AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782811233174
480 pages
Milady (11/09/2019)
4.35/5   2125 notes
Résumé :
C’est à vous, et à vous seule que s’adresse cette confession...

À l’aube de ses quatre-vingts ans, Evelyn Hugo, légende du cinéma, est enfin prête à dire la vérité sur sa vie aussi glamour que scandaleuse. Mais quand cette actrice, vieillissante et solitaire, décrète qu’elle fera ces révélations à Monique Grant, journaliste pour un obscur magazine, personne ne comprend son choix. La journaliste décide de saisir cette occasion pour lancer sa carrière. ... >Voir plus
Que lire après Les sept maris d'Evelyn HugoVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (327) Voir plus Ajouter une critique
4,35

sur 2125 notes
Mais pourquoi, de tous les journalistes, l'ancienne star de cinéma Evelyn Hugo , a t'elle choisi Monique Grant pour recueillir sa parole en vue d'un article ou davantage ?
Je vous promets qu'à la fin du livre, elle le saura.
Je vous promets qu'à la fin du livre, on le saura...
Et c'est ce fil conducteur que déroule Taylor Jenkins Reid avec une grande habileté, en plus de plein d'autres sujets...

Au départ, c'est l'histoire d'une fille très sexy qui rêve de partir à Los Angeles, pour y devenir actrice.
Comment s'y prend-elle ?
A votre avis ? Quelles armes avait-elle? ...
Et Evelyn Hugo de raconter sa vie, sa carrière, ses films, ses mariages, l'amour de sa vie, ses amitiés sincéres et profondes, la famille qu'elle s'est créée.
Et puis les drames, les aléas de la vie. Ce qu'elle a fait de bien, ce qu'elle a fait de mal.

Aurait-elle pu faire autrement ? On est dans les années 50 , puis dans les années 60 (etc...) , et le monde ne traitait pas tous ses citoyens pareil... Il y avait ceux de seconde zone, ceux qui n'avaient pas le droit de vivre leurs amours au grand jour, qui devaient composer, se cacher, présenter une autre facette d'eux, ruser, mentir à la presse, vivre une vie parallèle...
J'ai lu dernièrement une phrase de Peter May qui illustre parfaitement cette histoire : " Qu'est-ce qu'une vie vécue dans des limites fixées par d'autres ?"
Et bien c'est ce qu'Evelyn Hugo et ses "amis" auront fait toute leur vie : vivre leur vie en la bricolant, en l'aménageant, pour qu'elle soit acceptables pour d'autres...
C'est un roman qui parle d'amours défendus dans un Hollywood naissant où la presse- people était en train de s'inventer, causant au passage des montagnes d'hypocrisie et de mensonges, quelques ravages et du malheur comme s'il en pleuvait... On pense à Rock Hudson, d'une beauté si "virile", obligé d'épouser sa secrétaire pour détourner les mauvaises langues de sa personne, et qui est mort du sida, la vérité le rattrapant...

Ce n'est pas qu'un roman sur une femme qui voulait devenir actrice, c'est bien plus que cela... C'est un roman sur l'âge d'or d'Hollywood ( comment on fabriquait des vedettes), sur la manipulation, sur les rapports hommes-femmes...

Et sur un truc énorme...
Celui qui établit un lien entre Monique Grant ,obscure journaliste, et la légende du cinéma Evelyn Hugo.
Elle avait dit qu'à la fin ,Monique aurait son explication...
Je vous avais dit qu'à la fin , on saurait... Ce que je n'avais pas prévu, c'est qu'à la fin, j'aurai le coeur serré et de l'eau dans les yeux, car : quelle vie ! Evelyn Hugo est une femme complexe, qu'on plaint, qu'on admire, qu'on aime et qu'on n'aime moins pour ce "truc qu'elle a fait"...


L'écriture de Taylor Jenkins Reid est hypnothique, hyperréaliste, on plonge littéralement dans le Hollywood en train de s'inventer , de poser les bases. Et l' on pense à tous ces acteurs et actrices, dont on entrevoit parfois un petit bout de vie privée, souvent au détour d'une salle d'attente, à l'insu de notre plein gré. Et si c'était faux ? ....
A chaque fois, cette autrice choisit un thème ( le cinéma ou le tennis, la musique, une fratrie , etc...), et l'explore avec glamour, sérieux et une solide documentation. Ayant fait des études de sociologie, elle sait s'immerger, se couler parfaitement dans un univers, une classe sociale, un métier, un âge, un genre...

Ce roman ( comme Daisy jones & The Six ,son premier à être sorti en France), va devenir une série télévisée ( ici sur Netflix).
Allez, pour 2024, je forme le voeu que TOUS les romans de Taylor Jenkins Reid soient traduits et publiés en France....

Une sacrée bonne histoire... Un coup de coeur...
Commenter  J’apprécie          660
Evelyn Hugo s'est mariée pour la première fois à 15 ans, ensuite cela n'a été qu'un enchaînement de noces. Evelyn va avoir 80 ans et c'est à cet âge qu'elle décide de raconter son histoire, celle d'une vie pleines de rebondissements, celle de son ascension au firmament, celle d'une star de cinéma et elle va choisir Manon, une jeune journaliste mais pourquoi elle ?

Crescendo, Evelyn monte les marches de la célébrité.
Une mutation complète pour obtenir les contrats convoités, mais la vie est-elle plus belle, la tête dans les étoiles ? Est-ce que celles-ci protègent des déconvenues ?
Être constamment sur ses gardes afin de ne pas déclencher les ragots. Est-ce vraiment la vie rêvée telle que nous la percevons derrière nos écrans?
Ce sont des questions qui m'ont accompagnée tout au long de ma lecture.
Je pense que les feux de la rampe sont un monde impitoyable.

Cette femme est épatante, elle en a traversé des épreuves. La dignité, elle l'a méritee.
Rusée comme un renard surtout lorsqu'il faut jouer avec les tabloïdes.
Elle est vaporeuse, sexy lorsqu'il s'agit d'obtenir ce qu'elle veut.
Un sacré personnage qui me plait avec une sacré force de caractère.

Ce que j'ai aimé :
c'est le talent de l'autrice qui fait passer une fiction pour une réalité car non ce n'est pas une autobiographie.
Les sujets abordés tel que la condition féminine, la classe sociale, le jugement, l'homosexualité, le patriarcat.

Un gros coup de coeur pour ce roman
Commenter  J’apprécie          579
Après « Les sept morts d'Evelyn Hardcastle », voici « Les sept maris d'Evelyn Hugo » ! Donnez-moi sept quelque chose et une Evelyn, et vous aurez à chaque fois un coup de coeur.
Car ces deux romans, s'ils ne relèvent pas du tout du même genre de littérature (l'un roman policier, l'autre drame sentimental) sont tous les deux très réussis et traitent de ce même thème que sont les apparences trompeuses, et ce qu'elles cachent derrière le si visible.

Aujourd'hui ce sont « Les sept maris d'Evelyn Hugo » qui m'intéresse (pour les curieux, « Les sept morts » ont déjà fait l'objet d'une chronique 😉). Monique Grant, journaliste au magazine féminin « Vivant », n'en revient pas quand sa patronne lui apprend que la célébrissime Evelyn Hugo ne souhaite être interviewée que par elle. Elles ne se connaissent pas, et Monique, qui vient d'arriver à la rédaction du magazine, est pour l'instant cantonnée aux articles de seconde zone. Pourquoi elle ?
C'est ce qu'elle découvrira en écoutant Evelyn, qui lui racontera par le menu la vie d'actrice qu'elle s'est construite avec ses hauts et ses bas, ses succès et ses drames, et la collection de maris qui est venue avec. Pour le meilleur comme pour le pire, l'adage du mariage sera exploité avec talent par Taylor Jenkins-Reid pour placer quelques messages, notamment sociétaux.

On reconnaît les grands livres à ce qu'ils traitent de plusieurs sujets qui se télescopent parfois, sont ambivalents, vous touchent et vous parlent, vous font réfléchir sur un aspect de vous-même. le plus frappant avec « Les sept maris d'Evelyn Hugo », c'est qu'on ne voit rien venir, tant le début du roman apparaît sucré et glamour. Mais c'est le thème, l'autrice va rapidement nous faire voir la réalité derrière les paillettes, les nuances de la vie derrière l'écran rose.

Le roman traite évidemment de l'ascension vers la gloire d'une starlette ambitieuse dans les années 50, des nombreux compromis qu'elle fit bien volontiers, au premier rang desquels celui de devenir, tout du moins en apparence, le personnage de fiction que les studios lui ont construit (ce calcul permanent est d'ailleurs assez glaçant). Ce qui pouvait aller loin, puisque même les romances entre acteurs étaient fabriquées pour faire vendre et acquérir de la notoriété. Une vie de fiction dans tous les sens du terme. Mais à quel prix ? Qui devient-on dans ces conditions ? le personnage de fiction ne risque-t-il pas d'écraser la vraie personne ?

Mais « Les sept maris d'Evelyn Hugo » est avant tout un magnifique roman sentimental, et une réflexion pertinente sur ce qu'est le grand amour, les formes multiples qu'il peut prendre. Ce qu'on est prêt à lui sacrifier, ou pas. Combien il est si facile de le laisser s'échapper, alors que sa fragilité même devrait pousser à tout faire pour le conserver.

J'ai vraiment aimé ce personnage d'Evelyn Hugo, cette femme aux multiples facettes et à la complexité rare. J'ai aimé que Taylor Jenkins-Reid n'en fasse pas forcément un personnage sympathique, mais plutôt égoïste. Evelyn assume tout ce qu'elle fait sans rien regretter. Elle se fait confiance et tout ce qu'elle fait, c'est pour une bonne raison (tout du moins à ses yeux).
Pour elle on ne doit pas attendre que le monde donne, mais qu'on prenne ce qu'il a à offrir, et à travers son exemple elle poussera Monique à s'affirmer et savoir mieux définir ce qu'elle attend de son travail, de ses amours (c'est le côté du roman, assez convenu, que j'ai le moins aimé). Ce fameux dépassement de soi pour être une meilleure version de soi-même est terriblement américain, un peu facile (tout n'est pas toujours qu'une question d'opportunités ou de rapport de forces), mais il sert bien le roman, sans trop de gratuité.

Le macaron « ouvrage succès de Tiktok » sur la couverture m'avait rendue circonspecte malgré les critiques élogieuses que j'avais lues à propos de ce roman. Encore une apparence trompeuse à laquelle j'ai bien fait de ne pas céder ; je serais passée à côté d'un roman bouleversant, plus profond qu'il ne le laisse présupposer. Evelyn Hugo vivra encore longtemps en moi.
Commenter  J’apprécie          400
Livre extrêmement populaire en 2018 sur bookstagram et booktube (et en particulier sur Goodreads nommé pour deux de leurs prix en 2017), The Seven Husbands of Evelyn Hugo n'a connu que le succès depuis sa sortie, et ma mission est d'apporter la bonne parole du côté francophone de la force.


Pour commencer, je n'aime pas vraiment les dramas, je n'aime pas la romance et je n'aime pas les fictions historiques ou juste les histoires qui prennent place dans notre présent ou notre passé sans un brin de magie ou de technologie. Autant vous dire que je n'attendais rien, mais rien du tout de ce livre, juste de faire plaisir à une amie qui en est fan. Je l'ai écouté en audiobook, et si vous êtes à l'aise en anglais, allez-y, foncez. L'audiobook est narré merveilleusement bien, les doubleuses sont parfaites et les transitions entre flashbacks et présents sont lisses et soignées. L'audiobook est vraiment un régal et je pense qu'une des étoiles que j'ai attribuées est clairement due à la qualité de l'écoute. Bref.


The Seven Husbands of Evelyn Hugo raconte par l'intermédiaire de Monique Grant, petite reporter pour le grand magazine Vivant, la vie tumultueuse de l'icône hollywoodienne fictive des années 50 Evelyn Hugo, depuis sa tendre enfance jusqu'à ses soixante-dix ans. Evelyn, grande actrice, icone de la mode, sex-symbol mais surtout aimant à scandales puisqu'elle s'est mariée au cours de sa vie avec pas moins de sept hommes différents! Et alors que son histoire se dévoile, on comprend en quoi ses sept mariages ont un étroit rapport avec Monique, et pourquoi la star tenait tant à ce qu'elle en particulier écrive ses mémoires.


Sans spoilers, pour moi le plus gros défaut du livre est que la vie d'Evelyn est tellement intéressante qu'en revenant dans le présent, et surtout en revenant dans la vie et les pensées de Monique, on est tout de suite retiré de l'histoire. J'avoue que j'avais besoin de me concentrer encore plus lorsque nous revenions au point de vue de Monique pour ne pas laisser mon cerveau partir dans toutes les directions. Son personnage ne m'a vraiment pas intéressée et je n'ai pas du tout senti de connexion avec elle, donc ses déboires avec son mariage raté et son manque de confiance en elle m'ont laissé un peu de marbre. Pas que son personnage ne soit pas bien écrit, d'ailleurs, que je trouve qu'aucun d'entre eux ne souffre de mauvaise écriture de la part de Taylor Jenkins Reid. Je pense que j'aurais préféré, avoir tout d'un coup, et pas entrecoupé de la vie de Monique. Mais d'un autre côté, je comprends pourquoi l'autrice a fait ce choix. Ce n'était juste pas ma tasse de thé.
J'ai aussi trouvé Monique un peu bête par moment, mais quand du jour au lendemain on côtoie une telle star, on en perd sûrement des neurones. Soyez-en sûrs que si un jour Beyoncé, après avoir conquis le cosmos tout entier, m'appelait à sa villa sur Mars pour écrire sa biographie, et me détailler sa vie privée, j'aurais aussi posé pas mal de questions débiles.


Bon, on a fini avec le seul petit point négatif, maintenant, le positif : TOUT. LE RESTE. Tout était parfait. le style d'écriture était totalement dans le ton, les références culturelles : excellentes, on sent aussi beaucoup de recherches de la part de l'autrice sur certains sujets. le récit nous offre un envers du décor tellement poignant du star-system, du Old Hollywood et du glamour qu'on ne peut qu'applaudir. Les thèmes abordés et les sujets touchés comme le racisme (le fait qu'Evelyn renonce à sa culture cubaine pour rentrer dans les standards "blancs" d'Hollywood), le sexisme, le féminisme, l'homophobie, la biphobie, la mort, le dueil, etc., sont tellement bien développés et ancrés dans l'histoire. Les personnages sont si biens écrits que j'ai eu l'impression d'écouter une vraie biographie. Avant de parler d'Evelyn j'envoie de l'amour à Harry Cameron, le meilleur.
Evelyn est un personnage aussi attachant que complexe. Si elle était une sorcière, elle irait sûrement à Serpentard. Manipulatrice, fourbe, déterminée à obtenir ce qu'elle veut et utiliser son corps pour que les hommes devant elle lui donnent ce qu'elle désir. Elle le dit elle-même, elle n'est pas éduquée, ni particulièrement brillante mais elle est maligne et elle vit dans un monde d'hommes, un monde qu'elle peut contrôler grâce à sa poitrine généreuse et un visage d'une beauté renversante. Un monde qui a vite-fait de la sous-estimer à cause de ça. Utiliser son corps comme sa seule arme, la seule chose qu'elle avait même si elle n'a rien fait pour l'avoir, c'est mettre toutes les chances de son côté pour parvenir à devenir autre chose qu'une paire de seins. Elle était même résolument féministe pour l'époque. Elle voulait le pouvoir, le contrôle, dans la vie, dans son lit, et elle a même participé en un sens à l'émancipation des femmes de son époque. What a legend. le plus grand thème de son histoire reste quand même qu'elle est deux personnes à la fois. Une femme ayant construit sa vie, mensonge après mensonge, qui a fini par attirer l'admiration de tous, mais pas vraiment d'elle, mais de la représentation qu'ils se font d'elle. La Hugo romancée, cette femme qu'ils voient dans les films et les tabloïds. Et pendant ce temps, la vraie personne qu'elle était, devenait de plus en plus dégoûtée de cette création au fur et à mesure de ses mariages. Son histoire est passionnante parce que rien ne lui tombe dessus, elle décide de ce qui lui arrive, elle est actrice, elle a la main sur sa vie, et c'est probablement parce que j'ai lu trop de young adult, mais BON SANG, ce que ça fait du bien de lire ça. Et quand bien même un imprévu lui arrive, elle se redresse vite fait et se dit "bon, la vie, tu as joué, maintenant à mon tour". Force, détermination, passion, amour.
Sa relation avec Celia est l'une des meilleures relations queer que je n'ai jamais lue et son personnage, étant bisexuelle, est aussi un portrait extraordinaire de la réalité, surtout à cette époque.
Même ses sept maris, du plus ancien au plus récent, de la plus grosse enflure (salut Don), au plus respectable, de celui avec le plus d'importance à celui le plus insignifiant, tous ressemblaient à des humains, comme Evelyn, comme Celia, avec des qualités, des défauts, des rapports de cause à effet. Même si ce que certains ont fait n'est pas excusable, le personnage garde toujours une couche de complexité.


En conclusion si vous aimez les personnages nuancés, les protagonistes maîtres de leur destin, une histoire d'amour queer, des thèmes profondément ancrés dans notre époque comme le racisme, l'homophobie, la biphobie, les violences conjugales, le deuil et plus encore, mais que vous voulez aussi du drama, des paillettes et Hollywood, lisez The Seven Husbands of Evelyn Hugo. Et j'ai encore mieux, si vous avez une paire d'écouteurs ou un casque ou que vous voulez que toute la maisonnée en profite, écoutez The Seven Husbands of Evelyn Hugo.
Commenter  J’apprécie          260
Poignant, Bouleversant, Palpitant, Choquant, voici les réactions qui m'ont traversé pendant la lecture de ce livre et qui, je pense vous traverseront aussi dans cette lecture de ce roman si particulier.

J'ai reçu ce livre par des amis pour mon cadeau d'anniversaire.... en octobre, ça commence à faire long là. Je sais, je ne le lis que maintenant, mais bon on va dire que j'étais occupé.

D'ailleurs, je ne regrette absolument pas d'avoir commencé ce livre, il est magnifique et tellement captivant.
Je ne connaissais absolument pas la plume de Taylor Jenkins Reid et je me retrouve conquise.
Elle arrive vraiment à retranscrire les émotions des personnages, à les peindrent en de multiples facettes , qui ne sont pas tout blanc, tout noir, qui sont humains. Et oui, parfois les humais, on est bêtes et on fait des choses totalement absurdes !

Bref, je me pencherai volontiers sur ces autres livres, qui ma foi m'ont l'air fort apétissant.

Revenons-en à l'histoire, je l'ai trouvé original, je n'avais encore jamais lu de livre de ce style, l'histoire d'Hollywood dans les années 50 avec toute la face cachée de l'iceberg. Les aléas de la vie de ceux qu'on regardent à l'écran. J'ai trouvé ça superbe !
D'ailleurs j'ai vu que l'autrice a eu une carrière dans la production cinématographique, donc cela rend le livre beaucoup plus réaliste.

Je savais que Hollywood, l'univers du cinéma, les acteurs, pouvaient faire rêver, mais dans ce livre tu te rend compte que ça peut vite tourner au cauchemar, ettt que ce n'est pas si idillyque que ça
En effet, tous les personnes présents dans le livre n'étaient là que pour servir leurs intérêts, ne voulaient que la richesse et la gloire et étaient prêts à tout pour l'avoir, Evelyn Hugo n'en fait pas exeption.

Je ne sais pas trop quoi en penser de ce personnage.
En effet, ce n'est pas un personnage qu'on a l'habitude de retrouver dans les livres, enfin si mais plutôt en tant que personnage secondaire.
Ce que je veux dire, c'est que c'est une vraie garce, elle ne sert que ses intérêts, ne pense qu'à la gloire et à la richesse. Néanmois, d'un autre coté cest "normal", puisqu'elle a tout fait pour se sortir de la misère de son enfance/adolescence avec un père alcoolique, qui se souciait guère d'elle. Youhou, super la vie !
Mais, c'est aussi une personne forte, elle ne se laisse pas abattre, elle est quand même très intelligente et s'habitue bien au milieu d'Hollywood.
De plus, quand elle a découvert qu'elle était bisexuelle, elle n'en a pas fait tout une histoire, elle s'est dit oui j'aime Célia, et alors ?
Par contre, je ne sais pas si je l'aurais réellement apprécié dans la vraie vie, lol, c'est un personnage à double tranchant.

A propos de Célia, je l'ai adoré, avec Evelyn ,elles ont des caractères opposés, mais qui se complètent.
Ce qui m'a révolté, c'est le fait qu'elles ne pouvaient pas montrer publiquement qu'elles étaient en couple, car dans les années 60/70, bah c'était une représentation du monde très stéréotypé, les hommes avec les femmes et rien d'autre.
Elles auraient vécu heureuse dans une société totalement différente ! Après, elles auraient aussi vécu heureuse si elles étaient moins rancunières.
Elles n'ont pu réellment être ensemble qu'a la fin de la vie de Célia.

D'alleurs, les journals gossips, ou les fans des acteurs m'ont énérvé, j'avais l'impression qu'ils ne traitaient pas les stars comme des humains mais comme des objets qu'ils utilisaient pour satisfaire je ne sais quoi.

J'en reviens à Evelyn et sur ces 7 maris, celui que j'ai préféré est bien évidemmment Harry puisque certes ils ont une relation platonique, mais ce sont vraiment des âmes soeurs et ATTENTION SPOIL !!!!!!, j'ai vraiment pleuré à sa mort, il m'a fait trop de la peine. Je m'étais attaché à lui.

Evelyn est la preuve vivante qu'un mariage n'est pas vraiment synonyme d'amour, mais ça peut-être juste stratégique.
En soit, même si elle aime aussi les hommes, elle n'en à trouver aucun qui la traitait bien, qui la voyait comme une humaine, et non comme la célèbre Evelyn Hugo avec un corps de rêve (à part Harry évidemment et Robert).

La fin du livre est tellement déchirante, on s'attache aux personnages tout au long du livre, mais tout le monde meurt et il ne reste plus que Evelyn. Elle m'a vraiment fait de la peine, tous les personnes qu'elles à réellement aimées ne sont plus à ses côtés, elle est obligé de vivre sans eux, elle est tellement forte !

J'ai bien aimé le fait qu'il y ait une double histoire avec Monique, qui est aussi riche en émotions !

Bref, c'est vraiment un livre captivant, absolument pas niais ou cucul la praline, lol. Ce livre nous tient en haleine jusqu'au bout car on a envie de savoir pourquoi la célèbre Evelyn Hugo à contacté une jeune journaliste pour écrire sa biographie. Quand vous allez découvrir pourquoi, vous allez être choqué !
Commenter  J’apprécie          139

Citations et extraits (276) Voir plus Ajouter une citation
Harry était tombé amoureux d'un homme Noir. Il s'appelait James Grant. Il est mort le 26 février 1989.
Commenter  J’apprécie          40
Elle a tenu 18 ans avant de succomber. Et lorsqu'on l'a mise à côté de son père, j'ai craqué comme jamais auparavant. Le luxe dévastateur de la panique m'a submergée à nouveau. Et ne m'a plus quittée.
Commenter  J’apprécie          00
Dites-leur qu'Evelyn Hugo fait ses adieux.
Commenter  J’apprécie          10
Vous ne passez pas des années à vous languir d'une voix pour ne pas la reconnaître quand elle résonne enfin.
Commenter  J’apprécie          143
Je veux que tu restes, Harry. Nous avons besoin de toi. Connor et moi. (J'ai serré sa main plus fort.) Mais si tu dois partir, alors pars. Pars si ça fait mal. Pars si c'est l'heure. Pars juste en sachant que tu étais aimé, que je ne t'oublierai jamais, que tu vivras dans tout ce que Connor et moi ferons. Pars en sachant que je t'aime d'un amour pur, Harry, que tu étais un père merveilleux. Pars en sachant que je t'ai raconté tous mes secrets. Parce que tu étais mon meilleur ami.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Taylor Jenkins Reid (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Taylor Jenkins Reid
Daisy Jones & the Six - Official Trailer | Prime Video
autres livres classés : hollywoodVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (4639) Voir plus



Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
7033 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..