Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Michel Arnaud (Traducteur)

ISBN : 2070315010
Éditeur : Gallimard (2004)


Note moyenne : 4.18/5 (sur 91 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Un jour de janvier de l'an 1941 un soldat allemand marchait dans le quartier de San Lorenzo à Rome. Il savait en tout 4 mots d'italien et du monde ne savait que peu de chose ou rien. Son prénom était Gunther. Son nom de famille demeure inconnu".
Dans cette fres... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par painnoir, le 31 mars 2013

    painnoir
    Oulala. Que trois critiques? Combien d'entre-nous a eu la chance de tomber sur ce livre?
    La Storia ; c'est de l'Bombe. C'est le cuir d'une époque déchiré par les yeux d'une femme. C'est les misérables à la sauce italienne. C'est la grande histoire dans la petite. C'est l'histoire d'un destin.
    Un petit bout de femme, Iduzza (diminutif de Ida) dans le maelström de la guerre, tente de survivre à Rome, avec son fils Useppe.
    La Storia ; c'est la folie des hommes décortiqués par Elsa Morante.
    La Storia ; Elle cri, pleure, fait trembler, fait froid dans le dos ; La Storia.
    La Storia ; C'est la vie d'une saison en enfer entre les mains de l'amour.
    J'avais lu le Christ c'est arrêté à Eboli ( et non pas à Ebola, quoique là… Il a du faire demi-tour) de Carlo Levi ( entre parenthèse un tout petit petit ouistiti qui mérite d'être dévoré cru), qui déjà m'avait plongé dans cet Italie sans italique. Dans ce décor derrière les épaules de Musso-Lit-Ni, dans ce décor qui nie le monde ; on est happé. Parce tout est là, dit, avec les non-dits. On entend la voix des sans-voix, on boit avec ceux qui ne boivent rien d'autres que la poussière de l'histoire. On suit cette mère, cet amour de femme, on est là, entre 1940 et 1947, on plonge dans cette période dantesque et on hésite, on marche d'un pas peu assuré, puis on espère, on croit, on se bat, on entend l'armée allemande passer, les fascistes danser, on sent la résistance se lever. On est là et Ida nous porte à bout de bras…
    Elsa Morante a écrit là, une œuvre majeur du long et éphémère XX siècle.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Sophonisba, le 07 mars 2013

    Sophonisba
    Ce livre parle de la guerre, mieux nous fait vivre la deuxième guerre mondiale à travers une galerie de personnages attachants et parfois un peu surréalistes. Ce mélange des réalités dures et d'une sorte de poésie en fait pour moi une oeuvre magistrale.
    A découvrir pour ceux qui ne connaissent pas cet auteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par ignatus-reilly, le 06 octobre 2010

    ignatus-reilly
    Un livre sur le deuxième guerre mondiale vu du côté italien. Il narre la tragique destin d'Ida Ramundo et des ses deux enfants Useppe et Ninnarieddu.
    Ida est une institutrice à moitié juive et Useppe, le fruit d'un viol par un jeune soldat allemand ivre.
    Ils devront lutter avec acharnement pour leur survie mais ne sortiront pas vainqueurs de ce combat.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par paulotlet, le 06 mars 2011

    paulotlet
    A travers cette fresque familiale, le récit de la vie d'une femme et de ses deux fils ballottés par les événements, Elsa Morante retrace l'histoire de l'Italie du début du siècle à l'immédiat après-guerre. Fascisme, guerre, shoah, communisme, libération et reconstruction, les événements rythment le livre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par jeanne654321, le 05 janvier 2014

    jeanne654321
    J'ai eu la chance de tomber sur ce livre qui m'a profondément émue, j'ai eu le temps au fll des pages de m'attacher à Useppe. Un roman bouleversant d'humanité.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Piling, le 20 juillet 2008 Première phrase du livre

    incipit :
    Un jour de janvier de l'an 1941, un soldat allemand, jouissant d'un après-midi de liberté, se trouvait seul, en train de flâner dans le quartier de San Lorenzo, à Rome. Il était environ deux heures de l'après-midi, et à cette heure-là, comme d'habitude, peu d egens circulaient dans les rues. Aucun des passants, d'ailleurs, ne regardait le soldat, car les Allemands, bien que camarades des Italiens dans la présente guerre mondiale, n'étaient pas populaires dans certaines périphéries prolétaires. Et ce soldat ne se distinguait pas des autres de la même série : grand, blond, avec l'habituel comportement de fanatisme disciplinaire et avec, en particulier dans la position de son calot, une correspondante expression provocante.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par ignatus-reilly, le 06 octobre 2010

    De plus en plus s'étend sur les territoires du monde le cancer industriel qui empoisonne l'air, l'eau et les organismes et dévaste les centres habités, de même qu'il dénature et détruit les hommes condamnés à la chaîne à l'intérieur des usines.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par ignatus-reilly, le 29 septembre 2010

    On raconte qu'une tigresse, dans une solitude glacée, se soutint avec ses petits en léchant, quant à elle, la neige et en distribuant à ses petits des lambeaux de chair qu'elle s'arrachait du corps avec les dents.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par ignatus-reilly, le 29 septembre 2010

    "Pauvre petit oiseau à ta maman, je crois bien que tu réussiras pas à grandir et que tu feras pas de vieux os. Cette guerre est le massacre des petits enfants.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par ignatus-reilly, le 29 septembre 2010

    Et à la vérité, petits, grandis ou adultes, jeunes, âgés ou vieux, dans le noir on est tous égaux.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Elsa Morante

>Ajouter une vidéo

Isabelle Gallimard et Karsten Diettrich
Bernard PIVOT reçoit Isabelle GALLIMARD, des éditions Gallimard, et Karsten DIETTRICH de France Loisirs pour présenter leurs nouvelles collections, respectivement "Biblos" et "La Bibliothèque du XXème siècle". Il lit la préface de Patrick MODIANO pour le volume consacré à Marcel AYME, l'un des trois premiers livres de "Biblos", les deux autres étant consacrés à Elsa MORANTE et MISHIMA....











Sur Amazon
à partir de :
11,39 € (neuf)
8,40 € (occasion)

   

Faire découvrir La Storia par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (234)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz