AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849530530
Éditeur : La Boîte à Bulles (04/10/2007)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 117 notes)
Résumé :
En 2005, Nicolas Wild, dessinateur de bande dessinée sans domicile fixe, trouve enfin un boulot dans ses cordes. Seulement c'est un peu loin : à Kaboul, dans un Afghanistan tout juste sorti de la guerre. Le voilà donc transporté dans une capitale en crise, chargé pour ses débuts de dessiner une adaptation BD de ta constitution afghane. Il devient dès lors, et pour plusieurs années, un observateur privilégié de la reconstruction hésitante et fragile du pays. Un regar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  31 octobre 2013
Kaboul Disco est ma première incursion dans le monde de la BD de reportage, mais ce ne sera pas la dernière, tant j'ai apprécié ce journal illustré de la vie de Nicolas en Afghanistan, très instructif, absolument pas manichéen, mais aussi rempli d'humour et d'humanisme...
Les thèmes abordés sont nombreux : le passé récent de l'Afghanistan, tiraillé entre les Soviétiques, les moudjahidines et les talibans; les difficultés d'un pays illettré dominé par des chefs de guerre, des narco trafiquants et des mollahs mais avec des souhaits de démocratisation, pour preuve la constitution que Nicolas doit traduire en BD; la vie des expatriés faite d'angoisse d'un kidnapping ou d'une action armée, de travail acharné pour améliorer les choses et parfois de fêtes grandioses et parfaitement décalées dans le contexte.
Mais, encore plus que le contenu, c'est le ton tendrement ironique et l'autodérision qui m'ont séduite : dès la page 2, Boulet, son 12eme album et son vrai colocataire m'ont donné le sourire... et je l'ai gardé jusqu'à la fin, où on retrouve d'ailleurs Boulet, qui en est maintenant à son 15eme album. Entre les deux ont défilé une série impressionnante de personnages loufoques ou attachants qui deviennent tous drolement ridicules sous la plume moqueuse de Nicolas Wild.
N'hésitez plus, entrez dans la danse de cette Kaboul Disco étonnante !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
A_fleur_de_mots
  25 avril 2019
J'ai découvert Nicolas Wild l'année dernière avec sa bande dessinée “Ainsi se tut Zarathoustra”, qui m'avait un peu déçue.
Bien que n'étant pas très emportée par le graphisme et le dessin de Wild, la série “Kaboul Disco” (2 tomes) est cependant extrêmement instructive et témoigne d'une façon lucide et ludique sur un pays, l'Afghanistan, qui malheureusement occupe l'espace médiatique pour les mauvaises raisons.
Grâce à un certain humour grinçant décalé, cette BD nous plonge dans la vie des expatriés de Kaboul dans un contexte de guerre permanente et de déliquescence des institutions du pays.
Pour l'histoire (très résumée car d'autres babélios l'ont décrit avec bien plus de talent), Nicolas Wild est un dessinateur au chômage, squattant chez un ami dessinateur très actif, qui en ce début d'année 2005, trouve une annonce alléchante d'un poste de dessinateur pour une compagnie privée de communication basée à Kaboul. Ni une ni deux, Nicolas se lance à l'aventure sans rien connaître du contexte géopolitique du pays et encore moins son état de guerre.
Nous suivons donc ses aventures professionnelles pendant son année et demie de service dans le milieu très fermés des expatriés entre les ONG et les fonctionnaires internationaux qui vivotent à Kaboul. Il est le graphiste attitré de la compagnie et sa mission est de dessiner pour une population à majorité analphabète (85%) les articles de la Constitution Afghane, nouvellement crée, pour faire comprendre leurs droits et devoirs aux nouveaux citoyens.
Nicolas arrive en plein processus électoral pour élire le nouveau parlement, et nous suivons ce processus au premier rang dans ce tome.
Le ton décalé et ironique est donné depuis le début: Nicolas est un anti-héros, peu sympathique aux premiers abords, un peu “geek”, à la limite de l'autisme social mais qui porte un regard “neuf” sur son pays d'adoption. En effet, ne connaissant rien au pays et à son histoire et ne travaillant pas en Afghanistan par convictions politiques ou éthiques, il nous fait découvrir beaucoup d' aspect du système institutionnel du pays ainsi que les différentes forces antagonistes en jeu (l'armée américaine, les talibans, les narco trafiquants, le Pakistan, les ONG, l'ONU, l'Europe).
Personne n'est épargné et tout le monde en prend pour son grade.
Une lecture rafraîchissante et instructive que je recommande chaudement pour mieux comprendre la situation actuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
IreneAdler
  30 mars 2013
Acceptant un travail dans une agence de communication, notre dessinateur se retrouve en Afghanistan. Rien que ça.
Nous partons avec lui à la découverte d'un pays en guerre, aux difficultés de s'y rendre (bloqué une semaine en Azerbaïdjan). Puis aux difficultés de la vie quotidienne : électricité, eau, attentats, kidnapping, émeutes. Contrebalancées par quelques extras réservés aux expat' : restaurant, alcool, fête, îlots dans un pays en ruine. Mais aussi visite dudit pays, rencontre avec ses habitants (pas tous de vilains méchants barbus, ni de femmes-fantômes).
Un carnet de voyage assez sympa, bien que certains des privilèges des étrangers m'aient parfois mise un peu mal à l'aise.
Titre du t.2 : Comment je ne suis pas devenu opiomane en Afghanistan
Commenter  J’apprécie          70
Bookinista
  27 décembre 2014
Une très bonne découverte !
Nicolas Wild brosse dans ces deux tomes le récit de son expérience personnelle de dessinateur expatrié en Afghanistan en 2005, où il collabore au sein de l'agence Zendagui.
Sa première mission consiste à mettre en images la constitution afghane. Il travaillera ensuite sur une campagne de recrutement pour l'armée afghane, et dans le 2e tome, sur des visuels dénonçant l'opium (dans un pays devenu premier producteur mondial).
Cette BD est non seulement passionnante à lire, on s'attache à ce petit bonhomme à lunettes qui narre sans artifices son quotidien au sein de la communauté expatriée française (rendez-vous au restaurant "La joie de vivre" !) mais en plus elle est instructive et nous plonge dans un pays en reconstruction, à la démocratie encore hésitante (voir les planches sur les 1eres élections législatives en 2005), où la sécurité n'est pas acquise.
Nicolas Wild réussit à faire partager au lecteur sa bonhomie, son humour jamais sarcastique (j'ai souvent ri !) et son intérêt croissant pour l'Afghanistan. Un bonus en fin d'ouvrage comporte des photos de lui et ses collègues, en pique nique ou au travail, ainsi que des illustrations des campagnes de communication auxquelles il a participé (autocollants et affiches contre la culture de l'opium).
Un coup de coeur ! A quand le tome 3 qui avait été annoncé dès 2008 ? J'ai hâte...
Lien : http://coquelicoquillages.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bunee
  25 mars 2009
Nicolas, ayant quitté son Alsace natale, squatte chez boulet. Dont le coloc revient la semaine prochaine.
Sans autre plan Squatt, il finit par répondre à une annonce :
"Agence de communication afghane cherche auteur de BD pour venir travailler à Kaboul"
Embauché, il part là bas ... et atterrit dans une équipe petite (deviendra grande) et hyper dynamique, cosmopolite, avec des personnages hauts en couleur (enfin façon de parler, la bd étant en noir et blanc). L'agence de communication est dédiée aux opérations de communication institutionnelle (OTAN, armée Afghane, ministères et ONG divers) : campagne de recrutement pour l'armée afghane, campagne pour l'éradication des champs d'opium, opération de communication sur la nouvelle constitution afghane , etc
Elle a finalement un vrai role dans la reconstruction du pays. Ce qui ne sera pas parfois sans poser de problème existentiel à notre petit Nicolas.
Plongée immédiate dans le microcosme hétéroclite des expatriés à Kaboul, vie à Kaboul, au coeur de la crise afghane, vie quotidienne, épisodes parfois mouvementés, bref, une vision peu habituelle de l'Afghanistan, pleine d'humour, comme on aimerait en croiser plus souvent.
A la fin de chaque tome, un "bonus" avec des illustrations couleur, et quelques photos.
Vraiment, une expérience très sympa
Lien : http://lelabo.blogspot.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   24 juin 2019
Je vais passer toute une semaine en Azerbaïdjan...
Un charmant pays riche en pétrole et pauvre en droits de l'homme.
Commenter  J’apprécie          00
mhvaugeoismhvaugeois   12 octobre 2012
Ah... Je ne connais rien de plus grisant que de skier en Afghanistan...
- Il paraît que le water-polo en Corée du Nord c'est pas mal non plus...
Commenter  J’apprécie          70
DosamuseDosamuse   13 octobre 2016
On croirait vivre dans une émission télévisée. Bienvenue à "Loft Kaboul". On a enfermé six français anti-Bush et une américaine pro-Bush dans une maison. Vous pouvez voter par téléphone pour faire kidnapper un candidat.
Commenter  J’apprécie          31
mhvaugeoismhvaugeois   12 octobre 2012
Il y a de plus en plus d'affiches électorales. S'ils continuent à en coller, bientôt on ne reconnaitra plus les rues.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Nicolas Wild (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Wild
Nicolas Wild - dessinateur
autres livres classés : afghanistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
772 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..