AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782258115347
416 pages
Presses de la Cité (02/07/2015)
3.6/5   35 notes
Résumé :
Emily a reçu une éducation religieuse et morale des plus strictes. Aussi, est-elle complètement déstabilisée lorsqu'elle arrive à Hawaï avec son mari, en tant que missionnaire, et qu'ils découvrent les us et coutumes des habitants. La jeune femme est très vite nostalgique de son pays, mais elle reste déterminée à partager sa foi... jusqu'à ce qu'elle rencontre le fringant capitaine Farrow. La sauvera-t-il d'un mariage sans amour contre lequel elle n'a jamais pensé à... >Voir plus
Que lire après L'île du feu sacréVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,6

sur 35 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
Barbara Wood est née en Grande-Bretagne et a grandi en Californie. Depuis Et l'aube vient après la nuit (Belfond, 1982 ; Presses de la Cité, 1998) jusqu'à Inavouable héritage (Presses de la Cité, 2014), elle est considérée comme l'un des meilleurs auteurs de sagas romanesques.

L'île du feu sacré est une fresque historique passionnante qui plonge le lecteur dans le Hawaï colonial du XIXème siècle. À travers le destin de personnages attachants, le lecteur sera transporté sur les plages idylliques d'Hawaï pour une histoire romanesque tumultueuse et passionnée !

«En toile de fond, de vertes montagnes aux abîmes profonds s'élevaient jusqu'aux nuages semblables à de petites boules de coton. Emily n'avait jamais contemplé un aussi beau paysage. Des cascades mousseuses dévalaient le long de falaises couvertes de forêts vierges. De majestueux arcs-en-ciel se dessinaient dans la myriade de gouttelettes en suspension.»

Une fois de plus, Barbara Wood offre une belle intrigue, qui sert également de toile de fond pour évoquer toutes les étapes de l'Histoire mouvementée d'Hawaï, depuis sa colonisation polynésienne, l'arrivée des colons britanniques, son unification, l'immigration européenne, américaine et asiatique, jusqu'au renversement de la monarchie et l'admission du territoire en tant que cinquantième État des États-Unis d'Amérique. On y apprend quelques unes des coutumes et rites ancestraux des insulaires. En comparaison de la morale puritaine et de l'éducation religieuse des missionnaires, le lecteur prend toute la mesure du choc des cultures auquel les premiers colons ont été confrontés.

C'est que malgré les paysages paradisiaques, les palmiers, les lagons bleus et le soleil permanent, Hawaï n'a rien d'une île enchanteresse. L'évangélisation des populations autochtones est loin d'être facile et les Hawaïens se révèlent plus attachés à leurs us et coutumes qu'il n'y paraît. Lorsqu'avec les premières missions apparaissent les maladies exogènes (comme la varicelle, puis plus tard la lèpre), l'élan évangélisateur s'essouffle et la population, jusqu'alors docile et pacifiée, renoue avec ses traditions ancestrales. C'est de tout cela dont il est question dans L'île du feu sacré.

En infirmière passionnée et expérimentée, Barbara Wood explique non seulement l'introduction du catholicisme, les tensions entre Blancs et indigènes, l'exploitation massive des ressources de l'île (comme le bois de santal), les populations décimées par les maladies, etc... mais aussi les balbutiements de la médecine moderne au XIXème siècle. C'est passionnant et riche d'enseignement pour qui s'intéresse notamment aux soins infirmiers dont il est très largement question dans ce roman. On prend aussi conscience de la difficulté pour les femmes d'accéder à la profession médicale, jusqu'alors réservée aux hommes, et du peu de considération dont jouissent les infirmières. D'ailleurs, à l'époque, la plupart d'entre elles sont souvent des femmes aux mœurs légères, portées sur la bouteille, qui sont employées dans des hôpitaux dont la réputation est effroyable.

«Les infirmières sont à peine plus recommandables que des prostituées ! C'est un métier pour désespérées !»

Mais l'héroïne de Barbara Wood est une femme courageuse et pleine de compassion, qui ira au bout de ses convictions. La générosité et la détermination d'Anna ne la rendent que plus attachante aux yeux du lecteur et l'on ne peut que s'émouvoir de son destin hors du commun. En dépit de ses nombreux atermoiements qu'on l'on attribuera à la morale et aux convenances de l'époque, on pardonnera bien volontiers à Anna de s'être parfois égarée dans certains de ces choix et de ses décisions. Certes, le récit souffre parfois de longueurs, on s'interroge parfois sur le lien très (trop) complexe qui unit les personnages du roman mais il serait bien malvenu de critiquer Barbara Wood pour avoir su, finalement, imbriquer les destins de deux héroïnes aussi inoubliables qu'Emily et Anna !

L'île du feu sacré est une belle histoire qui se lit presque d'une traite. Saga romanesque dépaysante, elle emmène le lecteur (ou plutôt la lectrice) au bout du monde et le tient en haleine de la première à la dernière page ! Un grand roman féminin, idéal pour s'évader et tout oublier !
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
Commenter  J’apprécie          50
Barbara Wood est une auteure que j'aime beaucoup pour ces grandes sagas souvent historiques et romancées. J'ai eu de jolis coup de coeurs pour certains de ces livres et malheureusement aussi de petites déceptions.

Dans ce roman, Barbara Wood nous fait voyager jusqu'aux Iles Sandwich, aujourd'hui plus connues sous le nom d'Hawaï. Au début de l'histoire, nous sommes en 1820, et nous faisons la connaissance d'Emily une jeune américaine qui vient d'effectuer un long périple de plusieurs mois sur un navire. Elle a en effet embarqué avec son époux, le révérend Isaac Stone en tant que couple de missionnaires pour civiliser et surtout convertir la population des Iles d'Hawaï.

A cette époque, il s'agit d'une contrée complètement sauvage, les habitants y vivent presque nus, et ils vouent des cultes à plusieurs dieux et déesses. Tout cela est complètement barbare, sauvage et blasphématoire pour les nouveaux colons.

Mais Emily qui rêvait d'apprendre la civilisation à ce peuple va vite comprendre que la tâche est plus ardue qu'il n'y parait. D'autant plus qu'elle se retrouve vite très seule, son mari passant son temps à partir en mission pour évangéliser les alentours. Un jour, elle fait la connaissance du capitaine Farrow, dont elle tombera amoureuse.

Puis nous plongeons en 1851, où nous faisons la connaissance de la jeune Anna, une jeune demoiselle dynamique qui a le coeur sur la main, et qui souhaite plus que tout aider son prochain, et soigner les gens. Mais à cette époque, la médecine est réservée aux hommes. le métier d'infirmière est lui une mauvaise profession, réservée aux femmes de petites vertus. Nous sommes encore dans une Amérique puritaine, où les préjugés ont la vie dure.

Quel est le lien entre les deux histoires ? Je ne vous le dirais pas bien évidement, mais il existe bel et bien.

J'ai beaucoup aimé le personnage d'Anna, qui ira au bout de ses convictions et de ses choix, c'est une femme forte pour l'époque, qui sait ce qu'elle veut. Emily quant à elle m'a laissé plus indifférente, elle m'a émue parfois, mais elle était plus à cheval sur les apparences, du coup parfois ces choix se sont révélés plus hasardeux, et ça m'a un peu plus agacée. Mais j'ai tout à fait compris ce choix de l'auteure, car Emily est tout à fait conforme aux femmes de l'époque.

L'écriture de Barbara Wood est très agréable, et très romancée comme toujours, il y a parfois quelques petites longueurs, mais rien de bien méchant. Il y a bien évidement aussi de l'amour avec un grand A, et de l'aventure. Mais ce roman est bien plus que ça !

C'est une découverte de traditions ancestrales, de rites complètement différents à ce que les occidentaux avaient pu connaitre auparavant, c'est un choc des cultures mais aussi des religions et autres croyances. C'est aussi l'évocation des prémisses de la médecine moderne, encore parfois à ses balbutiements. Mais c'est aussi et surtout un roman qui traite de la place de la femme au 19ème siècle.

En bref, vous l'aurez compris, j'ai vraiment apprécié ma lecture. Barbara Wood signe ici un grand roman. Je vous le recommande volontiers.

Je remercie chaleureusement les Editions Presses de la cité pour leur confiance.

Ce roman est disponible en librairie depuis le 2 juillet 2015 ! Oui c'est aujourd'hui !
Lien : http://milleetunepages.com/2..
Commenter  J’apprécie          30
J'ai vraiment bien aimé ce livre, facile à lire et qui permet d'appréhender plusieurs éléments historiques comme la colonisation d'Hawaï, la place des femmes dans les soins infirmiers, l'importation de maladies terriblement meurtrières pour la population autochtone d'Hawaï, plusieurs rites et coutumes de l'île, etc…
A travers les deux personnages principaux féminins, j'ai peu me rendre compte des méfaits de la colonisation mais aussi que les missionnaires n'avaient pas forcément de mauvaises intentions. Anna-Theresa m'a par contre un peu plu conquise qu'Emily, trop rigide et conformiste à mon goût…
J'ai également beaucoup aimé le personnage de Mahina, géante hawaïenne au grand coeur, qui assiste à la destruction de son peuple mais qui a la force de pardonner.
Les histoires d'amour n'étaient pas absolument nécessaires mais apportent un peu de légèreté à ce très beau roman historique.
Commenter  J’apprécie          70
L'histoire :
Hawaï, 1820. Un couple anglais débarque sur l'île d'Hawaï. Leur mission : convertir les autochtones afin de les remettre dans le droit chemin et ne plus vivre dans le pêché. Il s'agit d'Emily et de son mari le révérend Isaac. Choquée par les coutumes de ce peuple impudique, Emily va avoir du mal à s'adapter à sa nouvelle vie. Trente ans plus tard c'est au tour d'Anna, une jeune nonne américaine d'arriver sur l'île. Son objectif à elle est de soigner. Son destin va rejoindre celui d'Emily. Parviendra-t-elle à réparer les conséquences d'une terrible malédiction ? Respectera-t-elle sa promesse de fidélité à Dieu ?

Mon avis :
Auparavant j'ai lu des livres de Barbara Wood que j'ai adoré. C'est une auteure qui aime écrire des romans historiques et y inclure des romances et des héroïnes courageuses. Ce roman ne fait pas exception à la règle.
Bienvenue (pardon Aloha) à Hawaï, où vivent des indigènes vivant d'amour et d'eau fraîche, aux moeurs très libérés, vénérant des dieux païens. Des missionnaires anglais arrivent alors pour les sauver du pêché et les convertir à leur religion. Il y a deux histoires dans ce roman. La première est celle que je viens de vous décrire, la seconde est celle d'Anna, jeune nonne américaine entrée dans les ordres uniquement pour soigner les gens, le métier d'infirmière étant très mal vu à l'époque, qui débarque aussi sur l'île avec d'autres soeurs. Deux histoires avec pour toile de fond la colonisation de cette île au 19ème siècle.
Je pensais découvrir un roman d'aventure mais c'est l'ennui que j'ai trouvé au fil des pages de ce livre qui m'a paru interminaaaaaaaaable ! Moralisateur, caricatural, dégoulinant de bons sentiments le tout saupoudré à l'eau de rose j'ai cru défaillir face à tant de mièvrerie ! Les deux héroïnes Anna et Emily sont aussi fades et ennuyantes que le reste. Pour couronner le tout on voit venir les événements à des kilomètres et on découvre des situations manquant cruellement de crédibilité. Sans surprise j'ai terminé cette lecture en diagonale afin d'en arriver plus vite à bout.
C'est dommage car le décor du roman semblait intéressant. le peuple hawaïen n'est pas mieux loti que les autres, décrits comme des irresponsables ne pensant qu'à copuler et s'amuser, ne sachant pas aligner une phrase correctement (un peu à la manière du dialogue Tarzan-Jane).
Les deux romances sonnent le glas. Aussi inintéressante l'une que l'autre, sonnant creux comme une noix de coco (c'est pour continuer dans les clichés, hein) elles sont insupportables. Je me pose une question. Ayant adoré d'autres livres de Wood lus il y a un moment, je me demande si ils m'ont plu parce qu'ils étaient meilleurs ou est-ce parce que j'avais très peu d'exigence à l'époque ?
Je n'ai vraiment rien aimé ! J'ai beau me creuser la tête, rien de positif ne me vient, si ce n'est le soulagement d'en être arrivé à bout. Je vous invite à le lire seulement dans trois cas : si vous avez beaucoup de temps à perdre, si vous appréciez les scénarios bateau sans intérêt ou si vous aimez les romans d'amour gnangnan. Si vous ne faites partie d'aucune de ces catégories passez votre chemin !
Lien : https://www.facebook.com/pho..
Commenter  J’apprécie          10
Je viens de finir de le lire et comme tous les Barbara Wood je l'ai trouvé formidable. Un couple de missionnaire qui débarque à Hawaie et veux évangéliser les iliens. La femme est souvent seule et le mari part au fin fond de l'ile pour évangéliser mais la façon de vivre des iliens les horrifie pourtant de mon avis elle est plus saine et plus vrai que la société de l'époque. Les iliens accueillent tous les étrangers et malheureusement pour eux en plus de la religion et de leur façon de s'habiller, de penser et de vivre on va leur apporter des maladies qui vont les faire mourir en très grand nombre. Aussi l'histoire de Anna qui veut devenir infirmière mais pour cela elle doit devenir Soeur chez les catholiques mais quelques années plus tard les écoles d'infirmières vont s'ouvrir et elle pourra changer d'orientation. Je ne vous raconte pas le livre car il y a beaucoup de personnages très attachants mais aussi des arrivistes et malgré tout avec le temps les choses s'arrangent.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Imaginez un peuple qui ne connaît ni la roue ni l’arc et les flèches, qui ne possède aucune forme de métal pas plus que de pierres précieuses, aucun animal de chasse ou de somme, dont le seul vêtement est fait d’écorce, les seuls ornements de fleurs, de plumes et de coquillages - un peuple qui ne connaît pas la céramique ou le verre, le coton ou la laine, qui n’a jamais goûté de vin, de fromage ou de bœuf, qui n’a pas d’alphabet, pas de livres ni d’écriture d’aucune sorte, qui n’a jamais vu de pendule, de service à thé et de stylo à plume, de faux col ou de violon. Voilà qu’il se trouve subitement confronté à de nouveaux acteurs - des hommes à la peau blanche, aux boutons de cuivre, portant des épées, des fusils, et parlant d’un vaste monde si peuplé, si plein de merveilles, qu’ils ne peuvent être que des dieux !
Commenter  J’apprécie          00
Les religieuses ne se marient pas et n’ont pas d’enfants. Elles prennent le voile à vie. Une fois qu’elles prononcent leurs vœux, elles ne peuvent plus renoncer.
Commenter  J’apprécie          20
Le monde entier appartient à Dieu. Aucun homme, basané ou pas, ne se voit interdire l’accès à la terre de Dieu.
Commenter  J’apprécie          20
Nous ne sommes pas venus pour être leurs maîtres... Nous sommes ici pour les sortir de leur état obscurantiste et dépravé, afin qu’ils soient nos égaux. Nous allons leur apprendre à lire, pour qu’ils accèdent par eux-mêmes à la parole divine, comme tout homme en a le droit.
Commenter  J’apprécie          00
Je respecte tous les êtres humains, comme le veut le Tout-Puissant. Tout homme est mon frère, sans considération de race.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : évangélisationVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (92) Voir plus



Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre

{* *}