AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749920698
Éditeur : Michel Lafon (09/01/2014)

Note moyenne : 2.94/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Straka est le nom de l’écrivain le plus énigmatique du XXe siècle. Auteur de dix ouvrages sombres et scandaleux, il aurait trouvé la mort en 1946, sans que nul n’ait jamais découvert son identité. D’aucuns pensent qu’il est lié au déclenchement de la Première Guerre mondiale, d’autres, qu’il est le nom derrière lequel se cache une sinistre société secrète ; quelques originaux disent même qu’il s’agit de l’esprit d’une nonne martyre s’exprimant par l’intermédiaire d’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
odin062
  07 mars 2014
Naguère « Projet Straka », S. était attendu par tous les fans d'Abrams dont je fais partie.
Quoi ? J.J.Abrams est écrivain aussi ? Non calmons-nous tout de suite sur ce fait, le fait de mettre Abrams sur le livre est surtout un gros coup de publicité/communication. Pour la petite histoire, Abrams a trouvé sur un banc d'aéroport un livre avec comme note « Si vous tombez par hasard sur ce livre, je vous en prie, lisez-le. Et quand vous l'aurez fini, laissez-le quelque part pour que quelqu'un d'autre le trouve. » et c'est cela même qui lui a donné l'envie de contacter un écrivain pour faire éclore l'idée qui lui a trotté dans la tête à ce moment. C'est donc bien Dorst qui se cache derrière l'ordinateur, Abrams n'étant que la flamme du livre !
Bref revenons à cette critique (qui ne dévoilera rien, je vous rassure) et discutons un peu de la richesse de ce roman. Oui parce qu'une fois dans les mains, on ne peut être qu'émerveillé ! Ce roman sonne-t-il creux ? Comment lire ce bouquin ? Est-il si mystérieux que ça ? Voyons, voyons…
1. L'objet
On sort la bête de son bel emballage, de son beau coffret, et on se retrouve avec un similibouquinoldschool sorti tout droit d'une bibliothèque (avec l'étiquette, les tampons, et tout et tout !). On ouvre le livre et là, on est ébahi devant la richesse du bouquin et ses niveaux de lectures :
- le premier niveau est le roman en soit de Straka, romancier fictif d'origine inconnue, intitulé « le bateau de Thésée ». C'est l'histoire d'un homme qui a perdu la mémoire et qui se retrouve à suivre un destin dont il ne connait rien. S.
- le second niveau est la traduction du roman et ses notes par FXC
- le troisième niveau correspond à un dialogue s'effectuant dans les marges… dans le texte… entre les paragraphes… entre deux universitaires que sont Jen et Eric. Au passage, la version française est beaucoup moins authentique que la version originale puisque tout simplement faite par ordinateur là où les anglophones ont droit à de véritables passages écrit à la main avec jeux de styles d'écriture/outils pour écrire.
- le quatrième et dernier niveau réside en des pièces jointes. Photos, lettres, articles… Etant en relation (ou pas) avec l'emplacement où ils sont placés. D'ailleurs il faut éviter de faire tomber le bouquin mais vous retrouverez des guides sur la toile…
Bref tout cela semble très beau mais très compliqué à aborder…
2. La lecture
J'ai fait un choix, c'est de tout lire d'un coup. En gros, j'avance en lisant les quatre niveaux d'écritures à la fois. Ce mode de lecture prend énormément de temps. Je n'avais jamais passé autant de temps à lire un bouquin. Mais en soit, je ne regrette pas mon choix.
D'autres ont préféré lire chacun des niveaux d'écritures en reprenant le bouquin au départ à chaque fois. C'est en soit judicieux car un jeu de couleurs dans le dialogue des universitaires joue sur la temporalité des écrits. Mais ça, c'est pour les grand courageux, moi je n'ai pas pu.
Enfin il y a la version intermédiaire. Il y a 10 chapitres, alors à chaque chapitre on lit les 4 niveaux d'écritures. C'est plus pour ceux qui n'aiment pas être coupé dans le récit.
Mais au final, il y a quoi dans ce bouquin ?
3. L'histoire
Le bateau de Thésée se veut, par principe, un grand classique de la littérature. Malheureusement, ça ne casse pas des briques et on se retrouve même parfois avec des passages très longs et ennuyeux. Notamment les passages sur le bateau qui m'ont paru pénible…
Les notes de traductions sont au coeur des énigmes qui sont en partie dévoilées par les étudiants. Ce qui n'est pas dévoilé saute aux yeux.
Puis donc les dialogues où on s'attache très rapidement aux personnages. On a un ressenti de proximité, un peu de voyeurisme, en lisant leurs aventures, leurs confidences… Il est aussi indispensable de prendre son petit cahier de notes pour ne pas se perdre dans les théories/personnages ! Ainsi cette partie en soit est… bien mais ça s'arrête là malheureusement.
Puis enfin les pièces jointes, dont l'utilité varie, allant du très intéressant à l'inutile… On aurait aimé en avoir plus et on a parfois le sentiment de ne pas avoir les clés pour tout comprendre des dialogues échangés entre Jen et Eric.
Alors quoi c'est tout ? Ben oui c'est tout. Je pourrais m'arrêter là, comme s'arrête le livre. Avec ce terrible sentiment de la coquille vide. Attendez… Oui quand je cogne le livre ça sonne creux.
4. Bilan
C'est bien écrit (bravo Dorst) mais c'est vide (pas bravo Abrams). Mais pourquoi ? Tout ça pour ça ? Tant d'heures de lecture à frémir d'impatience et puis… rien. Sur twitter, une lectrice a écrit que c'est « un livre miss monde », beau mais creux et c'est exactement ça. C'est un sacré bon coup viral à la Bad Robot mais qui ne prends pas. D'ailleurs, il suffit de faire des recherches pour se rendre compte qu'on parle plus de la bête qu'on ne la lit ! Et bien peut être que c'est mieux comme ça. Ce livre ne vaut pas la peine d'être lu, il vaut la peine d'avoir un bel objet dans sa bibliothèque. C'est peut être sévère, mais voilà, je suis cruellement déçu.
Certains diront que c'est comme Lost. On a souvent entendu des « tout ça pour ça » à la fin de la saison 6… Je n'ai jamais été d'accord car la principale richesse de cette série résidait dans l'interactivité des fans sur les forums et sur les jeux viraux et mystérieux. Ici, c'est un peu la même chose, le livre pourrait prendre en intérêt dans une lecture commune ou club de lecture. L'idée de décrypter le livre par une communauté de lecteurs pourrait ajouter un intérêt aux énigmes. Malheureusement, ça ne s'est pas développé en France et si ce projet peut être lancé quelque part, c'est bien ici, sur Babelio, à bon entendeur !
Pour les lectures qui comme moi, se sont lassés des énigmes sans intérêt (oui il est là aussi le problème), vous trouverez des réponses sur cet excellent site anglais : http://sfiles22.blogspot.co.uk/2013/11/cipher-explanations.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
lebazarlitteraire
  24 avril 2017
Le concept de S reprend celui des Cathy's book. Cathy's book a été un livre révolutionnaire à sa sortie car on avait entre les mains le journal intime d'une jeune fille, qui laissait des indices au lecteur pour qu'il résolve l'énigme qu'elle vivait dans sa vie en même temps qu'elle, voire même avant. Des numéros de téléphone à appeler y étaient glissés, que l'on pouvait vraiment joindre et on tombait sur des messages vocaux. Il y avait également, à l'avant du livre, une pochette remplie d'objets mystérieux (une page de journal, une page d'annuaire, une serviette en papier avec un mot griffonné dessus…) auxquels se référer quand le journal intime le demandait.
S reprend donc quelque peu ce principe, mais de façon en réalité beaucoup plus complexe. Ici, on ne retrouve pas le principe du journal intime. S est le nom du concept/livre inventé par J.J. Abrams et Doug Dorst, mais on va en réalité se retrouver en train de lire le bateau de Thésée, livre fictif, écrit par V.M. Straka, auteur lui aussi fictif. Dans l'espace temps créé par Dorst et Abrams, Straka est un auteur à grand succès, mais dont personne n'a jamais vu le visage, personne ne connaît sa vraie identité, pas même son éditeur. Et depuis de nombreuses années les théories fusent pour savoir qui peut bien être cet auteur mystérieux. Personne ne l'a jamais su et le mystère restera car il est mort (enfin, c'est ce que le commun pense). le bateau de Thésée est la dernière oeuvre qu'il ait écrite avant de mourir. Elle est traduite et préfacée par F.X. Caldeira, qui lui aussi est d'une identité assez secrète.
Straka est donc un auteur mystère dont beaucoup d'étudiants en littérature ont essayé de percer l'identité. Eric est l'un d'eux et a emprunté à la bibliothèque un exemplaire qu'il a annoté. Mais une autre personne, Jen, va emprunter ce même livre et trouver les annotations, qu'elle va commenter. Un dialogue entre les deux étudiants va s'engager à travers le livre ; l'une des premières interrogations du livre est « est-ce qu'ils vont communiquer tout le temps par le livre, ou vont-ils un jour vraiment se rencontrer ? ». Ils vont chacun leur tour annoter des passages du livre et commenter ce que pense l'autre. C'est en ça que S ressemble à Cathy's book. le lecteur va tenter, en même temps que les deux étudiants, de deviner qui peut bien être ce fameux Straka et pourquoi tant de mystères englobent sa personne. En plus des dialogues entre Eric et Jen, le lecteur va découvrir une multitude d'objets disséminés dans le livre, qui donnent des indices sur les différentes situations. Objets laissés par Jen ou Eric au fur et à mesure.
En ce qui concerne ce que raconte le bateau de Thésée, c'est l'histoire d'un homme qui se réveille un jour, dans la rue, trempé comme une soupe, sans aucun souvenir sur son identité. Il ne sait plus comment il s'appelle, d'où il vient, dans quelle ville il se trouve, il ne sait pas où aller. Il trouve juste un papier dans sa poche avec un S gravé dessus. Alors qu'il cherche à retrouver la mémoire, il est enlevé par de mystérieux hommes, qui le mènent sur un bateau. L'homme se réveillera en pleine mer, au milieu d'un équipage terrifiant où tous les marins ont la bouche cousue. Une longue traversée, qui va le mener vers la quête de son identité, attend l'homme.
Le bateau de Thésée est donc considéré par Eric et Jen, comme une oeuvre truffée d'indices pour connaître l'identité de Straka, puisque le récit lui-même parle d'une recherche d'identité.
Le lecteur a entre les mains un ouvrage très particulier. le texte du Bateau de Thésée, au milieu, est truffé d'annotations dans les marges. On a donc à lire un roman, mais aussi une histoire transversale avec les notes des étudiants. Et pas qu'une seule histoire transversale finalement, puisqu'Eric et Jen écriront à différents moments dans le livre, ce qui engendrera plusieurs dialogues différents. Je m'explique.
Eric écrit d'abord des annotations pour lui-même, au crayon gris (crayon de bois, crayon à papier), lorsqu'il est étudiant et commence à s'intéresser à l'auteur qu'est Straka. Puis, plusieurs années plus tard, le premier dialogue avec Jen s'engage ; elle en bleu (écriture cursive), lui en noir (écriture en scripte majuscule). Ils reviennent ensuite sur les premiers commentaires qu'ils ont fait en en laissant de nouveaux, lui en vert, elle en orange. Ensuite, Jen écrit en violet, Eric en rouge. Enfin, ils écrivent tous les deux en noir, quelques commentaires, mais très peu.
C'est pour ça que quand on lit tout d'un coup, les dialogues qui ne sont pas les premiers on ne les comprend pas forcément très bien. Car ils font allusion à des choses qui se sont passées dans la vie des deux étudiants à un moment postérieur à notre propre lecture du livre. Par exemple, pour éclaircir ces propos farfelus, sans rien révéler de l'intrigue pour autant, Jen va rencontrer un personnage dans la vraie vie, qui va changer la donne sur ses recherches sur Straka. Quand nous, lecteur, en sommes encore au premier chapitre du Bateau de Thésée, et donc à la lecture du premier dialogue entre les deux étudiants, Jen n'a pas rencontré cette fameuse personne. Mais par l'intermédiaire des quelques phrases écrites dans les nouvelles couleurs on comprend que quelque chose s'est passé depuis le premier dialogue. Un événement que nous ne pouvons pas encore comprendre, car pas encore assez avancé dans la lecture du premier dialogue entre les deux étudiants.
Mais comment lire le livre dans ce cas me direz-vous ? Eh bien je me suis posée la même question en le débutant. Personnellement, je lisais tout en même temps ; le bateau de Thésée, puis dès que je voyais une annotation des étudiants je m'arrêtais dans la lecture du roman et lisais les commentaires. Puis je continuais ainsi. Mais j'ai eu un peu peur de mal m'y prendre et de rater la vraie expérience qu'offre ce livre si ce n'était pas la bonne méthode. J'ai donc farfouillé un peu sur le net et je me suis rendue compte que l'on pouvait le lire comme on le voulait.
Certains ont lu un chapitre du Bateau de Thésée, puis tous les commentaires de ce chapitre. D'autres ont lu tout le roman d'une traite, puis tous les commentaires. D'autres encore, tout le roman, puis tout le premier dialogue, puis tout le second dialogue… et ainsi de suite. Enfin, il y a ceux qui, comme moi, ont tout lu en même temps. Je me suis tâtée un moment avant de reprendre ma lecture pour savoir quelle était la meilleure solution. J'avais peur qu'en lisant tout le roman d'un coup, ou chapitre par chapitre, puis les commentaires seulement après, j'oublie de quoi il est question dans telle phrase et que je ne comprenne plus de quoi parlent les étudiants. Et devoir relire certains passages rallongerait donc ma lecture. Mais, en même temps, lire tout en même temps, les commentaires du premier dialogue ainsi que les autres dialogues, est-ce que cela n'allait pas gâcher la surprise ? Est-ce que si je trouvais un bout de dernier dialogue en plein dans le chapitre un, je n'allais pas me spoiler un évènement du livre ? Ou, si je ne me spoil pas, est-ce que ça sert à quelque chose de lire un dialogue qui est incompréhensible puisque des évènements dont je n'ai pas encore connaissance sont intégrés dedans ?
Bon, à un moment j'ai arrêté de me torturer et j'ai repris ma lecture comme au début. de toute façon, me connaissant, j'aurais été incapable de lire le roman sans les commentaires car mes yeux auraient été trop attirés. J'ai donc effectivement eu parfois du mal à suivre les dialogues secondaires entre Eric et Jen, mais tant pis, j'ai refait une lecture en diagonale à la toute fin et cela a éclairci pas mal de chose.
Mais c'est vrai que j'ai eu du mal à m'adapter. Rien n'est précisé sur le livre sur la manière de le lire. C'est très excitant pour certains lecteurs, mais pour d'autres ça peut être déstabilisant. le concept est déjà assez étrange comme ça, pas besoin d'en rajouter. Ne nous est même pas expliqué que les différentes couleurs d'écriture correspondent à des dialogues différents dans le temps. Ce point-là au moins aurait dû être explicité car je pense que si je ne l'avais pas su grâce à Internet dès le début, cela m'aurait gêné dans ma lecture de ne pas comprendre certains passages.
Mais bon, pour tous ceux qui souhaiteraient lire ce livre, faite comme cela vous plaît, aucune technique n'est meilleure qu'une autre. Après, il faut savoir qu'il faut s'accrocher pour tout lire d'un coup. Car il faut avoir à l'esprit en même temps l'intrigue du roman et les situations multiples qui se déroulent dans les vies des deux étudiants.
En plus de la difficulté à lire ce roman et les annotations en même temps, on est aussi perdu par le fait que les références auxquelles font régulièrement allusion les deux étudiants ou même le traducteur dans ses notes de bas de page, sont fausses. Par exemple, ils comparent souvent des passages du Bateau de Thésée à d'autres oeuvres littéraires. Mais des oeuvres qui n'existent pas pour nous. On se retrouve donc face à de fausses références qui peuvent être déstabilisantes. Autre exemple, le style de ce fameux Straka est parfois comparé au style d'autres auteurs, eux aussi complètement fictifs (pour la plupart. On retrouve Shakespeare quand même à un moment, entre autres). Ces passages sont donc compliqués à intégrer pour l'esprit du lecteur car, alors qu'Eric ou Jen répond « Mais oui, tout s'éclaire si on compare Straka à Machin-bidule, ça veut dire qu'il était colérique » (j'invente là hein), en réalité pour le lecteur rien n'est clair… Il faut quand même noter que certaines références sont réelles. Mais on parle d'auteurs ou de scientifiques qui ne sont pas du tout connus, en tout cas en France, et à mon avis pas plus aux Etats-Unis. S'ils avaient choisi des auteurs qui existaient vraiment ou qui étaient mieux connus dans notre culture, je ne dis pas que ça aurait été mieux, car tout le monde ne peut pas avoir lu tous les grands classiques (et avoir fait des études littéraires) et donc comprendre les références. Mais au moins ça aurait sonné plus vrai à l'oreille du lecteur. Tout du moins, personnellement, au début de ma lecture je m'acharnais à chercher sur Internet tous les auteurs ou textes cités dans les annotations de Jen ou Eric. Parce que je voulais comprendre à fond leur raisonnement et donc me renseigner sur les références qu'ils citaient. Quand j'ai compris que tout était faux, j'ai arrêté de chercher. Quand j'ai vu que quelques références étaient vraies, mais compliquées à comprendre et m'auraient demandé beaucoup de travail en amont pour lire leurs études, j'ai aussi laissé tombé. Mais du coup, on se rend également vite compte que le lecteur n'a en réalité pas vraiment sa part dans la recherche de l'identité de Straka. Puisque TOUT est fictif, on ne peut pas deviner qui est-ce ou même émettre une hypothèse. Malgré les promesses du livre au vue de l'objet que c'est, le lecteur n'est donc que spectateur. Mais ce n'est pas une vraie critique de ma part, personnellement ça m'a plu. le tout est déjà assez complexe à lire finalement pour que le lecteur n'ait pas en plus une énigme à résoudre.
Ce qui est parfois plus gênant par contre, c'est que les deux étudiants utilisent très vite des abréviations pour parler de toutes les personnalités qu'ils citent dans leurs écrits. VMS pour Straka, FXC pour le traducteur… Un peu compliqué à ingérer et dur de tout retenir au début. Surtout quand c'est Eric qui écrit puisque son écriture est déjà en majuscule et assez serrée ; quand on lit rapidement, on a vite fait de confondre les abréviations avec le reste du texte et de s'embrouiller. D'autant plus que les « C » d'Eric et ses ouvertures de parenthèse sont identiques, ce qui encore une fois rend la lecture compliquée par moment. Un petit problème de choix de calligraphie, qui aurait pu être réglé par l'éditeur (je ne sais pas du tout si cela vient des US ou si Michel Lafon a changé les polices).
D'ailleurs, les notes que laissent les deux étudiants sont de toutes sortes. Certaines sont plutôt philosophiques et tentent de donner un regard sur le monde par rapport aux écrits de Straka. D'autres sont le fruit du travail de recherche d'Eric en tant qu'étudiant ; pour quelqu'un comme moi qui a fait des études littéraires, on se retrouve donc face à quelque chose de connu : analyser le moindre mot de l'auteur pour essayer d'y dénicher des indices sur sa propre vie ; mais cet exercice a toujours été quelque chose qui m'a rebuté, car comme le dit si bien Eric lui-même dans ses notes, parfois la fiction n'est que de la fiction et l'auteur n'y a pas laissé de message caché. Certaines annotations commentent les notes de bas de page laissées par le traducteur. Il y a également les dialogues entre les deux étudiants où chacun donne son point de vue sur un certain passage du texte par rapport à ce qu'il peut apporter d'indice sur l'identité de Straka. On retrouve aussi des éléments qui n'ont rien à voir avec l'étude du Bateau de Thésée et où l'on assiste à un échange sur les pensées secrètes et la vie des deux griffonneurs ; on en apprend donc plus sur la condition de chacun d'entre eux et on ne se cantonne pas à leur recherche sur Straka ; à travers ces écrits on s'aperçoit qu'Eric et Jen sont deux âmes torturées, qui se posent beaucoup de questions sur leur propre existence. Ils se racontent parfois des événements qui se sont déroulés depuis la dernière fois où ils se sont échangés le livre. Ils y parlent aussi de leurs professeurs en commun, de ce qu'ils pensent d'eux. Ils échangent sur les théories qui fusent sur l'identité de Straka. Il en est de même pour les objets laissés dans le livre d'ailleurs ; il s'agit parfois d'indices pour découvrir qui est Straka, tandis que d'autres fois ce sont des documents concernant l'un des deux étudiants.
Je dois avouer que parfois je n'ai pas compris l'intérêt de certains indices. Par exemple, une photo pour montrer qu'un S est gravé dans un mur dans une certaine ville. Oui, bon… c'est sympa, ça coupe la lecture, mais ce n'est pas un vrai indice et ça devient donc vite juste un prétexte pour rendre le livre unique. D'autres indices ou documents laissés dans le livre sont très intéressants en revanche. J'ai beaucoup aimé les lettres que se laissent les deux étudiants et où ils racontent des choses très personnelles sur leur vie. D'accord, là encore ça n'apporte absolument rien comme indice quant à l'identité de Straka, mais comme l'histoire des deux étudiants prend vite la même place, la même importance que le bateau de Thésée, c'est sympa d'en savoir plus sur eux.
En revanche, je n'ai absolument pas compris comment marche la roue d'Eotvos fournie dans le livre. J'avoue, je n'ai pas vraiment cherché à comprendre, mais c'est dommage, elle ne m'a servi que de marque page. S'il y avait eu une explication quelque part, je me serais probablement amusée à l'utiliser. Mais là non. Je trouve le livre déjà assez complexe comme ça, plein de détails et tout, pas besoin en plus de devoir m'arrêter toutes les trois pages pour aller voir sur Internet si je ne peux pas trouver une aide pour comprendre certaines choses du livre. Il me semble que cette roue est censée nous aider à déceler des messages secrets cachés dans le livre, notamment dans les notes de bas de page. Mais cela n'est absolument jamais dit clairement et je n'ai pas eu envie de m'embrouiller le cerveau encore plus.
Malgré mes petites critiques, tous les documents du livre sont quand même super bien réalisés. Tous font très réalistes et ajoutent au cachet du livre. Carte postale, vieilles pages de journal, serviette en papier sur laquelle est griffonné un plan, lettre entre Eric et Jen… tous ces éléments sont parfaitement imités et sont très excitants à découvrir. C'est aussi très bien qu'ils soient disséminés dans le livre et pas rassemblés dans une pochette à l'avant du livre. Cela fait beaucoup plus crédible et permet de découvrir le tout au fur et à mesure.
D'ailleurs, en ce sens, l'objet livre lui-même est très bien pensé. Les pages sont quelques peu jaunies, des tampons de bibliothèques décorent les couvertures, une étiquette de cotation se trouve sur la tranche… Quand le livre n'est pas dans le coffret signalant qu'il s'agit d'une histoire d'Abrams et Dorst, on n'y voit que du feu !
Voilà ce qu'il en est pour le concept du livre, sa forme. Mais pour le fond ? Est-ce que le tout n'est qu'un prétexte pour mettre au jour ce concept ou est-ce que l'histoire en elle-même vaut le détour (les histoires plutôt, celle du Bateau de Thésée et celle de Jen et Eric) ?
Je ne sais absolument pas comment les auteurs ont décidé de construire leur oeuvre. S'ils voulaient effectivement s'amuser sur ce concept ou si les histoires qu'ils y écrivaient avaient aussi de l'importance. Mais personnellement, le concept m'a diverti, j'ai aimé le découvrir, par contre je n'ai finalement pas du tout aimé l'histoire du Bateau de Thésée, ni l'enquête menée par les deux étudiants.
En ce qui concerne la trame principale, le prétendu dernier roman de Straka, sans prendre en compte les annotations tout autour, mais seulement lui-même, ce n'est absolument pas le genre d'écrit que j'apprécie. Cela part bien pourtant au début ; la quête d'identité du personnage est intéressante et promet monts et merveilles. Malheureusement pour moi, cela n'a pas du tout pris une tournure qui aurait pu me plaire. Je ne vous révèle évidemment pas le dénouement, mais celui-ci est pour moi très décevant. On se dit qu'effectivement les auteurs ne se sont servis de cette histoire que comme prétexte pour monter leur projet, mais qu'ils se contrefoutaient de la fin. Bon, c'est vraiment un avis très personnel, car je sais que cette histoire peut plaire à d'autres. Tout comme je déteste le style d'écriture romantique (je suis en train de me farcir du Victor Hugo, c'est dur…) qui est pourtant admiré de tonnes de lecteurs et qui, je le reconnais, fait partie de notre patrimoine culturel littéraire.
Ce qui est dommage, c'est que même si on n'aime pas le style de ce fameux Straka, on peut se dire qu'on va se rattraper sur l'histoire qui éclot de la correspondance entre Jen et Eric… J'ai apparemment encore raté le coche… le style est évidemment différent et l'histoire n'a rien à voir, mais la fin est tout aussi décevante… Cela ne prend pas la tournure à laquelle on s'attend et on se demande même si les auteurs n'ont pas oublié de mettre un point final aux dialogues des deux jeunes. Je suis vraiment très déçue par les deux fins des deux histoires qui se déroulent dans cet ouvrage.
Je dois avouer qu'après avoir lu le tout en même temps (Bateau de Thésée et absolument toutes les annotations), je regrette un peu. Je pense maintenant qu'une lecture de l'histoire de Straka (que ce soit en entier ou chapitre par chapitre), suivie de la lecture des dialogues dans l'ordre chronologique de leur écriture, aurait été plus appropriée. Quoi que même dans ce sens beaucoup de choses restent incompréhensibles.
En fait, je reste persuadée que les auteurs ont voulu en faire trop. Derrière le texte de Starka et les dialogues de Jen et Eric, des mystères se cachent, des énigmes subsistent que le lecteur doit résoudre. du moins, il y a des trous dans l'histoire de Jen et Eric que le lecteur doit combler en imaginant lui-même ce qui a pu se passer. Mais le concept du livre est déjà bien assez compliqué comme ça, ils n'auraient pas dû rajouter tous ces éléments de réflexion en plus. C'est une lecture éprouvante. Passionnante, mais qu'on ne ferait pas tous les jours car très complexe. D'autant plus que les chapitres sont longs. Et il vaut mieux en lire un en entier à chaque fois qu'on s'y met, sino
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/s/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Yumiko
  27 juillet 2014
Voilà un livre qui mérite une appréciation différenciée entre le contenu et le contenant. Ce roman a fait fureur à sa sortie de part son côté original: il est agrémenté de nombreux documents au fil des pages qui permettent d'approfondir certains éléments soulevés dans l'histoire.
En fait, il y a deux histoires dans ce livre: le roman en lui-même ("Le bateau de Thésée") et des annotations faites par deux personnes sur le roman en lui-même, leurs vies, leur enquête pour découvrir qui est l'écrivain de cette oeuvre. Nous jonglons donc entre le roman et les annotations, ce qui n'est pas toujours facile et peut parfois nous faire perdre un peu le fil de l'un et de l'autre.
Toutefois cette originalité est vraiment stupéfiante et s'avère addictive les 100 premières pages. Seulement, au fil du temps, une fois passée la surprise des débuts, le texte devient lassant, les annotations très nombreuses et brouillonnes, le tout perd de sa consistance et nous laisse vraiment un goût d'inachevé. Finalement le contenu de cet ouvrage est clairement décevant, ennuyeux au possible et difficile à suivre.
Pourtant je suis bien incapable de vous déconseiller cet achat. Pourquoi me direz-vous? Et bien simplement parce que l'objet livre est tout bonnement unique et magnifique! C'est vraiment un ouvrage qu'on a plaisir à feuilleter, à montrer, à exposer. Alors si comme moi vous aimez les beaux livres et que vous êtes prêts à passer outre le contenu bien vide, je vous conseille d'ajouter cette perle à votre bibliothèque.
En bref, j'ai eu un coup de coeur pour l'objet, mais le contenu en lui-même ne vaut pas la peine qu'on s'y arrête. A vous de voir si comme moi, vous aimez avoir des perles visuelles dans vos bibliothèques ou pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
gwenleen
  03 mars 2014
Parce qu'il fallait une première vraie déception pour le cru 2014 de mes lectures, la voici!
Ce bouquin, je l'ai attendu, désiré, ...
Une fois reçu, je l'ai déballé fébrilement, l'ai manipulé, me suis extasiée devant tous ces petits documents insérés, ...
Enfin les vacances ! Hourra je peux l'ouvrir !
Et là, quitte à parler d'être fébrile allons-y gaiement dans la comparaison: le lecture me fait le même effet qu'une bonne dose de paracétamol, la fièvre tombe, dommage.
Passée la fameuse étape du "dans quel sens vais-je aborder la bête", je décide de commencer en ne lisant "que" le bateau de Thésée pour ensuite revenir aux annotations et aux documents. L'histoire n'est pas mal, même si le style d'écriture ne colle pas (pour moi) avec la grandeur du grand Straka que l'on veut nous faire découvrir. Rien "au bout de l'inimaginable" comme promis, pas du tout l'âme d'un page turner, je pousse jusqu'à dire que par moment .... je m'ennuie? Mais ça se laisse lire tout de même parce que soyons honnête, ce n'est pas mauvais du tout, juste que lorsque l'on me promet quelque chose j'aime la recevoir et ici rien de bien transcendant. Qu'à cela ne tienne, je le finis .... Pourquoi? Pour une raison: pouvoir ensuite "jouer" avec les annotations et les documents insérés. Et j'avoue que là, ça devient plus drôle, sans doute mon coté gamine. Mais j'ai bien aimé suivre ces deux interlocuteurs, farfouiller dans les documents joints, un livre interactif et surtout une belle pièce.
Bref je suis déçue car je pense sincèrement que si l'ouvrage n'était pas ce qu'il est au niveau beauté, présentation, et originalité, il n'aurait pas grand chose de neuf à apporter. Une belle pièce agréable à manipuler et à découvrir, mais au niveau contenu littéraire, la déception est énorme. Autre petite remarque: un petit code pour replacer les documents serait bienvenu car ça tombe assez vite du livre (et si ça arrive .... c est la muise), et au prix où l'on paye l'ouvrage prendre en plus du temps pour annoter soi-même .. bof
Au final: un bel objet au packaging réussi, un joli coup de pub qui nous pousse à l'acheter (ahhh société de consommation quand tu nous tiens), une histoire bonne mais pas exceptionnelle et qui n'est certainement pas à la hauteur de la beauté de l'objet .
Lien : http://desmotssurdespages.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
BVIALLET
  15 novembre 2014
Dans un port du nord, à une époque indéterminée, débarque un homme aux vêtements dégoulinants d'eau. Il entre dans un cabaret où il découvre des marins occupés à s'enivrer et Sola, une jeune femme assez belle qui lit un livre très tranquillement. Peu après, l'homme qui n'a pas de nom mais qu'on désignera par un « S » est assommé et embarqué de force sur un trois mâts qui vogue vers on ne sait où. « S » tentera d'échapper, se trouvera mêlé à une grande grève sévèrement réprimée par Vévoda, un patron sans pitié ni scrupule. « S » épousera la cause des ouvriers, ce qui l'entrainera dans bien des mésaventures.
Comment caractériser « S », ouvrage étrange s'il en est ? Il est certain que l'auteur a voulu se singulariser et a cherché à tout prix l'originalité autant par le fond que par la forme. Laissons tout de suite de côté l'édition luxueuse avec une foule de documents annexes (totalement inutiles à la compréhension de l'histoire), une présentation style « livre de prêt de bibliothèque de faculté américaine » annoté dans quasiment toutes les marges par Eric, un jeune chargé de cours et Jen, une étudiante en lettres qui se pose bien des questions sur un certain V.M.Straka, auteur aussi imaginaire que l'oeuvre qu'elle étudie. Ces notes et petits dessins sont autant de questions ou de paraphrases sans grand intérêt. Passons au livre lui-même, en fait au livre dans le livre « Le bateau de Thesée », gros pavé de 473 pages d'une lecture lente et laborieuse avec son intrigue tournant en boucle, ses personnages si peu définis qu'ils en deviennent proches des ectoplasmes, ses rebondissements répétitifs de cette trouble, et cette interminable et malsaine lutte entre « S » et Vévoda. Il faut s'armer de constance pour atteindre la fin de cette histoire qui donne l'impression d'une plate démarque de fantastique à la Kafka en trente fois moins inspirée et moins passionnante. A trop vouloir se montrer ambitieux, nébuleux et original, on finit par user la patience du lecteur. Un bouquin qu'il faut tenir bien fermement pour qu'il ne vous tombe pas des mains...
Lien : http://etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (2)
LaPresse   25 février 2014
L'idée de S. est supérieure au résultat - lequel est toutefois loin, très loin d'être inintéressant. Le contraste entre Le bateau de Thésée (pastiche d'un roman de la première moitié du XXe siècle à saveur politique, sociale et revendicatrice, mâtiné de surréalisme) et l'échange de notes entre Jen et Eric (très contemporaines en forme et en fond) est plutôt amusant - même si la conclusion de l'un et de l'autre laisse le lecteur sur sa faim.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   25 février 2014
Peu importe le territoire où il s'aventure, J.J. Abrams joue le jeu à sa manière. Il fait de même dans S., qu'il signe avec le romancier Doug Dorst.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
odin062odin062   03 février 2014
« Si Straka est mort », ont déclaré certains, « alors où est son corps ? » Quelle importance ? Si ses restes sont enterrés quelque part, ils sont alors devenus partie intégrante de la terre dans sa globalité. S’ils sont dans l’eau, ils remplissent les océans et pleuvent de nos nuages. S’ils sont dans l’air, nous les respirons aussi surement que nous puisons le souffle de vie dans ses romans. V.M. Straka n’était pas uniquement un conteur, il était une histoire. Et une histoire se révèle endurante, protéiforme, éternelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
odin062odin062   06 février 2014
C'est marrant, quand j'étais au lycée, j'ai complètement disparu du cahier d'appel.
- Tu faisais partie de ces gamins qui sèchent tout le temps les cours?
- Non, j'étais présent, c'était comme si l'idée n'avait effleuré personne de me marquer présent. Mon existence était seulement administrative. (Ok, je suis au second plan sur une photo de classe - le dos tourné, flou, avec les cheveux en épis très VMS.)
- Et ça te tracassait? Qu'on t'oublie?
- Une fois, je me suis aperçu qu'on ne me remarquait pas, et ça m'a semblé bien plus marrant de continuer comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
odin062odin062   03 février 2014
Tout écrivain doit selon moi défendre son récit, absolument et à jamais. Autoriser des altérations ou des perversions de l'oeuvre est impensable. Il n'a jamais été aussi évident pour moi que nul, en dehors de l'auteur, ne peut comprendre ce qu'est son histoire ou ce qu'elle exige en tant que récit.
Commenter  J’apprécie          60
MarcAntoineCMarcAntoineC   12 novembre 2014
Les faits de sa vie n'ont pas plus d'importance que les documents depuis oubliés où ils sont inscrits à l'encre. Et les souvenirs ? Le sentiment d'appartenir à une famille, les impressions de l'enfance, les épiphanies mineures et les chagrins d'un adolescent pour qui le monde réel commence à se réduire à un effort de concentration, alors qu'il passe des jours et des jours à remplir de poudre des douilles de cuivre ? [...] Il n'est peut-être pas capable de posséder ces instants-là, mais ils sont autour de lui, avec parfois une présence lumineuse. Il voit les étoiles ; il n'a plus besoin des constellations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
odin062odin062   17 février 2014
La peur est chose puissante, dit Stenfalk. Elle rend malléables les forts.
Commenter  J’apprécie          150
Lire un extrait
Videos de J. J. Abrams (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. J. Abrams
Bande annonce du livre S. de JJABRAMS et DOUG DORST.
autres livres classés : mystèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..