AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505013907
92 pages
Éditeur : Dargaud (28/09/2012)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 84 notes)
Résumé :
La guerre 14-18. Les tranchées. Des soldats sont confrontés à la souffrance et à la mort. Considérés comme de la chair à canon par leurs chefs, ils tentent de survivre.

La guerre 14-18. Pour défier la mort, les soldats appellent leur compagnie "Les Folies Bergère" et se donnent à chacun un surnom. Dans les tranchées, ils se serrent les coudes. Plaisantent. Dessinent. Gardent espoir. Et se battent. Meurent dans d'atroces souffrances. Se suicident ou pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  24 mars 2014
La guerre fait rage dans les tranchées. Les détonations incessantes des obus, l'odeur pestilentielle des corps laissés à l'abandon, la boue comme une seconde peau, les assauts du camp ennemi, la violence, la peur au ventre, la faim qui les tenaille... tel est le quotidien de ces soldats. Malgré tout cela, l'espoir survit dans ce brouhaha. Ils se sont promis d'aller aux Folies Bergère dès que la guerre sera finie, d'aller boire un coup tous ensemble et reluquer les belles gambettes. Mais, parmi tous ces hommes, trois d'entre eux risquent bien de ne pas fêter la victoire. Pour avoir déserté, fauté ou mal agi envers les siens, ils seront condamnés. Mais, lors de la fusillade, Rubinstein qui avait essayé par tous les moyens de s'enfuir de cet enfer, en sort miraculeusement indemne. Quant au capitaine, il reçoit la visite de son ami d'enfance devenu prêtre. Il lui parle alors de sa femme, Huguette, qui devrait bientôt accoucher. Il lui tarde de retrouver les siens...
La Grande Guerre vue des tranchées avec tout ce que cela comporte d'intimiste, de violent, parfois de surréalisme et de rêves aussi... Zidrou nous enferme avec ces soldats et l'on vit avec eux l'horreur. du capitaine désireux de rentrer chez lui pour retrouver sa femme et son enfant au prêtre décontenancé par cette vie malsaine, en passant par le soldat qui échappe par deux fois à l'exécution ou bien encore Poils-aux-dents ou Rembrandt, tous ces hommes de l'ombre en proie à un avenir meilleur sont remarquables de justesse.
Graphiquement, Francis Porcel a réussi un coup de maître. L'ambiance, la moiteur, l'oppression, la peur, la présence de la mort ou bien l'horreur sont exprimés si clairement avec ce sépia, tout en noir et blanc fuligineux et crayonneux, juste quelques couleurs pour souligner le sang dans les tranchées ou bien la vie à l'extérieur. D'un trait habile et expressif, jouant avec les ombres, il nous plonge dans les méandres de l'histoire avec talent.
Les Folies Bergère...Les folies guerrières...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
manU17
  10 mai 2013

1918. Sur le front, la guerre des tranchées fait rage. Les deux camps sont positionnés face à face, terrés dans des tranchées boueuses, parfois à quelques dizaines de mètres les uns des autres. le conflit dure depuis maintenant quatre longues années et semblent ne jamais devoir finir. Ajoutés à cela, la faim, la fatigue, et l'odeur pestilentielle, l'odeur de la charogne, l'odeur de la mort, les coeurs sont meurtris, les nerfs sont à vifs.
Au coeur de toutes cette folie meurtrière, la violence et l'antisémitisme ne sont pas toujours là où on les attend, trois soldats vont d'ailleurs en faire les frais, comme de misérables traitres, trois soldats ou presque. Quand chaque minute vous confronte à l'insoutenable, la terreur, la mort, c'est parfois un petit rien qui vous fait disjoncter et commettre l'irréparable. le regard de vos enfants qui vous manque, le contact de la peau d'une femme, son odeur, son amour…
Pour surmonter l'horreur du quotidien dans ce cloaque, les soldats se sont inventés une échappatoire. Ils s'imaginent aux Folies Bergère, nom duquel ils ont rebaptisé leur compagnie, dansent même parfois avec un mannequin de fortune mais surtout pensent à l'après-guerre, quand ils s'y retrouveront tous ensemble, à regarder virevolter les jupons froufroutants dévoilant des cuisses forcément légères. Quand tout ce carnage ne sera plus qu'un lointain souvenir... Un peu de la même manière, quand vient l'heure du repas, on imagine des repas de fêtes, histoire d'arriver à faire passer l'immonde magma nauséabond qui tient lieu de repas. Essayer de ne pas perdre pied en s'accrochant au passé, à sa vie d'avant et à sa vie d'après qu'on fantasme forcément. Fantasmes et réalité finissent parfois par se mêler, s'entremêler, jusqu'à se confondre, tout se mélange, tout s'assombrit, jusqu'à la folie…
Du gris, du brun, du noir, un peu de rouge, forcément, un album sombre, noir, aux couleurs de la boue, aux couleurs des ténèbres, aux couleurs du sang, aux couleurs de la mort, aux couleurs de la guerre… Paradoxalement, dans toute cette noirceur, les quelques respirations bienvenues sont apportées par Monet, peintre de la couleur mais surtout de la lumière…
Une plongée suffocante dans le quotidien infernal des soldats de la 17ème compagnie d'infanterie dont on ne peut assurément pas ressortir indemne. C'est violent, c'est cru, c'est réaliste, c'est la vie et c'est aussi et surtout la mort.
Folies Bergères, un album magistral aux couleurs de l'enfer !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Villoteau
  21 septembre 2012
Un album sur la Grande Guerre qui dégage un souffle égal à celui du premier volume de Tardi sur cette période. S'il est question aussi de soldats fusillés (pour l'exemple ou pas) par leurs compatriotes, la dimension réaliste du récit semble s'imbriquer avec les pensées obsédantes du capitaine de la compagnie et les capacités artistiques et narratives (fruit d'une imagination partant d'un vécu) d'un jeune soldat dont les qualités comme dessinateur ont entraîné pour lui l'attribution du surnom de Rembrandt.
Le récit tourne en grande partie autour de la décision de condamnation d'un militaire israélite pour s'être vengé de manière spectaculaire et particulièrement bien en lien avec des propos systématiquement antisémites de son sergent. de plus celui-ci lui refusait, une fois de plus, au dernier moment la permission qui lui avait été attribuée. Cela nous vaut, en rapport avec ce soldat juif, l'arrivée de sa jeune fille sur le front et une immunité temporaire aux balles françaises. Il est à noter que le scénariste n'a pas voulu isoler l'antisémitisme de certains gradés d'autres rejets et le futur fusillé juif est accompagné d'un noir et d'un homosexuel. de grasses plaisanteries autour de ce dernier sont présentes mais elles n'ont pas à être isolées d'autres toujours de dimension sexuelle quand elles n'ont pas de connotation scatologique. Remarquons par ailleurs que c'est durant la Grande Guerre qu'un ministre de la Guerre appelé Lyautey ne cachait pas son homosexualité (même s'il venait de se marier à 59 ans).
La famille de celui qui est surnommé Rembrandt réside à Giverny et le cadet a l'occasion de nouer une relation privilégiée avec le peintre Monet très pris dans sa tâche de réaliser une oeuvre qui est aujourd'hui visible au musée de l'Orangerie. le regard critique que le jeune garçon porte sur les Nymphéas est prétexte à un running gag, autour de l'absence de grenouilles dans le tableau. de ces maints jeux de mots, se dégage l'un d'eux fruit d'un échange entre Clemenceau et Monet. le comique pouvant difficilement être de situation dans cet album, il se réfugie dans les plaisanteries langagières et les réflexions acides.
Toutefois les soldats s'amusent avec un mannequin de leur composition pour par exemple danser avec lui, le proposer aux tirs d'une fine gâchette allemande sur nommé le “karibinenmeister“. Ces jeux sont un peu à l'initiative d'un des soldats de cette 17e compagnie qui travaillait comme machiniste aux Folies Bergère aussi les survivants s'y donneront rendez-vous après la guerre. Les trois derniers pages, de ce copieux album qui en compte quatre-vingt-douze, se déroulent dans ce lieu de plaisirs où fait très exceptionnel on peut voir fin 1919 la soutane d'un curé, ami du capitaine de cette compagnie dès l'avant-guerre et camarade de tranchées de ce dernier.
Cet album en tons de sépia, gris, noir et blanc voit ponctuellement la couleur présente pour figurer les situations dramatiques ou oniriques. le dessin, assez torturé, porte remarquablement bien l'ambiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
blandine5674
  01 mars 2020
Le quotidien des poilus sur le front. Les tranchées, la peur, la souffrance, la saleté et tout le reste. Mais aussi l'espoir de voir au bout du tunnel le spectacle des Folies bergère tous ensemble. Un peintre qui envoie des esquisses à son petit frère qui les montrent à Monet qui habite, comme lui, à Giverny. Dessins et couleurs sombres qui parlent et renforcent les bulles.
Commenter  J’apprécie          240
IreneAdler
  03 octobre 2012
Folie, oui, en pleine Première Guerre Mondiale. de Bergères, point. Uniquement des bergers qui font au mieux (enfin, au moins pire) pour leur troupeau poilu, selon les ordres de leur fermier (boucher ?) en chef.
Dans des planches couleur de boue, comme celle qui est partout dans les tranchées, Zidrou et Porcel nous donnent à voir la vie de ces hommes. Leur humour pour tenter de résister, pour rester humain, les pelotons d'exécution, les surnoms, les bombardements...puis la folie qui s'installe insidieusement. Jusqu'à l'explosion finale.
Une BD violente, dérangeante. Une BD avec du souffle, sans temps mort, dans la lignée de Tardy. Les seules touches de couleurs sont les tableaux de Monet, personnage fil rouge, faisant ressortir plus encore l'horreur, l'absurdité de cette guerre, de ces morts.
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (6)
BDSelection   05 février 2013
Face à ces Folies Bergère, on a davantage l'impression de faire un cauchemar que de lire une bande dessinée.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Bedeo   14 janvier 2013
C’est un récit poignant sur le quotidien de ces poilus, ces héros anonymes envoyés à la mort pour la patrie. Ce one shot nous parle d’avenir alors même que ces hommes défient le présent jour après jour. La galerie de personnages rend le récit d’autant plus fort.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Telerama   19 décembre 2012
L'Espagnol Francis Porcel dessine l'horreur d'un beau trait habité, entre noir et blanc sobre et sépia nostalgique, ajoutant des touches de couleur pour souligner la boucherie guerrière ou un moment de rêverie.
Lire la critique sur le site : Telerama
BoDoi   01 octobre 2012
Scénariste prolifique, qui explore des terrains inattendus et éclectiques [...], Zidrou bouleverse avec ces Folies Bergère. Il y livre une vision résolument tragique de la Première Guerre mondiale, mais manie aussi admirablement les nuances.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   01 octobre 2012
Avec cet album prenant et subtil, Benoit Drousie, ne cesse de surprendre. [...] Avec Les Folies Bergère, il confirme son talent dans un one-shot des plus saisissants, magistralement dessiné par Francis Porcel.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   21 septembre 2012
Zidrou ne se lance pas franchement dans un récit dénonciateur ni polémique, il focalise sur les hommes, sur leur vie. C'est très fin ! […] Les dessins de Porcel sont magnifiques, plein de matières et incroyablement vivants.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   10 mai 2013
- Les gravures, c'est comme les photos: ça ne transmet pas les odeurs. L'odeur des cadavres, celle de la peur...et cette odeur que vous dégagez quand vous défoncez à coups de crosse le crâne d'un pauvre allemand qui ne vous a rien fait, "un gamin, pas même 20 ans", et que ça vous fait...que ça vous fait bander.
Commenter  J’apprécie          380
marina53marina53   24 mars 2014
La patrie a tout un assortiment de médailles à titre posthume. Laquelle préférez-vous? La croix de guerre? La médaille du cocu patriotique? Celle du grand mutilé reconnaissant? A moins que vous ne préfériez être élevé au rang de chevalier de la légion d'horreur?
Commenter  J’apprécie          260
manU17manU17   11 mai 2013

- Le grand beau qui porte bien...lui avait tendance à couvrir d'un peu trop près les arrières des plus jeunes de ses camarades de bataillon...si tu vois ce que je veux dire !

- Peuchère ! Il y a des choses plus agréables à se prendre dans le cul qu'un obus !
Commenter  J’apprécie          240
ZilizZiliz   05 novembre 2013
- Reste à savoir ce que l'ami Jules Verne aurait pensé de cette guerre [14-18]... "La science comme levier du progrès" ! Tu fabules, Jules, tu balivernes, Verne ! Pauvre petit écrivain ! Les canons à longue distance ne servent pas à envoyer les hommes sur la lune comme tu l'as rêvé, mais ad patres.
(p. 16)
Commenter  J’apprécie          200
MepsMeps   08 mai 2018
Qu'elle revienne !
Qu'elle vous arrache à vos trompeuses certitudes, à vos rêves médiocres, à vos vies par procuration !
Qu'elle vous enseigne la douleur et la peur !
Qu'elle profane le beau et célèbre la laideur !
Qu'elle jette vos âmes peureuses dans les jupes de mère religion, la castratrice aux mille poitrines...
Qu'elle arrache un par un leurs rires à vos enfants !
Qu'elle reprenne parmi les arts le rang qui est le sien: le premier ! Je vous vois douter!
Oh! Mon Dieu ! Elle, ici ?
Mais ! ... Pourquoi ? Comment ?
Qu'importe la raison !?! Une haine en vaut une autre, un profit mesquin, un autre.
Elle reviendra. Et vous, je vous connais: vous vous prosternerez à ses pieds !
Vous lui dédierez des musées, des monuments, des jours fériés, des poèmes poignants dans lesquels vous ferez rimer son nom avec "Colère", avec "Enfer"...
Avec "Dans nos coeurs, dans nos chairs"
Alors, vous perdrez tout ce que j'ai perdu. Vous souffrirez ce que j'ai souffert. Vous pleurerez tous ceux que j'ai pleurés.
Et moi...
...je tiendrais enfin ma revanche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Zidrou (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Zidrou
Cette année encore, Gérard Collard et les libraires de la Griffe Noire vous proposent à l'approche des fêtes de fin d'année, plusieurs idées cadeaux sous forme de coffrets :
https://www.lagriffenoire.com/455-coffret.html

COFFRET POLAR GRAND FORMAT Avant les diamants (Dominique Maison) - La gestapo Sadorsky (Romain Slocombe) - Prendre un enfant par la main (François-Xavier Dillard) https://www.lagriffenoire.com/100777-coffret-polar-gf.html

COFFRET POLAR FORMAT POCHE de bonnes raisons de mourir (Morgan Audic) - Un autre jour (Valentin Musso) - 1793 (Niklos Natt Och Dag)
https://www.lagriffenoire.com/100778-coffret-polar-poche.html

COFFRET HISTOIRE GRAND FORMAT Churchill (Andrew Roberts) - L'aiglon (Laetitia de Witt) - J.E. Hoover confidentiel (Anthony Summers)
https://www.lagriffenoire.com/100771-coffret-histoire-gf.html

COFFRET HISTOIRE FORMAT POCHE La véritable histoire des 12 Césars (Virginie Girot) - La route de la soie (Peter Frankopan) - La goûteuse d'Hitler (Rosella Postorino) https://www.lagriffenoire.com/100772-coffret-histoire-poche.html •
COFFRET LITTÉRATURE FRANÇAISE GRAND FORMAT le tailleur de Relizane (Olivia Elkaim) - Ce qu'il faut de nuit - La Manufacture de livres - Laurent Petitmangin) - Rosa Dolorosa (Caroline Dorka-Fenech)
https://www.lagriffenoire.com/100773-coffret-litterature-francaise-gf.html •
COFFRET LITTÉRATURE FRANÇAISE POCHE Rien n'est noir (Claire Berest) - le baiser (Sophie Brocas) - Venise à double tour (Jean-Paul Kauffmann)
https://www.lagriffenoire.com/132522-coffret-litterature-francaise-poche.html

COFFRET LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE GRAND FORMAT Les autres américains (Laila Lalami) - le rouge n'est plus une couleur (Rosie Price) - Walker (Robin Robertson
https://www.lagriffenoire.com/132720-coffret-coffret-litterature-etrangere-gf.html

COFFRET LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE FORMAT POCHE Taxi Curaçao (Stefan Brijs) - Dévorer le ciel (Paolo Giordano) - Grace (Paul Lynch)
https://www.lagriffenoire.com/132538-coffret-litterature-etrangere-poche.html

COFFRET DÉTENTE GRAND FORMAT Les 7 ou 8 morts de Stella Fortuna (Juliet Grames) - Les corps conjugaux (Sophie de Baere) - Les 3 filles du Capitan (Maria Duenas)
+ Lire la suite
autres livres classés : tranchéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Schumi tome 1

Quel est le vrai nom de Schumi ?

Sacha
Simon
Schumacher
Sébastien

4 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Schumi, Tome 1 : Comme sur des roulettes ! de ZidrouCréer un quiz sur ce livre

.. ..