AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Rosenthal (Traducteur)
ISBN : 2070426823
Éditeur : Gallimard (06/02/2003)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 102 notes)
Résumé :
De Sherlock Holmes à Philip Marlowe, il existe une longue tradition de détectives privés brillants, astucieux, à qui on ne la fait pas. Malheureusement, Dirk Gently n'en fait pas partie. Plus intéressé par la télékinésie, la physique quantique et les pizzas froides que par la chasse minutieuse aux indices, Dirk Gently emploie pour ses enquêtes des méthodes, disons... particulières, avec des résultats, disons... inattendus. Dirk Gently est un détective holistique. Ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Nelja
  07 août 2014
Dirk Gently est un détective holistique ; à savoir que confronté à une enquête, il refuse de s'intéresser à des petits détails triviaux (par exemple, des indices) et préfère observer la forme globale de l'affaire et même de l'univers. Cette technique, qui échoue à répétition à retrouver des chats égarés, se révèle utile quand il intervient au tiers d'un livre qui contient jusqu'ici une tour glauque et indicible, un Moine électrique extraterrestre programmé pour croire, le fantôme du patron d'une entreprise d'informatique mystérieusement assassiné, un respectable professeur entretenant une relation curieuse avec le Temps, un cheval dans la salle de bains, un canapé coincé dans les escaliers, et un de ses amis d'université malencontreusement perdu au milieu de tout cela.
En fait, Richard (l'ami en question) est le protagoniste de ce tome, c'est principalement avec lui, ses problèmes de couple (pas trop caricaturaux, ce qui est notable pour un livre de science-fiction humoristique) et de travail qu'on empathise. Et bien sûr, pour son désespoir dans une histoire qui le dépasse.
L'auteur, bien sûr, s'amuse à créer la meilleure enquête de la carrière de Dirk Gently, celle qui correspond à sa philosophie, celle où des points qui n'ont rien à voir les uns avec les autres en apparence, que ce soit pour le thème ou même pour l'ambiance et le genre, se révèlent en fait tous liés. J'ai vu des critiques qui trouvaient ça confus ; moi j'ai adoré, même si je trouve un peu dommage qu'une partie du scénario (celle qui concerne le fantôme du patron) ait une résolution très légère par rapport à toutes les autres.
Douglas Adams, ici, s'inspire clairement de sa carrière en tant que scénariste de Doctor Who. Et je ne parle pas que du côté déjanté et des thèmes. Il y a des éléments que j'ai adorés revoir, comme le professeur Chronotis, Time Lord retraité (ce n'est pas mentionné explicitement dans le livre pour des raisons de copyright, mais c'est absolument clair), surtout qu'il vient de Shada, un épisode qui n'a finalement pas été diffusé pour des raisons de grève des scénaristes. Mais il y en a d'autres qui étaient plus décevants, comme un plot twist final déjà utilisé dans City of Death, et qui en devenait donc un peu attendu.
Ce qui n'empêche pas que j'ai adoré. Je l'ai dévoré, et il y a plusieurs fois où j'ai éclaté de rire bruyamment, surtout au début, lors des discussions sur les bacs grecs, sur l'utilisation des ordinateurs qui ne marchent pas, ou toutes les loufoqueries qu'Adams peut inventer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53
pictura
  19 juin 2012
Bouquin un peu déroutant. L'auteur ne s'embête pas des conventions littéraires. Il écrit son histoire, une curieuse histoire, parfois bancale, ou plutôt parfois incompréhensible, une histoire toujours déjantée (ça oui !), remplit les pages d'humour à l'anglaise (par moment je me suis marré comme devant un film des Monty Python), sur fond de musique ou de mécanique quantique, il explique par exemple le chat de Schrödinger, il ose faire intervenir le héros, Dirk Gentle, seulement à la moitié du livre, à croire que ce n'est pas lui le personnage principal mais plutôt Richard, accusé du meurtre de son patron devenu un fantôme et qui aime faire tourner des canapés sur son ordinateur.
Il y a trois étapes dans le livre, la première (un bon tiers) où on se demande où l'auteur veut en venir. Puis la deuxième, on rencontre Dirk - sorte de détective privé- le mangeur de pizza froide, celui qui arnaque de vieilles dames qui ont perdu un chat et dont les recherches le mènent dans les iles très ensoleillées, celui encore qui refuse de payer sa secrétaire (très très amusante la scène de rencontre). On s'apercevra très vite que le détective privé est plutôt drôlement futé, habile et renversant…
Enfin, le final qui m'a embrouillé un peu l'esprit.
Donc le livre m'a paru un peu obscur mais mon dieu, quel humour ravageur !! Je lui mets la moyenne grâce à lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Taraxacum
  24 juin 2014
Le problème des auteurs dont on attend beaucoup, c'est qu'il est facile de juger plus durement leur oeuvre. Disons le tout de suite, j'ai été un peu déçue par "Un cheval dans la salle de bains". Plus sans doute que s'il s'était trouvé avoir été écrit par un illustre inconnu et non pas par Douglas Adam.
L'ensemble a beaucoup d'imagination et quelques passages vraiment très drôles, mais il m'en reste une impression de brouillon partant un brin dans tous les sens et dépourvu d'une trame solide, clôturée en plus par une résolution trop rapide en forme de Deux ex machina. A la décharge de ce roman, cette forme d'humour n'a jamais été celle qui me touche le plus et cela n'a pas du aider!
Les amateurs de l'auteur, ou plus généralement d'humour absurde, pourront quand même apprécier le personnage de Dirk Gentle, la plaisante parodie d'université anglaise ou mille petits autres détails loufoques...
Commenter  J’apprécie          80
maltese
  17 octobre 2014
Ceux qui ont accroché au "Guide du voyageur galactique" devraient trouver bonheur dans les aventures de Dirk Gently, le détective holistique, dont nous avons ici la première occurence (sur deux volumes existants).
Douglas Adams développe son intrigue dans un joyeux bazar à tel point qu'à plusieurs reprises je me suis demandé s'il savait où il allait et s'il n'avait pas écrit son roman au petit bonheur la chance. Finalement tout se remet dans l'ordre, du moins semble-t-il, car j'avoue ne pas avoir tout bien suivi (sauf qu'il est question une fois encore chez l'auteur de fin du monde).
Tout cela est drôle, et sait être grave à de brèves occasions, mais tourne au bout du compte quelque peu à vide. Dans la veine SF et humour, j'ai déjà lu mieux.
Commenter  J’apprécie          80
NoniNomNom
  13 novembre 2012
Dans l'univers de l'humour britannique absurde, un auteur que j'affectionne tout particulièrement nous a quittés trop tôt, au début de la décennie précédente : Douglas Adams. Principalement connu pour son travail sur H2G2 : le Guide du Voyageur Galactique (déclinée en série radiophonique, série télé, livres, au théâtre mais aussi en film), on en oublierait presque ses autres oeuvres, parmi lesquelles la série Dirk Gently, détective holistique. Narrant les histoires d'un détective aux méthodes très personnelles, on la retrouve aussi à la radio, en livres, au théâtre et même depuis peu à la télévision, merci à la BBC.
Mais c'est ici du premier des livres dont je veux parler, le bien nommé Un cheval dans la salle de bain. Ne nous attardons pas sur son titre, ce n'est pas l'élément le plus absurde du bouquin : il serait même plutôt logique. Contrairement aux apparences, le personnage principal ici n'est pas vraiment Dirk Gently, mais un certain Richard MacDuff qui, un peu comme Arthur Dent dans H2G2, n'a rien demandé à personne mais se voit confronté à une accumulation d'événements qui dépassent son entendement (tels que la présence d'un canapé coincé dans son escalier ou la mort inopinée de son patron). C'est là que survient Dirk, un de ses anciens camarades de classe au passé trouble, qui prétend pouvoir régler ses problèmes en se basant sur l'interconnexion fondamentale de toutes choses. En gros, ça consiste à vouloir régler une affaire de meurtre en s'intéressant au comportement du roi George III (1738 – 1820) plutôt qu'à des empreintes de doigts.
Normalement, c'est le moment où n'importe qui se demanderait comment il est possible de ne pas partir dans tous les sens avec une telle base de travail. La réponse est simple : ce n'est ni possible ni souhaitable. On en voit de toutes les couleurs et le tout baigne dans une douce ambiance de folie générale, que l'on est bien obligé d'admettre pour garder un minimum de raison. Mais ce que j'ai trouvé encore plus fort, c'est que ça n'empêche pas l'histoire d'être finalement tout à fait cohérente. J'ai dit cohérente, pas plausible : absolument tout peut arriver, mais Douglas Adams réussira toujours à y trouver une explication quelconque. Si je n'ai jamais vraiment ri aux éclats, je n'en ai pas moins passé un excellent moment car l'écriture d'Adams (même traduite en français) a quelque chose d'unique, tout comme les nombreuses analogies improbables dont il avait le secret.
Lien : http://nonivuniconnu.be/?p=1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
NeljaNelja   07 août 2014
- Patmos, fit-elle d'un ton résolu. C'était magnifique. Je trouve que Patmos est l'endroit le plus magnifique du monde. Sauf que le bac n'est jamais venu quand il devait venir. Jamais, jamais. J'ai chronométré. Nous avons manqué notre vol, mais ça m'était bien égal.
- Ah, Patmos, je vois, fit Watkin, de toute évidence excité par cette nouvelle. Eh bien, ce qu'il faut que vous compreniez, jeune personne, c'est que les Grecs, non contents de dominer la culture du monde classiques, sont responsables aussi de la plus grande oeuvre, certains diraient la seule oeuvre d'authentique imagination créatrice produite en ce siècle. Je parle, bien sûr, des horaires des bacs grecs. C'est un ouvrage empli de la fiction la plus sublime. Quiconque a voyagé en mer Egée le confirmera. Je le pense.
[...]
- Saviez-vous, jeune personne, que l'Apocalypse a été écrite à Patmos ? Parfaitement. Par l'apôtre Jean, comme vous le savez. Ce texte, à mes yeux, présente des signes caractéristiques d'avoir été écrit en attendant un bac. Oh ! j'en suis convaincu. Cela commence, n'est-ce pas, avec cette sorte de rêverie dans laquelle on sombre quand on tue le temps, qu'on s'ennuie, vous savez, qu'on imagine des choses et puis qu'on en arrive peu à peu à une sorte d'apogée du désespoir hallucinatoire. Je trouve ça très évocateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NeljaNelja   07 août 2014
- Oh, c'est bien simple, fit Richard avec soulagement. Il n'a jamais marché. Cet appareil est un tas de merde.
- C'est drôle, monsieur, c'est ce que j'ai toujours dit, reprit le policier. Certains des gars ne sont pas d'accord.
- Eh bien, monsieur l'agent, vous avez absolument raison. Il n'y a rien à tirer de cet appareil. C'est la principale raison pour laquelle notre première société a fait faillite. Je conseille de l'utiliser comme presse-papier.
- Oh, je ne ferais pas ça, monsieur, insista le policier. La porte n'arrêterait pas de s'ouvrir.
- Que voulez-vous dire, monsieur l'agent ? demanda Richard.
- Je m'en sers pour tenir la porte fermée, monsieur. A cette époque de l'année, on a de méchants courants d'air au commissariat. En été, bien sûr, on s'en sert pour tabasser les suspects.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
VvAVvA   25 mai 2016
- Mon cher garçon ! dit-il. Mon cher garçon ! Mon cher, cher garçon ! Qu'est-ce que Je disais ?
- Euh, vous disiez : "Mon cher garçon."
- Oui, mais je suis certain que c'était un prélude à autre chose. Une sorte de brève toccata sur le thème de quel type magnifique vous êtes, avant d'introduire le sujet principal de mon discours, dont j'ai pour l'instant oublié la nature. Vous n'avez aucune idées de ce que j'allais dire ?
- Non.
- Oh ! ma foi, je pense que je devrais en être content. Si tout le monde savait exactement ce que j'allais dire, alors ce ne serait pas la peine que je le dise, n'est-ce pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
VvAVvA   25 mai 2016
- Allo Michael ? Oui, c'est Susan. Susan Way. Vous m'aviez dit de vous appeler si j'étais libre ce soir et je vous avais répondu que je préférerais mourir dans un fossé, vous vous rappelez ? Eh bien, je viens tout à coup de découvrir que je suis libre, absolument, complètement et totalement libre et qu'il n'y a pas un fossé convenable à des kilomètres à la ronde. Rappliquez pendant que vous avez votre chance, voilà le conseil que je vous donne. Je serais au club Tanger dans une demi-heure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TaraxacumTaraxacum   19 juin 2014
C'était le genre de rue où les promoteurs immobiliers au volant de grosses Jaguar passent pendant le week-end en salivant. La rue était pleine de magasins arrivant en fin de bail, de constructions de style industriel victorien et il y avait une petite terrasse délabrée de style fin géorgien, tout cela ne demandant qu'à être démoli pour voir jaillir à leur place de jeunes et robustes boîtes de béton. Les agents immobiliers patrouillaient le secteur en meutes avides, se lançant des regards méfiants, le doigt sur la détente de leurs carnets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Douglas Adams (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Douglas Adams
Sciences et fictions, une chronique radio dédiée aux sciences et à la science-fiction, présentée par Manuella Yapas. Quinzième numéro, consacré aux extraterrestres dans la science-fiction (Radio Plus, le 1er février 2017). Manuella Yapas est une conteuse professionnelle. Elle propose des spectacles en intérieur comme à l'extérieur, et anime également des ateliers conte. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.manuellayapas.fr/ Ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/manuellayapasconteuse La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
LE NOUVEAU PROGRAMME DE SVT CYCLE 4 - 2016 https://www.snes.edu/IMG/pdf/bo_programmes_college_c4_svt_26-11-2015_dec2015.pdf
BIBLIOGRAPHIE - "Histoires vraies", de Lucien de Samosate - "Le Conte du coupeur de bambous", traduit par René Sieffert - POF, 1992 - "Le Cycle de Mars", d'Edgar Rice Burroughs - "Martiens, go home!", de Fredric Brown - "Solaris", de Stanislas Lem - "Le Guide du voyageur galactique", de Douglas Adams
FILMOGRAPHIE - "2001, l'Odyssée de l'espace", réalisé par Stanley Kubrick - la saga "Star Wars", créé par George Lucas - "Alien", créé par Ridley Scott - "ET l'extra-terrestre", par Steven Spielberg - "District 9", par Neill Blomkamp
TV - la série "Star Trek" - la série "Doctor Who" - "Classification des extraterrestres", réalisé par Denis van Waerebeke
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La grande question sur la vie, l'univers et le reste

Quelle est la réponse à la grande question sur la vie, l'univers et le reste ?

Un peu plus à l'ouest
La réponse est contenue dans la question
Try and be nice to people, avoid eating fat, read a good book every now and then, get some walking in, and try and li...
42

1 questions
448 lecteurs ont répondu
Thème : Le Guide du voyageur galactique, tome 1 : H2G2 de Douglas AdamsCréer un quiz sur ce livre