AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782266173742
384 pages
Pocket (09/09/2010)
3.43/5   22 notes
Résumé :
Un roman inédit et six nouvelles : l'aventure selon Jack Vance...

Mondes lointains, sauvages et inexplorés, extraterrestres étranges, pionniers endurcis, héros roublards et manipulateurs, escrocs en tout genre, pirates et contrebandiers, haines et vengeances...
Lire Jack Vance, c'est voyager à bord d'un vaisseau littéraire riche de parfums capiteux et aux millions de couleurs, c'est s'embarquer pour des destinations chamarrées, c'est... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
TwiTwi
  01 août 2011
L'an dernier, pour le challenge Summer Star Wars, je lisais Space Opera de Jack Vance. Ayant beaucoup apprécié cette aventure musicale intergalactique, je réitère cette année avec le même auteur, mais cette fois avec un recueil composé de six nouvelles et d'un petit roman, en grande partie inédits en France.
Les maîtres de maison (1957). Où comment les chats pourraient nous percevoir s'ils étaient les êtres intelligents d'une planète lointaine. Excellent texte, surprenant de bout en bout. A noter que l'avant-propos du recueil nous explique que cette nouvelle est déjà parue dans un numéro de Bifrost consacré à Jack Vance. La version proposée ici a gagné en longueur et en respect du texte original.
La planète de poussière (1946). Où comment est pris celui qui croyait prendre, version pirates de l'espace. Nouvelle qui se laisse lire mais sans plus : l'histoire est somme toute le synopsis d'un film d'action lambda, vaisseau spatial excepté.
Parapsyché (1958). Où des personnes bien intentionnées cherchant à étudier la mort et l'au-delà se heurtent à l'extrémisme religieux. Ce texte est un peu à part car il n'aborde pas du tout la thématique du voyage spatial et de la découverte d'autres planètes. J'ai trouvé le récit un brin neuneu au début ; heureusement il décolle lorsque Don expose sa théorie de l'inconscient collectif, qui est tout à fait passionnante. J'étais davantage intéressée par les propos sur la mort et la recherche de l'au-delà que par la guerre sainte menée contre ce groupe de scientifiques par des fous furieux. La fin est un peu (beaucoup) facile et décevante.
Sjambak (1953). Où un type nommé Wilbur Murphy (certains ne sont pas gâtés) est envoyé sur une planète en vue de réaliser un reportage pour l'émission "Découvrez donc votre univers !". Nouvelle avec laquelle je n'ai pas du tout accrochée malgré des idées intéressantes, notamment les fameux sjambaks.
Joe Trois-Pattes (1953). Où deux prospecteurs de métaux partent en exploration sur une planète (ambiance très western) et rencontrent en chemin une espèce de type qui se nourrit d'acide et qui semble invincible (ambiance très super-héros ... mais en fait non). Amusant.
Le robot désinhibé (1951). Où un réparateur de tuyaux de transports de marchandises interplanétaires se retrouve sur une planète saugrenue dirigée par un système informatique défectueux et peuplé par des êtres non moins saugrenus qui parlent avec leurs aisselles. C'est la nouvelle que j'ai le plus appréciée : je me suis totalement laissée emporter par cette histoire et ne m'attendais pas du tout à une telle chute.
Le diable sur la colline du salut (1955). Où l'on raconte la colonisation ratée d'une planète et de ses habitants. Sur La Gloire, tout est voué au hasard et le temps n'a pas de prise sur les êtres et les choses. Les Terriens essaient d'y mettre bon ordre, sans succès. Une nouvelle très intéressante sur la volonté perpétuelle de l'homme (occidental aurais-je même envie de rajouter) à imposer son propre schéma de fonctionnement à tout ce qu'il rencontre.
Ce que j'apprécie particulièrement chez Vance, c'est son sens indéniable de l'aventure et sa capacité à créer des planètes et ses habitants aux caractéristiques uniques et souvent surprenantes. Indéniablement, cet esprit se retrouve dans ce recueil, même si tous les textes n'ont pas réussi à me convaincre.
INFOS
Textes publiés entre 1946 et 1958.
Publié en 2006 par le Bélial'.
Avant-propos par Pierre-Paul Durastanti.
Une bibliographie en fin de volume donne toutes les informations concernant la publication et la traduction de chaque récit.
Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kabuto
  18 juin 2020
Un Jack Vance que je n'avais pas encore lu. Sjambak est un recueil de nouvelles assez anciennes puisqu'elles datent presque toutes des années 50. Soyons honnête, ce n'est pas ce que j'ai lu de mieux de cet auteur. Il faut dire que la science-fiction de cette époque est très éloignée des standards actuels. Néanmoins on retrouve l'originalité et le regard toujours un peu décalé de ce grand écrivain de l'imaginaire. Toutes ses histoires ont quand même gardé un certain charme et il faut bien le dire, je ne me lasse jamais de ce bon vieux Jack.
Commenter  J’apprécie          20
Meylleen
  07 août 2016
N'ayant pas été très coinvaincue par La Planète Géante, mais ayant bien apprécié le Cycle de Tschaï, j'ai voulu poursuivre avec Jack Vance et plus particulièrement avec ce recueil de 7 recits, 6 nouvelles et un court roman.
Les récits ne m'ont pas tous convaincu, mais ils ont tous en commun ce sentiment de découverte, de mondes exotiques ou intéressants. Certains textes m'ont plus particulièrement convaincu, notamment les nouvelles Maîtres de maison et le Diable sur la colline du Salut, tout deux très intéressante et le roman Parapsyché avec un couple décidé à étudier la Mort.
Quelques autres récits ont été assez divertissant, mais je n'ai cependant pas accroché avec Sjambak ou le Robot désinhibé, dont j'avoue ne même plus me souvenir après lecture…
Au final, je reste assez mitigé sur ce recueil car certains récits ne m'ont pas convaincu, voire ennuyé, mais il ya a tout de même quelques textes fort intéressants qui mérite l'attention.

Lien : http://raconte-moi.net/2016/..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TwiTwiTwiTwi   13 juillet 2011
D'après le théorème de Gram, tout carnivore atteignant un niveau civilisé conservait la férocité et la dureté de son ancêtre originel. L'herbivore avait tendance à rester placide, discipliné et conventionnel - tandis que les omnivores étaient fantasques et sujets à des troubles nerveux, ainsi qu'à des émotions imprévisibles. [le robot désinhibé]
Commenter  J’apprécie          40
TwiTwiTwiTwi   13 juillet 2011
Pourquoi aurais-je besoin de Linguaide sur Rhétus ? La réponse était que le Chef savait que je rencontrerais des indigènes qui parlaient avec leurs aisselles. [le robot désinhibé]
Commenter  J’apprécie          40

Video de Jack Vance (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Vance
SORTIE LE 16 JUIN 2014
Sur une nouvelle planète, il n'y a pas de sentiers battus ; il n'y a place que pour les prouesses, la solitude, les découvertes et l'inconnu. Quel est le lien entre une explosion, un exploit, l'exploration d'un monde nouveau et son exploitation ?
Influencé par Jack Vance, Ursula K. le Guin, Robert Silverberg ou encore John Varley, Alfred Boudry nous livre un roman hommage à l'âge d'or de la science-fiction où l'espace est une invitation à l'introspection.
Exploration Totale nous emmène dans les tréfonds du temps et de notre univers... qu'il soit extérieur ou intérieur.
« Celui qui entre ici ne peut rebrousser chemin pas plus qu'aller de l'avant. Cloué sur place, il est envoûté, trop grand pour l'immensité, trop petit pour le grain de sable qui a sa place dans l'univers... » (B. Traven, le Vaisseau des Morts)
© lepeupledemu.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : extrémisme religieuxVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus