AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811233172
Éditeur : Milady (11/09/2019)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 16 notes)
Résumé :
C’est à vous, et à vous seule que s’adresse cette confession...

À l’aube de ses quatre-vingts ans, Evelyn Hugo, légende du cinéma, est enfin prête à dire la vérité sur sa vie aussi glamour que scandaleuse. Mais quand cette actrice, vieillissante et solitaire, décrète qu’elle fera ces révélations à Monique Grant, journaliste pour un obscur magazine, personne ne comprend son choix. La journaliste décide de saisir cette occasion pour lancer sa carrière. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Zutto
  05 juin 2019
Livre extrêmement populaire en 2018 sur bookstagram et booktube (et en particulier sur Goodreads nommé pour deux de leurs prix en 2017), The Seven Husbands of Evelyn Hugo n'a connu que le succès depuis sa sortie, et ma mission est d'apporter la bonne parole du côté francophone de la force.

Pour commencer, je n'aime pas vraiment les dramas, je n'aime pas la romance et je n'aime pas les fictions historiques ou juste les histoires qui prennent place dans notre présent ou notre passé sans un brin de magie ou de technologie. Autant vous dire que je n'attendais rien, mais rien du tout de ce livre, juste de faire plaisir à une amie qui en est fan. Je l'ai écouté en audiobook, et si vous êtes à l'aise en anglais, allez-y, foncez. L'audiobook est narré merveilleusement bien, les doubleuses sont parfaites et les transitions entre flashbacks et présents sont lisses et soignées. L'audiobook est vraiment un régal et je pense qu'une des étoiles que j'ai attribuées est clairement due à la qualité de l'écoute. Bref.

The Seven Husbands of Evelyn Hugo raconte par l'intermédiaire de Monique Grant, petite reporter pour le grand magazine Vivant, la vie tumultueuse de l'icône hollywoodienne fictive des années 50 Evelyn Hugo, depuis sa tendre enfance jusqu'à ses soixante-dix ans. Evelyn, grande actrice, icone de la mode, sex-symbol mais surtout aimant à scandales puisqu'elle s'est mariée au cours de sa vie avec pas moins de sept hommes différents! Et alors que son histoire se dévoile, on comprend en quoi ses sept mariages ont un étroit rapport avec Monique, et pourquoi la star tenait tant à ce qu'elle en particulier écrive ses mémoires.

Sans spoilers, pour moi le plus gros défaut du livre est que la vie d'Evelyn est tellement intéressante qu'en revenant dans le présent, et surtout en revenant dans la vie et les pensées de Monique, on est tout de suite retiré de l'histoire. J'avoue que j'avais besoin de me concentrer encore plus lorsque nous revenions au point de vue de Monique pour ne pas laisser mon cerveau partir dans toutes les directions. Son personnage ne m'a vraiment pas intéressée et je n'ai pas du tout senti de connexion avec elle, donc ses déboires avec son mariage raté et son manque de confiance en elle m'ont laissé un peu de marbre. Pas que son personnage ne soit pas bien écrit, d'ailleurs, que je trouve qu'aucun d'entre eux ne souffre de mauvaise écriture de la part de Taylor Jenkins Reid. Je pense que j'aurais préféré, avoir tout d'un coup, et pas entrecoupé de la vie de Monique. Mais d'un autre côté, je comprends pourquoi l'autrice a fait ce choix. Ce n'était juste pas ma tasse de thé.
J'ai aussi trouvé Monique un peu bête par moment, mais quand du jour au lendemain on côtoie une telle star, on en perd sûrement des neurones. Soyez-en sûrs que si un jour Beyoncé, après avoir conquis le cosmos tout entier, m'appelait à sa villa sur Mars pour écrire sa biographie, et me détailler sa vie privée, j'aurais aussi posé pas mal de questions débiles.

Bon, on a fini avec le seul petit point négatif, maintenant, le positif : TOUT. LE RESTE. Tout était parfait. le style d'écriture était totalement dans le ton, les références culturelles : excellentes, on sent aussi beaucoup de recherches de la part de l'autrice sur certains sujets. le récit nous offre un envers du décor tellement poignant du star-system, du Old Hollywood et du glamour qu'on ne peut qu'applaudir. Les thèmes abordés et les sujets touchés comme le racisme (le fait qu'Evelyn renonce à sa culture cubaine pour rentrer dans les standards "blancs" d'Hollywood), le sexisme, le féminisme, l'homophobie, la biphobie, la mort, le dueil, etc., sont tellement bien développés et ancrés dans l'histoire. Les personnages sont si biens écrits que j'ai eu l'impression d'écouter une vraie biographie. Avant de parler d'Evelyn j'envoie de l'amour à Harry Cameron, le meilleur.
Evelyn est un personnage aussi attachant que complexe. Si elle était une sorcière, elle irait sûrement à Serpentard. Manipulatrice, fourbe, déterminée à obtenir ce qu'elle veut et utiliser son corps pour que les hommes devant elle lui donnent ce qu'elle désir. Elle le dit elle-même, elle n'est pas éduquée, ni particulièrement brillante mais elle est maligne et elle vit dans un monde d'hommes, un monde qu'elle peut contrôler grâce à sa poitrine généreuse et un visage d'une beauté renversante. Un monde qui a vite-fait de la sous-estimer à cause de ça. Utiliser son corps comme sa seule arme, la seule chose qu'elle avait même si elle n'a rien fait pour l'avoir, c'est mettre toutes les chances de son côté pour parvenir à devenir autre chose qu'une paire de seins. Elle était même résolument féministe pour l'époque. Elle voulait le pouvoir, le contrôle, dans la vie, dans son lit, et elle a même participé en un sens à l'émancipation des femmes de son époque. What a legend. le plus grand thème de son histoire reste quand même qu'elle est deux personnes à la fois. Une femme ayant construit sa vie, mensonge après mensonge, qui a fini par attirer l'admiration de tous, mais pas vraiment d'elle, mais de la représentation qu'ils se font d'elle. La Hugo romancée, cette femme qu'ils voient dans les films et les tabloïds. Et pendant ce temps, la vraie personne qu'elle était, devenait de plus en plus dégoûtée de cette création au fur et à mesure de ses mariages. Son histoire est passionnante parce que rien ne lui tombe dessus, elle décide de ce qui lui arrive, elle est actrice, elle a la main sur sa vie, et c'est probablement parce que j'ai lu trop de young adult, mais BON SANG, ce que ça fait du bien de lire ça. Et quand bien même un imprévu lui arrive, elle se redresse vite fait et se dit "bon, la vie, tu as joué, maintenant à mon tour". Force, détermination, passion, amour.
Sa relation avec Celia est l'une des meilleures relations queer que je n'ai jamais lue et son personnage, étant bisexuelle, est aussi un portrait extraordinaire de la réalité, surtout à cette époque.
Même ses sept maris, du plus ancien au plus récent, de la plus grosse enflure (salut Don), au plus respectable, de celui avec le plus d'importance à celui le plus insignifiant, tous ressemblaient à des humains, comme Evelyn, comme Celia, avec des qualités, des défauts, des rapports de cause à effet. Même si ce que certains ont fait n'est pas excusable, le personnage garde toujours une couche de complexité.

En conclusion si vous aimez les personnages nuancés, les protagonistes maîtres de leur destin, une histoire d'amour queer, des thèmes profondément ancrés dans notre époque comme le racisme, l'homophobie, la biphobie, les violences conjugales, le deuil et plus encore, mais que vous voulez aussi du drama, des paillettes et Hollywood, lisez The Seven Husbands of Evelyn Hugo. Et j'ai encore mieux, si vous avez une paire d'écouteurs ou un casque ou que vous voulez que toute la maisonnée en profite, écoutez The Seven Husbands of Evelyn Hugo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
theannashaw
  31 octobre 2019
Cet été j'ai eu la chance de découvrir la plume de Taylor Reid Jenkins avec l'excellent Daisy Jones & the six. Aussi quand j'ai appri que les éditions Charleston publiaient un autre roman de l'autrice j'ai eu immédiatement envie de le lire. Et grâce à Babelio et à leurs opérations Masses Critiques j'ai pu découvrir ce deuxième ouvrage de l'autrice plusieurs fois primée.
Monique, jeune journaliste en quête de reconnaissance est la première surprise quand c'est elle qu'Evelyn Hugo, légende du cinéma, accepte de lui accorder une interview à elle et à elle seule. Un temps impressionnée, Monique accepte bien volontiers de se prêter au jeu et de recevoir les confidences sur la vie aussi glamour que scandaleuse de la femme au sept maris. Au fur et à mesure qu'Evelyn raconte, se tisse le canevas d'une vie entre amours complexes, ambition et monde du cinéma des années cinquante à nos jours.
J'avais vraiment adoré Daisy Jones & the six mais je crois que j'ai aimé encore d'avantage ce nouveau roman qui m'a touché au delà de ce que j'imaginais. Sûrement parce qu'il traite de nombreux sujets qui me touchent, tel que l'envie de réussir, la place des femmes dans la société et comment elles doivent en permanence se battre pour avoir les mêmes droits que leurs collègues masculins, même dans l'industrie du cinéma et bien d'autres encore dont je ne peux pas vous parler sans risques de vous spoiler certains éléments du roman.
L'histoire se divise donc en deux parties entre le présent, raconté par Monique, et le passé, du point de vue d'Evelyn. Et ces deux axes temporels différents permettent au lecteur de noter certaines similitudes entre la vie de Monique et celle d'Evelyn, leurs histoires d'amour, leurs travails et leurs façons de saisir les opportunités quand elles se présentent.
On s'attache rapidement à ces deux personnages : à Monique que l'on voit petit à petit s'affirmer, prendre confiance en elle et en son talent. Et plus encore à Evelyn, y compris lorsqu'elle a des comportements méchants ou indécents. Parce que derrière l'image de la femme volage et sans aucune morale se dessine petit à petit le portrait complexe d'une femme refusant de s'excuser pour quoi que ce soit ou presque et prête à tout les sacrifices pour protéger les gens qu'elle aime.
Il y a également d'autres personnages auxquels on s'attache au fur et à mesure du récit de la vie d'Evelyn. À commencer par Harry, l'un de ses nombreux maris qui est en fait tellement plus que ça, mais aussi Célia St-James rivale et amie d'Evelyn, Connor sa fille unique et plus grande fierté, certains de ses maris quand on en déteste d'autres… Autant de personnages qui jalonnent la vie d'Evelyn Hugo et auxquels on s'attache au point d'avoir les larmes aux yeux à de très nombreuses reprises.
Certains « secrets » de ce roman n'en sont pas vraiment le lecteur se doutant rapidement de ce qui se trame et ayant tout aussi rapidement des réponses aux quelques doutes qui pourraient persister. D'autre révélations sont en réalité franchement inattendues et m'ont coupé le souffle par moment. Evelyn a l'art et la manière de choisir son moment pour faire ses révélations et comme Monique on est à la fois admiratifs et agacés de sa capacité à dissimuler des informations.
Si Daisy Jones & the six n'avait pas suffit à vous convaincre du talent d'autrice et de créatrice de vies de Taylor Reid Jenkins, Les sept maris d'Evelyn Hugo achèvera à coup sûr de vous convaincre. L'autrice se sert de la trame d'une vie hors du commun dans une société américaine en plein changement pour évoquer des sujets encore d'actualité et dont il est donc plus important que jamais de parler. Nul doute que je lirai dès que possible les autres ouvrages signés de son nom.
Lien : HTTP://mabibliothequerose.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MademoiselleBouquine
  07 décembre 2019
J'avais besoin de ce roman.
Et il est venu à moi exactement au bon moment.
Merci à lui.
The Seven Husbands of Evelyn Hugo a tout l'air d'une romance un peu basique, à lire en débranchant son cerveau, mais promis, ce n'est pas le cas. On a ici droit à une histoire originale, riche, dense, qui propose surtout des portraits de personnages d'une intensité marquante. On a bien conscience de ne pas faire face à une écriture qui cherche à accomplir des prouesses d'originalité, mais ce n'est pas ce que l'on est venu chercher. L'autrice sert très justement son propos en rédigeant son histoire avec une fluidité et une tension rares, un sens du rythme recherché, et des dialogues qui fusent avec un naturel décapant. On atteint le mélange idéal entre divertissement et appréhension, le tout dans le contexte, il faut se l'avouer, délicieusement plaisant, du Old Hollywood, de l'immédiat après-guerre jusqu'à la fin du XXème siècle.
Le vrai coup de génie de ce roman ? Son format, à savoir celui d'une longue interview au cours de laquelle l'actrice légendaire - et hélas fictive - Evelyn Hugo déroule petit à petit le fil de son existence. Ce mécanisme de narration fonctionne à merveille, et crée un rien de frustration qui pousse à poursuivre sa lecture jusqu'à des heures indues de la nuit. L'idée est tellement plaisante qu'on en vient même à avoir envie de sauter les quelques passages consacrés aux pensées et au quotidien de l'intervieweuse, une journaliste du nom de Monique - dont la personnalité n'a d'égale que la répartie du point de vue de la fadeur et de l'inintérêt. le tout se dévore à une vitesse fulgurante, avec la parfaite dose de rebondissements, révélations et autres coups de théâtre, avec en toile de fond la litanie des sept maris d'Evelyn qui viennent scander le texte de façon stable, presque apaisante, motivante. C'est un chemin de fer sur lequel on est lancé, une épopée de laquelle on ne peut se dégager, un roulis curieusement tranquille pour une existence aussi agitée.
Certains messages sont martelés de façon peut-être un peu trop explicite parfois, au risque de manquer de subtilité, mais l'ensemble demeure équilibré dans son propos. L'autrice valorise la diversité de ses personnages et de leurs engagements, et veille à faire de son roman une oeuvre certes palpitante, mais avant tout bienveillante, accueillante, qui pousse à une certaine ouverture d'esprit et au respect de l'autre. Elle réussit à merveille son opération : The Seven Husbands of Evelyn Hugo est l'un de ces livres dont la moindre interruption de lecture est un déchirement, dont les personnages continuent à hanter la mémoire bien après le chapitre final, dont tout, de l'exposition à la conclusion, semble parfaitement orchestré. C'est un texte plus cinématographique que littéraire, vivant, clairement destiné à faire vibrer ses lecteurs, tout en parvenant à le surprendre en permanence, à invoquer des idées innovantes et à recourir à des techniques scénaristiques judicieuses. Un peu de paillettes, beaucoup de drama, sans trop se prendre au sérieux non plus. On aime, on adore.
Lien : https://mademoisellebouquine..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Milie_Baker
  11 août 2019
Un roman génial ! Captivant du début à la fin, avec des personnages très forts.
"The Seven Husbands of Evelyn Hugo" est une sorte de biographie qui retrace la vie de la fameuse actrice, très belle et surtout très populaire.
Ses sept mariages ont beaucoup fait parler la presse et Monique Grant, la journaliste en charge d'écouter Evelyn Hugo sur son passé, va enfin apprendre pourquoi tous ces mariages et qui était le vrai amour de l'actrice.
L'histoire peut paraître banale au premier abord, mais l'autrice nous captive de suite et après, impossible de lâcher le roman. On veut savoir comment Evelyn Hugo en est arrivée là, quelles épreuves elle a du endurer pour devenir cette actrice si connue et talentueuse. On apprend surtout que quand les sujets sont des personnes célèbres, la presse ne dévoile jamais la vérité et que l'on ne sait rien de ce qu'il se passe vraiment.
J'ai adoré et je le recommande absolument, tout comme son dernier roman "Daisy Jones and the Six" qui a été un énorme coup de coeur aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Leya-niess
  08 octobre 2019
Les sept maris d'Evelyn Hugo nous relatent les années fastes de Hollywood, les stars des années 50 et 60, le glamour et le succès d'une jeune fille qui devient l'une des légendes du cinéma à l'instar d'une Ava Gardner ou d'une Marylin Monroe.
D'ailleurs, la référence à Ava Gardner est sans doute l'une des plus évidentes quand on commence à se plonger dans les mémoires d'Evelyn Hugo, cette vieille dame de presque 80 ans - avec Elizabeth Taylor, pour les nombreux maris. Gardner a effectivement publié ses mémoires sur la fin de sa vie.
Mais Evelyn Hugo pourrait aussi s'appeler Rita Hayworth : elle change son nom à consonance latine puisqu'Evelyn est d'origine cubaine et se teint en blonde. Hayworth, elle, était née Margarita Carmen Cansino et ne connaîtra le succès qu'une fois débarrassée de ses rondeurs et de sa chevelure brune (trop brune, trop typée, lui disent les producteurs d'Hollywood). C'est avec le visage remodelé et la légendaire crinière rousse de Gilda qu'elle rentre dans la légende.
Enfin, la vie d'Evelyn Hugo a également des échos avec celle de... Greta Garbo - pour les amours. Ou de Katherine Hepburn. le grand amour de Katharine Hepburn n'était pas Spencer Tracy mais bien une femme. Cela fut découvert après sa mort. Ou quand Hollywood cachait ses gays....

C'est donc un habile patchwork qu'a fait là Taylor Jenkins Reid, s'inspirant de faits réels et mélangeant les histoires des un.es et des autres tout en créant une fiction à laquelle on pourrait croire, grâce au procédé classique : insertion de fausses coupures de journaux, d'échanges d'e-mails.
On ne peut nier qu'il y a sans doute là un effort pour s'ouvrir à la diversité :tous les personnages ne sont pas blancs, tous les personnages ne sont pas hétéros (enfin!).
Je veux bien essayer de le croire - et espérer aussi que cela peut faire avancer les choses, spécialement aux USA dans le contexte actuel.
Tout ce bel effort tombe pourtant franchement à l'eau puisque la couverture du livre en France représente une femme blanche alors que la description d'Evelyn Hugo est celle d'une femme à la peau mate, latine, aux cheveux décolorés. Whitewashing again

Lien : https://triplettesdepartout...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   07 juin 2019
People think that intimacy is about sex. But intimacy is about truth. When you realize you can tell someone your truth, when you can show yourself to them, when you stand in front of them bare and their response is 'you're safe with me'- that's intimacy.
Commenter  J’apprécie          40
ZuttoZutto   05 juin 2019
They are just husbands. I am Evelyn Hugo. And anyway, I think once people know the truth, they will be much more interested in my wife.
Commenter  J’apprécie          00
ZuttoZutto   03 juin 2019
Never let anyone make you feel ordinary.
Commenter  J’apprécie          20
ZuttoZutto   04 juin 2019
I guess what I'm saying is : it's not all luck. It's luck and being a son of a bitch.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : journalisteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5513 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre