AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marcelle Sibon (Traducteur)Monique Nathan (Préfacier, etc.)
ISBN : 2020321270
Éditeur : Seuil (17/04/1998)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Tod est scénariste, peintre, et très oisif. Dans le Los Angeles des années 30, il vivote, traîne beaucoup, rêve un peu. En particulier de Faye, une jeune femme superficielle qui comme beaucoup veut devenir actrice, mais qui n’a que son corps en argument. Celle-ci repousse toujours gentiment ses avances. Sans justification. La frustration gagne Tod, et progresse encore quand à la mort du père de Faye - un comédien VRP, celle-ci s’installe avec Homer, un balourd timid... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Woland
  31 mai 2008
The Day of the Locust
Traduction : Marcelle Sibon
Ce court roman, qui fut pratiquement le dernier de son auteur, doit son titre français à la grande toile que peint son personnage principal. En revanche, la traduction française a respecté le titre du film qu'en tira John Schlesinger en 1975 : "Le Jour du Fléau", avec Donald Sutherland et Burgess Meredith, sur un scénario - étroitement taillé sur le roman, ce qui est assez rare, plus encore dans une production hollywoodienne - de Waldo Salt, scénariste de "Indiscrétion" et de "Macadam Cowboy."
J'ai écrit "son personnage principal" mais est-on en droit d'utiliser cet adjectif pour un personnage qui tient plus du fil rouge que du héros ? La tragédie des personnages de "L'Incendie ...", c'est que, justement, aucun d'eux ne sera jamais le personnage principal de la vie qu'il espère.
Symbole de cet échec, qu'elle pressent sans vouloir l'admettre, Faye Greener, fille d'un artiste de music-hall déchu et d'une chorus-girl disparue dans la nuit peu après sa naissance. Faye est jolie et porte la toilette avec beaucoup d'élégance mais, à Hollywood, toutes les jolies filles en font autant comme toutes rêvent de devenir une star, voire "LA" Star.
Si Faye s'absorbe dans son rêve en parasitant tous les hommes qui le veulent bien - surtout le pauvre Homer Simpson (oui, c'est bien son nom ! Wink), ceux qui l'entourent ne sont guère plus lucides. Et, quand ils le sont, ils se révèlent d'un cynisme et d'une indifférence qui ne sont, en sorte, que les reflets ténébreux de Hollywood lui-même.
Par phrases froides, d'une sobriété calculée, Nathanael West peint par petites touches le tableau d'un monde qui n'est pas seulement en décomposition mais qui est la décomposition incarnée. Si d'aventure un sentiment d'amour ou de simple sympathie tente - bien timidement - de montrer le bout de l'oreille, il est immédiatement pris en chasse, traqué, acculé et mis à mort : les personnages principaux ne peuvent s'autoriser des sentiments nobles que s'ils vivent sur grand écran.
Pour certains lecteurs, "L'Incendie de Los-Angeles" méritera peut-être une seconde lecture. L'ensemble, par sa retenue et son côté glacial - à l'image des personnages représentés - a beaucoup d'une épure et est susceptible de ne pas plaire au premier coup d'oeil - surtout si l'on ignore tout du film. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
5Arabella
  23 juillet 2016
Nous suivons une galerie de personnages venus à Los Angeles, ou plutôt à Hollywood, mais un Hollywood qui se dérobe, même si certains y travaillent de façon ponctuelle (Faye) ou régulière mais dans un emploi subalterne (Tod). Mais c'est le rêve généré par Hollywood qui d'une façon ou une autre les a amenés où ils sont. Personnages hétéroclites, paumés de tout genre, ils se retrouvent agrégés ensemble par l'attirance qu'exerce Faye, une aspirante star, mais dont le seul talent semble être un physique qui magnétise et happe les hommes, qui les attire de manière quasi chimique. Et donc tous ces personnages improbables (peintre, nain, cow-boy…..) font connaissance et passent quelques moments ensemble avant que tout n'explose, comme la ville peut exploser à n'importe quel moment ; la scène de folie collective de la fin du roman est vraiment hallucinante.
Un livre vraiment fort et original, qui fait regretter vraiment la mort si précoce de son auteur.
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2
  04 juin 2014
Dès 1939, le roman décapant du creux du mythe hollywoodien-américain.
Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/06/04/note-de-lecture-lincendie-de-los-angeles-nathanael-west/
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   04 juin 2014
Tod quitta la route et grimpa jusqu’à la crête de la colline pour regarder en bas de l’autre côté. De là, il put voir un champ de quatre à cinq hectares couvert d’une brousse épineuse parsemée de touffes de tournesol et d’eucalyptus sauvage. Au centre du champ s’élevait un amoncellement gigantesque de décors, de panneaux anti-son et d’accessoires. Pendant que Tod regardait, un camion de dix tonnes y ajouta une nouvelle charge. C’était le dépotoir final. Il pensa à la "Mer des Sargasses" de Janvier. De même que cette masse d’eau imaginaire est une histoire de la civilisation sous forme de dépotoir marin, la décharge du studio en est une sous l’aspect d’un dépôt de balayures de rêves. Les Sargasses de l’imagination ! Et ce dépôt s’emplit tous les jours davantage, car il n’existe nulle part de rêve en suspension qui ne finisse tôt ou tard par y échouer, après avoir été rendu photogénique à l’aide de plâtre, de toile, de lattes et de peinture. Bien des navires sombrent et n’atteignent jamais la mer des Sargasses, mais nul rêve ne s’efface entièrement. Il trouble, en quelque endroit, une personne infortunée et quand cette personne a été suffisamment troublée, le rêve est reproduit au studio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2Charybde2   04 juin 2014
Il descendit du tram à Vine Street. Tout en marchant, il observait la foule vespérale. Beaucoup de gens portaient des vêtements de sport qui n’étaient pas vraiment des vêtements de sport. Leurs chandails, leurs culottes, leurs slacks, leurs vestes de flanelle bleue à boutons dorés faisaient partie d’un déguisement. La grosse dame coiffée d’une casquette de yachtman partait pour le marché, pas pour une croisière ; l’homme en veston de tweed et chapeau tyrolien ne venait pas de quitter la montagne mais une compagnie d’assurances ; et la jeune fille qui portait un pantalon flottant, des espadrilles et un foulard à pois autour de la tête sortait d’un standard téléphonique, non d’un court de tennis.
Disséminés parmi ces travestis, il voyait des gens d’un type différent. Leurs vêtements sombres et mal coupés avaient été achetés sur catalogue. Tandis que les autres se déplaçaient rapidement, entrant en flèche dans des magasins ou des bars, eux flânaient au coin des rues ou restaient adossés aux vitrines pour dévisager tous les passants. Quand un regard répondait au leur, leurs yeux s’emplissaient de haine. A cette époque, Tod savait peu de chose à leur sujet, sauf qu’ils étaient venus en Californie pour y mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   04 juin 2014
Ils partirent dans plusieurs voitures. Tod était à côté de Claude qui en conduisait une et qui lui décrivit Mrs. Jenning pendant qu’ils descendaient Sunset Boulevard. Elle avait été une actrice assez célèbre à l’époque du film muet, mais la sonorisation l’avait privée de tout engagement. Au lieu de devenir figurante ou d’accepter des bouts de rôle, à l’instar de tant d’autres anciennes vedettes, elle avait fait preuve d’un excellent sens du commerce et avait ouvert une maison de rendez-vous. Elle n’était pas dépravée. Loin de là. Elle dirigeait son affaire exactement comme d’autres femmes tiennent des bibliothèques de prêt, avec astuce et bon goût.
Aucune des femmes ne résidait chez elle. On téléphonait et elle en envoyait une. Pour une seule nuit de plaisir le tarif était trente dollars et Mrs. Jenning en gardait quinze. Certaines gens penseront peut-être que cinquante pour cent est un courtage très élevé pour un intermédiaire, mais elle le gagnait jusqu’au dernier cent. Sa mise de fonds était considérable. Elle entretenait, en plus d’une ravissante maison où les filles attendaient, une voiture et un chauffeur pour les livrer aux clients.
Au surplus, elle était forcée de fréquenter le genre de milieu où elle rencontrait les gens qui lui étaient utiles. Après tout, les hommes qui peuvent se permettre de payer trente dollars ne courent pas les rues. Elle interdisait à ses filles d’accorder leurs faveurs à des hommes qui n’étaient pas riches et haut placés, pour ne rien dire de leur goût et de leur délicatesse. Elle était si difficile dans son choix qu’elle exigeait de faire la connaissance du client éventuel avant de le servir. Elle disait souvent, et sincèrement, qu’elle ne laisserait jamais une de ses filles travailler pour un homme avec qui elle ne serait pas elle-même disposée à coucher.
Et elle était vraiment cultivée. Tous les visiteurs de marque cherchaient à la voir, histoire de rigoler. Ils étaient toutefois bien déçus quand ils découvraient à quel point elle était raffinée. Ils auraient voulu parler de certaines choses croustillantes, d’un intérêt universel, mais elle s’obstinait à discuter Gertrude Stein et Juan Gris. Malgré tous leurs efforts, et l’on savait que certains étaient allés vraiment très loin, les visiteurs de marque n’avaient jamais pu trouver de faille dans son raffinement ou battre en brèche sa culture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   25 juillet 2014
Il commençait à se demander s'il ne souffrait pas de l'apathie morbide, invétérée, qu'il aimait à peindre chez les autres. Peut-être ne devenait-il sensible que par galvanisation et était-ce pour cette raison qu'il poursuivait Faye.
Commenter  J’apprécie          50
Bruno_CmBruno_Cm   24 juillet 2014
Tod se remit à jouer franc jeu.
- Ce n'est pas cela. J'ai couru après une fille et c'est comme si l'on portait une chose un peu trop volumineuse pour qu'on puisse la cacher dans sa poche : une serviette de cuir ou une petite valise. On est très mal à l'aise.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : modernismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1077 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre