AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070381548
157 pages
Éditeur : Gallimard (22/11/1989)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 82 notes)
Résumé :
Le Bourguignon de Paris Louis Châgniot assiste en rêve à l'effondrement de sa vieille maison familiale. Il y voit un signe prémonitoire et décide de " vivre sa vie ".

Il retourne à Montfranc-le-Haut, avec son fils Loulou, étudiant à la dérive, toxicomane.

Il retrouve dans son village natal une pléiade de personnages hauts en couleur, que domine la figure de Balthazar, le maître des abeilles.

Celui-ci fera découvrir à L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
hexagone
  11 janvier 2011
Un bourdonnement de bonnes choses,
Vincenot le chantre de la Bourgogne ,enchante par ses mots simples et évocateurs cette allégorie sur le bon sens et la vivacité de la nature.
La rédemption par le songe d'un citadin rongé par la frénésie d'une vie stressante, éprouvant des remords quand il rêve que la maison de ses ancêtres s'écroule et se ruine là bas, en Bourgogne. Ni une ni deux, un aller qui est un retour au pays, en compagnie de son fils toxicomane, lui révéleront un bonheur de vivre sans commune mesure avec sa vie présente.
Son fils Loulou, sera sevré grâce aux soins prodigués par le maître des abeilles, Balthazar.
Roi mage des mouches qui annonce la re-naissance d'un nouvel homme, proche de la nature er transformé par elle. Quittant sa chrysalide morbide pour renaître et sépanouir aux rayons de miel gorgés de soleil.
L'amour, la solidarité, la rusticité fond de cet ouvrage une parenthèse, un havre où les esprits trouveront reflexion et soulagement.
On peut parfois trouver Vincenot rétrograde, peut être réactionnaire sur la position del a femme et de la place qu'elle s'est trouvée dans la société de l'époque ( années 70), mais sa description des moeurs et du train de vie ne se font jamais à l'emporte pièce et trouve cette justesse qui nous font adhérer à ses descriptions parfois hilarantes.
Un livre à mettre entre toutes les mains,qui donnera des picotements de joies dans les pupilles, pour ses descriptions du grenier qui abrite le rucher du maître, et son emportement à décrire les moeurs des abeilles.
Bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
frandj
  05 mars 2015
Jusqu'ici j'ignorais totalement l'existence d'Henri Vincenot (1912-1985) et, a fortiori, ce qu'avait été sa vie. Je suis tombé par hasard sur ce roman posthume, très court et assez percutant. Voici l'intrigue:
Louis Châgniot retourne dans son village natal, en Bourgogne, quarante ans après l'avoir définitivement quitté. Il est accompagné de son fils Loulou, un jeune toxicomane en perdition. Tous deux (re)découvrent ainsi Montfranc-le-Haut (18 habitants), qui vit quasiment en autarcie. le personnage principal, surnommé "le Mage", est un homme très haut en couleurs. Il prône avec virulence l'indépendance par rapport à l'Etat et la proximité avec la nature. Il prend Loulou sous son aile et lui impose avec autorité une vie simple et saine à la campagne - ce qui conduit d'une manière naturelle à sa désintoxication. le père, reparti un temps à Paris, découvre en revenant au village son fils complètement transformé (et amoureux d'une belle villageoise).
Il s'agit d''abord dune belle description d'un coin de province qui a gardé toute son authenticité. le personnage du "Mage", quoiqu'un peu outré, est attachant. Son point de vue est franchement réactionnaire (au sens propre du mot), car la modernité et donc l'urbanisation à marche forcée sont pour lui une aberration. Il y a quelque chose de caricatural dans cette vision du monde; à vrai dire, je ne sais pas si ces idées correspondaient exactement celles de l'auteur. le reproche le plus sérieux que je fais au romancier, c'est la faiblesse du personnage de Loulou. Celui-ci, qualifié sommairement de "drogué". n'a pas d'épaisseur. Je peux concevoir qu'un changement radical de vie puisse arracher un toxicomane à son addiction, mais Loulou n'est ici qu'une simple marionnette utilisée par H. Vincenot pour illustrer son propos. Dommage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Chrystaalle
  13 septembre 2020
Dernier roman publié par cet auteur qui avait prévu de faire une trilogie, ce roman a des grandes qualités mais aussi des faiblesses.
Je m'aventure dans une explication hardie
Le personnage central, titre de livre, m'a semblé être un avatar de l'auteur si celui ci avait choisi un autre chemin. Balthazar a fait des études mais contrairement à l'auteur il a fait le choix de rester au pays et de ne pas rentrer dans l'administration.
Au soir de sa vie, j'ose penser que Henri Vincenot utilise ce biais pour faire part de ses propres regrets et de ses doutes, interrogations et réflexions, parfois très rétrogrades (notamment sur la place des femmes), parfois très superficielles (sur l'accompagnement des toxicomanes, la pratique du troc) sur la société qui est la notre.
Il présente des idées sincères, pour vivre heureux, selon le Mage, il faudrait pouvoir vivre en communauté, solidaires les uns des autres, proches de la nature, ne produire que ce que l'on peut consommer... Des idées qui font écho à la situation actuelle ( j'écris en sept 2020) .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
pgremaud
  28 août 2013
Une histoire bien dans la truculence d'Henri Vincenot, émaillée d'expressions du terroir bourguignon.
Nostalgique du passé rural, Vincenot fustige le progrès. Son histoire d'un jeune drogué qui renaît à la vie par la vertu de la vie à la campagne, du miel et de l'apiculture est un peu invraisemblable, mais elle nous offre de belles descriptions.
Commenter  J’apprécie          70
Marc21
  14 octobre 2019
Une histoire truculente comme sait les faire Henri Vincenot, émaillée des parlers bourguignons, de la campagne qui embaume. Histoire nostalgique sur une campagne oubliée, emplie de personnages pittoresques, et d'une fraternité certaine entre les habitants (18 dans le village!).
Certes quelque peu naïf, mais comme un tableau du Douanier Rousseau.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
moraviamoravia   29 août 2020
Alors que l'horloge de l'hôpital de la Salpêtrière sonnait trois heures du matin, Louis Châgniot, qui dormait seul dans le lit jadis conjugal, fut ébranlé par un grand bruit, semblable à un grondement sismique. Dans son sommeil, il assista à un éboulement prodigieux : c'était une maison, très ancienne, couverte de ces lauzes calcaires qu'en Bourgogne on appelle à tort des "laves", qui s'effondrait lentement, comme en un ralenti de cinéma, entraînant son pigeonnier carré situé à gauche de la façade et, à droite, une sorte de tourelle qui devait abriter l'escalier desservant l'étage et les greniers.
(incipit)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Marc21Marc21   14 octobre 2019
Chaque fois qu'il prononçait le mot État, le Mage se mettait debout, faisait un salut militaire grotesque. Puis, levant l'index droit, il dit d'une voix de prédicateur : « Voilà ce que vous allez devenir, messieurs, si vous vous laissez manipuler par les collectivistes, les théoriciens, les savants... Bientôt on vous fabriquera des hommes dans des flacons, sur commande, spécialisés dans l'œuf et dûment conditionnés dès l'enfance... Déjà on retire à vos femmes leur rôle maternel, déjà on les contraint à des travaux cycliques et asexués, déjà on limite votre travail à un ou deux gestes, toujours les mêmes; déjà on vous abrutit par la drogue, la politique et la spécialisation pour que vous soyez mûrs et fin prêts pour la banalisation. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pgremaudpgremaud   27 août 2013
C'est là que j'ai flairé que votre Progrès consistait de plus en plus à faire chèrement et difficilement les choses simples, faciles et bon marché. Je ne me trompais ; aujourd'hui, on en est à utiliser plus de trente millions de matériel spécialisé pour moissonner tant seulement douze hectares de céréales et on s'étonne de voir monter les prix de vente des produits qui ne peuvent jamais, d'ailleurs', rattraper leur prix de revient; Et on se plaint, et on gémit. Tout leur manque... le temps surtout, ce temps que, grâce à la machine, on devait gagner à beurnonsiaux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
moraviamoravia   29 août 2020
Dans la dernière voiture, quatre hommes silencieux mais qui n'avaient pas les yeux dans leurs poches ! Ah ! que non ! Ils avaient des papiers en main et regardaient. On aurait dit quatre de ces buses qui planent comme ça, l'air de rien, et voient une musaraigne à trois kilomètres.
Commenter  J’apprécie          72
pgremaudpgremaud   31 août 2013
La Nanne se souvint alors que le vieux curé consacrait ainsi à la communion avec presque les mêmes paroles, mais en latin, le pain et le vin et elle en fut soudain très inquiète. Ce curé en chandail et blue-jean, que l'on disait ancien officier de cavalerie et curé marginal, ne venait-il pas de leur faire commettre un sacrilège ? Une hérésie ? (...)
- Mossieu le Curé (...) Vous venez-t-y pas de nous donner la Communion à tous ?
- Bien sûr que si !
- Mais personne n'était confessé et le sergent-major, ce mécréant, a communié comme nous :
- Sans doute, mais Judas était lui-même à la table du jeudi saint et il a mangé le pain et bu le vin ,que je sache.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Henri Vincenot (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Vincenot
23 juin 1989 1125 vues 01h 22min 21s
Pour cette 676 ème émission, Bernard Pivot a choisi sept invités pour nous inciter à lire quelques romans français et étrangers pendant la période des grandes vacances: - romans anglais, avec Frédéric FERNEY (journaliste, proposant "Le négociateur" de Frédéric Forsythe), et Auberon WAUGH (fils du romancier britannique Evelyn Waugh et romancier lui même, pour "La fin d'une époque" d'Evelyn Waugh et "Bagages enregistrés" d'Aauberon Waugh) - un roman espagnol, avec Olivier ROLIN (pour "La joyeuse bande d'Afzavara" de Manuel Vasquez Montalban) - romans des Etats Unis, avec Philippe LABRO (qui présentent "Dalva" de Jim Morrison et "Privilège" d'Eduard Stenard) et Michaël Korda (pour son roman "La succession Bannerman") - -et des romans français, avec Félicien MARCEAU (pour son dernier titre "Un oiseau dans le ciel") et Claudine VINCENOT-GUIHENEUF (fille d'Henri Vincenot qui a préfacé un ouvrage inédit de son père "Le livre de raison de Claude Bourguignon" et qui conseille la biographie de Jean Louis Pierre intitulée "Vincenot") - Claudine Vincenot-Guiheneuf parle longuement de son père (avec un extrait d' Apostrophes de 1978, où Henri Vincenot parle de son roman "La billebaude"), Philippe LABRO évoque la biographie de Jackie Kennedy Onassis, Michaël Korda (auteur et éditeur) que Bernard Pivot présente comme l'observateur privilégié de la jet society new yorkaise, raconte le sujet de son livre (la vie et la mort d'un milliardaire américain) et exprime son plaisir d'écrire, lui qui est éditeur depuis plus de trente ans; Frédéric Forney présente Frederic FORSYTHE, auteur de best sellers qui adore "fabriquer des histoires" ("Le négociateur" se passe dans un futur proche au cours d'une crise pétrolière menaçant les grandes puissances), tandis que Philippe Labro vante deux écrivains américains mal connus en Europe. Puis Bernard Pivot laisse la parole à Auberon WAUGH en lui confiant: "Après Shakespeare, c'est votre père que j'aurais aimé interviewé" (l'écrivain britannique en profite pour raconter de nombreuses anecdotes sur son père qu'il admirait et redoutait) , puis c'est au tour de Félicien MARCEAU d' expliquer le sujet de son dernier livre, et enfin à Olivier Rolin de disserter sur le roman de Montalban.
+ Lire la suite
autres livres classés : bourgogneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
283 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre