AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070363742
192 pages
Gallimard (26/04/1973)
3.7/5   246 notes
Résumé :
i les jeunes écrivains, il y en a quelques-uns qui, continuant la vénérable tradition qui prit naissance avec la Batrachomyomachie d'Homère, ne dédaignent point de temps à autre de faire "Ha, ha" (comme disait Fontenelle, très illustre vieillard, qui atteignit un âge avancé sans s'être jamais permis de rire) ou même "A, a" (comme le non moins illustre Bosse-de-Nage, cynocéphale papion et compagnon fidèle du docteur Faustroll. [...])
Revêtus de leur livrée mod... >Voir plus
Que lire après Vercoquin et le planctonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 246 notes
5
9 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis
Du grand Boris Vian, surréaliste à souhait, ce qui ne peut surprendre quand on sait que l'écrit fut confié à Raymond Queneau, alors directeur de la collection « la plume au vent » de Gallimard, qui trouva ce récit « très à son goût ». Hasard ou non, un des personnages principaux se nomme Zizanie, peut-être Queneau s'en sera-t-il servi douze ans plus tard pour baptiser Zazie, son héroïne du métro ?

Résumer … oui mais ? Est-ce bien utile ? car je pense que l'histoire fait office de ligne conductrice pour organiser le désordre et y greffer toutes sortes d'artifices littéraires.
L'ouvrage se divise en quatre parties durant lesquelles le Major prépare une surprise partie à la mode de 1945, qu'il tombe amoureux de Zizanie, qu'il s'ingénie à se débarrasser de Fromental de Vercoquin son concurrent, lui aussi amoureux de Zizanie, qu'il doit demander la belle en mariage à l'oncle de cette dernière, qu'il se retrouve engagé au Consortium National d'Unification ou travaille l'oncle. le roman se termine par une surprise-party comme on n'en connut jamais de mémoire de danseur.



La première partie est légère, comique, polissonne, on swingue, on boit, on se retrouve dans le baisodrome. On s'y met dans les situations les plus cocasses. Cette première partie est fort divertissante : comique généré par la surprise du lecteur, par l'absurde qui agrémente l'écrit : ajout d'éléments divers dans le décor, dans les objets du quotidien : bouteilles de Nansouk, cristal basané... dans les aliments : pyramides de gâteau, cylindre de phonographe, carrés magiques, hautes sphère politiques …,
la présence d'un mackintosh (imperméable) apprivoisé vient ajouter du comique de répétition tout au long des deux premières parties.
L'auteur y ajoute une sorte de guide hilarant sur la façon de se débarrasser de ses concurrents dont le major se servira sans scrupule.

Les deux parties centrales contrastent avec le début : lourdes, pénibles à lire, répétitives, et ce n'est aucunement un problème d'écriture de la part de Vian, au contraire, il le fait exprès : des pages et des pages de procédures, de paperasse administrative dans un univers de ronds de cuirs, de fonctionnaires soit zélés comme Miqueut (sous ingénieur principal), soit tire-au-flanc comme les autres, des réunions interminables pour ne rien dire et surtout ne prendre aucune décision, belle illustration de la lourdeur administrative, il faut également y voir une partie très autobiographique, Vian ayant travaillé pour l'Association Français de Normalisation.

Il paraît donc évident qu'il se moque ouvertement de l'administration : dans cette partie, le major se voit engagé pour monter un dossier sur les surprise-parties, tout cela pour obtenir de Miqueut, oncle de Zizanie, le consentement au mariage du major et de sa dulcinée. On notera que ce milieu de travail vient s'opposer au monde de fête et de distraction de nos héros.

Dans la dernière partie on swingue à nouveau, d'abord avec des gens sérieux, trop sérieux, puis dans un appartement ou l'on assistera à toutes les débauches possibles.

On remarquera les jeux de langage, les calembours dont l'auteur use et abuse, les nom propres qui subissent quelques changement ( Guère souigne), les allusions à certains auteurs (Corneille), ou encore la présence de personnages de l'entourage de l'écrivain : Claude Abadie dont il rejoint l'orchestre en 1942. Attention lorsqu'il est question de musique, de bien lire les titres des morceaux diffusés , il y a là de quoi se réjouir lorsqu'on lit par exemple : « Mushroom in my red nostrils ».


Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce roman, mais évitons de trop dévoiler et laissons de la place pour la prose des babéliotes.
C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé l'un des mes auteur favoris capable de d'écrire du-grand-n'importe-quoi, révélant une parfaite maîtrise de la langue de Molière.


Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
Commenter  J’apprécie          682
La Feuille Volante n° 1475– Juin 2020.

Vercoquin et le plancton – Boris Vian – Éditions Pauvert.
La Feuille Volante n° 1475– Juin 2020.

Vercoquin et le plancton – Boris Vian – Éditions Pauvert.

D’emblée, dans un « prélude » l’auteur, sous la signature de Bison ravi, un de ces nombreux anagrammes, avertit son lecteur « Vercoquin n’est pas un roman réaliste, en ce sens que tout ce qu’on y raconte s’est réellement produit ». On peut ainsi se faire une idée de la créativité de Vian, un peu comme l’avertissement qu’il formule dans « L’écume des jours »

Roman écrit en 1943, c’est à dire au plus fort de la guerre et de l’Occupation et publié en 1946 sous la houlette de Raymond Queneau.

Voilà donc le Major (Jacques Lostalot) personnage authentique de 21 ans qui marqua fortement notre auteur, qui donne une surprise partie dans sa maison de Ville-d’Aville et qui charge Antioche Tambretambre – peut-être Vian lui-même- de l’intendance, boissons, musique (jazz et swing) pour cette soirée. Ce sont les mêmes personnages que dans « Trouble dans les Andins ». Le Major va y rencontrer Zizanie de Houspignol et évidemment en tomber follement amoureux et ce malgré la présence de son compagnon et prétendant Fromental de Vercoquin et lors d’une deuxième surprise partie il se fiance avec elle .
C’est un récit où Boris se moque du travail répétitif, tatillon et sans intérêt qu’il effectuait à l’AFNOR (Association française de normalisation) puis à l’ « Office Professionnelle des Industries et des Commerces de Papier et du Carton » rebaptisés ici CNU (Consortium national d’unification) où travaille le sous-ingénieur Léon-Charles Miqueut qui est aussi l’oncle et le tuteur de Zizanie. Cette critique acerbe a quelque chose de délicieux et vaut son pesant d’absurde et de ridicule et rappelle le travail que Vian y effectuait mais qui a eu l’avantage de lui laisser beaucoup de temps libre au point que c’est dans ces bureaux qu’il écrira « L’écume des jours » et « L’automne à Pékin ». Le Major demande à Antioche de faire pour lui auprès de son oncle la demande en mariage mais à la suite d’un quiproquo le Major est embauché à la CNU pour normaliser... les surprises-parties. Vercoquin ayant eu la même idée il fallu donc désigner, à la manière de Boris Vian, le vainqueur de cette joute dont l’enjeu est Zizanie. Cela non plus ne manque pas de sel .
C’est surtout l’ambiance festive des « zazous », le mode d’emploi pour la drague en « surpat » comme on disait alors et la volonté des jeunes gens de sortir de l’ambiance de cette guerre en profitant de toute nouvelle liberté qui, au cas particulier, se décline en liberté sexuelle. Mais cela met surtout en évidence ce que Boris aimait, l’alcool, les voitures, les femmes, la musique, c’est à dire les passions de quelqu’un qui voulait profiter de la vie qu’il savait brève pour lui puisqu’il disait qu’il n’atteindrait pas 40 ans !
On peut se perdre en conjectures sur les significations de ce roman et y voir par exemple l’opposition entre deux modes de vie surtout au sortir de la guerre, entre deux générations ou peut-être la remarque personnelle de Boris lui-même à l’ultime fin de ce roman... à propos du mariage !
J’ai retrouvé avec plaisir, malgré cette histoire un peu loufoque, les jeux de mots, les calembours et les dialogues et les situations surréalistes que j’apprécie tant chez Boris Vian.




©Hervé Gautier http:// hervegautier.e-monsite




Commenter  J’apprécie          140
Voici un roman que j'ai découvert il y a bien longtemps. Avant l'avènement des réseaux sociaux. C'est dire.
Mais je me devais, même des années après, lui rendre justice. Je suis d'ailleurs étonnée qu'il n'ait pas plus de lecteurs...
Je le recommande à toux ceux qui ont gardé une âme d'enfant, qui ont conservé une capacité d'imagination et d'étonnement, qui croient au merveilleux et à la magie de tous les jours. A ceux qui voient dans les nuages des dragons et des licornes. A ceux qui aiment la trompinette, les zazous, Saint Germain des Prés, l'Ecume des jours.
Bien entendu, il y aura des réfractaires, des imperméables à la fantaisie. Mon grand-père, cartésien et esprit de géométrie devant l'éternel ne pouvait pas piffrer Boris Vian.
Moi, à l'inverse, j'aurais adoré le rencontrer.
Bref, je ne vous en dirai pas beaucoup plus sur le contenu, sauf que vous allez vous prendre des fous-rires. Je confesse avoir échappé de peu à une punition pour avoir été prise en flagrant délit de lecture de ce roman...en cours de mathématique. Mes comme quoi parfois les professeurs de mathématique peuvent être humains et animés d'une étincelle de fantaisie, cette enseignante de l'époque s'était contentée de me demander de reprendre ma lecture à la fin de son cours.

Alors faut-il le lire ? Oui. Grand oui. Parce qu'il n'y a pas que l'Ecume des jours dans la vie.
Commenter  J’apprécie          80
Cette oeuvre de jeunesse de Boris Vian est un de ses chefs-d'oeuvre : si elle ne vise pas à atteindre la puissance dramatique de l'Ecume des jours ou de l'arrache-coeurs, elle se distingue en revanche par une vitalité étonnante et un souci d'écriture constant ; le roman, caractérisé par l'improvisation permanente et des surprises sans cesse renouvelées, se lit comme on écoute un très bon morceau de jazz, comme on se perd dans une fête foraine, comme on fait l'amour enfin - quand ça se passe bien. Chaque phrase est admirable ciselée, jouant sur deux, trois , dix plans de réalité. C'est d'ailleurs le thème du roman que la résistance de jeunes gens insouciants, préoccupés seulement d'amours aussi passionnées que fugaces, face à toute la bêtise, la violence et l'inertie du monde, depuis la toute-puissance bureaucratique jusqu'à la guerre évoquée en un inquiétant filigrane. Quelle chance que Vian ait pu écrire cette petite ode à la joie (même contrainte) dans sa jeunesse avant de sombrer dans son superbe pessimisme.
Commenter  J’apprécie          80
Vercoquin et le Plancton est un livre, il faut le dire, assez peu connu: quand on pense à Boris Vian, on pense surtout à l'Ecume des Jours et à ses romans écrits sous le nom de Vernon Sullivan. Mais je me suis fixée comme mission de découvrir aussi les oeuvres un peu moins célèbres de l'auteur, et Vercoquin et le Plancton m'intriguait grandement... Rien que le titre m'attirait! Mais le reste alors?

Et bien j'ai adoré Vercoquin et le Plancton! Franchement, j'ai passé un excellent moment avec ce livre. Je vais donc commencer par les points positifs. Tout d'abord, j'y ai retrouvé ce que j'appelle "la folie Boris Vian": il est connu pour être unique en son genre, plutôt excentrique et fou, avec un univers bien à lui qui peut aussi déstabiliser et déplaire. Vercoquin et le Plancton m'a fait penser à une de ses premières oeuvres, à savoir Conte de fées à l'usage des moyennes personnes, ou encore à l'Arrache-Coeur (le premier livre que j'ai lu de Boris Vian, un coup de coeur pour moi). Les mêmes personnages si loufoques, les mêmes situations improbables mais qui ont toutes leur logique dans ce monde à part. J'étais contente de retrouver l'humour, le côté décalé que j'aime tant chez Boris Vian.

Ce côté décalé, je l'ai particulièrement aimé avec le passage détaillant les diverses façons dont on doit s'y prendre pour conclure en soirée, un passage assez hilarant, avec tout un tas de méthodes, de propositions... Rien que pour ce passage, je vous conseille de lire Vercoquin!



Ce qui est intéressant aussi, c'est le fait que certains éléments de l'histoire s'inspirent directement d'éléments que Boris Vian connaissait, comme la CNU qui est un détournement de l'AFNOR (même si, je l'avoue, c'est en faisant quelques recherches sur le livre que j'ai appris cela): comme dans ses autres romans où il parle notamment du racisme, l'auteur se montre ancré dans son temps, même si ça ne se voit pas forcément au premier coup d'oeil.

Bref, vous l'avez compris, j'ai adoré ce livre. Je n'ai pas vraiment de points négatifs à relever, il a été pour moi une vraie bouffée d'air frais entre deux Zola. J'ai beaucoup rigolé, et en plus de ça le livre est très court (moins de 200 pages, selon les éditions). Si vous aimez les univers décalés, ou si vous appréciez l'oeuvre de Boris Vian, je vous conseille donc ce livre, en espérant qu'il vous plaira autant qu'à moi!
Lien : http://livroscope.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Enfin des disques, en hautes piles moirées à la surface de reflet symétriques et triangulaires, attendaient, pleins d'indifférence, le moment où, leur déchirant l'épiderme de sa caresse aiguë, l'aiguille du pick-up arracherait à leur âme spiralé la clameur emprisonnée tout au fond de son sillon noir.
Commenter  J’apprécie          380
- D'abord, la question des virgules… J'ai remarqué, et ceci à plusieurs reprises… notez que je ne parle pas spécialement de notre service, où, au contraire, à quelques exceptions près, on fait en général attention, que l'absence de virgules peut, dans certains cas, se montrer particulièrement gênante… vous savez que les virgules, qui sont destinées à marquer, dans la phrase que l'on écrit, un temps de repos à respecter, autant que possible, par la voix de celui qui lit, dans le cas, bien entendu, où ce document doit être lu à haute voix… donc, en somme, je vous rappelle qu'il faut y faire très attention, car, surtout, dans le cas n'est-ce pas, où il s'agit de documents devant être envoyés à la Délégation.
Commenter  J’apprécie          51
La surprise-party commençait bien. Phénomène normal lorsque tous les invités arrivent à peu près en même temps. Dans le cas contraire, il n'y a, pendant les deux premières heures, que les tordus sans intérêt, qui arrivent toujours les premiers en apportant des gâteaux faits à la maison, complètement ratés, mais excellents quand même.
Le Major n'aimait pas ce genre de gâteaux, aussi, ces surprise-parties étaient-elles truquées, en ce sens qu'il fournissait le liquide et le solide. Cela lui donnait une certaine indépendance vis-à-vis de ses invités.
Commenter  J’apprécie          30
Chaussé d'escarpins verts et coiffé d'un béret,
Un flacon de trois-six dans sa poche de gauche,
Harmaniac le soiffard vivait dans la débauche,
Forniquant et buvant nuit et jour sans arrêt.
[...]
Entretenu de corps par cinq filles habiles
Et son esprit planant près d'illustres rivaux,
Il composait ses vers vautré dans des caveaux
Peuplés de nez luisants et de têtes débiles.

Et ses burnes, gonflées de puissante liqueur
Se détendaient la nuit en soubresauts splendides.
Tel un cheval en rut nourri de cantharides,
Il tirait dix-sept coups, puis repartait, vainqueur.
[...]
Mais les vers, refoulés dans la vaste cervelle,
Empêchés de sortir par le manque de voix
Du poète, cloué sur sa couche, aux abois,
Vinrent à se lever dans une horreur nouvelle.
[...]
Sa main sur le thorax du mort. Alors, stupeur !
- Il bat toujours, dit-il, et leva le suaire...
Et l'on vit apparaître, environné de glaire,
Le ver immonde et noir qui lui broutait le cœur...
Commenter  J’apprécie          10
CHAPITRE XXI

A la cent quatorzième tentative, Fromental vaincu, s'écroula sur le corps odorant de Jacqueline, qui reniflait un brin de laurier d'un air dubitatif.

CHAPITRE XXII

[ ...|
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Boris Vian (100) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Vian
Lecture par Judith ChemlaDans le cadre du cycle de lectures « À voix haute », la comédienne Judith Chemla lit des textes de jeunesse de Boris Vian, dont la nouvelle Les Fourmis qui met en scène de manière grinçante le débarquement en Normandie. C'est l'occasion aussi de découvrir un Boris Vian moins connu à travers ses « ballades » et les lettres à sa mère.Lecture enregistrée le 4 mars 2024 à la BnF I Richelieu.
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus



Lecteurs (639) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur l'écume des jours de Boris Vian

Comment s'appelle le philosophe du roman

Jean Sol Partre
Jean Pol Sartre
Sean Pol Jartre
Pean Sol Jartre

8 questions
2805 lecteurs ont répondu
Thème : L'écume des jours de Boris VianCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..