AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226325297
368 pages
Albin Michel (30/03/2016)
2.97/5   32 notes
Résumé :
Tous les ans, des adolescents du monde entier se retrouvent au camp d'été de Pumplestone. Un soir, Tiffany-Claire manque à l'appel. Fugue, enlèvement... les suppositions vont bon train tandis que la police mène l'enquête. Rapidement, il apparaît impossible de retrouver le dossier d'inscription de la jeune fille. Et plus étrange encore, personne ne la décrit de la même façon... Qui est la mystérieuse disparue ? Pourquoi les témoignages ne concordent-ils pas ? Et ce q... >Voir plus
Que lire après Les disparues de PumplestoneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
2,97

sur 32 notes
5
2 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
4 avis
1
0 avis
Pumplestone, au Nord-Ouest de l'Angleterre où des adolescents entre 11 et 15 ans, venant de divers pays étrangers se retrouvent dans un centre de vacances, sorte de colonie où aucune connexion Internet n'est possible.
Un soir, Tiffany-Claire, une des jeunes colons, disparait. Etrangement, personne ne sait rien sur elle et sa fiche d'inscription est introuvable.
Qui est donc cette jeune fille ? Une fugueuse ? Une squatteuse ? Toujours est-il qu'un mystère bien épais se profile ...Bien malin celui qui saura le déjouer.

Ce roman pour la jeunesse commence comme un livre de R.L Stine de la collection Chair de Poule, s'improvise ensuite roman fantastique pour s'achever un peu brutalement par un dénouement à l'eau de rose.
Je ne peux pas dire que cette histoire m'ait réellement emballée. Les adolescents manquent de consistance et aucun n' a vraiment réussi à m'accrocher. le suspense est certes bien présent mais la fin si décevante que cela gâche un peu l'effet de surprise.
Ma fille de 10 ans, elle, l'a bien aimé mais a trouvé également la fin trop rapide ...
Commenter  J’apprécie          190
J'avais, depuis longtemps, envie de découvrir un roman d'Audren, et c'est maintenant chose faite. Nous nous retrouvons plonger au coeur d'une colonie de vacances ou un enfant disparaît mystérieusement. Cette jeune adolescente au nom de Tiffany-Claire, s'est littéralement volatilisée. le plus inquiétant pour les policiers c'est que cette jeune fille n'apparaît nul par dans les dossiers tenus par la directrice et que chacun l'a décrit de manière totalement différente. Y'a-t-il une ou plusieurs Tiffany-Claire et surtout d'où viennent t'elles?

J'ai passé un bon moment avec ce roman qui plaira aux adolescents comme a leurs parents. Les répliques pleines d'humour fussent, l'écriture est fluide et puis la petite pointe de fantastique fait beaucoup rêver et apporte au roman un peu de féerie.
"Lilly, elle, trouvait la situation générale « dingue de cool ». C'était une expression bien à elle, ou plutôt une expression de sa grand-mère, une ancienne hippie, amatrice de virées à moto qui, selon elle, lui avait appris en matière de « coolitude »
- Vous vous rendez compte de la chance qu'on a ? dit-elle. Déjà, la vie normale, c'est magique ! Mais avec des sirènes, c'est Disneyland, en vrai, et pour pas un sou, en plus !"
Lien : https://missmolko1.blogspot...
Commenter  J’apprécie          200
Trixie avait trouvé une renarde plus maligne qu'elle. La petite Zoé se tenait devant sa monitrice et n'en démordrait pas. Son secret serait bien gardé, moyennant récompense. Et quel secret. Il faut dire que la vie d'une adolescente revenait chère, du moins Zoé l'estimait. Les adultes ne s'en rendaient pas compte ou peut-être le savaient-ils et optaient sciemment pour le "on en reparlera" comme d'une farce délicieuse et inépuisable. Les autres adultes du centre de Pumplestone n'étaient, eux en revanche, pas d'humeur à la farce avec la disparition d'une de leur pensionnaire. Une certaine Tiffany-Claire. Zoé pense l'avoir vu, croisé un jour.Le souvenir de cette ado semblait aussi insaisissable qu'une belle robe disputée un jour de solde. En reconstituant les morceaux, cela ne collait pas, cela ne ressemblait à rien et personne ne semblait conserver la même image de cette ado discrète. Les parents n'étaient plus rassurés du tout avec l'arrivée de L'inspecteur Ramjay. le centre de Pumplestone a perdu un de ses enfants confiés et aucune personne du personnel, même Ms Helen Hepburn la directrice, ne se souvenait l'avoir enregistré. Il était plus aisé d'enquêter sur un vol d'argent dans les économies des pensionnaires. le Club des Thérianthropes ouvrait l'oeil et le bon. Tiens?! Une Tiffany-Claire!!
: "Pumplestone" semble à l'oreille avoir la même résonnance que Pumpkin (citrouille en anglais), un nom de magicien d'Oz qui contredit l'autre partie du titre, "les disparues", et le ton grâve de la couverture. Nous sommes bel et bien dans le mystère, un registre fantastique un peu différent des Orphelines D'Abbey Road mais baignant d'un nom sens non déclaré mais évident, vous en conviendrez vous même. Audren, l'auteure, nous réserve des surprises (toujours à ne pas prendre au sérieux, comme elle aime le faire, avec esprit et drôlerie).
Imaginez une colonie pour enfants sans dessus dessous car une manque à l'appel mais que le mystère reste entier sur son identité. Elle a disparu et chacun l'a croisé un moment donné mais se trouve incapable d'en faire la même description pour un portrait robot général. Chaque version diffère, personne n'a vraiment discuté avec elle, personne ne l'a inscrit au Châlet mais elle existe pourtant bel et bien. Enfin, du moins, personne n'en est sûr. Les parents s'affolent, de l'argent de poche disparait régulièrement et la directrice est aux bords de la crise de nerf. Les enfants enquêtent en plus de l'inspecteur Ramjay.
L'affaire s'épaissit, de multiples "Tiffany-Claire" se promènent sur les chemins, émergent des eaux, y disparaissent et même prennent le temps de tomber amoureuse de Roméo ( celui du livre!).
Arrivé à la moitié du roman, nous savons. C'est absurde, incroyable, ensorcelant car nous poursuivons pour tout simplement savoir. La voix des Tiffany-Claire ne devraient pas vous faire tomber le livre des mains mais vous interloquer, vous surprendre assez avec un changement de registre plus fantasque apporté et vous inciter à suivre ce petit groupe de jeunes cosmopolites dans sa quête d'une bague.
Les enfants de la colonie de vacances anglaise qui forment un petit club fan de thérianthropie risquent ironiquement d'être embarqués par l'univers qu'ils chérissent.
Une inspiration baignant entre enfance et adolescence, comme souvent avec Audren, une sensibilité douce et irrévérencieusement intelligente par petites touches de mots qui font mouche et font le pied de nez en jolie petite effrontée. Les personnages gravitent et sont nombreux mais cela ne pose aucun problème. Nous arrivons à hiérarchiser entre la petite vie de la colonie et l'autre aventure. Audren nous bluffe. Ou peut-être sont-ce ces fameuses Tiffany-Claire? Audren enfin abat ses cartes sur une note finale d'émotion. Ont-ils rêvé? L'auteure laisse une porte ouverte à d'autres vagabondages. Une suite peut -être?
Bon voyage sur les routes de Pumplestone!
Commenter  J’apprécie          20
Un camp de vacances dans une ambiance très anglaise. Des jeunes de nationalité différentes s'y retrouvent. L'histoire démarre plutôt bien, quelques personnages émergent du groupe. Ce sera le noyau dur de l'aventure. Car cette histoire va vite dérapée. Une des participantes, disparait au bout de trois jours. Bizarrement personne ne la décrit de la même façon. Même la directrice semble la découvrir.
Tout ce début est assez passionnant mais la partie fantastique s'enlise un peu. Surtout dans le dernière partie que j'avais hâte de finir, ne m'intéressant peu finalement à l'explication de tout ce micmac et j'avoue que je n'y ai pas compris grand-chose.
Dommage car les personnages sont plutôt attachants avec des réflexions intéressantes. Mais il y a trop de digressions qui ne m'ont pas convaincues.
Petite incursion dans le jugement un peu hâtif. Les coupables ne peuvent être que des Tinkers, nomades irlandais qui n'ont pas une très bonne réputation et sont victimes de discrimination. Mais là aussi ce n'est pas creusé plus que cela...
Petite mention au personnage de Zoe qui m'a fait rire pour sa dernière phrase.
Un roman fantastique, dont je ne suis pas friande habituellement intéressant mais trop fantastique pour moi.
Commenter  J’apprécie          90
Tous les ans, des adolescents du monde entier se retrouvent au camp d'été de Pumplestone. Un soir, Tiffany-Claire manque à l'appel. Fugue, enlèvement... les suppositions vont bon train tandis que la police mène l'enquête. Rapidement, il apparaît impossible de retrouver le dossier d'inscription de la jeune fille. Et plus étrange encore, personne ne la décrit de la même façon... Qui est la mystérieuse disparue ? Pourquoi les témoignages ne concordent-ils pas ? Et ce que les pensionnaires du camp vont découvrir, même le meilleur des policiers ne pourrait l'avoir envisagé une seule seconde...

Les enfants et adolescents du camp vont donc mener l'enquête, la police étant inefficace et obtuse (accusant systématiquement le camp de marginaux établi non loin du camp). La fantasy va prendre le dessus sur l'enquête policière et on apprend rapidement que les différentes Tiffany-Claire sont en fait sept soeurs sirènes, qui cherchent une bague précieuse qui a été volée sur terre. L'histoire prend alors l'apparence d'un conte de fantasy, avec méchante belle-mère, mère disparue, et lutte pour le trône aquatique… sans que le lecteur ne soit allé une seule seconde au fond du lac pour découvrir la vie sous-marine. Dommage.
Ce roman très inégal selon moi n'a fait que décliner au fil des pages. En multipliant les intrigues, les personnages et les genres (policier, fantasy, conte), Audren ne creuse pas assez les choses, et nous propose un roman assez confus.
La quatrième de couverture et la couverture elle-même m'avaient donné envie de lire ce livre, en m'imaginant lire une histoire très mystérieuse. Ce n'est pourtant pas le cas.
L'intrigue est longue à s'installer et le mystère ne s'épaissit pas vraiment (les disparitions successives, sont énoncées comme des faits, sans réellement mettre en place une ambiance inquiétante). L'explication est ensuite très rapidement donnée, sans plus trop de détails. La fin est tout aussi rapide et sans surprise.
Décevant. Pour les 10/11 ans.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Ricochet
26 mai 2016
Toute la matière est là – y compris une réflexion sur la peur de l'autre, de l'étranger –, mais l'écriture pêche à trop vouloir être explicite.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Cette fille allongée entre les arbres pouvait évoquer quelque sortilège jeté au centre d'un cercle de fées.Le silence paraissait soudain plus épais, les oiseaux avaient cessé de chanter, la brise légère faisait place à une chape d'air stagnant.L'image inquiétante du corps statique mobilisait tant les attentions que le monde autour semblait s'être figé dans une image,la photo d'un fait divers pour certains, le dessin d'un livre de contes pour d'autres.
Commenter  J’apprécie          130
Tom tendit l'album du Tourmil tacheté à l'inspecteur.
- Ce bon vieux Tourmil tacheté, dit-il. La fierté de la librairie d'Hamlers.
- L'avez-vous lu? se renseigna Tom.
- C'est un livre pour enfants. Je n'ai pas d'enfants, dit Ramjay.
- Ce n'est pas plus un livre pour enfants qu'un livre pour adultes, dit Lilly. C'est une belle histoire et il n'y a pas d'âge pour apprécier les belles histoires.
Commenter  J’apprécie          141
Les vacances ne pouvaient pas mieux commencer.

Ils étaient tous assis sur des bancs, tous blottis les uns contre les autres, emmitouflés dans d’épaisses couvertures. Il devait être tard. Leurs yeux commençaient à se fermer, mais ils aimaient se retrouver ainsi chaque soir, au rez-de-chaussée du chalet, sous l’auvent de la terrasse en bois, et se parler de leurs activités respectives du jour, se raconter leurs souvenirs en buvant du chocolat chaud.

Installés depuis cinq jours au camp d’été de Pumplestone, un lieu rêvé pour les aventuriers et les amoureux de la nature, ils pouvaient y pratiquer de nombreux sports, tels que l’équitation, la natation, le VTT, les sports d’équipe, la varappe, l’Accrobranche ou encore la randonnée autour du lac voisin. La propriété était cachée au milieu d’un bois, dans la région montagneuse et verdoyante du Lake District, au nord-ouest de l’Angleterre. Les enfants étaient soit des fils ou filles d’employés des villes voisines, soit des étrangers issus de familles aisées, qui vivaient ici leur dépaysement annuel, tous accueillis par des animateurs multilingues. L’un des points positifs de ce camp réputé était, pour les étrangers, l’immersion linguistique au sein d’un groupe composé d’une bonne moitié d’Anglais. Ces derniers, quant à eux, bénéficiaient du financement de leur séjour par les comités d’entreprise de la région, associé à la possibilité de rencontrer de futurs correspondants issus de cultures différentes de la leur. Il n’était pas nécessaire de bien parler l’anglais pour passer du bon temps à Pumplestone. Les enfants réussissaient toujours à se comprendre, même avec un vocabulaire réduit. Cependant, en général, après un mois de vacances en ces lieux, les pensionnaires maîtrisaient honorablement la langue.

Cette année-là, on comptait dans la maison deux Écossais, trois Irlandais, deux Français, une Italienne, un Russe, un Autrichien, une Chilienne, un Chinois, trois Américains et de nombreux Anglais, tous âgés de 11 à 15 ans.

À Pumplestone, après le dîner, on pouvait, si on le souhaitait, participer à des jeux de société ou à des ateliers créatifs. La connexion Internet se révélait inexistante dans cette partie de la région. Les jeux en ligne étaient donc impossibles. On trouvait d’ailleurs toujours, parmi les hôtes, un ou deux adolescents qui avaient été inscrits là, de force, « en cure de désintoxication du web ». Cette option apparaissait en effet comme l’un des multiples attraits de la brochure de Pumplestone. Les parents des jeunes geeks concernés attendaient beaucoup de ce sevrage obligatoire. Les intéressés, eux, pestaient en général quelques jours, avant de réaliser qu’ils pouvaient aussi s’offrir de bons moments dans la nature anglaise.

Ce soir-là, les moniteurs avaient décidé de familiariser les pensionnaires avec l’astronomie. Grâce à un petit télescope installé devant la maison, les apprentis Copernic observaient l’un après l’autre les cratères de la Lune.
Commenter  J’apprécie          10
Lilly établit alors une liste de ce qui lui semblait magique sur Terre : l’évolution des hommes depuis leur origine, les rotations régulières des planètes, l’amour, la perfection des fleurs de passiflore et celle de quartiers d’orange, l’existence des couleurs dans la nature et le fait d’être en vie, qui a lui tout seul était déjà un sacré tour de magie… Un phénomène jamais totalement explicable, donc magique.
- Ça se voit que tu as du sang hippie, dit Tom. Peace and love, flower power, et tout et tout… Mais ça n’a pas marché, tout ça ! C’était u-to-pi-que. Il n’y a plus de place pour les rêveurs, maintenant.
- C’est la pire phrase que j’aie jamais entendue, rétorqua Lilly. Mais je te pardonne parce que t’es encore jeune. T’as le temps de changer.
Commenter  J’apprécie          60
C'est quoi, le truc juste avant de mourir ? ...Ça doit être vivre en fait...Voilà, c'est ça ! Je m'ennuie à vivre...Ça t'arrive à toi de t'ennuyer à vivre ? Y en a qui s'ennuient à pourrir, mais ça, c'est quand ils sont déjà morts d'ennui, parce que pourrir, ça vient après mourir...
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Audren (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Audren
Le 27 mai dernier, nous étions avec une partie du Jury du Prix Audiolib 2022, la comédienne Françoise Gillard et de membres de l'équipe Nova Spot, dont la réalisatrice Audren. Les Jurées ont pu voir les coulisses de l'enregistrement d'un livre audio, écouter la comédienne lire des extraits de romans qu'elle a enregistrés pour Audiolib et... se prêter elles-mêmes à l'exercice, en studio ! Mais aussi échanger avec nous sur le livre audio et la sélection du Prix Audiolib 2022. Elles rendront bientôt leur verdict sur leurs livres audio préférés, on a hâte de les découvrir et de vous dévoiler les cinq finalistes le 10 juin prochain !
En attendant, retrouvez la liste des dix titres en lice : https://www.audiolib.fr/actualite/vous-devoile-la-selection-du-prix-audiolib-2022/
+ Lire la suite
autres livres classés : camp de vacancesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (68) Voir plus



Quiz Voir plus

Wild girl

Quel est le nom de famille de Milly ?

Anson
Burnett
Flanagan
Jackson

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Wild Girl de AudrenCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..