AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072706297
Éditeur : Gallimard (18/05/2017)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Le carrefour des Cinq Rues, qui donne son nom à l’un des quartiers les plus fréquentés de Lima, est ici le décor d’une brillante comédie de mœurs aux multiples rebondissements, dont le centre étoilé est occupé par un gigantesque scandale politique, médiatique et sexuel.
Quelques photos compromettantes, un maître chanteur, un crime crapuleux : la presse à sensation ne pouvait rêver mieux. Le respectable et riche ingénieur Enrique («Quique») Cárdenas, mais éga... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Melcleon
29 juillet 2017
Ce roman est imprégné de sexe, sous sa forme joyeuse ou dans un registre plus sordide. le sexe joyeux, c'est celui que découvrent deux amies, épouses d'avocat et d'homme d'affaires, contraintes par le couvre-feu à dormir, une nuit, dans le même lit. À la fin des années 1990, en effet, le Pérou est confronté au terrorisme, et à Lima, capitale du pays, le couvre-feu est de rigueur. le mari homme d'affaires, lui, a été invité à un séminaire on ne peut plus sérieux qui s'est transformé, sans qu'il en ait conscience, alcool et drogue aidant, en partouze au cours de laquelle il a été subrepticement photographié sous toutes les coutures. Deux mois plus tard, les photos "déshonorantes" (aux yeux du principal intéressé) réapparaissent, d'abord entre les mains d'un journaliste, directeur d'une feuille à scandales, qui lui propose un marché, en vain, puis dans les pages mêmes du journal.
Quand le journaliste est retrouvé mort (dans le quartier malfamé des Cinq Rues), sauvagement assassiné, l'industriel est immédiatement soupçonné d'être à l'origine de son élimination. Or s'il appartient sans conteste au cercle des puissants, d'autres forces, occultes celles-là, agissent au plus haut niveau de l'État pour régenter le pays, recourant quelquefois à des moyens détournés et illicites.
Vargas Llosa, octogénaire, s'est sans doute fait plaisir avec ses descriptions plutôt efficaces de parties de jambes en l'air non conventionnelles mais pour autant il n'en a pas oublié l'un de ses domaines de prédilection : la politique. En imaginant un scénario alternatif pour la chute du président Fujimori au début des années 2000 il réécrit plaisamment l'histoire, usant d'un nombre réduit de personnages, tous bien campés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Verdure35
07 juillet 2017
Voilà un roman très facile à lire, trop facile peut-être, eu égard de son auteur:Prix Nobel de littérature M.V. LLOSA
L'auteur a été la victime des journaux à sensations de Lima, et aucun doute il veut régler ses comptes avec la presse de caniveau, et aussi avec Fujimori et son âme damnée, le « Docteur » .
D'où un roman narrant un scandale provoqué par un journaliste de mèche avec le pouvoir, un grand industriel mis en cause.
Beaucoup de sexe, plusieurs partenaires , quelques pauvres victimes par ricochet.
Déçue, vraiment , je pense à un livre « alimentaire » ,pas digne d'un Nobel.
Commenter  J’apprécie          70
topocl
02 septembre 2017

Nous sommes au Pérou, à a fin des années 90, sous la double dictature de la mainmise généralisée du gouvernement, et des attaques terroristes et enlèvements du Sentier lumineux.
La revue à scandale Strip-tease révèle les photos compromettantes d'une orgie à laquelle a participé Quique, richissime entrepreneur protégé par la dictature. La réponse est immédiate et le directeur de la publication en fait sauvagement les frais. le milliardaire et ses amis, une fois la "faute" effacée, ne se posent guère de questions et jouissent sans scrupules de leurs fortunes et de leurs émoustillantes épouses dans une luxure assez désuète. Mais Julietta, de journaliste à scandale se transforme en journaliste d'investigation et n'a pas dit son dernier mot.
C'est un Vargas Llosa facétieux qui n'a plus rien à prouver, et qui s'est fait plaisir dans ce roman ludique, badin et faussement frivole. Les dialogues tiennent une bonne moitié du texte. La niaiserie des industriels fortunés n'a d'égale que la naïveté du dictateur. Les parties de jambes en l'air coquines, torrides dans l'esprit des partenaires, sont racontées (avec détails ) dans un enrobage fleur bleu et un ton de moquerie amusée (on s'appelle "ma blondinette" et "mon petit mari").
Si Vargas Llosa s'appuie sur un arrière-fond de discours politique, il est surtout dans un film de série B avec ses multiples rebondissements plus ou moins prévisibles et ses personnages volontairement stéréotypés. Cette impression est confortée par l' ambitieux chapitre XX, où les personnages s'entremêlent habilement en petites séquences entre-coupées dans une espèce de bande-annonce effrénée , tour de force littéraire de haut-vol parfaitement maîtrisé.
Au final , on pourrait croire que la morale est que le pot de fer triomphe parfois du pot de terre. Je me demande si elle n'est pas plutôt que les vieux prix Nobel ont bien le droit de s'amuser, eux aussi, quitte à produire une oeuvre piquante, mais mineure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coincescheznous
25 juillet 2017
Vous cherchez le livre parfait pour vos vacances ? Vous aimeriez qu'il soit caliente, drôle, rythmé, avec des personnages hauts en couleurs et une intrigue diablement bien menée? Ne cherchez plus ! Délectez vous du nouveau Vargas Llosa : Aux cinq rues, Lima.

Le Pérou vit dans la peur. Attentats, rackets, enlèvements et corruption sont le lot quotidien des habitants de Lima sous le régime autocratique d'Alberto Fujimori ( qui pour la petite histoire, a battu Vargas Llosa aux élections présidentielles péruviennes en 1990). Dans ce contexte tendu, un riche industriel, Enrique Cardenas, coule une vie heureuse avec femme et enfants jusqu'à ce que le rédacteur en chef d'une sorte de Voici local ne vienne lui apprendre qu'il dispose de clichés compromettants le mettant en scène… Voilà l'intrigue lancée autour d'un scandale sexuel au coeur du pouvoir, du monde de l'argent et de la presse à sensation.

Mario Vargas Llosa est un immense auteur. Prix Nobel de littérature 2010, on lui doit des romans comme le Paradis un peu plus loin, la Fête au bouc, Tante Julia et le scribouillard, Tours et détours de la vilaine fille, la Ville et les chiens…La liste des oeuvres de premier ordre pondues par ce grand monsieur est longue, très longue!
Il nous propose ici un roman mineur dans son oeuvre, mais franchement divertissant, truffé de personnages iconoclastes, et qui se lit avec jubilation. Vous y découvrirez les faubourg poisseux de la ville comme ses plus belles villas, partagerez le quotidien d'un poète amnésique, d'une journaliste d'investigation pas comme les autres, de couples aux moeurs légères et d'une éminence grise démoniaque et sans pitié… le grand homme a du métier et cela se voit. La galerie de portraits qui défile sous nos yeux est d'une inventivité et d'un réalisme épatants. La construction du récit est d'une efficacité et d'une maestria bluffante. Elle se permet même dans la conclusion du roman une expérimentation narrative aussi folle que virtuose, qui fonctionne à la perfection. A plus de quatre vingt ans, il n'y a pas à dire, cet écrivain en a encore derrière la semelle et propose un récit étonnamment plein d'allégresse et de juvénilité.

Ainsi, si l'intrigue se veut d'abord politique, le livre baigne dans une ambiance très chaude. Les parties de jambes en l'air et les jeux érotiques et ludiques qu'elles engendrent donnent ainsi une atmosphère aussi torride que joyeuse à ce petit livre délicieux.
Bien sûr, on ne retrouvera pas la même émotion et la même profondeur que dans le Paradis un peu plus loin (mon Vargas Llosa préféré), mais voilà une lecture fraîche, agréable, drôle et sexy. Parfait pour votre transat sur la plage!

Tom la Patate
Lien : http://coincescheznous.unblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
celinezug
06 septembre 2017
C'est bien la première fois que cet auteur me déçoit à ce point. J'ai lu beaucoup de livres de lui avec un plaisir sans cesse renouvelé, louant sa capacité à ne jamais se répéter et à savoir se documenter avec autant de soin. Il n'y a rien dans cette histoire qui soit digne de son talent (passé ?) une histoire qui ressemble au fantasme d'un vieux monsieur qui nous a pondu des personnages qui ont dû l'émoustiller ! Les personnages sont creux et prévisibles, l'histoire un peu trop facile et cette fin est tout simplement pathétique. Tout a le goût du roman alimentaire ou de celui de trop j'ai du mal à comprendre qu'il ait cédé à la facilité d'une littérature à l'eau de rose !
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (6)
LeMonde17 juillet 2017
Pour facile à lire et amusant qu’il soit, ce roman peut être lu comme une réflexion sur cette étrange et dérangeante nouvelle frontière. La post-vérité, ou le fake plausible.

Lire la critique sur le site : LeMonde
LaPresse12 juillet 2017
Vargas Llosa sait comment mener plusieurs lignes narratives simultanément sans jamais égarer son lecteur.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeFigaro12 juillet 2017
Scandale public d'Enrique, double vie de Marisa, serions-nous dans un polar? Plutôt dans une réflexion romanesque sur le pouvoir [...]
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Liberation12 juin 2017
Vargas Llosa semble faire de moins en moins la différence entre littérature et chronique politique : pourquoi pas ?
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama07 juin 2017
Secrets d'alcôve, presse à scandale... : sur fond de dictature, le grand écrivain péruvien brode une captivante intrigue à tiroirs.
Lire la critique sur le site : Telerama
LaCroix19 mai 2017
Alors qu’un scandale de grande ampleur menace d’éclater au Pérou, deux couples de la haute société prennent conscience que la vie est trop sérieuse pour être vécue tristement.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka04 juillet 2017
On était déjà aux Cinq Rues et la Riquiqui descendit du bus. Elle parcourut à pied les sept blocs qui séparaient l'arrêt de sa maison, sur l'avenue du Lieutenant Arancibia, en passant par tous les lieux qu'elle connaissait comme sa poche et en répondant d'un hochement de tête ou d'un geste de la main au salut de ses connaissances : le médium de Piura qui recevait ses clients uniquement de nuit - à l'heure propice au dialogue avec les esprits -, l'apothicaire qui occupait la petite maison où, disait-on, était né Felipe Pinglo, le grand compositeur de valses ; la villa Heeren qui, à ce qu'il paraît, avait été au XIXe siècle un ensemble composé des demeures les plus élégantes de Lima et qui était aujourd'hui un monceau de ruines que se disputaient charognards, chauves-souris, drogués et bandits ; la maison de la Limbomane, l'avorteuse ; l'église du Carmel et le petit couvent des sœurs franciscaines de l'Immaculée Conception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
PiatkaPiatka02 juillet 2017
À peine l'avait-il vu entrer dans son bureau que l'ingénieur Enrique Cárdenas - Quique pour les intimes - avait ressenti un étrange malaise. Qu'est-ce qui l'incommodait chez ce journaliste qui s'avançait en lui tendant la main ? Sa dégaine de Tarzan roulant des mécaniques comme le roi de la jungle ? Ce petit sourire de rat qui fripait son front sous ses cheveux gominés et plaqués sur son crâne comme un casque de métal ? L'étroit pantalon en velours côtelé mauve qui moulait comme un gant son petit corps étriqué ? Ou ces souliers jaunes à semelle compensée pour le grandir ? Tout dans sa petite personne lui parut ridiculement laid.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
PiatkaPiatka03 juillet 2017
Le voyeurisme est le vice le plus universel qui soit. Dans tous les peuples et toutes les cultures. Mais surtout au Pérou. Je suppose que vous le savez mieux que personne : nous sommes un pays de commères. Nous voulons connaître les secrets des gens et, de préférence, les secrets d'alcôve. En d'autres termes, et pardon pour la grossièreté, qui baise avec qui et comment ils le font.
Commenter  J’apprécie          50
BibaliceBibalice05 mai 2017
Chabela était restée dormir et, maintenant, Marisa sentait la plante de son pied sur son pied droit : légère pression, douce sensation, tiède, délicate. Comment se faisait-il qu’elles soient si près l’une de l’autre dans ce lit conjugal tellement vaste qu’en le voyant Chabela avait lancé en riant : « Ça alors, Marisette, tu peux me dire combien de personnes dorment dans ce lit géant ? » Elle se rappela qu’elles s’étaient couchées chacune dans son coin respectif, à un demi-mètre l’une de l’autre pour le moins. Laquelle avait glissé dans son sommeil à tel point que le pied de Chabela soit en ce moment posé sur le sien ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui13 juillet 2017
Il avait un public qui suivait, ravi, les révélations qu’il faisait en traitant de pédés chanteurs et musiciens, ses explorations morbides de l’intimité des personnalités publiques, ses « scoops » qui mettaient en pleine lumière linge sale et turpitudes qu’il exagérait toujours et inventait parfois. Tout ce qu’il entreprenait connaissait le succès. Mais sans jamais trop durer car les scandales, le grand secret de sa popularité – il les découvrait ou les provoquait –, le plongeaient en général dans des embrouilles judiciaires, policières et personnelles où il laissait parfois des plumes. Les directeurs de journaux, radios et chaînes de télé finissaient par le virer en raison des protestations et des menaces qu’ils recevaient et parce que Garro était capable, par son activité frénétique, de les transformer en victimes de ces scandales qu’il promouvait et attisait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Mario Vargas Llosa (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mario Vargas Llosa
Mario Vargas Llosa: 2012 National Book Festival
autres livres classés : pérouVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
217 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre
. .