AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213018133
512 pages
Fayard (23/04/1983)
4.15/5   36 notes
Résumé :
Après le coup d'Etat de Brumaire, Bonaparte affirme : "Je suis la Révolution", pour ajouter "La Révolution est finie". Trois voies sont alors offertes : le retour au système monarchique, la consolidation des conquêtes bourgeoises et paysannes ou la satisfaction des aspirations des sans-culottes parisiens. Biographie traditionnelle mais aussi ouvrage de référence, ce Napoléon ou le mythe du sauveur est devenu au fil des ans un véritable classique dont nul ne saurait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sarindar
  04 août 2014
On est loin de la légende, avec Jean Tulard : à se demander si, pour faire un bon travail d'historien, il ne faudrait pas d'abord avoir cette capacité à savoir prendre la distance voulue, pour juger froidement et sans passion l'oeuvre d'un homme ; écrire parce qu'on aime le personnage dont on fait la biographie n'est pas forcément la meilleure manière de faire, et le lyrisme cache parfois une faiblesse d'analyse.
Jean Tulard est sans concession avec Napoléon : il ne cache pas ses erreurs et ne craint pas de dire que sa légende repose au moins autant sur le sens de la propagande - une forme de propagande orchestrée par le général Bonaparte puis par l'Empereur et enfin par l'exilé de Sainte-Hélène à travers des Bulletins militaires auto-glorificateurs, une presse laudatrice et des Mémoires qui devaient entretenir à jamais le mythe - que sur un réel savoir-faire militaire et un authentique génie politique.
Mais l'aventure dura seulement quelques années, de 1799 à 1815. Au sortir de cette courte période, la France était affaiblie. Ramenée à ses frontières d'avant les conquêtes napoléoniennes, elle vit revenir une monarchie qui ne sut pas comprendre tout ce qui avait changé dans notre pays depuis 1789.
Du coup, Napoléon passa plus ou moins pour l'Empereur libéral qu'il prétendait être devenu lors des Cent Jours en 1815, et on se prit à éprouver une certaine nostalgie en souvenir d'une époque dont la mémoire collective ne voulut finalement retenir que le meilleur, en oubliant les pages sombres de cette histoire.
François Sarindar, auteur de : Lawrence d'Arabie. Thomas Edward, cet inconnu (2010)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Latias
  11 octobre 2021
Ce n'est pas sans peine que j'ai terminé le terne Napoléon de Jean Tulard. Cette chronique érudite a certes répondu à mon désir d'approfondir mes souvenirs lacunaires de lycéen alors peu passionné par l'histoire. Les notes, à la fin de chacun des dix chapitres, m'ont impressionné par l'abondance des références bibliographiques et le souci d'objectivité qu'illustre systématiquement une rubrique "Débats ouverts".
En revanche, je n'ai pas trouvé dans ce Napoléon le portrait psychologique qui faisait aussi partie de mes attentes. Jean Tulard, qui revendique de ne pas avoir de passion pour Napoléon, tient soigneusement son sujet à distance. Bref, un livre d'histoire plus qu'une biographie. Dommage que Stefan Zweig n'ait pas écrit un Napoléon !
Plus profondément, n'est-il pas réducteur (et pour tout dire idéologique) de ne faire de Napoléon que l'instrument de ceux à qui la Révolution avait profité, instrument délaissé dès lors qu'il n'a plus servi les intérêts de ces derniers ? Si Napoléon n'avait pas été là, ce serait-il forcément trouvé quelqu'un pour agir comme lui ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
liberligerliberliger   03 novembre 2012
Face aux périls intérieurs et extérieurs menaçant ses intérêts, la bourgeoisie française a toujours su s'inventer des sauveurs. Napoléon ouvre la voie à Cavaignac, Louis-Napoléon Bonaparte, Thiers, Pétain et de Gaulle. Et parce que la vertu principale du bourgeois est l'ingratitude mais son défaut majeur, le manque de courage, la séparation du sauveur et de ses inventeurs s'est faite le plus souvent à la faveur d'une catastrophe nationale.
Le sauveur porte généralement la responsabilité de cette catastrophe. On distingue chez lui, au bout de quelques années, une tendance suicidaire à laquelle de Gaulle lui-même n'aurait pas échappé si l'on en croit Malraux. lassitude du pouvoir ? Dégoût du rôle joué ? Venu dans des circonstances tragiques (coup d'État, révolution, défaite nationale), le sauveur disparaît dans une atmosphère d'apocalypse. Un autre sauveur lui sera substitué, et l'engrenage reprendra. [...] Le premier sauveur avait été aussi le plus grand ; ses suivants ne furent que sa caricature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Jean Tulard (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Tulard
Retrouvez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/dimitri-casali-napoleon-dans-l-intimite-d-un-regne-52664.html
L'Histoire, Dimitri Casali est tombé dedans quand il était petit. Né à Constantine en Algérie, le jeune Dimitri sait ce que cela représente de vivre au coeur même de la grande Histoire quand elle vient bousculer les destins individuels. De son enfance et de son adolescence à Toulouse, Dimitri Casali garde le goût de l'Histoire mais aussi de la musique. Si ses études le mènent naturellement vers l'Histoire, sa passion du rock le rattrape et il intègre un groupe, « Apple Pie », qui obtient un joli succès pendant quelques temps en Allemagne et en Suisse. Quand le groupe se sépare, Dimitri Casali reprend ses études et obtient en 1992 une maîtrise d'Histoire sous la direction de Jean Tulard, référent incontestable de Napoléon Ier. Convaincu que l'Histoire est un vecteur d'intégration, pendant plusieurs années, c'est dans les zones d'enseignement prioritaire qu'il va faire partager sa passion de l'Histoire. Parallèlement, il choisit aussi la voie de l'écriture et publie plusieurs ouvrages. On le connait aussi bien pour ses livres de vulgarisation, pour sa collaboration aux manuels scolaires mais aussi pour des essais dans lesquels il fustige l'enseignement actuel de l'Histoire et prône un retour à une Histoire plus traditionnelle, mettant en valeur les grandes personnalités et les dates clés. Cette vision de l'Histoire crée parfois la polémique. On se souvient notamment de son livre « L'Histoire de France interdite. Pourquoi ne sommes-nous plus fiers de notre histoire », paru en 2012 ou encore « le grand procès de l'Histoire de France » en 2018. Et par son érudition, Dimitri Casali est régulièrement sollicité en radio et en télévision. Comme nombre de ses confrères, il reste fasciné par le personnage de Napoléon, dont 2021 marque le bicentenaire de la mort. Il a déjà publié plusieurs ouvrages sur le petit Corse devenu empereur comme par exemple « Napoléon sur le divan » ou encore « Qui a gagné Waterloo ? », tous deux chez Flammarion, pour n'en citer que quelques-uns. Lui-même amateur de ces beaux livres qui ont une place de choix dans les bibliothèques, il sort à l'occasion de cet anniversaire un nouvel ouvrage chez Larousse, sobrement intitulé « Napoléon » où le texte et l'iconographie se répondent avec plus de trois cents illustrations, agrémentés de fac-similés de documents d'époque. Voilà le livre indispensable pour tous ceux qui veulent revivre la grande épopée napoléonienne. Pour évoquer Napoléon, entre ombre et lumière, nous accueillons Dimitri Casali.
+ Lire la suite
autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2578 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre