AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782743622169
410 pages
Éditeur : Payot et Rivages (30/03/2011)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :

La Guadeloupe, 1980. Dans une île travaillée par les tensions sociales et raciales, on découvre le cadavre d’un riche « blanc pays ». La gendarmerie arrête un ancien bagnard qui, après quarante ans passés à Cayenne, est depuis peu rentré dans son île natale. Il s’agit sûrement d’un meurtre crapuleux – une histoire de terres volées au vieux Guadeloupéen ȁ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Thyuig
  23 novembre 2012
1980, la Guadeloupe. Anne-Marie Laveaud, juge d'instruction nouvellement en poste à Pointe-à-Pitre, est chargée d'enquêter sur le meurtre par balle de Raymond Calais. C'est une affaire délicate, Calais appartenait à la classe dirigeante de l'île, celle des békés, autrement dit des blancs vivant en Guadeloupe depuis les premiers temps de la colonie.
Toute de suite les soupçons se portent naturellement sur Hégésippe Bray, ancien forçat à Cayenne et ancien géreur sur la plantation de Calais. Il avait des raisons de lui en vouloir car Calais l'avait dépossédé de ses terres à son départ au bagne un demi-siècle plus tôt.
L'enquête mise en place par Timothy Williams est compliquée, le juge Laveaud va devoir affronter beaucoup de racisme, d'inimitiés, se rendre compte du degré d'implication de cette histoire qui par ricochet risquerait bien de toucher l'île entière.
Un autre soleil est intéressant dans le portrait qu'il dresse finement de la situation sociale de la Guadeloupe, département d'outre-mer où tout devient compliqué, où les notables la jouent ancien-régime, où le racisme s'exerce autant envers les Noirs, qu'envers les coolies, les Blancs, les sangs-mélé, et même les Chabins. Il y a les femmes aussi, pour qui selon Timothy Williams, la situation ets au moins aussi compliqué que le racisme noir-blanc ordinaire. Les femmes de Guadeloupe ont appris à se méfier de leurs maris. Aussi est-il difficile pour le juge Laveaud d'inscrire son enquête dans le contexte explosif de l'île où les indépendantistes avaient toutes les raisons de souhaiter eux-aussi la mort de Calais.
Brillant par son aspect documentaire, un autre soleil déçoit un peu par la lourdeur de Timothy Williams (auteur britannique vivant dans l'île depuis une trentaine d'année et qui a écrit ce roman en français directement ! ) à souligner toujours les mêmes choses, mais il y a fort à parier que les relations intimes du juge Laveaud maintenant parfaitement établies, la suite de ses aventures ne se brisent plus sur les mêmes écueuils et libérent davantage de place à l'action pure et au déroulement de l'intrigue.
(chronique réalisée dans le cadre du Masse critique de septembre 2012)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Mistymiaou
  09 décembre 2012
J'ai lu ce livre dans le cadre de l'opération Masse critique de septembre organisée par Babelio. Je remercie donc Babélio ainsi que les éditions Payot-Rivage de m'avoir permis de lire ce livre.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman policier dont l'intrigue se situe dans un cadre historique très particulier : celui de la situation de la Guadeloupe en 1980, aux portes d'une potentielle rébellion contre la France coloniale. Plus que l'enquête en elle-même, j'ai apprécié découvrir une île que je ne connaissais pas du tout, avec sa culture, ses coutumes, son état d'esprit. J'ai beaucoup voyagé au fil des pages. J'ai particulièrement apprécié la richesse du texte, les détails apportés sur le contexte, l'environnement, les paysages, ainsi que les différentes ethnies vivant sur l'île et leurs relations : les noirs, les békés, les indiens, les mulâtres. L'auteur a su rendre ce récit vivant, le personnage principal, Anne-Marie, attachant, et m'a donc naturellement captivée jusqu'à la fin.
Ce que j'ai le moins apprécié finalement, c'est l'enquête, un peu trop « fouillis » pour moi (au point que j'ai été plusieurs fois perdue) et qui se termine, à mon avis, en queue de poisson. Une chute un peu trop rapide à mon goût, avec des passages volontairement omis par l'auteur qui ont contribué au flou de l'histoire et qui ne m'ont pas aidé à comprendre tous les tenants et aboutissants de l'enquête. Peut-être aurais-je mieux compris si j'eusse été au fait de tous les évènements de cette époque là, mais c'est dommage de cantonner la compréhension de l'histoire aux lecteurs avertis, dommage pour les novices comme moi.
Une fin un peu précipitée, dont l'unique but, à mon avis, était de montrer que finalement c'est la corruption gagne face à la justice en Guadeloupe, et qu'en cela l'île est différente de la métropole. Cette affirmation est répétée tout le long du roman, et à chaque fois Anne-Marie y répond avec son idéal de justice. Et pourtant … Même la personne la plus éprise de justice n'a comme seul choix final que celui de se soumettre à se système pour sauver sa peau … Amertume .. Mais peut-être est-ce le lot des Guadeloupéens à cette époque là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LERAT
  19 avril 2015
S'il divertit et tient en haleine comme tout bon polar est censé le faire, Un autre soleil réserve en prime bien d'autres bonheurs tant à ceux qui ont pu connaître le "97-1" dans les années 70 qu'à ceux qui voudraient le découvrir aujourd'hui car dans le fond, quoi de si nouveau sous le soleil de la luxuriante Guadeloupe? Grâce à un art consommé du portrait et du tableau brossé par touches légères et subtiles, Timothy Williams sait nous rendre sensible toute la complexité des microsociétés antillaises. Par-delà la simple intrigue policière, il nous fait revisiter les séquelles de l'histoire tragique des "îles à sucre" et nous livre en réalité un "polaroman". D'emblée, nous voilà plongés de façon envoûtante -mais ne sommes-nous pas au pays du vaudou et des "soucougnans"?- dans un huis-clos pesant qui est aussi celui où se trouve pris le personnage principal, la jeune juge d'instruction qui mène l'enquête et éveille immanquablement l'empathie du lecteur.
Christian Pierre
Commenter  J’apprécie          20
Jenta3
  29 décembre 2012
Un livre reçu grâce au Masse critique de Babelio et que j'attendais avec impatience car je partais quelques temps après sur cette île.
Je suis partagée entre 2 impressions le concernant. Une impression par rapport à l'histoire, l'enquête sur le meurtre de Raymond Calais et d'autre part l'ambiance et les descriptions de l'île.
L'histoire en elle-même m'a déçue, je n'ai pas tout compris. Les explications étaient un peu brouillonnes et le nombre de personnages un peu trop élevé à mon goût. de plus j'ai trouvé le personnage principal un peu fade. Cette juge de métropole que l'on sent être une femme de tête n'apparaît pas comme telle. Je trouve que l'auteur aurait pu la décrire encore plus battante et plus intrusive dans ses demandes de compléments d'enquête. Mais étant écrit il y a plus de 20 ans, peut-être que cette différence de décennies ne permettait pas encore à un écrivain de faire une héroïne plus combattantes et se mesurant plus «agressivement» aux hommes.
Par contre les descriptions concernant l'île et l'ambiance qui y règne m'ont charmée. Ce livre étant écrit dans les années 80, le racisme que les natifs de l'île ressentent et expriment envers les personnes arrivant de la métropole est assez impressionnant. Heureusement cela s'est adouci et lors de mon voyage je n'ai pas du tout ressenti cela. Par contre le climat, les odeurs et l'ambiance sont restés les mêmes. le soleil rend la vie plus douce… que ce soit dans les livres comme dans la vie !
Lien : http://jenta3.blogs.dhnet.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
leprofestlaleprofestla   31 mars 2011
Les gratte-ciel et les véhicules qui roulaient sur la rocade de Pointe-à-Pitre ressemblaient à une image vue dans un livre de géographie. L'aéroport, la ville et la mangrove se perdaient derrière l'avion. Le Twin Otter vira abruptement à droite, survola le morne de l'hôpital qui lui passa sous l'aile et puis l'avion retrouva son assise horizontale.  On entendit la sonnette aiguë qui accompagnait l'extinction du signal ceinture de sécurité/interdiction de fumer. Anne-Marie se détendit mais ses paumes étaient moites et sa main gauche la démangeait plus que d'habitude. 
- Quelle corruption municipale ?
Trousseau indiquait du doigt: «Lisez le dossier, Madame le Juge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ThyuigThyuig   23 novembre 2012
Son regard revint vers Anne-Marie. "C'est ça que tu ne comprends pas.
- Comprendre quoi ?
- Raymond Calais allait mourir. Il avait assez vécu et maintenant c'était son tour de souffrir. Pas avec un vieux fusil et de la grenaille." Hégésippe Bray eut un sourire édenté et satisfait. "Mourir comme un ravet. Dans la souffrance. La souffrance sans fin."
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : guadeloupeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1910 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre