AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2012021158
Éditeur : Hachette Jeunesse (24/11/2010)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 263 notes)
Résumé :

Claris a 12 ans et vit avec son père, Eben, et son frère jumeau, Jad, dans une vallée reculée et protégée par des montagnes d'accès difficile. Malgré la disparition précoce de leur mère et la mélancolie de leur père, malgré le handicap de son jumeau, Claris est une jeune fille enjouée, téméraire, qui rêve d'aventures. Des aventures comme celles qu'elle lit dans les livres... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (96) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  13 janvier 2017
Nous sommes au 23e siècle dans un village isolé. Curieusement, ce que l'on nomme la tour, est un phare qui ne surveille plus les bateaux car la mer n'est plus là, mais loge des livres, comme un gardien. La grande catastrophe a décimé une partie des humains, tellement avides de loisirs, de technicité, que leur société, composée de nantis et d'esclaves, en était devenue virtuelle.
À Salicandre, village fondé par Jors, les deux jumeaux Claris et Jad vivent au plus près de la nature. Les enfants ne connaissent rien du passé à la fois évolué et stupide de leurs ancêtres. Mais très vite on comprend qu'une sorte de magie les entoure. Alors que les hommes sont contraints de se tourner à nouveau vers une vie simple, ils redécouvrent les liens étranges et magiques qui les unissent aux esprits de la nature.
On suit les aventures des adultes et des enfants de ce village, mais aussi des villages voisins, qui tentent timidement de se rapprocher, après de longues décennies d'isolement.
Un monde nouveau, où les semaines sont des décades, les mois des lunaisons, les années des lunées, les saisons des temps de couleurs. Le soleil a bien du mal à réchauffer cette terre meurtrie. Elle semble s'éveiller pourtant. Qui sont ces éveilleurs ? Quelles puissances semblent se mettre en mouvement et menacer le fragile équilibre que Jors et les siens ont réussi à construire ?
Des personnages et des paysages décrits avec finesse et poésie. Une histoire qui démontre que le passé ne s'efface pas aussi facilement. Il en reste toujours des traces, et ces traces sont nécessaires pour avancer dans le présent. Il vaut mieux savoir que d'avancer à l'aveuglette.
Un premier tome fascinant qui fait la part belle aux nomades de l'écriture, aux poètes. On se retrouve proche des éléments, eau, terre, air, feu, dans un milieu à la fois naturel et magique. Très loin d'une société qui a tant puisé dans les ressources de la terre, qu'elle a failli s'exclure à jamais de la nature. Une belle réflexion sur nos sociétés trop gourmandes et aveugles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335
Megadonut
  19 septembre 2015
Peut-on faire mieux ?
Ce serait difficile. Ce livre jeunesse est incroyable et ne comporte que des qualités. Ce qui m'a tout d'abord surpris, pour un livre jeunesse, c'est la qualité d'écriture. L'auteur enrichi mon vocabulaire de ses belles phrases et je n'ai pas eu l'impression de lire, mais plutôt de rêver. Ensuite, l'histoire est passionnante, tenante, et je n'ai pu lâcher prise avant d'avoir fini. Enfin, les messages contenus dans ce livre sont nombreux et touchants, comme les injustices (servitude, racisme, discrimination contre les femmes...), et nous incitent à réagir, comme contre la pollution. Passons au résumé de ce merveilleux livre :
L'histoire se déroule dans un village isolé nommé Salicande au 23ème siècle. Ce village a été fondé par Jors, après la Grande Catastrophe qui a causé la perte d'une grande partie de l'humanité. On y a banni tout objet technologique, de peur que les folies des Temps d'Avant ressurgissent. Salicande, fondée sur l'entraide et le partage, ne possède que des habitants heureux, dont la plupart ne connaissent pas le passé terrible de leur civilisation.
Jad et Claris sont jumeaux. Ce sont les petits-enfants de Jors, le fondateur de Salicande. Leur mère, Sierra, a mystérieusement disparu le jour de leur troisième anniversaire. Jad, à cause d'une maladie de coeur, est privé de toute activité sportive. Il est donc patient et réussit facilement à ouvrir son esprit. Claris, active et fougueuse, est un peu un garçon manqué qui fait toutes les activités que son frère ne peut pas faire (escrime, équitation...).
Mais un personnage, Blaise, compagnon de Jors, va petit à petit bouleverser la vie des jumeaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Cera1volta
  17 juin 2014
Les dormeurs doivent se réveiller.
Deux siècles après nous le monde a changé, il a subit une mutation forcée. Les Hommes ont fui, pour certains sur une autre planète, pour d'autres loin de tout. Ceux qui sont restés sur Terre ont fondé des communautés. Salicande est une de celles-ci. Aujourd'hui, Eben, en est le chef, bien que tous les salicandais oeuvrent sur un même pied d'égalité à l'harmonie du village. Une harmonie qui fut toutefois rompue par la disparition de Sierra, fille de Jors le Fondateur, et épouse d'Eben. Un drame qui a laissé l'homme abattu, seul avec deux enfants de 3 ans : Claris et Jad.
Les jumeaux comme tous les enfants salicandais ont vu leur apprentissage confié à Blaise le mandarin. Maintenant âgés de 12 ans, Claris et Jad s'ouvrent de plus en plus, et sans toujours le savoir, à divers dons et/ou capacités. Aussi, Blaise sent qu'il est plus que temps de répondre à cet éveil et de revoir leur apprentissage. D'autant plus que le peuple de la forêt est en alerte...
Fantasy, vous avez dit fantasy? Oui mais pas classique, pas de celle que l'on trouve dans le Seigneur des anneaux ou le Hobbit (pour ne citer qu'eux). Ici point d'orques ou de nains, point de grands elfes, même si les élémentaux (de petites choses volantes) y ressemblent par leur aspect. Vu qu'ils virevoltent et apparaissent quand bon leur semble, je les ai plus apparentés à une sorte de "fée clochette" (qui ceci dit a bien des oreilles pointues elfiques).
Je sais que le terme "fantasy" pour les non-adeptes peut rebuter, mais vraiment Les Éveilleurs appartient à ces titres du genre qui s'ouvrent à un large public. Et s'il y est question de "magie", de "phénomènes surnaturelles" ou de "dons parapsychiques", dans ce premier tome, tout cela se fait sans excès. Nous ne sommes pas dans la démonstration à outrance du Fantastique. Au contraire, il arrive par petites touches lorsque nous découvrons les différents protagonistes de l'histoire. Certes on reconnaît en certains des capacités surnaturelles, en d'autres on les sent latentes et prêtes à exploser, mais cela se fait sans lourdeur. Il s'agit d'un éveil des sens, une réceptivité à quelque chose qui est connu des adultes, qui a eu des conséquences dans le passé, qui, chez les jumeaux notamment, suscite à la fois peur et curiosité mais qu'il faut laisser venir et apprendre à maîtriser par divers jeux, enseignements et échanges. Pas d'abus car il est aussi question de dons ou aptitudes qui n'ont rien d'étranges : écriture, musique, tir à l'arc, danse spirituelle/énergétique, forme de yoga...
Titré jeunesse, Les Éveilleurs emporte pourtant le lecteur adulte sans aucun souci. Je l'ai trouvé (pour m'appuyer sur un titre qui peut-être vous parlera) par le style et l'écriture, bien plus relevé que le Tobie Lolness de Timothée de Fombelle. La catégorie estampillée jeunesse, ne doit donc pas non plus faire fuir le lecteur adulte parce qu'on est loin d'une écriture simpliste qui ne se voudrait qu'à la portée d'adolescents.
Un mot introductif sur le monde et la communauté de Salicande. Elle ne vit pas en vase clos. Les Salicandais sont ouverts au monde extérieur, ainsi on découvre notamment par la présence de certains individus au Marché de Salicande, l'existence d'autres communautés. On nous laisse entendre que chaque communauté est construite sur des us et coutumes, des règles de vie différentes qui les rendent plus ou moins perméables aux visiteurs.
Un monde bien réel mais où le merveilleux a aussi sa place avec, notamment, ce peuple mystérieux de la forêt dont on hésitera un temps à se dire s'il s'agit d'êtres humains, d'êtres issus du registre merveilleux ou même d'animaux. Un flou voulu mais qui trouvera sa réponse.
Les Éveilleurs et ses personnages transportent littéralement le lecteur dans une dimension futuriste où, paradoxalement, les êtres humains restés sur Terre ont abandonné toutes technologies modernes pour un retour à des basiques d'antan. Retour à la terre, retour aux trocs, retour au papier, retour aux modes de déplacements animaliers, etc... L'enseignement, pour tous les enfants, est distribué par quelques anciens : un précepteur et un maître d'arme notamment. Des méthodes ancestrales, un mode de fonctionnement communautaire qui apportent une touche moyenâgeuse à l'ambiance du roman sans que pour autant, on ne vive dans cette époque. Parce qu'à côté de ça, les références aux évènements survenus au XXIème siècle et post-XXIème jalonnent le récit et nous permettent de comprendre que cette histoire se situe bien après ; dans un futur "post-apocalyptique" en quelque sorte. Par ces éléments "historiques", Pauline Alphen, nous livre les clés de ce qui est advenu de notre monde présent. Dérive des technologies, dérive des hommes, dérive de la Terre. Une forme de chaos menant à un avant et un après et donc un retour aux sources, générant ainsi de profonds changements de comportement pour la survie de l'Homme et de la Nature. Rien de moralisateur dans son propos, rien d'hyper alarmiste. L'auteure se contente de nous raconter ce qui est arrivé ; à nous lecteurs d'y réfléchir. Éveil de la conscience.
Vaste panel de personnages dans ce roman. Qu'il s'agisse de personnes présentes ou d'autres qui ont fait l'histoire passé ou présente de Salicande, tous participent au récit. Petit-fils de..., fils ou fille de..., compagne ou compagnon de... le lien avec le passé et untel est toujours présent. Un fait nouveau fait se souvenir de ce qui fut, de ce qui pourrait être à nouveau. Presque tous les personnages ont en tête une figure présente ou passé, qui les inspire ou les questionne. Qu'il soit question de transmission d'un savoir, de dons acquis ou enviés, d'engagement et donc d'importance au sein de la communauté, on se réfère toujours à quelqu'un.
Chaque protagoniste de l'histoire est travaillé afin de lui donner une dimension toute spéciale. Aucun n'est véritablement identique. Même les jumeaux se distinguent par leurs qualités (et défauts), par leur mode de fonctionnement et les aptitudes qui semblent naître chez eux. Rien d'étonnant à ce que, Pauline Alphen s'appuie sur ce qui fait écho à tout ce qu'on peut déjà entendre sur les relations très particulières entre jumeaux ; en leur prêtant notamment un mode de communication extra-sensorielle telle que la télépathie. Pas dérangeant puisque cela se tient bien face aux autres particularités para-psychiques qu'eux-mêmes ou d'autres possèdent.
On identifie tout de suite dans ce 1er tome, les figures emblématiques de la série, celles qui deviendront incontournables. On est saisi de curiosité par rapport aux apprentissages initiés, par rapport à ces dons qui apparaissent et qui sont parfois d'ailleurs à certain titre, inquiétants. On aimerait déjà connaître les répercussions que cela va avoir pour eux ou pour la communauté... Subiront-ils le même sort que d'autres par le passé?
Le lecteur trouvera aisément un ou des personnages à qui s'attacher, un ou des personnages qui éveilleront en lui cette empathie qui fait qu'on entre dans leur peau et qu'on vit chaque évènement avec intensité.
La place des jumeaux est forcément importante. Jad et Claris ont cette relation fraternelle toute particulière, liée à la disparition de leur mère, faite de tendresse, sur-protection, connivence et qui laisse pourtant la place à la distinction et l'affirmation personnelle de soi. Complémentaires et si différents. Réfléchis ou impulsifs. Fragiles mais solides. On pressent déjà dans leurs caractères, leurs sensibilités, dans ce qui s'ouvre ou se ferme à eux, des chemins différents...
Loin de moi l'idée de minorer le rôle des autres personnages qui gravitent autour d'eux. Tous sont d'une immense richesse intérieure. Témoins du passé et/ou acteurs du présent. Porteurs de leur propre histoire et péripéties. Blaise, Chandra, les Borges et leurs filles, Ugh, Eben... C'est un plaisir de les suivre et de sentir l'intérêt pour chacun grandir.
"Et allez parler de sentiments à des gens qui veulent entendre parler d'action!"
Je sais qu'il a été reproché à ce 1er tome de manquer d'actions, que certains lecteurs lui ont trouvé des longueurs. Je suis rapidement passée au-dessus de cet écueil. Parce que j'ai trouvé, qu'au final, le récit fourmille d'informations et de suffisamment d'évènements liés non seulement aux apprentissages de nos jeunes personnages mais aussi aux connaissances et au vécu des adultes. J'ai su m'en abreuver et m'en satisfaire. Surtout que les dernières pages se terminent sur un parfait cliffhanger présageant d'un second tome plus mouvementé.
Tout est dit. Cette manière de poser les bases de l'histoire, de créer des interrogations, voire de petites inquiétudes amène le lecteur à faire un superbe travail de projection et d'imagination quant au devenir des personnages et l'orientation du récit.
J'ai extrêmement apprécié ce tome introductif à la série, il pose intelligemment et patiemment les bases de l'ensemble du récit à venir. L'écriture de Pauline Alphen, les messages distillés dans le récit portant sur nos comportements vis-à-vis de notre patrimoine terrestre, les aberrations auxquelles pourraient nous conduire l'abus aux technologies et tant d'autres pensées sont autant de pistes de réflexion intéressantes pour les lecteurs et à exploiter pour de riches échanges.
Je me demande : si tout ça devait advenir (si tant est que ce ne soit déjà là), les générations futures diraient-elles de Pauline Alphen qu'elle fut, au même titre que certains auteurs SF tels qu'Huxley, Wells et tant d'autres, une visionnaire?
J'ai hâte de retourner à Salicande.
Lien : http://quel-bookan.hautetfor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
InMyBookWorld
  18 août 2012
Au début, j'étais un peu perdue, désorientée, je ne comprenais pas bien où j'étais, dans un livre de Fantasy mais qui se passe dans le futur, je me posais quelques questions, il y avait certaines choses qui me passait au dessus, certains passages que j'avais beau lire plusieurs fois sans en saisir le sens, notamment les pouvoirs de divination d'un des personnages, et sa façon de procéder pour connaître l'avenir et savoir quoi faire. Je n'ai pas du tout saisi ce qu'il faisait, même après une seconde voire une troisième lecture et avec les dessins sous les yeux, c'était incompréhensible pour moi ce qu'il se passait dans cette grotte, et franchement, j'aurais presque pu ne pas lire ce passage que ça aurait été pareil.
Et puis, après avoir décidé d'oublier ce moment, et de me laisser porter par la poésie de ce récit, les personnages m'ont pris par la main, et m'ont fait découvrir leur univers.
Un univers fascinant, où la magie n'est qu'une autre façon de se servir de son cerveaux comme le dit si bien Blaise. Où chaque chose à une couleur, une saveur particulière, pour peu qu'on sache regarder avec le coeur.
Les personnages sont le point fort de ce roman. Superbement bien travaillés, ils sont attachants dès le début, peu importe leur âge, on se retrouve un peu dans chacun d'eux.
Claris m'aura fait sourire bien plus d'une fois, un sourire plein de nostalgie de mon enfance. Je me suis souvent reconnue en cette jeune fille de 12 ans, garçon manqué qui préfère les épées aux poupées, les pantalons aux robes, et qui rejette avec désespoir son côté féminin, ce côté petite fille que les autres voient en elle et qui l'empêche de faire tout ce qu'elle veut. Même si elle se passe bien souvent de la permission des adultes. Il ne fait aucun doutes qu'elle deviendra une jeune femme forte et de caractère, un type d'héroïne que j'affectionne tout particulièrement, et à qui il arrive de grandes choses. Elle se cache derrière une force, une bravoure, alors qu'en réalité, à l'intérieur se trouve une grande détresse. Celle d'avoir perdue sa mère très jeune. Elle n'est pas capable de faire face à sa douleur, elle ne peut s'y résoudre, si bien qu'elle la range dans un coin et oublie tout. Mais petit à petit, cette carapace risque fort bien de se fissurer...
Son frère jumeaux, Jad, c'est tout le contraire. D'apparence fragile, à cause d'une maladie du coeur, il semble qu'un rien pourrait le briser. Il ne peut pratiquer le tir à l'arc ou même faire du cheval, comme tous les autres enfants. Torturé par des rêves, il fait beaucoup de méditation pour se relaxer, pour rester rattacher à lui-même, comme s'il risquait de se perdre. Mais c'est aussi ces mêmes rêves qui l'aident à surmonter la perte de sa mère. Tout semble séparer ces jumeaux, pourtant, ils se complètent parfaitement.
Si c'est sa fragilité que l'on voit en premier chez Jud, c'est pourtant un jeune homme d'une grande puissance qu'on découvrira, se surprenant lui-même.
Je pourrais vous parler d'Eben, le père déchiré par la disparition de sa femme et qui se noye littéralement dans le travail et la lecture pour ne pas penser, au détriment de ses enfants. de Ugh, ce jeune garçon qui n'a pas de père, et qui semblait s'en contenter jusqu'à maintenant, mais qui voudra plus, et qui sera plus.
De Blaise, ha ! Blaise ! Quel personnage ! Par des côtés, et il le souligne d'ailleurs lui-même, il m'a fait pensé à Gandalf, avec ses paroles loufoques et pleine de mystère mais qui semblent être à chaque fois justes.
Il y a aussi la nourrice, cette maman de substitution qui sent toujours bon le pain frais, contre qui on a envie de se blottir quand on se sent mal et qui ne mâche jamais ses mots.
Ou encore Bahir et sa famille, ses filles dont certaines se battent pour une égalité, que ça soit dans les mots ou dans l'amour.
J'ai aimé les références et petits clins d'oeil à certains films, comme Star Wars, et à certains livres, comme le Seigneur des Anneaux, pour ne citer que ces deux-là. C'était tellement plaisant de lire certaines répliques ou certains noms de héros que j'ai tant aimé, ça m'a quelque part rapprochée encore plus de tous ces personnages, de savoir qu'ils ont admiré les mêmes grandes histoires que moi, qu'ils les ont dévoré avec la même passion, se sont identifiés aux mêmes héros. J'aime quand au travers d'une lecture, on ressent l'amour que porte l'auteur aux livres, et ici, c'est clairement le cas.
C'est un récit qui se déguste, qui se savoure, avec lequel on prend son temps. Il ne faut pas s'attendre à de grands rebondissements, à de grands combats, mais après tout, ici, on n'en a pas besoin. Sans nous brusquer, et de façon intelligente, l'auteur nous fait prendre conscience de l'importance des choses, de ce qu'est la vraie vie, elle pose des questions essentielles et toujours, malheureusement, d'actualité, que ça soit la dégradation de l'environnement par la faute de la bêtise humaine, ou la place de la femme dans la société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Syl
  07 avril 2013
En 2259, an 2 du Centaure, à l'époque du Temps Vert, à Salicande
La Grande Catastrophe a fait fuir les Nantis. Les quelques survivants qui sont restés sur Terre ont formé des communautés. Jors, un résistant, fonde alors le royaume de Salicande en l'an 1 de la Licorne, en 2208, aidé par ses amis Blaise, Sem et Dag. Cinquante-une lunées plus tard, c'est son beau-fils Eben qui est le seigneur du Château, le Duc.
Du haut du phare, dans la tour des livres, Eben contemple la forêt de Salicande. Autour de cette érection d'un autre temps, ère où l'eau couvrait le paysage, est le château, une vieille bâtisse en ruine et biscornue, faite de passerelles et d'escaliers, plus loin le glacier de la Licorne et au-delà des valées, d'autres fiefs… Morteterre et Vieil-Ambre. Il peut aussi regarder avec fierté et crainte, sa fille Claris qui s'entraîne dans la cour avec les garçons au fleuret. Sa fougue fait le désespoir et l'admiration de Dag, son maître d'armes. Ce n'est pas Claris qui devrait se confronter à Ugh, mais plutôt Jad, son frère jumeau.
Eben regarde son monde avec beaucoup de mélancolie. Il se retire dans ce phare, un refuge, un lien avec celle qui n'est plus. La pluie tombe et le renvoie dans le passé, à neuf lunées. C'est par une nuit pluvieuse que sa femme Sierra a disparu. Ce mystère jamais élucidé, le ronge et c'est dans le phare aux innombrables livres qu'il recherche sa présence.
Claris et Jad sont des jumeaux. Ils ont douze lunées. Claris a une chevelure brune et bouclée, celle de Jad, blonde et souple.
Claris est une fille qui ne rêve que d'aventures, de combats, de prouesses épiques et c'est dans ses lectures qu'elle puise toute son imagination et sa rébellion. Blaise, appelé le Mandarin par Eben, un condisciple du grand-père Jors, un peu magicien, un peu devin, gardien des objets interdits de la salle des pas perdus et chargé de l'éducation des deux enfants, reçoit souvent ses doléances…
« Voyons, s'écria-t-il avec entrain en ouvrant les livres, où as-tu donc été pêcher l'idée que les aventures n'arrivent jamais aux filles ?…
Claris fit résolument face au vieil homme.
– Ulysse, Achille, Hector, Arthur, Lancelot, Merlin, Robin des Bois, Sinbad, Robinson Crusoé, Gulliver, Angelo, Frodon, Aragorn, Harry Potter, Skywalker, Fitz, Pug, Eragon, ce sont des filles peut-être ?
Les mains sur les anches, Claris le fusillait de son regard transparent. Comme elle ressemblait à Sierra… Un voile passa dans le regard du vieil homme. Lorsqu'il répondit, le ton était volontairement nonchalant :
– Je vois… Tu veux dire que, dans ton incommensurable ignorance, tu n'as lu que des histoires où les héros sont de sexe masculin. Et que, même dans ces histoires-là, tu as préféré ne pas voir les héroïnes qui y sont pourtant bel et bien !
– « Belles » peut-être, mais « bien »… Des héroïnes ? Tu veux parler de Pénélope, Guenièvre et autres Belles au bois dormant, n'est-ce-pas ?
Blaise acquiesça.
– Par exemple. Que leur reproches-tu donc ?
– Ce sont de vraies PP…
– PP ?
– PP : princesses passives…
– Alice ? proposa-t-il.
– Pff, ridicule… Courir derrière un lapin, boire du thé, jouer au croquet… ce n'est pas ce que j'appelle des aventures.
– Hermione ?
– Elle est meilleure élève que les garçons, d'accord, mais elle n'AGIT pas. Elle n'a qu'une chose en tête : ses études… Il n'y a pas que ça dans la vie !
– Oh, bien entendu… Galadriel, Arwen ?
– Galadriel ne compte pas ! Elle n'est pas humaine… C'est un elfe… »
Claris rêve d'avoir une épée, de suivre son ami d'enfance Ugh, le fils de sa nourrice Chandra, de franchir les frontières, de connaître d'autres gens et de fuir sur un cheval… Elle est un feu follet qui ne se pose que pour lire.
Son frère Jad est son contraire. A l'âge de trois lunées, il est tombé gravement malade. Depuis, de constitution fragile, il a une liaison au coeur et a très fréquemment des fièvres, des vertiges et des migraines. Dans ses appartements, il soigne des bonsaïs, étudie et écoute bien patiemment les plaintes et les revendications de sa soeur qu'il adore. Ces deux enfants sont fusionnels et complémentaires.
Blaise et Eben observent les enfants et appréhendent. Il semblerait qu'en grandissant, ils développent des pouvoirs parapsychiques et des capacités extra-sensorielles. Afin de les guider sans qu'ils ne s'en aperçoivent, Blaise leur offre des objets interdits, en plus des livres. A Claris, un enregistreur qui prend la forme que l'on veut, et à Jad, un jeu d'échec qui a la faculté de lire le présent et peut-être aussi l'avenir. Les pièces du jeu peuvent prendre la forme de Claris, de Ugh, de Jad et se comporter comme eux. Dans l'atmosphère une inquiétude se diffuse, quelque chose va se passer…
Le temps est peut-être venu pour un apprentissage plus savant. Elle est finie l'époque des interdits des vieilles légendes et des pratiques éculées. Depuis la disparition de Sierra, plus rien n'est naturel, paisible. La prophétie des Abdiquants qui raconte qu'un ange viendra accomplir de grandes choses, refait surface… car il est des mondes parallèles où règnent les Elémentaux, des êtres féeriques qui ont fuit le monde de la science et de la technologie et qui ne demandent qu'à revenir. Les anciens se réunissent et commencent à envisager l'avenir pour les générations futures et la bonne harmonie des quatre éléments… l'eau, le feu, la terre et l'air.
Ce livre est un très beau roman. Il est poétique, magique et mystérieux. Nous sommes transportés dans un futur très lointain que l'on imagine avec des images féodales. Les personnages sont complexes, captivants, sincères et généreux. Des premières pages aux dernières, leur évolution est belle, pleine de force, d'hardiesse et de sagesse. Pour Claris, l'adolescence est une étape difficile. Elle rejette sa féminité et les sentiments plus qu'amicaux qui la poussent vers Ugh. Pour Jad, elle est aisée. Il se métamorphose en un garçon plus fort, plus robuste, qui laisse son esprit ouvert et libre à toute extravagance. L'auteure a écrit de très belles scènes sur l'amitié, l'amour fraternel et filial. Elle a puisé dans différents livres plusieurs anecdotes qui font référence à l'amour, au courage et à la prudence. Nous avons alors beaucoup de plaisir à nous remémorer ces lectures et leurs héros.
Ce tome nous laisse avec des interrogations sur Sierra, les pouvoirs des jumeaux, les êtres invisibles, les devinettes de Blaise… il appelle le deuxième tome très rapidement…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Les critiques presse (1)
Ricochet   15 février 2013
Pauline Alphen, auteure franco-brésilienne, fait une entrée remarquée dans la littérature de l'imaginaire destinée aux adolescents. Elle montre aussi qu'elle a de l'imagination à revendre, un véritable souffle capable de créer des univers riches et foisonnants.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
lilibaliliba   28 mai 2010
Le Vrai Lecteur écrit le livre en le lisant. »

« Le Vrai Lecteur est à la fois l’auteur, les personnages et l’histoire.

Le Vrai Lecteur est le livre.

La Guilde se trompe.

Le Vrai Lecteur n’est pas celui qui comprend ce que l’auteur a voulu dire.

Le Vrai Lecteur est celui qui, en lisant, réinvente le livre.

Et s’il lit autre chose que ce qu’a écrit l’auteur, alors celui-ci a gagné son pari, il a fait son travail.

Le Vrai Lecteur court tous les risques.

Celui de savoir ce que les personnages ne savent pas.

Celui de ne pas savoir ce que savent les personnages.

Celui de comprendre autre chose que ce que voulait l’auteur.

Le Vrai Lecteur s’en fiche, il voyage…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
gouelangouelan   11 janvier 2017
[…] Je suis aveugle, c’est un fait. Tu ne m’insultes pas en disant cela. Mais je ne suis pas seulement aveugle.
- Que voulez-vous dire ?
- Eh bien, selon ma façon de… hum…voir les choses, je suis tout d’abord un homme. Je suis également un mari, un père, un frère. Et puis je suis grand, beau et formidablement intelligent. Cela te fait rite ? Donc, je suis aussi parfois drôle. Voyons, quoi d’autre… Ma femme dirait que je suis mauvais joueur, ronfleur… J’en passe et des meilleures. Parce que je suis aussi un rimeur ! Vois-tu, être aveugle me caractérise mais ne me résume pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
gouelangouelan   10 janvier 2017
Les humains dépensaient inutilement leur énergie à essayer de maîtriser les émotions au lieu de se laisser porter. Et ensuite, pour compenser leurs sens déficients, ils s'entortillaient dans leur tête pour rien. [...]
Les humains étaient lents et compliqués. Mais ils savaient comment caresser derrière les oreilles.
Commenter  J’apprécie          250
MegadonutMegadonut   17 août 2015
Lire est un voyage.
On ne peut pas arriver avant d'être parti.
On ne peut pas partir sans avoir envie d'arriver.
Mais : entre!
Là, réside le vrai délice: le parcours. La Lecture.
La Guilde a tort, qui ne s'occupe que du Nomade, qui le range dans des catégories, le morcelle en prosateur, poète, fabulateur, imaginateur...
Les livres se parlent, ils murmurent entre eux.
Ils savent bien, eux, qu'ils sont issus d'un même lieux, un sac aux trésors sans fond, où il suffit de puiser et qui jamais ne s'épuise, car les livres se nourrissent les uns des autres.
L'écrivain est la marmite où mitonne le ragoût.
A chaque marmite, son ragoût. a chaque ragoût, son goût.
L'une des illusions du Nomade de l'écriture est de penser qu'il sait tout de son œuvre.
Ce qu'il écrit, pourquoi il l'écrit.
Il ne sait rien.
Les personnages savent.
Le lecteur sait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
HimbereisHimbereis   19 juillet 2015
"Le troisième millénaire sera vert"
était le slogan des hommes politiques éclairés du XXIe siècle.
Ce siècle charnière avait tous les éléments en main
pour anticiper la Grande Catastrophe
et inverser la tendance.
Mais les hommes n'en finissaient pas d'établir
des diagnostics sans jamais passer à l'action.
Incapables de mettre en place des mesures progressives.
Incapables d'accepter de réformer leur mode de vie,
leurs habitudes de consommation,
de vivre autrement que dans l'abondance et le gaspillage.
Incapables de comprendre qu'ils faisaient tous partie
d'une même chaîne vitale,
elle-même liée indissociablement à la nature,
à la faune, à la flore.
année après année, ils scièrent la branche
sur laquelle ils étaient assis. p.337
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Pauline Alphen (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pauline Alphen
? PLUS D?INFOS EN BARRE D?INFO ? Mets la HD, on y voit plus clair ! ____________________ Vidéo de présentation du projet : https://www.youtube.com/watch?v=00MKR... Vidéo de Treky (hier) : https://www.youtube.com/channel/UCyQgSL_aQgNLt_q27M63cyQ Chaîne de Mathilde Ma Malle aux livres (vidéo de demain) : https://www.youtube.com/channel/UCrxhhoB8soSL0YYV9mlz3-Q
Chroniques écrites des trois romans présentés :
Page facebook BBENSHORT : https://www.facebook.com/BBenshort Page twitter BBENSHORT : https://twitter.com/BBenShort
Toutes mes vidéos : http://bit.ly/1BgTU0u __________________________________ Livres présentés dans la vidéo : - La Quête d'Ewilan de Pierre Bottero (Rageot) - Les éveilleurs de Pauline Alphen (Hachette) - Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos (Gallimard) - Gardiens des cités perdes de Shannon Messenger (Lumen) ___________________________________ Pour me joindre/trouver :
Le BLOG : www.croquelesmots.fr FACEBOOK : Croque les mots ou la page perso Cassandra Croque les mots Le compte TWITTER : https://twitter.com/CroquelesMots LIVRADDICT : http://www.livraddict.com/profil/kyeira/ INSTAGRAM : _croquelesmots_
Par MAIL ? : croquelesmots@hotmail.com
N'oubliez pas de paramétrer votre Compte GOOGLE+ pour que je puisse vous répondre !
Je filme avec une SONY HDR-CX240 Je monte mes vidéos avec Sony Vegas pro 12
Bonnes lectures ! ?
+ Lire la suite
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz Gabriel et Gabriel

De quelles nationalités sont les deux garçons ?

Français et Portugais
Russe et Espagnol
Chinois et Américain
Français et Brésilien
Américain et Français

3 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Gabriel et Gabriel de Pauline AlphenCréer un quiz sur ce livre
. .