AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alessandra Joël (Autre)
EAN : 9782800171159
256 pages
Dupuis (26/06/2020)
3.32/5   28 notes
Résumé :
" En cette année 1354, j'entrai enfin à Fez.
Moi qui avais pris le monde entier comme but de mes
voyages, j'avais choisi cette capitale pour demeure et patrie.
Après vingt-cinq années de pérégrinations, je venais
rendre compte au plus grand roi de l'univers... "

Entre 1325 et 1349, Ibn Battûta a parcouru 120 000 kilomètres et visité 43 pays. De son Tanger natal à la chinoise Quanzhou, de la perle du sud Tombouctou jusqu'au ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,32

sur 28 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

croquignol
  05 novembre 2021
C'est guidé par un certain vague à l'âme que je suis entré dans cet album.
Merci fidèle compagnon.
Dès les premiers pas je m'y suis senti comme chez moi. Les couleurs chaudes m'ont souhaité la bienvenue, les larges plans m'ont accueilli les planches ouvertes. Je ne suis pas initié aux techniques de dessin, j'ai envie de parler d'aquarelles, pardon aux amateurs.
Mosquées, places de marché, étendues sauvages, océans, femmes langoureuses, cette BD foisonne de détails admirables et délicieux.
Un graphisme qui prend son temps, qui voit large, qui enveloppe.
Un voyage dans L Histoire essentiellement en terres d'Islam, avec la grâce et l'humilité d'un conteur, muni seulement de trois armes : sa curiosité, son carnet de dessin et sa foi.
Et voilà, je me suis fait mener par le bout du nez par ce charmeur d'Ibn Battûta, et le premier qui ose dire qu'il est facile de l'attraper, je le lui mords.
La preuve par 13, voir le lien ci-dessous.
Lien : https://www.dupuis.com/les-v..
Commenter  J’apprécie          3610
JeffreyLeePierre
  27 avril 2022
Sur la foi de critiques Babelio élogieuses, j'ai décidé d'attaquer les Voyages d'Ibn Battûta par la face fainéant : une BD de 250 pages plutôt que les 3 poches de 500 pages qui constituent l'oeuvre originale.
Au sortir de cette lecture, j'ai un sentiment mitigé.
Certes, c'est un ouvrage splendide, les planches sont superbes et proposent un véritable voyage couvrant presque la moitié du monde connu au XIVe siècle.
Mais c'est aussi un survol qui semble sommaire et parfois répétitif, surtout au début.
Du coup, il reste un sentiment d'inachevé et cette lancinante question : se lancer dans le pavé original ou pas ?
Commenter  J’apprécie          307
Marcellina
  28 décembre 2020
Un très bel ouvrage :-)
J'ai adoré les aquarelles et les dessins même si j'ai été un peu perturbée par le manque de perspective d'un dessin de la page 123 qui donne un rendu dérangeant… Je ne me suis pas bloquée dessus néanmoins et j'ai continué à rêver en couleurs et en noir et blanc au fil des pages, au fil d'une épopée assez unique.
En ce qui concerne le fond, je suis pour le moins perplexe. Voici un compte rendu de voyage qui finalement se résume à l'évocation d'un bonhomme qui se promène de ville en ville, de village en village, de hameau en hameau et le temps passe et les kilomètres défilent et le résultat est un périple de 120 000 km. Les illustrations varient, relativement peu finalement et le texte reste très pauvre. Quelques planches nous apprennent soit des faits historiques soit des on-dits non vérifiables soit des expériences personnelles qui ne grandissent pas les femmes. C'est là qu'on a envie de lire réellement les carnets de voyage de notre juriste Ibn Battûta et surtout, de mieux comprendre sa pensée car ce périple n'était au départ qu'un voyage à La Mecque, but ultime de tout musulman pratiquant.
Un roman graphique magnifique même si les dessins, les croquis ne sont pas d'origine car il est dit que « les anges n'entreront pas dans une maison où il y a un chien, ni dans celle où il y a des images » et si le roman est exact, l'oeuvre graphique d'Ibn Battûta a été détruite par le feu à son retour à Fez par son seigneur et maître le commandeur des croyants Abu Inan Faris. Reste alors le récit qui ne serait qu'une transcription des souvenirs du voyageur et non ses propres écrits et c'est peut-être là le côté pauvre de ce beau roman qui manque de fond.
Un tout grand merci en tout cas à Babelio et aux éditions Aire Libre pour cette belle découverte qui m'a ouvert les yeux sur le monde musulman au XIVème siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
Aderu
  24 décembre 2020
Merci à Babelio et à Dupuis/Aire libre pour cette BD reçue dans le cadre de la masse critique.
J'ai découvert Ibn Battuta il y a quelques années. Je connaissais grossièrement le personnage mais je n'avais jamais lu le récit de ses périples. Pouvoir l'aborder par le biais d'une bande dessinée était enthousiasmant. A fortiori pour un texte de voyages !
L'intérêt évident de ce livre réside dans les magnifiques planches de Joël Alessandra. Si le voyage est répétitif, les dessins, eux ne le sont guère. Que ce soit dans les paysages ou dans les diverses architectures croisées au fil du voyage, l'artiste excelle. Je garde en mémoire ces bateaux aux voiles triangulaires, si évocateurs.
Dans les remerciements, Joël Alessandra salue les peintres orientalistes pour l'inspiration qu'ils lui ont fourni. Et clairement, l'Orient est immédiatement identifiable pour un œil européen. Qu'en dirait Edward Saïd, c'est une autre question !
S'il y a une constante dans ce voyage c'est la présence de femmes. La lubricité d'Ibn Battuta est insatiable. Ce qui peut donner un effet comique : partout où il arrive, il n'a jamais vu de femmes aussi belles.
La rencontre entre ce texte vieux de plusieurs siècles et un dessinateur s'inspirant des orientalistes donnent un cocktail très marqué et très exotisant des corps féminins.
Plus j'y repense (j'ai attendu quelques jours avant d'écrire), plus cela m'interroge. Et me dérange (tiens je vais baisser ma note).
Le texte est tiré de l'adaptation "modernisée" par Lofti Akalay. Malheureusement cela ne suffit pas à suffisemment atténuer la pompe d'adresses trop récurrentes à mon goût.
Le récit est entrecoupé d'anecdotes rapportées par Ibn Battuta qui enrobe son histoire d'irrationnel. Quelques amusants traits d'absurde (qu'il s'agisse du "lait qui réapparaît" ou de l'origine des noix de coco), au milieu de la solennité générale.
Breaking news! Nous apprenons dans la postface (signée par l'éditeur) que les femmes comprennent mieux les artistes. Ou que les artistes sont mieux compris par les femmes.
Ah ces femmes, si sensibles créatures... Et ces artistes, éternels incompris ! Sauf par les femmes, donc. Mais une femme artiste alors ? Ça doit bien exister...
Je n'ai pas aimé la postface.
Bref, pour conclure, c'est une très belle illustration d'un texte à l'importance historique littéraire certaine. Je regrette le traitement des corps féminins, mais les remerciements en donnent le cadre. Au-delà, les paysages et architectures sont magnifiquement dessinés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raton-liseur
  03 janvier 2021
C'est un bien bel ouvrage que j'ai trouvé dans ma boîte aux lettres en ce froid mois de décembre. Offert par les éditions Dupuis grâce à l'opération Masse Critique de Babélio. J'avais très envie de recevoir ce livre pour me permettre de connaître un tout petit peu mieux cet homme dont la vie extraordinaire a retrouvé depuis quelques années les faveurs du monde culturel. Je suis donc très heureuse d'avoir eu le privilège de lire cette bande dessinée, et surtout de me plonger dans ces dessins. Les aquarelles sont toutes plus belles les unes que les autres, et il n'est pas étonnant qu'elles aient pris sept ans de la vie de l'illustrateur pour être réalisées. J'aurais peut-être aimé un plus fort contraste entre les paysages dans lesquels circule Ibn Battûta et les dessins qui lui sont prêtés. J'aurais aussi aimé un peu plus de cohérence dans l'irruption du noir et blanc pour certaines planches, car je n'en ai pas compris la logique. Malgré ces petites réserves, j'ai rempli mes yeux de soleil, de sable, de couleurs étincelantes et châtoyantes, et j'ai pris mon temps pour me délecter de chaque page.
Pour l'histoire, je dois avouer que je suis plus circonspecte. On suit Ibn Battûta dans son périple, de ville en ville, de pays en pays, dans un décor qui varie étrangement peu, sauf pour l'Inde et la Chine, vite évoquées mais qui donnent lieu à des aquarelles plus exotiques, mais on en apprend très peu sur ce qui motive son voyage sans fin, d'où vient ce désir de toujours pousser sa monture plus loin. On égraine les lieux et les destinations comme un chapelet qui tourne sans fin dans la main, sans en voir le bout et sans en comprendre le sens. Il y a bien quelques petits souvenirs, quelques petites observations, mais plutôt sans intérêt, voire ne donnant pas le beau rôle à un Ibn Battûta ayant bien peu de considérations pour les femmes (ne soyons pas anachroniques et ne reprochons pas à un homme du XIVème siècle ce qu'il serait injuste de lui reprocher, mais on peut s'interroger sur les choix des auteurs de cette bande dessinée, qui sont contemporains eux).
Je reste donc plutôt sur ma faim quant à mon envie d'en apprendre plus sur ce personnage, mais les aquarelles méritent à elles seules que l'on prenne quelques heures pour feuilleter ce très bel ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
FrancinemvFrancinemv   14 juillet 2020
On m'a raconté que le Sultan du Mali reçut un jour une délégation de commandants venus du pays des cannibales, qui est une très riche région.
Le souverain, voulant leur faire un accueil chaleureux, leur remit une servante en signe d'hospitalité et pour les aider aux différentes tâches durant leur séjour. Ils l'égorgèrent proprement et la mangèrent immédiatement. Ils remercièrent ensuite le Sultan de ce délicieux repas en se léchant les doigts. Les morceaux de choix étaient pour eux les mains et les seins !
Ces gens appréciaient beaucoup les femmes... Surtout à la broche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FrancinemvFrancinemv   14 juillet 2020
J'ai traversé les mers, franchi les montagnes, affronté maints bandits et animaux sauvages, subi des tempêtes...
J'ai profité de la douceur et de la tendresse de mes multiples épouses et concubines.
J'ai adressé des compliments à tous les seigneurs des terres de l'Islam, j'ai été accueilli presque partout comme un prince, grâce au sens de l'hospitalité et de l'aumône que possèdent les fidèles.
Ce que je t'ai raconté et décrit, ô mon maitre, n'est que la vérité.
Voilà quelle fut ma vie: une belle vie, réelle et véridique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ArtzUrArtzUr   07 juillet 2020
Mais comme tu le sais Seigneur, que la bénédiction de Dieu soit sur toi, il est un proverbe de chez nous qui dit : " Plus tu montes les degrés d'une échelle et plus on voit ton cul. " C'est bien ce qui m'arriva !
Commenter  J’apprécie          20
croquignolcroquignol   05 novembre 2021
Tout a commencé le 14 juin 1325 à Tanger.
Commenter  J’apprécie          80
ArtzUrArtzUr   07 juillet 2020
À Kilwa, qui est au nombre des villes les plus accueillantes et les mieux construites, on trouve un nombre considérable d'arbres fruitiers. Pourtant, malgré toute la richesse et la grande diversité végétale de l'île, les habitants se nourrissent presque exclusivement de poissons et de bananes.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Joël Alessandra (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joël Alessandra
Pierre Gay et le dessinateur Titwane étaient les invités de l'émission "ça se passe ici" sur France 3 Pays de la Loire le 28 mars 2022 à 18h30. Pierre Gay co-scénariste et Titwane l'un des dessinateur du Docu-BD "Des Animaux et des Hommes" répond au question du journaliste Emmanuel Faure
Plus d'informations sur : https://www.petitapetit.fr/produit/des-animaux-et-des-hommes/
Merci aux équipes de France 3 télévision ainsi qu'au Bioparc de Doué La Fontaine.
Découvrez, au sein de ce véritable carnet de voyage, 18 projets de conservations animales soutenus par le Bioparc en bande dessinée. 18 façons de protéger des animaux… et des hommes !
Scénariste : Gaet's et Pierre Gay Couverture : Frank Pé Dessinateur.trice.s : A. Dan, Genevieve Marot, Simon Hureau, Titwane, Joël Alessandra, Olivier Martin
Contact presse : ilona@petitapetit.fr
#Francetélévision #France3 #normandie #BD #interview #reportage #docuBD
+ Lire la suite
autres livres classés : voyagesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4363 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre