AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782075126939
304 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (29/01/2020)
4.25/5   677 notes
Résumé :
Les enfants sont répugnants !
Ils puent ! Ils empestent !
Ils sentent le caca de chien !
Rien que d'y penser, j'ai envie de vomir !
Il faut les écrabouiller !
Les pulvérise r!
Écoutez le plan que j'ai élaboré pour nettoyer l'Angleterre de toute cette vermine...

Attention ! Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n'importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (233) Voir plus Ajouter une critique
4,25

sur 677 notes
5
120 avis
4
64 avis
3
11 avis
2
0 avis
1
1 avis

marina53
  01 juillet 2020
Alors qu'il s'amuse avec une sorcière et un bonhomme, caché sous l'escalier, le petit garçon est interrompu par sa grand-mère qui l'informe que, maintenant, il peut venir, tout le monde est parti. Et c'est tout triste et des larmes pleins les yeux qu'il lui dit que c'est pas juste. En effet, le voilà devenu orphelin. Et c'est avec sa grand-mère, une dame excentrique aux cheveux violets, qu'il va devoir habiter maintenant. Heureusement d'ailleurs qu'elle est là, elle. Pour s'occuper de lui, le consoler et lui raconter des histoires. Notamment des histoires de sorcières ! Car, il ne faut pas se fier aux apparences mais les sorcières ne sont pas comme le petit garçon l'imaginait. Ces créatures ont pris l'apparence de femmes normales. Heureusement, des signes ne trompent pas : la sorcière porte des gants, une perruque, un reflet coloré à ses dents, des pupilles avec des cristaux de glace... Et surtout elle déteste les enfants !
Adapté du roman éponyme de Roald Dahl, cet album nous entraîne au coeur d'une terrible chasse aux sorcières. En compagnie de ce petit orphelin attendrissant, de son amie, et de sa grand-mère savoureuse, l'on fait connaissance de la grandissime sorcière. Plus machiavélique que jamais. Au rythme effréné, au ton enlevé, à l'ambiance à la fois terrifiante et drôle, aux personnages parfaitement campé, cet album fait montre d'une fantaisie folle. Un album d'une grande justesse, intelligemment adapté et servi par un graphisme au trait vif et aux couleurs pétillantes.
Une lecture réjouissante et pleine de malice.
À noter que Sacrées Sorcières aura également droit à son adaptation sur grand écran avec à l'affiche, Anne Hathaway. Cette nouvelle adaptation sera supervisée par Robert Zemeckis et Jack Rapke.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          674
jeunejane
  27 septembre 2021
Pénélope Bagieu adapte le roman de Roald Dahl "Sacrées sorcières" en bande dessinée.
Un petit garçon orphelin arrive chez sa grand-mère assez âgée mais accueillante. Elle a ses habitudes de vie comme celle de fumer le cigare ou de jouer au casino.
Le soir, il aime les histoires mais elle ne connaît que des histoires de sorcières et pour cause, elle en a rencontré quand elle était petite fille ou plutôt, elle a vu quels dégâts ces créatures peuvent faire sur les enfants qu'elles ne supportent pas.
Elle décrit les sorcières à son petit-fils et lui apprend à s'en méfier.
C'est sans compter sur leur séjour en vacances où se tient un congrès de sorcières qui se cachent sous l'étiquette de dames de bienfaisance pour l'enfance maltraitée, dans l'hôtel. Ces créatures vont bénéficier d'une potion pour éliminer les enfants et les transformer en souris.
J'aime particulièrement les planches où la grand-mère lui apprend à reconnaître une sorcière ainsi que la réunion de sorcières où le petit garçon les démasque. Les illustrations sont très amusantes.
J'ai aussi beaucoup apprécié l'amie de la grand-mère qui disparaît et réapparaît dans une peinture du salon de ses parents. Quelle imagination !
J'ai craqué pour la couverture qui résume à elle seule le coeur de l'action du livre.
Les illustrations sont très claires ainsi que les dessins.
Les phrases sont épurées et pourtant tout l'essentiel du roman de Roald Dahl y est contenu.
Pour un enfant à partir de 7, 8 ans qui aime le côté sensationnel des sorcières, c'est un vrai régal .
Le livre est épais mais un enfant peut le lire en plusieurs fois.
Personnellement, j'ai pris plaisir à le lire en souvenir du roman de Roald Dahl que j'avais en classe.
Merci à Pénélope Bagieu de rendre hommage à ce grand auteur de littérature enfantine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
Ileauxtresors
  26 mai 2020
Voici LA bande-dessinée que nous ne pouvions pas manquer cette année : l'adaptation de l'un de nos romans préférés de Roald Dahl, par la talentueuse Pénélope Bagieu !
Il fallait être sacrément culottée pour se lancer dans ce projet. D'abord, pas évident de condenser en un seul tome, même de 300 pages, une intrigue aux multiples rebondissements qui présente plusieurs arcs narratifs secondaires. Pas facile non plus de voir comment intégrer plusieurs monologues assez longs dans le roman, que ce soit l'exposé de la grand-mère sur les sorcières au tout début, ou l'épouvantable discours de la Grandissime sorcière. Peut-être plus difficile encore de croquer ces personnages célébrissimes, tellement associés dans notre imaginaire aux illustrations géniales de Quentin Blake !
J'ai été ravie de voir ces défis relevés haut la main, grâce à une réappropriation du roman qui lui reste toutefois fidèle. Évidemment, comme nous connaissons l'histoire par coeur, les discussions sont allés bon train sur les moindres détails qui avaient été (légèrement) modifiés ou adaptés. le changement principal est que l'insatiable Bruno Jenkins est devenue une sympathique fillette, ce que je n'ai pas trouvé plus mal : j'adore l'humour grinçant de Roald Dahl, mais sans doute ne raillerait-il plus les enfants gros de la même manière s'il écrivait aujourd'hui ? Et une héroïne, pourquoi pas, pour former un duo intrépide avec notre petit protagoniste. J'ai apprécié aussi le petit clin d'oeil féministe aux épisodes de chasse aux sorcières glissée dans l'histoire.
Le trait vif et malicieux de Pénélope Bagieu campe à merveille les personnages et le décor ! le ton est donné par l'énergie et les couleurs de la couverture, qui vient sublimer un objet-livre par ailleurs très attrayant avec son titre et sa tranche jaunes. Les personnages sont merveilleux, à l'image de cette grand-mère loufoque et inépuisable, qui cache une tendresse désarmante derrière ses caleçons léopard, ses grandes lunettes et sa moumoute violette (comme d'habitude, quelques extraits accessibles sur mon blog ci-dessous). Nous avons aussi adoré la Grandissime sorcière en agitatrice de haine perchée sur ses talons aiguille. Et les décors ! Notamment ce digne hôtel anglais de la plage de Brighton ! Et cette scène apocalyptique jubilatoire qui fait voler en éclats tout ce petit monde bien ordonné !
Cette pépite d'humour noir est une vraie gourmandise pour celui ou celle qui a dévoré le roman. Pour les autres aussi : je me réjouis déjà à l'idée de tous ces lecteurs en herbe qui vont découvrir les écrits fantastiques de Roald Dahl grâce à cette BD. On en redemande et on en vient à espérer que Pénélope Bagieu s'attaquera à d'autres monuments du roman jeunesse… Je suis sûre que par ici, on aurait plein d'idées à lui soumettre !
Lien : http://wp.me/p9lfMs-CF
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
lilibookncook
  02 juillet 2020
Couleurs pop, humour désopilant, et traits affirmés, l'adaptation en bande dessinée de Sacrées Sorcières par Pénélope Bagieu n'a rien à envier aux illustrations de Quentin Blake pour les célèbres romans de Roald Dahl. Cette BD, c'est un peu un retour en enfance pour moi. Et pour bien d'autres aussi je crois ! Les planches colorées mettent en scène l'étrange histoire d'un garçonnet et sa grand-mère face à une convention de sorcières dans l'hôtel où ils séjournent. Bien que récemment au fait de leur existence par sa mamie qui a eu le malheur d'en rencontrer une elle-même, avec pour preuve une phalange manquante, le jeune garçon ne s'attendait certainement pas à se retrouver piégé dans une salle remplie de ces sorcières. Qui plus est en présence de la Grandissime !
Caché derrière un paravent, il assiste à l'effeuillage de ces dames qui consiste à retirer perruques, gants et chaussures, révélant ainsi leur laideur, perçant le secret de leur identité... Impuissant face au plan machiavélique de la sorcière en chef dont le projet consiste à transformer et éradiquer tous les enfants de la Terre en souris, il ne s'attendait pas à une démonstration privée. Attirée préalablement par la Grandissime, une fillette fait son entrée pour être rapidement changé en...souris bien sûr ! Recette de la formule notée, les sorcières sur le point de sortir sentent une odeur de caca, la salle odeur des gosses... Sur le point d'être trouvé, le garçon arrivera-t-il à sortir en un seul morceau ? Parviendra-t-il à déjouer les plans des vilaines avec l'aide de sa mamie ?
Ma première rencontre avec ce titre s'est faite sous la forme du film Les sorcières sorti en 1990 et dans lequel Anjelica Huston incarne le Grandissime Sorcière. C'est un peu la patronne de toutes les sorcières quoi. Attirée et charmée par le film malgré le dégoût que m'inspiraient ces vilaines femmes aux crânes chauves et aux mains crochues, le monde de Roald Dahl s'ouvrait à moi !
De ces images imprimées sur mes rétines enfantines, se sont enchaînées celles de Mathilda, Charlie et la chocolaterie et le Bon Gros Géant bien plus tard. Mais avant d'être diffusée sur la toile, Sacrées Sorcières c'est d'abord un formidable roman jeunesse aussi divertissant qu'émouvant dans lequel Pénélope Bagieu a puisé toutes les ressources nécessaires.
Le sourire aux lèvres, c'est avec une délectation non contenue que j'ai dévoré cet album de 300 pages, m'esclaffant parfois aux réparties drôlissimes de la mamie. L'artiste a donc su, et avec brio, s'approprier ce monument de la littérature jeunesse anglais et le moderniser avec autant de fraîcheur et de légèreté que le roman. Ainsi, le jeune ami simplet et gourmand de notre héros est remplacé par une fillette intelligente et perspicace, reflet de notre époque en mutation. Merci Pénélope !
Drôle, tendre et malicieuse, cette BD au rythme enjoué est une fantastique adaptation qui saura, j'en suis sûre, ravir les plus vieux comme les plus jeunes lecteurs. Énergique, laissez-vous tenter par le regard de l'illustratrice sur le monument jeunesse qu'est Sacrées Sorcières de Roald Dahl.
Retrouvez le podcast de cet article sur le profil Babelio de l'illustratrice ou encore sur ma chaîne YouTube Book'n'cook (https://www.youtube.com/watch?v=gM4kmpl15l0&feature=youtu.be).
Lien : http://bookncook.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
bidule62
  18 juin 2021
Le talent de Roald Dahl, les dessins de Pénélope Bagieu.... J'ai aimé, je me suis amusée, j'ai frémi avec le héros, j'ai souri avec cette grand-mère, je me suis inquiétée pour la souris dans la cuisine du restaurant....
J'ai complètement été prise par cette BD ! Un bol de fraîcheur (d'accord il fait un peu chaud en ce moment, même ici dans le Pas-de-Calais), un régal !
Franchement une BD vraiment sympa !
Commenter  J’apprécie          412


critiques presse (1)
BoDoi   23 mars 2020
Pénélope Bagieu fait honneur au livre original en créant un ouvrage dense, aux traits vifs, colorés et expressifs. Elle n’édulcore pas les aspects sombres : la mort, omniprésente, que ce soit à travers l’accident des parents, l’action des sorcières ou l’âge de la grand-mère qui préoccupe le petit-garçon.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Adam61Adam61   18 décembre 2020
Mamie : ça va mon sucre d’orge ?

Garçon souris : ça va bien , oui . Ma cabane dans la plante de la cuisine avance bien .Mais j’aurais besoin de plus de cure dents .

Mamie :  Dac.

Garçon souris : Et du fil dentaire !

Mamie : Dac .

Garçon souris : Mamie …

Mamie:Mmm ?

Garçon souris:Je peux te poser une question ?

Mamie : Mmm ?

Garçon souris : ça vit combien te temps une souris ?

Mamie : Ton bain commence à être froid, non ?

Garçon souris : un peu. Et donc ?

Mamie : Eh bien euh… à peu près trois ans. Mais toi tu n’es pas vraiment une souris.
Garçon souris : Donc moi plus longtemps ?

Mamie : Ouuuh là, oui ! Beaucoup plus !!

Garçon souris : Combien ?

Mamie :Ouh !! Pff !! Au moins PFIOU ! Euh… Dix ans ! Quinze, même ! Ouh là !

Garçon souris : Et toi, tu as quel âge, Mamie ?

Mamie : 42 !

Garçon souris : Mamie.

Mamie : 53.

Garçon souris : …

Mamie : 67 ! … J’ai 83 ans.

Garçon souris : Parfait. Toi aussi tu vas vivre encore 10 ou 15 ans, non ?
Je veux pas vivre plus longtemps que toi, je veux que personne d’autre que toi ne s’occupe de moi.
Tu seras une très vieille dame… Et moi une très vieille souris.

J’ai aimé ce moment car il est drôle et émouvant et ce livre est le meilleur livre que j’ ai lu de toute ma vie en gros depuis 11 ans . CELLIA
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NievaNieva   11 février 2020
— Tu peux tout de suite oublier tes ridicules sorcières de contes de fées.
— Un balai volant ? Vraiment ?
Toutes ces idées grotesques ont été inventées il y a longtemps, à une époque où les gens croyaient voir des "sorcières" un peu n'importe où... Il en fallait peu pour qu'une femme soit soupçonnée d'en être une vraie. On se méfiait des vieilles dames désobéissantes, et on leur prêtait des pouvoirs maléfiques !

— Par exemple, toi, on t'aurait traitée de sorcière, tu penses ?
— Hmm... Honnêtement, c'est très possible ! Rien que se réunir avec ses copines était considéré comme SUSPECT !

Il suffisait que tu n'aies pas de mari, ou que tu soignes ton rhume avec des plantes pour qu'on t'accuse de DANSER NUE AVEC LE DIABLE.

Pour "prouver" que tu en étais bien une, on te jetait à l'eau pour voir si tu flottais.
— Elle a coulé.
— Bon bah... Elle était innocente.

Et on trouvait des moyens très persuasifs pour te faire avouer.
— OUI ! OUI ! D'ACCORD ! JE SUIS UNE SORCIÈRE ! UNE LICORNE ! UN PERROQUET, CE QUE VOUS VOULEZ !!
(Bizarrement on n'accusait jamais les vieux messieurs.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
OgrimoireOgrimoire   16 février 2021
Mais ce qu’elles ont toutes en commun, c’est leur dégoût… leur détestation… leur haine viscérale des enfants !!! Les enfants leur répugnent. Ils leur donnent envie de vomir. Une sorcière ne pense qu’à une chose : les faire disparaitre , un par un. Les anéantir. Les passer à la moulinette. Un enfant par semaine ! Minimum ! Sinon ça les met de sale humeur !
Commenter  J’apprécie          101
jeunejanejeunejane   27 septembre 2021
- Oh tu te moques de moi Mamie !
C'est n'importe quoi, ton histoire ! Tu la voyais donner du grain ?! Et elle faisait pas coucou aussi ?!
- Bien sûr qu'elle faisait pas coucou !! C'était devenu une peinture ! Ça fait coucou une peinture ? Bon !
Commenter  J’apprécie          140
NievaNieva   11 février 2020
— Ça te dirait que je te parle des sorcières ?...
— Je pensais plutôt à une histoire qui fait faire des beaux rêves, mais OK.
— Oh, enfin ! Tu as passé l'âge des histoires d'ours qui parlent, non ?
— J'ai 8 ans.
— Exactement ! Tu es presque un adulte ! Tu peux connaître la vérité. De toute façon, j'ai rien d'autre, comme histoire.
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Pénélope Bagieu (115) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pénélope Bagieu
Vidéo de Pénélope Bagieu
autres livres classés : Grands-mèresVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox







.. ..