AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070363740
Éditeur : Gallimard (26/04/1973)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 182 notes)
Résumé :
« Le Major avait une façon assez personnelle de danser, un peu déroutante au premier abord, mais à laquelle on s'accoutumait assez vite. De temps à autre, s'arrêtant sur le pied droit, il levait la jambe gauche de façon que le fémur fasse avec le corps, tenu vertical, un angle de 90°. Le tibia restait parallèle au corps, puis s'en écartait légèrement dans un mouvement spasmodique, le pied demeurant parfaitement horizontal pendant ce temps. Le tibia redevenu vertical... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
CaroGalmard
  03 janvier 2018
Voici un roman que j'ai découvert il y a bien longtemps. Avant l'avènement des réseaux sociaux. C'est dire.
Mais je me devais, même des années après, lui rendre justice. Je suis d'ailleurs étonnée qu'il n'ait pas plus de lecteurs...
Je le recommande à toux ceux qui ont gardé une âme d'enfant, qui ont conservé une capacité d'imagination et d'étonnement, qui croient au merveilleux et à la magie de tous les jours. A ceux qui voient dans les nuages des dragons et des licornes. A ceux qui aiment la trompinette, les zazous, Saint Germain des Prés, l'Ecume des jours.
Bien entendu, il y aura des réfractaires, des imperméables à la fantaisie. Mon grand-père, cartésien et esprit de géométrie devant l'éternel ne pouvait pas piffrer Boris Vian.
Moi, à l'inverse, j'aurais adoré le rencontrer.
Bref, je ne vous en dirai pas beaucoup plus sur le contenu, sauf que vous allez vous prendre des fous-rires. Je confesse avoir échappé de peu à une punition pour avoir été prise en flagrant délit de lecture de ce roman...en cours de mathématique. Mes comme quoi parfois les professeurs de mathématique peuvent être humains et animés d'une étincelle de fantaisie, cette enseignante de l'époque s'était contentée de me demander de reprendre ma lecture à la fin de son cours.
Alors faut-il le lire ? Oui. Grand oui. Parce qu'il n'y a pas que l'Ecume des jours dans la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AnGeeErsatz
  29 décembre 2013
Vercoquin et le Plancton est un livre, il faut le dire, assez peu connu: quand on pense à Boris Vian, on pense surtout à l'Ecume des Jours et à ses romans écrits sous le nom de Vernon Sullivan. Mais je me suis fixée comme mission de découvrir aussi les oeuvres un peu moins célèbres de l'auteur, et Vercoquin et le Plancton m'intriguait grandement... Rien que le titre m'attirait! Mais le reste alors?
Et bien j'ai adoré Vercoquin et le Plancton! Franchement, j'ai passé un excellent moment avec ce livre. Je vais donc commencer par les points positifs. Tout d'abord, j'y ai retrouvé ce que j'appelle "la folie Boris Vian": il est connu pour être unique en son genre, plutôt excentrique et fou, avec un univers bien à lui qui peut aussi déstabiliser et déplaire. Vercoquin et le Plancton m'a fait penser à une de ses premières oeuvres, à savoir Conte de fées à l'usage des moyennes personnes, ou encore à l'Arrache-Coeur (le premier livre que j'ai lu de Boris Vian, un coup de coeur pour moi). Les mêmes personnages si loufoques, les mêmes situations improbables mais qui ont toutes leur logique dans ce monde à part. J'étais contente de retrouver l'humour, le côté décalé que j'aime tant chez Boris Vian.
Ce côté décalé, je l'ai particulièrement aimé avec le passage détaillant les diverses façons dont on doit s'y prendre pour conclure en soirée, un passage assez hilarant, avec tout un tas de méthodes, de propositions... Rien que pour ce passage, je vous conseille de lire Vercoquin!

Ce qui est intéressant aussi, c'est le fait que certains éléments de l'histoire s'inspirent directement d'éléments que Boris Vian connaissait, comme la CNU qui est un détournement de l'AFNOR (même si, je l'avoue, c'est en faisant quelques recherches sur le livre que j'ai appris cela): comme dans ses autres romans où il parle notamment du racisme, l'auteur se montre ancré dans son temps, même si ça ne se voit pas forcément au premier coup d'oeil.
Bref, vous l'avez compris, j'ai adoré ce livre. Je n'ai pas vraiment de points négatifs à relever, il a été pour moi une vraie bouffée d'air frais entre deux Zola. J'ai beaucoup rigolé, et en plus de ça le livre est très court (moins de 200 pages, selon les éditions). Si vous aimez les univers décalés, ou si vous appréciez l'oeuvre de Boris Vian, je vous conseille donc ce livre, en espérant qu'il vous plaira autant qu'à moi!
Lien : http://livroscope.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
olivberne
  23 août 2012
Vercoquin le deuxième roman de Vian, après Trouble dans les Andins, et le premier publié. Il raconte les soirées de Ville d'Avray, quand il s'amusait avec ses frères au fond du parc de sa villa d'enfance. C'est un premier roman, avec ses défauts et ses qualités: une écriture imparfaite, quelques erreurs mais une fougue, une envie, une folie d'écriture pour exagérer jusqu'à l'extrême ce qu'il se passait dans ces soirées. le rythme de l'écriture va au rythme de la musique, endiablée, enjouée et le récit est d'une vitesse allucinante, tout s'accélère sans logique et sans pause. C'est à lire pour le plaisir, pour s'amuser, quand on est adolescent et pour avoir quelques regrets quand on prend de l'âge.
Commenter  J’apprécie          70
EFar
  29 juillet 2011
C'est le premier roman de Vian que j'ai lu – et relu. A l'époque, il avait parfaitement comblé mes aspirations adolescentes à une vie débridée, aux plaisirs immédiats et au rire. Je ne l'ai pas relu depuis longtemps, et voici ce qui m'en reste.
Le monde de Vercoquin et le plancton est une sorte de double heureux et futile de celui de l'Écume des jours. Même foisonnement d'images délirantes, même numéro d'équilibriste entre poésie et absurde, mais ici pas une once de drame, juste des excès. le prétexte d'une histoire d'amour entre un prince zazou des surprise-partie, le fameux Major, et une héroïne au nom surréaliste (Zizanie) permet à Vian de nous trimballer entre des bringues à tout casser (au sens premier du terme) et une administration kafkaïenne.
Les surprises-parties auxquelles il nous convie débordent d'énergies. Lieux de plaisir, elles basculent sans vergogne dans les excès les plus complets : danses déchainées, drague et pelotage à tous les étages, alcool bien au-delà du raisonnable – de vraies bacchanales, en somme.
En contrepoint à cette vitalité sans limite, Vian nous immerge dans une administration absurde, tout à fait digne du Ministère des Marches Stupides des Monty Python : un portrait au gaz hilarant de l'AFNOR, où Vian a gagné sa croûte pendant quelques années. Les errements d'une administration en circuit fermé sont croqués avec jubilation (ah ce saucisson de secours planqué dans un tiroir pour résister aux coup de fils qui s'éternisent... bien vu et pratique).
Le Major conquerra-t-il la belle Zizanie ? Survivra-t-il à ses coup de téléphone ? Pour le savoir, une seule solution : lire Vercoquin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Frychar
  01 août 2012
Boris Vian joue avec les noms propres, ceux qui peuvent donner lieu à des jeux de mots en français. Selon le dictionnaire, le vercoquin est une fantaisie, un caprice, sans doute celui de la drague dans les surprises parties. C'est également un "ver"...coquin...qui ronge la cervelle des moutons. Vers la fin du roman un poème laisse entendre que les vers des poètes leur rongent le cerveau ! Voilà bien une farce à la Boris Vian...Et comme exemple de poète il choisit Verhaeren, ver à reine ? comme "le ver de terre amoureux d'une étoile" dans Ruy Blas. Vian aurait pu choisir Paul Verlaine, en plus ça faisait laine de verre...Depuis fin 1944, entre l'écriture du roman (1942-1943) et sa publication (1947), une entreprise de la place Paul Verlaine, faisait scandale pour sa collaboration économique avec les Allemands.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   03 août 2015
- D'abord, la question des virgules… J'ai remarqué, et ceci à plusieurs reprises… notez que je ne parle pas spécialement de notre service, où, au contraire, à quelques exceptions près, on fait en général attention, que l'absence de virgules peut, dans certains cas, se montrer particulièrement gênante… vous savez que les virgules, qui sont destinées à marquer, dans la phrase que l'on écrit, un temps de repos à respecter, autant que possible, par la voix de celui qui lit, dans le cas, bien entendu, où ce document doit être lu à haute voix… donc, en somme, je vous rappelle qu'il faut y faire très attention, car, surtout, dans le cas n'est-ce pas, où il s'agit de documents devant être envoyés à la Délégation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sabrina1988Sabrina1988   11 mai 2018
La surprise-party commençait bien. Phénomène normal lorsque tous les invités arrivent à peu près en même temps. Dans le cas contraire, il n'y a, pendant les deux premières heures, que les tordus sans intérêt, qui arrivent toujours les premiers en apportant des gâteaux faits à la maison, complètement ratés, mais excellents quand même.
Le Major n'aimait pas ce genre de gâteaux, aussi, ces surprise-parties étaient-elles truquées, en ce sens qu'il fournissait le liquide et le solide. Cela lui donnait une certaine indépendance vis-à-vis de ses invités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MijouetMijouet   04 juin 2012
CHAPITRE XXI

A la cent quatorzième tentative, Fromental vaincu, s'écroula sur le corps odorant de Jacqueline, qui reniflait un brin de laurier d'un air dubitatif.

CHAPITRE XXII

[ ...|
Commenter  J’apprécie          60
petchpetch   16 novembre 2012
Il était content, il avait fait du bon travail et réussi à mettre au point deux projets de circulaires à envoyer à l'Union Française des Adoucisseurs de pente, concernant les rondelettes à camemberts.

Commenter  J’apprécie          50
genougenou   03 août 2015
Il la serra contre lui un peu plus étroitement et, somme toute, elle se laissa faire. Mais il relâcha rapidement son étreinte car elle laissait aller sa joue contre celle d'Antioche et celui-ci avait l'impression très nette que son slip ne tiendrait pas le coup.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Boris Vian (105) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Vian
Je voudrais pas crever - Boris Vian
Le Mock
autres livres classés : zazouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur l'écume des jours de Boris Vian

Comment s'appelle le philosophe du roman

Jean Sol Partre
Jean Pol Sartre
Sean Pol Jartre
Pean Sol Jartre

8 questions
2212 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ecume des jours de Boris VianCréer un quiz sur ce livre