AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Haas (Autre)
ISBN : 2266013920
Éditeur : Pocket (01/01/1984)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Je creuse comme un fou, des siècles durant, pour entrer dans l'endroit le mieux gardé des Univers et deux minutes après mon arrivée je fais tout sauter. On m'arrête, on me condamne à mort : normal. Je me retrouve enchaîné à la surface d'un astéroïde de la forme de votre pied et à peine plus grand, je débranche une toute petite prise de rien du tout, et vous voyez le résultat : les cinq Fils de Langtry, qui régnent sur les Univers, morts. Il ne m'arrive que des ennu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  21 janvier 2018
A l'opposé de la prise de tête.
Les Cinq Rubans d'Or date du début des années 1950. Jack Vance est encore un jeunot dans l'édition ; et s'il n'a pas encore figé le style qui lui collera à la peau, il n'a pas non plus acquis quelques défauts associés.
Ce roman est un space road movie truculent qui file à cent années-lumière à la seconde (plus vite que cent à l'heure). Il met en scène un couple qui recherche à travers la galaxie les codes qui donneront aux Terriens l'accès à l'ultrapropulsion, jusqu'ici aux mains des Fils de Langtry. le couple a des relations orageuses qui font la pige à celles de Kathleen Turner et Michael Douglas dans A la Poursuite du Diamant Vert. Sauf que, contrairement au film, la fille Fay est la plus expérimentée et la plus intelligente des deux – pour une fois Jack Vance traite un personnage féminin comme il le mérite.
Fay est dans le métier de l'espionnage depuis longtemps, et elle doit se trainer Paddy Blackthorn, un gus vaguement voleur, assurément macho et fanfaron, plus bonimenteur que le Flic de Beverly Hills mais avec un bon fond et une chance d'Irlandais (oui, d'Irlandais car Irlande = trèfle à quatre feuille, tout ça…). C‘est tout de même grâce à Paddy qu'une chance est donnée à la Terre de sortir de la dépendance des Fils de Langtry. Et puis Paddy est à l'opposé des héros vanciens à venir : c'est une boule d'émotions toujours prête à exploser qui partage des valeurs avec Cugel l'astucieux, et ça fait du bien.
Les Fils de Langtry, parlons-en de ceux-là. le récit se veut sans prétention mais exploite quand même une idée SF sympa : Celle que les hommes, s'installant sur des planètes à l'environnement assez éloigné de celui de notre bonne vieille Terre, subissent une pression de sélection qui aboutit à une spéciation. Leurs caractéristiques physiques diffèrent franchement de celles des Terriens. Or chaque Fils est un descendant d'un Langtry installé sur une planète donnée et appartient à une race au phénotype divergeant. Et là on retrouve le Vance qui aime inventer des espèces bizarres. Bien sûr, un mépris profond est partagé par les Terriens et les nouvelles races. Ces dernières considèrent les Terriens comme les homo sapiens voyaient les Néanderthaliens (dépassés) tandis que les Terriens sont dégoutés par l'apparence des « nouveaux » (Paddy en fait des tonnes là-dessus).
Bon, on ne philosophe pas non plus hein. Ca bonifie le fond de l'histoire et c'est déjà pas mal.
Même si j'ai parfois trouvé les situations « two much » et capilotractées, je me suis bien amusé avec Fay et Paddy. Ce roman sympatoche permet de se détendre et de sourire. Que demander de plus ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
lyoko
  12 juillet 2015
Je pensais lire un policier de Jack Vance, mais j'ai été très agréablement surprise de découvrir un space opéra (néanmoins je vais devoir demander a ma bibiothèque que ce livre soit classé au bon endroit).
Une aventure qui va vite, très vite; avec toujours cette particularité de Jack Vance de faire des descriptions incroyables (meme si elles ne sont pas nombreuses dans ce roman : 229 pages).
J'ai surtout apprécié la dualité homme-femme des 2 personnages principaux, qui est pleine d'humour et qui pour une fois n'est pas si misogyne que ça.
J'ai aussi été très frappée par la position de Vance sur les terriens qui sont assez mal vus des autres populations intergalactiques, mais qui au final apporte un certain interet a l'histoire.
Commenter  J’apprécie          332
Tatooa
  10 octobre 2014
Décidément, en ce moment, les road-trips, c'est mon dada ! Bon, celui-ci est intersidéral, typé space-op, c'est une toute petite différence !
Nous avons là un roman d'aventure, très daté "années 50" dans le style et les relations hommes/femmes, mais c'est vraiment très amusant et divertissant ! On a en Paddy Blackthorn une sorte de pirate de l'espace, qui essaie de choper le secret de la propulsion permettant les voyages inter-planétaires, qui sont "rationnés" par les héritiers de l'inventeur, chacun dirigeant une planète différente, les Cinq Fils, et chacun ayant "un bout" du secret, après lequel il faut que Paddy et sa coéquipière malgré elle, Fay, courent d'un bout à l'autre de l'Espace !
On plonge dans l'univers de Vance sans aucun souci ni aucune difficulté, le style est simplissime et efficace, tout comme l'intrigue, et j'ai beaucoup aimé sa façon de décrire l'évolution des humains selon leur environnement planétaire !
Ce petit bouquin est sans prétention, un peu "roman comics", bourré d'action, de dialogues et d'onomatopées, c'est un moment de lecture agréable et sans prise de tête. Je me suis même dit que mon homme, qui adore les romans d'aventure, adorerait celui-là alors qu'il ne lit pas de SF !
Il n'est pas indispensable de l'avoir dans sa bibliothèque, il me semble. Enfin, je ne suis pas aussi pointue dans le domaine que d'autres de mes amis Babelio, qui, s'ils le lisent un jour, nous en diront plus...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Chiwi
  29 juin 2014
Les cinq rubans d'or est une oeuvre du début de la carrière, si ce n'est la première, du conteur de space operaJack Vance.
Il y a tous les éléments du space opera qui va aller à cent à l'heure (ou à la vitesse de la lumière).
Tout d'abord un héros intrépide, qui utiliserait presque plus ses poings que sa cervelle. Il est aussi très arrogant, très grande gueule, que ce soit à l'égard de ses ennemis ou de sa collègue. A la longue il devient usant, avec ses expressions toutes faites, ses préjugés à l'égard des femmes.
Pour contrebalancer la grande gueule de Paddy, il y a Fay, agent qui oeuvre à la libération de la Terre de la domination des Cinq Mondes. Dès la première rencontre elle en prend plein la figure sur son physiques soi-disant osseux. Heureusement elle a plus de jugeote qu Paddy et est bien plus efficace que lui dans la réalisation de la mission.
Sauf qu'au cours du récit la nature de leur relation évolue d'une manière un peu étrange. Au début ce n'était que des échanges d vacheries où on avait droit de la misogynie de la part de Paddy. Et au fur et à mesure ils finissent par s'apprécier mais cela se fait d'un manière assez niaise.
Face à eux il y a des extraterrestres qui semblent être les résultats de croisements à partir d'un être humain. Mais ils ne sont pas très tendres avec les humains et Paddy leur rend bien. C'est dommage que Jack Vance survole l'histoire de l'humanité. le comment on en est arrivé à cette situation reste dans le flou. J'avais été habitué à plus de précision dans ses romans postérieurs.
Voici un space opera qui se lit aisément. Les personnages peuvent aussi avoir une psychologie qui peut paraitre étonnante selon nos critères actuels mais ils ont de l'humour.
Lien : http://lecturesdechiwi.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Cornwall
  01 mai 2014
Ce court roman a été écrit par Jack Vance en 1950 et a connu une première publication française en 1984 aux éditions Pocket, qui l'ont ensuite réédité en 1991 dans leur fameuse collection SF – Fantasy aux couvertures argentées … Cette fois, c'est ActuSF qui vient nous proposer une réédition et cela avec une nouvelle couverture. Celle-ci est vraiment sympa, ce côté comics me plaît énormément.
Pour libérer la Terre du joug de l'empire des Cinq Mondes, Paddy Blackthorn se retrouve à courir l'espace afin de découvrir le secret de l'ultrapropulsion spatiale. Ses seuls indices : quelques bribes de données codées sur cinq rubans d'or.
Heureusement, il pourra compter sur l'aide de l'énigmatique Fay car tout l'Empire est à ses trousses.
Et pour cause, Paddy a causé la mort de ses cinq plus grands princes...
Conteur inlassable, Jack Vance n'a cessé tout au long de sa carrière de nous emmener vers des galaxies et des planètes lointaines.
Parmi ses succès, on compte quelques monuments de la science fiction comme le Cycle de Tschaï, La Geste des Princes-Démons ou encore La Terre mourante. Avec Les Cinq rubans d'or, il nous propose un space opera, picaresque et exotique comme lui seul sait les écrire.

Je le confesse, c'est la première fois que je lis du Jack Vance. Et puis étant fan de Thomas Geha, je me devais d'en lire. J'ai donc sauté sur l'occasion lorsqu'on m'a proposé ce roman.
la suite sur le blog :
Lien : http://laprophetiedesanes.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   17 janvier 2018
Paddy engloutit son déjeuner en grommelant et vida le pot de liquide chaud sous le regard du Shaul souriant.
— Et qu'est-ce qui me vaut ce rictus sournois ?
— Tout simplement le fait que vous semblez apprécier notre petit potage.
Paddy reposa le bol, toussa et cracha par terre.
— Espèce de démon ! En rompant les ponts avec la Terre, ta tribu a décidément perdu toute décence. Si j'étais à ta place, tu crois que je te donnerais à manger des cadavres fraîchement déterrés, moi ? Hein ?
— La viande, c'est de la viande, observa le Shaul en ramassant les couverts. Les Terriens font bien des manières pour pas grand chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
BazaRBazaR   21 janvier 2018
— Ça ne peut pas être aussi facile, reprit Paddy en essuyant la sueur qui ruisselait sur son front. Il y a sûrement un piège quelque part.
— Impossible, répéta Fay en surveillant les environs par le hublot de côté. Et pourtant si. Nous ne sommes pas suivis. Personne ne sait seulement que nous sommes venus ici.
Paddy se laissa tomber dans un fauteuil avec un grand soupir.
— Si seulement nous avions quelques ennuis, ce serait moins éprouvant pour mes pauvres nerfs. J'aurais au moins l'impression que nous avons chèrement gagné notre butin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
TatooaTatooa   09 octobre 2014
- Argh ! s'écria Paddy. Pas étonnant que vous ne vous soyez jamais mariée. Je plains de tout mon cœur l'homme qui épouserait une telle chipie. Qui voudrait de vous avec vos manières autoritaires ?
- Ah vraiment ? Elle eut un sourire tordu. Vous pensez vraiment ce que vous dites, Paddy Blackthorn ?
- Une chose est sûre, reprit Paddy, c'est que moi, en tout cas, je me garderais bien de toucher à un choléra comme vous. Je boirais nuit et jour pour oublier.
- Nous sommes faits pour nous entendre, railla-t-elle.(Fay)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
TatooaTatooa   10 octobre 2014
- Voici la banque, dit Fay avec un mouvement de tête en direction d'une sorte de clocher de marbre rouge cannelé et incrusté d'argent. Et vous voyez ce comptoir, là, sur le côté ? C'est ce qui tient lieu de salle des coffres. On n'a même pas besoin d'entrer dans le bâtiment.
- Ça ne peut pas être aussi facile, fit Paddy, tout bas.
- C'est impossible, renchérit Fay. J'ai la même impression. Comme si la ville entière n'était qu'un signal d'alarme géant, un piège monumental... Cette tour rouge en spirale n'est peut-être qu'un appât pour les Paddy Blackthorn et les Fay Bursill.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
BazaRBazaR   20 janvier 2018
L'histoire de l'humanité n'est et n'a jamais été qu'une succession... un cycle de différenciations suivies de la fusion intime des sujets survivants pour en revenir à l'uniformité.
Commenter  J’apprécie          244
Video de Jack Vance (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Vance
SORTIE LE 16 JUIN 2014
Sur une nouvelle planète, il n'y a pas de sentiers battus ; il n'y a place que pour les prouesses, la solitude, les découvertes et l'inconnu. Quel est le lien entre une explosion, un exploit, l'exploration d'un monde nouveau et son exploitation ?
Influencé par Jack Vance, Ursula K. le Guin, Robert Silverberg ou encore John Varley, Alfred Boudry nous livre un roman hommage à l'âge d'or de la science-fiction où l'espace est une invitation à l'introspection.
Exploration Totale nous emmène dans les tréfonds du temps et de notre univers... qu'il soit extérieur ou intérieur.
« Celui qui entre ici ne peut rebrousser chemin pas plus qu'aller de l'avant. Cloué sur place, il est envoûté, trop grand pour l'immensité, trop petit pour le grain de sable qui a sa place dans l'univers... » (B. Traven, le Vaisseau des Morts)
© lepeupledemu.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox