AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782919805723
412 pages
AmazonCrossing (15/01/2019)
3.4/5   29 notes
Résumé :
Catherine était le grand amour de la vie de Sean. À sa disparition, elle lui a laissé une boîte remplie d’enveloppes, contenant chacune une photo et une cassette.

Ce sont des messages que Catherine a enregistrés peu avant sa mort : des souvenirs de leur couple mais aussi des pensées et des secrets qu’elle n’avait jamais partagés avec son mari. À mesure que Sean les écoute, il est de plus en plus mal à l’aise : sa femme a beau avoir choisi chacun de se... >Voir plus
Que lire après Quand on n'a que l'amourVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,4

sur 29 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis
J'ai la chance qu'Amazon Publishing France m'envoie régulièrement, via net galley, des romans :)
Une de mes dernières lectures en date ? Quand on n'a que l'amour de Nick Alexander. Ayant beaucoup aimé Une bouteille de larmes mais aussi À la recherche du petit ami insaisissable de cet auteur, c'est avec plaisir que je me suis plongée dans son dernier roman :)
Catherine était le grand amour de la vie de Sean. À sa disparition, elle lui a laissé une boîte remplie d'enveloppes, contenant chacune une photo et une cassette. Ce sont des messages que Catherine a enregistrés peu avant sa mort : des souvenirs de leur couple mais aussi des pensées et des secrets qu'elle n'avait jamais partagés avec son mari.
À mesure que Sean les écoute, il est de plus en plus mal à l'aise des révélations faîtes par sa défunte femme.
De révélation en révélation, les certitudes de Sean vacillent : et s'il se trompait sur leur histoire et ce qu'il pensait être leur passé commun ? Tout en ne pouvant s'empêcher d'espérer que les cassettes lui apporteront enfin la réponse à la question qu'il n'a jamais osé poser. le destin existe-t-il vraiment ? Et si oui, Catherine et lui étaient-ils faits pour s'aimer ?
Quand on n'a que l'amour de Nick Alexander est un très joli roman qui m'a fait monter les larmes aux yeux dès les premières lignes. L'histoire en elle même n'est pas hyper originale, ce n'est pas la première fois que je lis un roman mettant en scène un homme ou une femme qui découvre ce que son défunt conjoint a laissé pour lui (ou pour elle). Après, il est vrai que je lis beaucoup !
Il y a énormément d'émotions dans ce roman. Nous découvrons Catherine au travers les photographies et cassettes laissées à son mari. C'est très intéressant, plutôt bien ficelé mais j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs. Cela manque un peu de suspense, de révélations, par moment.
J'ai apprécié de retrouver la plume de Nick Alexander, mais des trois romans lus de cet auteur, c'est celui qui m'a le moins convaincu. Quand on n'a que l'amour est un roman très intéressant, très émouvant, mais il me manque un petit truc pour que je fasse Waouh !
Ma note : quatre étoiles.
Commenter  J’apprécie          170
A la mort de son grand amour, Catherine, Sean découvre qu'elle lui a laissé un carton contenant des photos et des cassettes audio retraçant leur histoire d'amour. Au fil des semaines, Sean va redécouvrir leur passé par l'oeil de Catherine et lever le voile sur les mystères de leur mariage, pour le meilleur et pour le pire.

Aïe aïe aïe, le résumé était alléchant mais le roman n'a pas tenu ses promesses. L'histoire reprend sensiblement celle de PS: I love you, à savoir un décès brutal et un conjoint qui envoie des messages de l'au delà via des lettres (ou des cassettes dans ce cas ci). Si j'avais adoré le roman de Cécilia Ahern, cette reprise ne m'as pas du tout convaincue, tant j'ai trouvé les remarques et les révélations de Catherine cruelles et déplacées. Les dernières pages sont évidemment très émouvantes et touchantes, mais elles ne parviennent pas à sauver ce roman.
Commenter  J’apprécie          80
J'ai été très étonnée de découvrir cette histoire cachée derrière ce livre. Je m'imaginais quelque chose de joyeux et j'étais clairement à des années lumières de la réalité ! Quoique, je ne peux pas dire que ce n'est pas réjouissant… Mais la nostalgie apporte souvent son lot de larmes. Au fond, je trouve cette couverture parfaite pour illustrer l'histoire de Catherine et Sean.

Les grandes lignes de cette histoire m'ont évoquées d'autres livres tels que P.S.: I Love You ou encore 13 Reasons Why mais le rendu en est tout autre. Déjà parce que les personnages n'ont pas du tout le même âge mais surtout parce que le ton y est complètement différent. J'aime cette idée d'accompagner ses proches suite à son décès mais d'un autre côté, c'est presque cruel de les habituer à ça en sachant qu'il y aura une fin.
J'ai aimé le fait que Catherine fasse tout ça pour que son mari se souvienne d'elle telle qu'elle était vraiment, sans enjoliver la vérité, tout en révélant certains secrets. J'ai trouvé le geste plutôt beau de "s'offrir" ainsi même s'il est clairement trop tard. Tout est factuel mais face à certaines révélations qui tiennent du quiproquo, je ne sais pas comment fait Sean pour ne pas se jeter par une fenêtre. C'est vraiment terrible de connaître la vérité et de ne pas pouvoir l'exprimer. Et ça l'est encore plus quand on se dit que tout aurait pu être évité en en parlant ensemble.
J'ai aimé voir Sean reprendre goût à la vie en écoutant Catherine raconter leur histoire. C'est assez chouette de voir que ces souvenirs lui donnent envie de se remettre aux choses qui lui ont fait du bien mais aussi de réaliser les rêves qu'il pensait inaccessibles. J'ai trouvé beau la façon dont Catherine le prépare à certaines belles surprises de la vie en lui ouvrant discrètement les yeux sur ce qui peut se passer. Certaines étapes de la vie - même jolies - doivent être difficiles à passer lorsque l'on est veuf, tant l'on aimerait que l'autre soit présent et Catherine sait trouver les mots justes pour que Sean le fasse sans culpabilité.
J'ai aimé la conclusion, pleine de douceur et d'amour. J'ai été touchée par les révélations de Cynthia qui confirme ce que l'on avait envie de croire depuis le début. J'ai d'autant plus apprécié que cela vienne d'elle, tant c'est le dernier messager auquel j'aurais pensé. J'ai également trouvé beau la façon dont Catherine ouvre le champs des possibles et terriblement mignon la façon dont Sean tâte le terrain. Difficile de savoir réellement ce qu'il va se passer ensuite mais je n'ai aucun doute sur le fait que Sean va être heureux et que Catherine l'attend quelque part ;)

Sean m'a beaucoup plu. Je me suis reconnue en lui mais j'imagine aussi que son chagrin y est pour beaucoup : nous sommes tous passés par la perte d'un proche et, forcément, on se retrouve dans ce qu'éprouve Sean. Je l'ai trouvé très touchant dans son amour pour Catherine et aussi dans la proximité qu'il a avec Avril, leur fille. J'ai aimé sa douceur, son humour et son amitié avec Mags.
Catherine m'a également beaucoup plu : clairement, c'est terrible ce qu'elle fait à Sean mais je trouve ça aussi très courageux. C'est difficile de prendre le risque de se faire haïr par un proche et, même si elle le fait une fois partie, je trouve tout de même son geste audacieux. J'ai aimé la découvrir à travers ses enregistrements et ses souvenirs plus ou moins heureux. Sa façon de cacher ses faiblesses, ses doutes et ses différences dans le monde "favorisé" qu'elle a appris à côtoyer en rencontrant Sean m'a particulièrement touchée.
Mags, Avril et Roman m'ont également plu. J'ai aimé leur façon plus ou moins intrusive d'être là pour Sean et l'écoute dont ils font preuve même s'ils sont eux aussi dans le chagrin. Tous ensemble, ils forment vraiment une belle équipe.

C'était le deuxième livre que je lisais de Nick ALEXANDER et je dois dire qu'il m'a bien davantage conquise que le premier. J'ai aimé y retrouver son écriture douce et fluide où nous n'avons plus qu'à nous laisser porter. J'ai vraiment aimé la façon dont la nostalgie ressort de cette histoire, nous plongeant dans un état un peu mélancolique sans pour autant virer au pathos, tant l'espoir d'un futur heureux est caché derrière chaque message. J'ai apprécié ce récit à deux voix, qui se répondent sans s'entendre, pour nous laisser voir plus que la réalité.
Une jolie découverte.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
Commenter  J’apprécie          00
Résumé Quand on n'a que l'amour de Nick Alexander
Sean et Avril sont extrêmement malheureux. Ils rentrent d'un enterrement. Ils sont anéantis par la mort de Catherine.

Maggie, l'amie de Sean et Catherine, est très présente. Un jour, elle lui laisse un carton donné par Catherine.

Avis Quand on n'a que l'amour de Nick Alexander
Catherine, la femme de Sean, est décédée d'un cancer. Sean et sa fille Avril sont profondément malheureux. Sean revient dans cette grande maison vide. Il veut faire son deuil et ne semble pas y arriver. Mais leur amie Maggie laisse à Sean un colis. Ce sont 29 photos accompagnées de 29 enregistrements de Catherine, avec pour ordre d'écouter une cassette une fois par semaine. Ce qui court sur une durée de sept mois.

Quand on est malheureux, quand on perd un être cher, il est difficile de faire son deuil. Tout nous rappelle l'absent. On doit se débrouiller, faire face, survivre, continuer à travailler. Quand on reçoit, quelques jours après un décès, des éléments qui font revivre l'absent, on hésite. Un cadeau tombé du ciel ? Un lien avec la personne décédée ? Impossibilité de tourner la page surtout lorsque cela dure sur une si longue période. Tout écouter d'un seul coup ou faire durer le plaisir, la douleur. En 29 photos, enregistrements, Catherine va bouleverser Sean et le mettre en colère également avec ses révélations. Connaît-on vraiment une personne malgré trente années de vie commune ? Qui dit vie commune ne dit pas forcément échanges constructifs mais aussi secrets, inquiétudes, questionnements personnels. C'est ce que Nick Alexander, dans ce roman, dévoile au fur et à mesure des pages.

Le roman ne m'a pas forcément plu. Ce n'est pas le style de l'auteur mais le sujet. J'ai trouvé quelques dialogues limites, notamment ceux d'Avril qui ne ressemblent pas à une jeune femme de 30 ans. Est-ce dû à la traduction ? Est-ce dû à cette souffrance ? Pourquoi laisser des cassettes à son conjoint ? Pourquoi lui révéler des éléments après coup, même si de son vivant, la personne n'a pas trop confiance en elle ? Est-ce que c'est pour qu'il tourne la page plus facilement ? Je n'en sais rien mais cela ne m'a pas extrêmement plu. Toutefois, grâce à ces cassettes, Sean va pouvoir, de lui-même, trouver la solution à un des questionnements de sa femme. Et il aurait voulu le partager avec elle. Un roman sur l'amour entre deux personnes, qui ne se le disent pas forcément car cela dépend de leurs personnalités, de leur vécu. Un amour fort, riche qui aurait pu l'être encore plus. Bien sûr, on peut regretter de ne pas avoir tout dit mais la vie est un perpétuel enrichissement, on apprend tous les jours, même si l'autre est absent.

Pour moi, ce roman est sauvé par une dimension politique. Les années Thatcher, la lutte des classes entre les ouvriers, dont Catherine fait partie, et ceux qui sont aisés, la famille de Sean. On peut penser qu'il n'y a qu'en France que tout va mal, que tout le monde s'insurge. Mais c'est valable également en Grande-Bretagne car les gens souffrent également. Et puis, il y a cette histoire de Brexit irrémédiable. Même si certaines personnes manifestent, la Grande-Bretagne ne sera plus la même après. Nombreux sont ceux à partir. de plus, les jeunes laissent faire. Ce n'est pas parce qu'ils ne se sentent pas concernés mais parce qu'ils savent, que quoi qu'ils fassent, les décisions ont déjà prises par le gouvernement. Cela me rappelle notre propre situation politique.

Je remercie Netgalley et Amazon Crossing pour cette lecture, même si elle ne va pas me laisser un souvenir impérissable.
Lien : https://livresaprofusion.wor..
Commenter  J’apprécie          10
J'apprécie les romans de Nick ALEXANDER pour ses personnages torturés que l'on apprend à connaître, pour une narration plus psychologique qu'actionnelle, pour une intrigue atypique. Ses titres cachent des histoires quelque peu difficiles pour ces acteurs.

Dans son nouveau roman, Quand on n'a que l'amour, deux narrateurs se partagent le livre : la voix de la défunte Catherine et celle de son mari survivant, Sean. Tous deux nous livrent leur rencontre, leur amour, leur quotidien. L'intérêt pour le lecteur est de confronter ces deux points de vue pour évaluer cet amour : ont-ils vécu une existence de passion ou une illusion ?

Je m'attendais à une intrigue forte, lourde de secrets et offrant des révélations terribles. A la finale, ce sont deux personnes assez communes qui s'expliquent, l'une par des photographies et des cassettes audio, l'autre en assumant les vérités, les non-dits, le deuil.

J'ai vécu ces récits comme le reflet de vies parsemées d'aléas, de demi-mensonges, d'omissions. Les existences sont toujours et inévitablement constellées de doutes, de questionnements, de peines et de lassitude venant du quotidien… Il y a, bien sûr, des temps forts dans leur vécu mais, aussi, des moments plus insipides. Au bout du compte, ils ont réalisé leur vie ensemble, ce n'est pas pour rien : ils étaient compatibles. Ils possédaient l'amour qui leur correspondait, avec leurs imperfections et leur réalité.

Chaque lecteur se construit son idée de leurs actes et de leurs décisions, s'identifie, valide ou non. Ce roman se veut positif, sans larmoiement, sans pitié, sans regret. C'est une histoire assumée qui interdit, tout compte fait, les jugements extérieurs. L'histoire appartient à ceux qui la vivent.

Mon sentiment général est une bienveillante neutralité par rapport à ce récit. C'est une lecture qui se découvre : elle n'est ni intrigante, ni romantique. Elle est comme un fait, unique et inchangeable.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
J’ai pensé que, peut-être, elle était enfin prête à jouer son rôle de grand-mère. « Oh, Giles ne supporterait jamais d’avoir un bébé à la maison », elle a dit. Je lui ai fait remarquer qu’Avril allait bientôt avoir 3 ans. « L’âge le plus difficile », ta mère a dit. « Oh, je pensais simplement que ça pourrait être sympa pour vous, et pour tout le monde », je lui ai dit. « Eh bien, pas du tout », elle a répondu. Puis elle a ajouté : « Vous savez, je n’ai pas changé d’avis à votre sujet. Je sais exactement ce que vous êtes. » Figure-toi que c’était mot pour mot ce qu’elle m’avait dit le jour de notre mariage, Sean. J’y avais souvent repensé depuis et j’avais souvent regretté de ne pas lui avoir demandé ce qu’elle voulait dire au juste. Je crois que j’avais mûri un peu entre-temps. Elle ne me faisait plus aussi peur. Du coup, cette fois, j’ai demandé : « Ah oui ? Et qu’est-ce que je suis ? Dites-le-moi. » « Vous n’êtes qu’une petite catin hypergamique. »
Commenter  J’apprécie          00
Accoucher a été la chose la plus difficile que j’aie jamais faite. En comparaison, la chimio c’est de la rigolade, et pourtant crois-moi, c’est pas la joie. Mais Sean, ça fait tellement mal d’accoucher. Il n’y a pas de mots pour décrire cette souffrance. Disons que si se cogner le coude c’est le niveau trois et se coincer les doigts dans la porte niveau cinq, si se faire amputer d’une jambe sans anesthésie c’est le niveau dix, alors accoucher en vaut bien quinze. Minimum. On est censé oublier à quel point ça fait mal, mais ce sont des foutaises, un mensonge qu’on raconte aux futures mères pour ne pas trop les effrayer. Pourtant elles ont toutes les raisons d’avoir peur. Parce que c’est vraiment horrible.
Commenter  J’apprécie          00
Toi, tu avais une manière différente de parler, d’écouter et même d’exister. C’était comme si tu avais ouvert une porte que j’avais encore jamais remarquée, et moi, j’ai jeté un œil de l’autre côté et je me suis rendu compte que j’avais passé les dix-huit premières années de ma vie dans la mauvaise pièce.
Commenter  J’apprécie          10
On a tous des choses qu'on aurait pu ou dû dire à quelqu'un. C'est d'ailleurs à ça que la vie se résume, tu ne trouves pas ? Qu'est-ce qui se serait passé si .... ? Parce qu'il y a tellement de possibilités. Tellement de chemin à prendre. Pourtant, au bout du compte, on ne peut en choisir qu'un seul.
Commenter  J’apprécie          10
Pour dire la vérité, penser à ses parents l’a toujours énervé, mais depuis la cassette de dimanche dernier, cette réaction est encore plus vive que d’habitude.

Il avait toujours su qu’aucun de ses parents n’approuvait son mariage avec Catherine, mais il pensait que c’était tout simplement parce qu’ils voyaient d’un mauvais œil tout ce qu’il entreprenait.

Ce qu’il ignorait, c’est que sa mère avait eu des paroles très dures à l’encontre de Catherine. Il n’avait jamais su qu’elle s’était montrée insultante… Le jour de leur mariage, pour couronner le tout.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : décèsVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (52) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Contes de Beedle le Barde

Combien y a t-il de contes?

6
5
4
8

7 questions
60 lecteurs ont répondu
Thème : Les contes de Beedle le barde de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre

{* *}