AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Joseph Agostini (Autre)Tshiteya Meta (Autre)
EAN : 9782371140837
173 pages
Éditeur : Envolume (20/10/2020)
4.5/5   4 notes
Résumé :
L'amour peut être un remède miracle et un poison. Le secret réside dans l'art de le manier et de le réinventer sans cesse.
Polyamoureuse, féministe et bisexuelle, Meta Tshiteya nous invite à fuir une norme visant à domestiquer l'amour, à l'encager. Psychanalyste et dramaturge, Joseph Agostini va à sa rencontre en se penchant avec elle sur ce qui régit l'amour, et les manières dont nous pouvons le rendre plus authentique, à mesure que nous progressons en nous... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Alfr
  25 février 2021
Lecture inhabituelle pour moi. J'oserai même dire que c'est une lecture visant à me sortir de ma zone de confort ! Ce livre est une discussion, un espace de réflexions. Johanna Berrebi, qui se présente comme une "éternelle amoureuse" s'interroge sur le sens de l'amour. Drôle d'expression qui regroupe toutes les questions que l'on peut se poser sur la naissance, les causes, la longévité, les conséquences, le désir, le bonheur d'une seule chose, pièce maîtresse de notre vie : l'amour.
Deux personnes répondent à ces questionnements : Joseph Agostini (psychologue clinicien, psychanalyste, chroniqueur et écrivain) et Meta Tshiteya, réalisatrice, définie comme polyamoureuse, féministe et bisexuelle. Cette discussion présente de nombreux avantages pour le lecteur / spectateur / auditeur / penseur. En effet, libre à nous d'adopter la position souhaitée en lisant ce livre. Libre également de lire, relire, couper la lecture, la prolonger par une réflexion....Mais attention ! Autant, les questions sont ouvertes et très simples, autant les réponses peuvent être pointues en abordant le thème de la psychanalyse. D'où l'importance des deux voix. En effet , celle du psychanalyste nous pousse à nous interroger sur notre éducation, notre rapport à l'enfance tandis que celle de Meta nous permet d'aborder la réponse autrement, en particulier dans notre rapport à la société, et aux normes imposées par celle-ci. le polyamour et la compersion y sont tour à tour exposés et méritent réflexion également. Chacun peut y trouver son compte.
Cette réflexion m'a poussée à m'intéresser de nouveau à la psychanalyse mais surtout à me questionner sur mon rapport à l'amour. Et je pense qu'il est nécessaire, pour chacun d'entre nous, de le faire aussi souvent que possible. Car l'une des leçons à tirer est qu'il est fondamental de se sentir bien à soi, serein avant d'aborder n'importe quelle relation amoureuse. Et de ne jamais perdre de vue que "je suis la seule qui me soit indispensable" comme le dit si bien Meta Tshiteya.
La fin de l'ouvrage propose quelques réflexions liées à l'hystérie, à la perversion et au narcissisme. J'aurais aimé les découvrir plus longuement...Peut-être cela se fera-t-il sous un autre titre ? Je l'espère car le procédé est intéressant.
Je vous invite à découvrir les nombreuses autres et riches réflexions de cette discussion "sur le divan" et à vous faire votre propre idée de ce que signifie et représente l'amour pour vous et je remercie Babelio et les éditions "Envolume" pour ce moment de partage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Nayac
  14 mars 2021
Merci à Babelio et aux éditions Envolume de m'avoir permis de de me plonger dans ce livre dont le sous titre: "sur le chemin de l'intelligence amoureuse" m'avait fait un clin d'oeil lors de l'opération "masse critique non fiction".
La forme retenue est celle d'un dialogue avec Meta Tshiteya et Joseph Agostini animé par Johanna Berrebi. Cette oralité transcrite  permet des des expressions fortes ou provocatrices... et de les moduler ensuite. Cette forme impose aussi les limites: je suis resté plusieurs fois sur ma faim quant à des développements sur certaines affirmations, ou sur par exemple l'évocation par Meta de la manière dont elle a "appris" à gérer la jalousie dans une relation polyamoureuse.
Mais revenons sur le fond.
Le point de départ est empreint d'un scepticisme profond quand à l'amour:
- "un idéal fantoche": "qu'on se le dise, l'autre ne comble jamais le manque fondamental, la faille béante de notre incomplétude"
- besoin d'être aimé.... plus que d'aimer: "on m'aime donc je suis"- "l'injonction au miracle": comment espérer trouver une âme soeur parmi 7 milliards d'humains, et pourquoi serait elle unique?
- un besoin façonné par l'environnement social et culturel ( romans, films, contes : pas de bonheur sans amour)
Pourtant, au fil des pages, une place est trouvée à l'amour, y compris la phase passionnelle, source de tant de désespoirs, mais aussi période intense, qui peut faire office de légende du couple . C'est au prix d'une définition élargie, confinant à la "Philia" l 'Agapé", un spectre incluant la passion, l'amitié chaste et les relations romantiques asexuelles. Élargie, mais aussi assagie, désacralisée: cela passe une phase de déconstruction , d'identification des idées ou émotions liées à des "constructions sociales", qu'il faudra trier en fonction de leur proximité ou éloignement de nos valeurs personnelles.
L'amour ... est un travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
wivin
  13 mars 2021
Le thème de l'amour m'attire et me passionne car, comme pour beaucoup de gens j'imagine, il occupe une place essentielle dans ma vie. Pour autant, c'est un thème galvaudé s'il en est ! J'ai été attirée par ce livre-ci pour la personnalité lumineuse de Meta Tshiteya, inspirante pour moi dans ses positions féministes et polyamoureuses. Je partais avec un a priori un peu négatif sur le point de vue psychanalytique, porté par Joseph Agostini, qui ne s'est pas vraiment démenti dans l'ensemble, même si quelques passages m'ont intéressée. La psychanalyse ne me parle pas beaucoup en général, d'abord pour son côté abscons, et puis parce que j'ai l'impression qu'elle veut m'imposer des schémas relationnels dans lesquels je ne me retrouve pas toujours.
J'aime beaucoup le point de vue de Meta Tshiteya qui apporte une vision de l'amour, si pas neuve, en tous cas peu entendue et très fraîche, libératrice. Cette vision met en avant l'épanouissement personnel de chacun-e et une communication de très grande qualité, portée par la responsabilisation concernant son propre bien-être ainsi que le dépassement de ses blessures psychologies et des normes sociétales sclérosantes.
Les échanges sont riches et variés. Les points de vues des auteurs se répondent. Parfois ils se rejoignent, parfois s'opposent avec finesse, souvent se complètent, le tout avec un respect sans faille pour leurs différences. L'idée si répandue que le couple et la famille sont la clé ultime du bonheur est mise à mal par les deux auteurs. Depuis ma propre expérience, je ne peux que les rejoindre. Ils nous invitent à sortir de notre illusion de l'idéal amoureux pour construire des relations qui nous conviennent réellement, à considérer que les liens affectifs, qu'ils soient amoureux ou amicaux, sont mouvants et donc à réactualiser constamment. Ma lecture est qu'il vaut mieux s'apporter soi-même l'amour inconditionnel qu'il serait tentant d'aller chercher chez l'autre, afin d'enlever ce poids de la relation et pouvoir vivre pleinement l'élan de curiosité qui nous pousse à la rencontre et à l'ouverture à l'autre.
J'ai envie de terminer avec les paroles d'Émilie Marsh :
Un amour sans la fin
On vit pour ce qui nous étreint
Un coeur qui bat contre le sien
Des mots, du sens
Un peu d'humain
Tout ça nous appartient
L'Aventure
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EvlyneLeraut
  18 octobre 2020
Eclairant, judicieux, cet essai explicite de Meta Tshiteya érudite, réalisatrice pour Radio France, productrice de documentaires pour France Culture entre-autre, polyamoureuse, féministe et bisexuelle, Joseph Agostini psychologue clinicien, psychanalyste, chroniqueur pour plusieurs médias, auteur de plusieurs essais et un premier roman « La traversée des mensonges » en binôme, échangent sur sens de l'amour. Johanna Berrebi dirige cet essai en posant les questions, enclenche un débat porteur, réaliste et courageux. « Avez-vous le sens de l'amour » « Sur les chemins d'une intelligence amoureuse » est une clef pour avancer sur le tracé de notre contemporanéité. Pour s'éprouver ou approuver. Saisir le sens qui nous appartient ou qui semble impossible de par les diktats sociétaux, psychologiques ou philosophiques. On est en écoute avec les dires pragmatiques, quasi rationnels. Comme si les échanges étaient l'issue attendue pour le lecteur pour progresser et s'émanciper. Se déshabituer des aprioris, de tout cet amoncellement qui heurte toute progression. L'intelligence amoureuse est la somme de la liberté, celle de son libre-arbitre et de la liberté de conscience. S'affirmer en tant qu'être réalisé. le sens de l'amour, ici est plus qu'une synthèse. Développé avec brio, pertinence et savoir cet essai est une double chance. M.T : « Je dirais que sans amour, nous n'aurions même pas existé. » J.A : » L'amour est facilement régi par une logique marchande, consistant à étalonner les individus pour les faire correspondre à des critères précis. » Les échanges sèment des graines sur les chemins de l'intelligence amoureuse. J.A : « Je dirai ainsi que la condition d'un amour heureux est la sensation de son éphémérité, de sa fragilité aussi. » M.T. : « Pour moi, la liberté est une condition nécessaire, mais pas suffisante du bonheur. » La préface de Françoise Simpère est remarquable, une introduction perfectionniste pour franchir les chemins d'une intelligence amoureuse. Cet essai est d'utilité publique, d'antres et de lycées. Il a cette particularité d'être une véritable mise en lumière par des intellectuels de renom. D'être un allié de parcours de vie. Publié par les Editions Envolume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
wivinwivin   13 mars 2021
Je pense que l'amour change de nature lorsque l'objet devient sujet. Pour cela, il est nécessaire de changer les philtres de notre perception. Aimer ce que nous n'avons pas pu être fait de l'amour la tentative de réparation d'un échec ou d'un manque. Aimer ce que l'autre, parmi tous les possibles, est devenu, donne le sentiment d'avoir déniché un trésor. [Meta Tshiteya]
Commenter  J’apprécie          00
wivinwivin   13 mars 2021
Pour moi, l'amour est un échange entre égaux, il ne peut se réaliser dans l'adoration d'un être déifié. Je crois que ce type d'amour est finalement d'abord tourné vers soi-même, vers la satisfaction d'un besoin, le comblement d'un manque, et l'être aimé n'est que l'objet qui viendra nous compléter plutôt que le sujet de notre affection. [Meta Tshiteya]
Commenter  J’apprécie          00
wivinwivin   13 mars 2021
Je préfère analyser l'amour comme un spectre qui permet d'inclure la passion, l'amitié chaste et les relations romantiques asexuelles, dans une interprétation plus large du sentiment amoureux. [...] L'amour devient un principe de relation à l'autre, une façon d'être au monde. [Meta Tshiteya]
Commenter  J’apprécie          00
AlfrAlfr   25 février 2021
Je suis la seule qui me soit indispensable.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Joseph Agostini (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Agostini
Lecture du roman Pour unique soleil
Cathy a une passion pour Daniela Lumbroso. Un jour, elle croise dans la rue quelqu’un qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la célèbre journaliste. Cathy est alors prête à tout pour obtenir un peu d’amour de cette inconnue.
autres livres classés : polyamourVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Qui a écrit ces romans au 19e siècle

Qui a écrit Germinal ?

Flaubert
Zola
Théophile Gauthier
Maupassant

10 questions
291 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre