte joué sur scène. Par exemple, l'échange entre le roi et la soubrette dans les premières pages du livre est truculent.
Malgré l'apparente légèreté du conte, il ne faut pas se leurrer. le texte est porteur de valeurs humaines et délivre un message. L'auteur grec, Eugène Trivizas, a créé un monde imaginaire pour interroger le nôtre. Il ironise sur les va-t-en-guerre, représentés par le général. La pantoufle perdue montre l'absurdité des conflits. le trompette Patate Patatrac, qui nous apparaît niais aux premiers abords, se révèle porteur d'un message pacifique. Grâce à son courage et sa volonté, il parvient à empêcher une guerre ridicule et inutile.
Les illustrations signées Denitza Mineva apportent un vrai plus dans ce petit livre. Les illustrations en noir et blanc s'insèrent dans le texte de manière créative et ludique. le style est épuré et dynamique avec des personnages sous forme de petites silhouettes. On retrouve également cet humour particulier en résonnance avec le texte. J'ai bien aimé, par exemple, l'illustration pleine page qui montre les soubrettes à la recherche de la pantoufle.
Ce conte a été publié pour la première fois en Grèce en 2007 et il s'agit d'une traduction française de Michèle Justrabo. Cependant, à la lecture de ce petit livre, nous avons l'impression de lire une oeuvre originale tant le texte s'avère fluide et agréable à lire à haute voix.
Il s'agit d'une belle découverte. Je remercie Babelio et les Editions du Jasmin pour cet envoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
zagzaguel
  26 octobre 2015
Voici un petit conte bien sympathique d'un auteur grec qui nous est proposé ici. Dans le Royaume du Toupistan (pays où l'on fait les plus belles toupis), le roi a perdu s pantoufle. C'est l'occasion pour le général des armées au nom amusant de Djoum Atchoum Taratadjoum de déclarer la guerre au pays voisin. Oui mais voilà, pas de guerre sans trompette qui sonnera l'attaque. Et le trompette officiel n'est plus là, il faut le remplacer, au grand dam du général...
Plein de bons mots, d'absurdités et de poésie, ce texte se lit rapidement et avec envie, d'autant plus qu'il est accompagné d'illustrations fines et pleines de détails qui servent le texte. On y découvre aussi une morale que les enfants comprendront facilement.
Je remercie les éditions du Jasmin qui m'ont envoyé le livre dans le cadre du masse critique littérature de jeunesse. Il ira dans la bibliothèque de ma classe afin que mes élèves découvrent et savourent cette histoire.
A partir de 8/9 ans en lecture seule, mais peut aussi demander le soutien d'un adulte pour en comprendre quelques subtilités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
pandaroux
  08 décembre 2015
Le Roi Toupinar III ne retrouve plus sa pantoufle, il pense l'avoir perdue, il mandate tout son personnel pour la retrouver mais rien n'y fait. Son général accuse le royaume voisin de la voler, il déclare alors la guerre. Seulement il n'a pas de "trompette". Alors comment faire la guerre si on ne peut pas lancer l'attaque?
Ce roman jeunesse est drôle très drôle avec beaucoup de jeu de mot : Toupinar pour le Roi des Toupies, Haricofad pour le Roi des Haricoland, beaucoup d'humour qui s'est traduit par beaucoup de sourire et de rire de la part de mes enfants.
Le plus grand l'a lu et a conclu : la guerre est idiote, on la déclare pour rien
J'ai lu le livre à mon plus petit qui a adoré l'histoire d'amitié entre deux hommes de deux peuples différents.
L'histoire est simple mais éducative : à quoi cela sert il de faire la guerre?
Merci à Masse Critique de m'avoir choisi pour cette belle lecture, et merci aux éditeurs pour nous avoir fait (à mes enfants et à moi même) ce joli cadeau.
Commenter  J’apprécie          80
agnesdds
  18 octobre 2015
Texte très drôle avec une intrigue qui devrait plaire à tous les enfants.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
zagzaguelzagzaguel   28 octobre 2015
- Pardonnez-moi de poser cette question, mais, pourquoi, mon général, vous faut-il à tout prix une grande perche, cheveux roux, nez en trompette, grandes oreilles et dix-sept taches de rousseur?
- Parce que seules les grandes perches, cheveux roux, nez en trompette, grandes oreilles et dix-sept taches de rousseur me portent chance. Tous les autres me portent la poisse.
Commenter  J’apprécie          130
pandarouxpandaroux   08 décembre 2015
Le trompette
Attend, chagrin
Qu'on lui coupe la tête
Mais au dernier instant
L'inattendu survient !
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Evgénios Trivizás (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Evgénios Trivizás
Interview de Michèle Justrabo à propos de sa traduction du livre "Le Dernier Chat noir", d'Eugène Trivizas, parue aux Éditions du Jasmin. Interview réalisée en mai 2015.
autres livres classés : jeux de motsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2057 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre