AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072778025
208 pages
Éditeur : Gallimard (03/05/2018)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Dans l’Albanie de la fin des années 1970, Olta voit son quotidien bousculé par la disparition soudaine et inexplicable de son père. Chacune à sa manière, la fillette et sa mère Veronika affrontent le mystère de cette absence.
Veronika, femme aussi belle que peu sûre d’elle, échafaude mille scénarios d’adultères. Olta, confidente forcée et souffre-douleur de sa mère, rêve de liberté. Elle tente de se tenir à distance du drame et porte un regard souriant sur l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
d1404micado
  05 mars 2020
Olta, la narratrice, grandit au sein de la République Populaire Socialiste d'Albanie, dans les années 1970. Enfant unique, elle partage sa vie entre son père, jeune homme riche et coureur de jupons et sa mère, femme perverse, d'une beauté fascinante.
Le pays communiste vit isolé du reste du monde, capitaliste, et vient de passer une alliance avec la Chine de Mao. Paranoïaque, le régime communiste fait vivre la population au rythme de la propagande de radio Tirana. le pays est persuadé que le monde entier l'envie et rêve de le détruire.
L'auteur semble faire un parallèle entre cette dictature sanguinaire et cette mère instable, obsédée par sa propre beauté et atteinte de délire de persécution. Les hommes sont dépeints comme imprévisibles et dangereux, à l'image de la police envoyant sous n'importe quel prétexte des prisonniers en camps de travail, des intellectuels riches pour la plupart.
Un ton enfantin et malicieux, naïf par jeu, permet de mettre à distance la tragédie pour faire transparaître la curiosité et l'instinct, la découverte du désir chez l'enfant. Sous la plume acide de l'auteure, la femme transparaît toujours sous l'enfant. Un livre que je qualifierais d'intéressant, foisonnant dans ces approches de la dictature, de l'enfance, des interdits et du conflit parental.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
mollymon
  15 mai 2018
La vie vue sous le regard délicieusement mordant la petite Olta, c'est un dur métier ; à la fois drôle et grave.
Servi par une écriture vive, facile à lire, voilà un roman que j'ai pris grand plaisir à découvrir.
Commenter  J’apprécie          171
traversay
  24 juillet 2018
Ornela Vorpsi est une artiste multicartes. Peintre, photographe, vidéaste et romancière, entre autres. Cette albanaise a écrit plusieurs livres en italien avant de passer au français avec son avant-dernier livre, Tu convoiteras. Au moment où elle publiait L'été d'Olta, elle exposait à Tirana, ville où elle n'habite plus depuis longtemps mais qu'elle n'a jamais perdu de vue. Tout naturellement, L'été d'Olta est une histoire purement albanaise, le quotidien = d'une fillette qui doit ressembler quelque peu à celle qu'elle a vêcu à la fin des années 70. Avec un père arrêté et emprisonné pour des raisons politiques et une mère, très belle et un peu instable qui a fait de sa fille son souffre-douleur. Dans ce contexte, Olta grandit en se posant des tas de questions sur le sens de la vie, essayant de comprendre de quel bois est fait son pays, qui après s'être allié avec l'URSS, s'est acoquiné avec la Chine avant de reprendre son splendide isolement. Une Albanie où règne la méfiance et la délation. La plume d'Ornela Vorpsi exhale des parfums d'une enfance confrontée à un monde d'adultes, cruel et souvent incompréhensible. Plus qu'un récit à progression dramatique, la romancière décrit des sentiments et des étonnements dans un style impressionniste qui rend la lecture plutôt agréable même si non mémorable.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Penylane
  14 septembre 2019
Drôle de livre... Je l'ai lu il y a deux mois et j'ai des difficultés a retrouver le fil de ce livre.
Pourtant, le début de cette lecture était très prometteuse et je dirais même réjouissante. Puis cela c'est dilué, l'histoire l'écriture la séduction sont tombés peu à peu.
Est-ce moi, est-ce le livre… Parfois c'est ainsi, on se lasse plus vite que de raison.
Commenter  J’apprécie          100
Shabanou
  24 décembre 2019
"L'été d'Olta" d'Ornela Vorpsi (208p)
Ed.Gallimard
Bonjour les fous de lectures....
Nous voici plongés dans l'Albanie communiste à la fin des années 70.
Cet été là, le père d'Olta disparait.
Après avoir cru à la mort de ce soureur de jupons, Olta et sa mère apprenent qu'il est emprisonné pour raison politique.
S'en suit le récit des relations entre Olta et sa mère. Femme d'une beauté redoutable mais instable et dont la fille est le souffre douleur.
Bien difficile pour la jeune fille de comprendre ce monde d'adulte et ses codes souvent incompréhensibles pour un enfant.
En parallèle, Olta nous parle de la situation de son pays. Bastion communiste pur et dur s'étant écarté de l'URSS pour s'acoquiner avec la Chine qu'il rejettera également, s'isolant d eplus en plus du monde.
Récit plein de candeur de cette petite Olta qui en plus d'essayer de comprendre sa mère et son pays, s'éveille à la sensualité.
Ecriture plaisante et histoire attachante.
Dommage de cette fin en "pchitt"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   07 janvier 2020
Une image du vieux Japon surgit, fulgurante, celle d’un pauvre pêcheur tombé à la mer et trimballé par des vagues insolentes. L’océan se riait de l’homme et avait décidé de s’en moquer jusqu’au bout. L’histoire, que j’avais lue quelque temps plus tôt, se serait achevée là, pitoyablement, par sa mort, si ce n’est que tous les hommes, à l’image de mes parents, possèdent une âme de force à changer le cours du monde. En ce jour lointain, le destin de l’homme que l’océan avait pris pour chiffon faillit en être changé.
Sur la rive, un maçon repéra son semblable qui luttait sans espoir contre le monstre de la nature. Il vit ses forces s’affaiblir. L’océan allait avoir raison de sa frêle personne. Indifférent au danger, l’ouvrier courut vers les eaux troubles pour sauver le chiffon épuisé. Et voilà qu’au terme d’une longue bataille les deux hommes sortent vivants des eaux fâchées. Pendant un moment, ils reposent l’un à côté de l’autre, leurs poumons ont du mal à se remplir d’air. Certes, vivre est un dur métier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 janvier 2020
Je ne connaîtrais plus le bonheur des nuits dans ce si bon lit, si fiable et tiède. Quelle invention magistrale, le modeste lit ! Je suis sûre que sa création – merveille sans pareille, trouvaille anonyme perdue dans la nuit des temps – est due au génie albanais ! Oh Dieu, Dieu, existes-tu ? Dieu, fais quelque chose, je suis en train de mourir ! Oh, Puçi, le chat du voisin, je ne le verrai jamais plus !
Une ombre austère, une odeur d’épouvante s’approcha de moi. Elle n’était guère différente des dessins que j’avais vus dans les livres. Sur son squelette flottait la toge noire, elle darda ses orbites vides sur mes yeux, déposant sa faux sur ma couverture. Elle semblait exaspérée. Bien sûr, dit-elle dans un souffle glacial, Bien sûr que je suis bien crevée, comment veux-tu qu’il en soit autrement ! Tu ne t’imagines pas combien de gens m’appellent, puis changent d’avis et se mettent comme toi à pleurnicher, Je ne veux plus mourir, mais je vous jure, Madame la Mort, que je voulais mourir, je ne plaisante pas ! Je voulais mourir de tout mon cœur, je voulais mourir véritablement, je n’en pouvais plus, mais, maintenant, maintenant, j’ai changé d’avis, ne m’emportez pas, s’il vous plaît ! Ils tremblent ces idiots ! Ils ont peur ! continuait la Mort assise sur mon lit. Comme si la Mort causait du mal ! Ils n’ont pas compris que c’est la vie qui est la cause de tout mal ! Prenons un exemple, tes parents veulent que toi, tu sois un génie, et toi, tu n’es pas un génie ma pauvre, tu es une fillette sans aucun intérêt, ainsi tu les déçois ! Tu m’appelles, et moi, vieille comme le monde, je viens jusqu’à toi, je prends la peine de venir jusqu’à toi ! Je ne sais pas si tu mesures cela ! Je te prends en considération, génie ou pas ! Tu comprends ? Est-ce que tu comprends cela au moins ? Moi, vieille comme je suis, je te prends en considération ! Mais la fillette, comme tant d’autres, change d’avis, et l’honorable Dame doit repartir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 janvier 2020
Je ne pouvais m’empêcher d’imaginer les exploits de nos génies par-delà les frontières. Les génies albanais ! Je songeais aux inventions à venir, autres que ce premier tracteur dont j’entendais célébrer les mérites chaque jour à la radio et au journal télévisé. Mais tant de vantardise commençait à me lasser.
Mes parents aussi avaient droit à une progéniture géniale, ils ne pouvaient faire exception sans se couvrir de honte. À moi de toucher le sommet. Pianiste surdouée, fille d’une intelligence et d’une honnêteté hors pair, et quand je serai grande – point d’une importance cruciale –, femme immaculée et ainsi de suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   07 janvier 2020
La perspective d’être grande m’était plus douce que celle d’être pianiste. Quant à mon père, rien ne pouvait lui faire plus plaisir, car chez nous c’est atavique, les jeunes couples rivalisent pour ne pondre que des génies.
Dans la plupart des cas, évidemment, c’est leur progéniture qui est la plus géniale. Quand les jeunes mariés se croisent dans la rue, ou lors d’une innocente visite le dimanche, après avoir échangé des gentillesses – Comment tu vas, Je vais bien, Comment tu vas, toi ? Je vais bien. Et toi ? Bien, bien, merci ! Et toi ? Comment tu vas ? Je vais bien merci ! Et vous, vous allez bien ? Pas mal, on fait aller comme on dit –, au bout d’un quart d’heure donc de révérences exquises, et une fois assurés que la santé est bonne, ils se passionnent pour leur propre descendance, les miracles qui la constituent et autres qualités ahurissantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 janvier 2020
Notre pays déborde de surdoués, qui, par un mystère jamais percé, ont choisi de voir le jour sur ce petit bout de terre qui est le nôtre.
Choisissant un pays fermé au reste du monde, ils demeureront sains, purs, face aux terribles infections dues à la société capitaliste, ainsi, ils deviendront des humains de la dimension la plus sublime qui soit.
Ces jours-ci, on ne cesse de se vanter d’avoir construit notre premier tracteur, par le seul génie albanais, sans aides étrangères, pas même celles des pays avec qui on collabore.
Je ne me souviens pas d’où je tenais l’information que les terribles pays capitalistes possédaient déjà des tracteurs, d’innombrables même, d’une puissance à la mesure de leur méchanceté, d’une beauté qui était celle du diable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : albanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le quiz "dominos"

Jean-Baptiste Poquelin...

Racine
Molière
Corneille

10 questions
844 lecteurs ont répondu
Thèmes : logique , jeux , détente , culture généraleCréer un quiz sur ce livre