AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Peter Michael Lingens (Collaborateur)Odile Demange (Traducteur)
ISBN : 2221058275
Éditeur : Robert Laffont (14/02/1989)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 8 notes)
Résumé :
En 1989, Simon Wiesenthal a publié Justice n'est pas vengeance. Une autobiographie (éditions Robert Laffont).
Wiesenthal y décrit par le menu sa traque des anciens nazis (Eichmann bien sûr, mais aussi Mengele, sur les activités duquel l'auteur revient en détail...), nombreux à s'être enfuis en Amérique du Sud... ou à n'avoir pas été poursuivis dans leur pays d'origine : des seconds couteaux ont refait carrière, jusque dans le parti social-démocrate autrichie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SebastienCreo
  01 septembre 2014
C'est la première fois que je lis une autobiographie, on aurait pu le mettre dans les archives sur la Seconde Guerre Mondiale ou dans la chasse aux nazis. La vie de Simon Wiesenthal est difficile à expliquer, cet homme à la mémoire prodigieuse a aidé nombre de personne à recevoir la justice des hommes sur les bourreaux nazis. On lui reconnait un monument le Centre de Simon Wiesenthal à Los Angeles, de plus il a eu de son vivant le meilleur réseau de renseignement sur les anciens nazis. Grâce à son expérience de la vie, il n'a voulu que la justice pas la vengeance comme le dit si bien le titre sa biographie. À lire pour comprendre cette époque d'après-guerre et différente parcelle de l'homme lui-même. Vous serez surpris qu'il a aidé l'écrvain Frederic Forsyth pour l'un des ses romans ? Lequel, vous le serez lorsque vous lirez ce livre.
Commenter  J’apprécie          60
Groucho
  10 janvier 2015
Simon Wiesenthal, survivant de la Shoa, et chasseur de nazis, nous retrace son parcours. Un livre émouvant et poignant.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
GrouchoGroucho   10 janvier 2015
On peut s'en étonner : nous un peuple persécuté depuis deux mille ans, nous avons sous-estimé le danger des persécutions hitlériennes. En effet, le fait même que nous ayons assisté, mais surtout survécu, à tant de persécutions nous a donné le sentiment trompeur d'invulnérabilité.
Cette confiance, qui ne repose sur rien, a sans doute donné aux juifs d'Israël la force de construire cet Etat - mais elle a leurré les juifs d'Europe et les a entraîné à observer passivement le national-socialisme préparer leur extermination.
Au lieu de se défendre, au lieu de fuir au moins, les juifs pensèrent qu'ils arriveraient bien à s'arranger avec Hitler, Himmler ou Heydrich.
Ils avaient lu Mein Kampf et ne le combattirent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SebastienCreoSebastienCreo   01 septembre 2014
Les médecins ont joué un rôle primordial dans la machine de mort du IIIe Reich. Dans les camps de concentration, ils ne se contentaient pas d'effectuer les sélections, ils étaient, pour la plupart, prêts à tuer de leur propre main. Ils définirent les "bases scientifiques" du programme d'élimination des "existences indignes d'être vécues", ils établirent les expertises concrètes, et participèrent personnellement aux assassinats commis dès avant la guerre dans des "maisons de santé" comme Hartheim ou Hadamar.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SebastienCreoSebastienCreo   01 septembre 2014
Les femmes parlaient à tour de rôle, comme si une digue s'était rompue. "Dans le convoi, les enfants étaient toujours immédiatement sélectionnés avec le groupe des condamnés à mort, les camions qui devaient les emmener aux chambres à gaz étaient déjà prêts. Les mères voulaient porter leurs enfants mais Hermine ne les laissait pas faire. Elle les séparait brutalement. Et les femmes devaient monter seules dans les camions, et Hermine leur jetait ensuite les enfants comme des paquets. Généralement, c'était Alice qui l'aidait, une noble, une SS comme on les imagine, un mètre quatre-vingts, blonde, belle. Sa spécialité, c'étaient les jeunes filles: elle les frappait en plein visage avec son fouet, sur les yeux quand elle pouvait..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GrouchoGroucho   10 janvier 2015
Contrairement à ce que s'imagine l'opinion publique allemande et autrichienne, Wiesenthal replace toujours scrupuleusement toute action dans le contexte où elle a été commise : pour lui, un membre d'un commando d'exécution, réuni pour l'occasion, qui a abattu dix juifs est moins coupable qu'un homme qui de son propre chef, sans aucune directive, a brutalisé un détenu au point de lui fracturer les membres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SebastienCreoSebastienCreo   01 septembre 2014
Le monde entier est au courant de l'assassinat de six millions de juifs, le monde entier évoque la tragédie du peuple juif - mais qui parle de la tragédie des Tsiganes, qui sait qu'un demi-million de Tsiganes sans doute ont péri dans les camps d'extermination ?
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Simon Wiesenthal (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simon Wiesenthal
Je ne vous ai pas oubliés - documentaire sur Simon Wiesenthal (extraits)
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : Enquêtes criminellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
788 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre