AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264068701
Éditeur : 10-18 (01/06/2017)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Paris, 1959. Un homme est retrouvé empalé sur la grille d’un jardin public. La Ville Lumière plonge dans les ombres, envoûtée par les babayagas, sorcières venues du fond des siècles et des steppes russes. L’inspecteur Vidot enquête. Mais qui se frotte aux babayagas s’y pique, et voici bientôt notre Colombo des faubourgs transformé d’un coup de baguette magique… en puce, contraint de poursuivre sa diabolique et charmante ennemie en sautant de chien en rat. Son chemin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  16 septembre 2015
Ce que j'ai ressenti…Une Alchimie extraordinaire…
J'ai tellement adoré l'univers que j'ai voulu y rester des heures, dégustant chaque instant de plaisir, écourtant mon temps de lecture pour mieux rester auprès du folklore de la Babayaga. J'aurai voulu que rien ne m'arrête, si ce n'est l'envie d'avoir enfin le fin mot de l'histoire, mais Quelle Histoire!!!! Un moment magique, un énorme coup de coeur, un fabuleux livre!!!!
Je crois que ce qui m'a le plus plu en fait, c'est ce mélange tonitruant de genres!!!C'est un thriller, mais teinté de de poussière magique , un roman d'espionnage derrière un conte, une histoire d'amour dans un tourbillon surréaliste. Me demandez pas comment ça marche, mais je vous prie de croire que ce cocktail est enivrant!!!!!Diaboliquement survolté, tout en charmes et en chansons, on suit ses pauvres hommes dans la danse suave de ses dames mystérieuses. On le savait, Paris a un côté irrésistible, mais si Elga, et surtout Zoya se promènent dans ses rues, le sortilège n'en sera que plus grand. A bien y regarder, si l'on voit autant d'hommes aux regards perdus, c'est sans doute de leurs faits…
Quelle ville merveilleuse, envoûtante jusque dans ses scènes de rues les plus simples. Ces moments d'une beauté singulière, se perdaient presque dans la multitude de splendeurs.p230
Toby Barlow joue beaucoup de l'amitié franco-américaine. Après avoir vu le reportage de Canal + sur le French Bashing, j'y ai mieux vu les petites attaques et gros clichés, que se livrent depuis un moment, ses deux puissances. On voit les piques, mais aussi l'admiration pour cette Ville Lumière. C'était amusant à suivre, et j'aurais rater, sans cette émission, une partie de l'humour et des subtilités dans ses pages.
L'adultère était monnaie courante dans la société française, aussi banal que la lamelle de citron qu'il prenait quotidiennement dans son thé matinal.Il considérait néanmoins que tromper sa femme était signe de faiblesse et de manque d'imagination. Nimporte quel idiot pouvait séduire, mais il fallait avoir de l'esprit pour vraiment aimer et connaître sa partenaire. p49
Assise en voiture avec l'Américain, elle eut le sentiment qu'il était peut être temps pour quelqu'un de repartir à la conquête d'un Nouveau Monde car , après avoir bâti leurs villes tout le long du pacifique, ces Américains paraissaient ne penser qu'à courir tous azimuts, se bousculant telle une horde de porcs bien gras, devenus depuis longtemps trop gros pour leur répugnante porcherie. p365
L'auteur nous livre certes un grand roman féministe, mais je lui ai trouvé une écriture révérencieuse envers la gent féminine, une sorte de bouquets de roses offertes à toutes les femmes de ce monde. Il leur rend un bel hommage, s'inclinant devant tous les stratagèmes qu'elles peuvent avoir, et mise tout sur l'amour et ses caprices. Il a de si jolies expressions, tant de poésie dans ses mots, c'était un plaisir de sentir de la douceur dans ses lignes. Je suis vraiment tombée sous le charme de sa plume, la qualité de son intrigue, la richesse de ses métaphores.
Il inspira l'odeur profondément avec délice comme s'il s'abandonnait à son étreinte romantique.(…) Qui pouvait vouloir pécher alors que le parfum d'une simple fleur apportait tant de satisfaction?p374
Pour autant, l'enquête ne manque pas d'entrain. On est baladé de droite à gauche, en passant dans des traversées obscures et inconnues, tout en frôlant de près les organisations secrètes. Bref, aucun ennui dans ses pages, juste une folle expérience de lecture, de rencontres et de mystères!!!!
Passez voir sur le blog, 2/3 petites choses visuelles ;)
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Yanoune
  27 août 2017
Alors que dire que dire....
Bon celui là, j'ai du lire pour le boulot...
Mais j'aime bien les histoires de sorcières, et Paris alors bon.. On va voir..
D'abord c'était chouette, ensuite c'était drôle... Et puis c'était bien écrit (traduit ?).
Alors dedans ce livre, y a
- de la vielle sorcière russe pas super sympa, de la vraie sorcière, de la moche qui rote et te balance des sorts mazette...
-des inspecteurs transformés en puce (je spoile rien c'est écrit partout)
-une poule
-un rat
-des chouettes
-des espions qui pédalent dans la panade...
- et des tas et des tas d'autres choses, gens, bestioles..
Y a Paris aussi...
Et puis la guerre (et beaucoup) en toile de fonds
Et puis les femmes, et toutes.
J'ai pris ce livre comme une déclaration faite aux femmes, même avec leur travers et leur trahisons... leur horreurs, leur bêtise parfois... Et leur peur profonde.
Ce livre, enfin mon ressenti de ce livre, c'est qu'il est une ode (ouais si si) à la liberté des femmes, parce que les femme sont toutes sorcières...
et les sorcières sont libres.
Y a tellement de chose dans ce bouquin, tellement fils de destin, d'idées, de constatation de maintenant, même si ça se passe avant...
Je m'attendais pas à un truc comme ça...
Il y aurait tant à dire... Mais sans raconter, sans spoiler, c'est difficile...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Poljack
  22 février 2017
Mon avis :
S'il vous reste vingt-trois euros sur votre budget livre de ce mois, investissez-les dans Babayaga. Si vous ne les avez plus, prenez-les ailleurs ! Privez vous de Nutella, reportez au mois prochain l'achat de nouvelles chaussures, laissez la voiture au garage et roulez à vélo, ou même, ne renouvelez pas vos antidépresseurs, ce livre fera aussi bien l'affaire. Et si vraiment vous êtes coincé, et bien empruntez-le à la bibliothèque…
Il y a des bouquins qui vous filent la banane, Babayaga en fait partie. Oh ! j'entends déjà quelques esprits chagrins ronchonner en catimini : « Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Un commissaire de police transformé en puce et qui poursuit son enquête ? C'est du grand n'importe quoi ! »
Ben quoi ? Les sorcières des contes de votre enfance ne faisaient-elles pas des trucs tout aussi dingues ? Et puis si la littérature doit se contenter de nous décrire le monde réel, autant regarder le journal de vingt heures ou une chaîne d'info en continu.
Il souffle sur ce livre une espèce de folie épique, de celles qui font les bonnes histoires, et ces babayagas venues des légendes russes savent nous ensorceler avec l'un des charmes les plus puissants qui soient… que je vous laisse découvrir. Cette histoire mêlant espionnage et surnaturel dans le Paris de 1959 est rocambolesque à souhait. On est happé par le mouvement, les mouvements, devrais-je dire, de ces personnages. Au début, ils sont comme au bord d'un tourbillon dont ils n'ont pas conscience, qui va les prendre et les faire converger vers le même point central qui finira par les engloutir. le ton est toujours léger, presque joyeux, mais jamais futile. À la manière d'un message subliminal glissé dans une publicité, Toby Barlow nous balance quelques réflexions dénotant d'une belle lucidité sur la société en général et la place des femmes en particulier. C'est superbement bien écrit (et bien traduit), c'est frais et ça donne le sourire… Alors, n'attendez plus, lisez Babayaga !
Lien : http://poljackleblog.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AlineMarieP
  07 septembre 2015
*grande inspiration avant de me lancer dans la chronique* Ce roman c'est l'histoire de Will, publiciste américain basé à Paris, approché à l'insu de son plein gré par la CIA, tombé amoureux de Zoya. Elle est belle russe, dangereuse et sorcière, elle a tué son dernier amant en le pendant à un crochet. C'est sur ce meurtre qu'enquête l'inspecteur Vidot, charmant bonhomme en désaccord total avec son supérieur Maroc. Vidot va être transformé en puce (oui oui en puce) lors de son enquête car il s'est approché un peu trop près de la vieille et redoutable Elga qui a entrainé Zoya à de nombreux sortilèges.
Ce roman peut paraitre décousu (je vous passe Max le rat et la poule de Noëlle) mais vous entraine à la limite des "collections blanches" pour décrire une France fébrile au sortir de la guerre, à la limite du fantastique pour donner la parole aux légendes qui construisent l'être humain. Même si sur la fin le rythme effréné de Barlow m'a un peu lassée, j'ai passé un très bon moment lecture!
Commenter  J’apprécie          10
_BNFA
  22 mars 2017
Mélange des genres pour ce roman plein de péripéties. Histoire d'amour, sorcellerie, espionnage et suspense sur fond de guerre froide et déambulations dans le Paris des années 50 où l'on croise des policiers, des chercheurs, des agents de la CIA, des barons de la drogue, des musiciens, un prêtre et un publicitaire un peu naïf, la séduisante Zoya et quelques animaux un peu bizarres. On s'attend à suivre une enquête policière banale mais très vite on est embarqué dans un univers étrange peuplé de sorcières sans âge venues de contrées lointaines, qui usent et abusent de sortilèges, potions magiques et autres maléfices. Vous y penserez peut-être la prochaine fois que vous vous ferez cuire un oeuf ou que vous boirez votre thé ! Attention aussi si vous croisez une poule rousse ou la vieille Elga, vous risqueriez de vous liquéfiez et de disparaître ! On s'attache aux personnages et on s'intéresse à leurs aventures rocambolesques même si l'on n'est pas fan de ce genre de récit et que l'on trouve que tout cela n'est pas bien raisonnable. le ton est souvent drôle et ironique mais le propos est lucide, parfois cynique quand il s'agit d'évoquer la guerre et la bombe atomique, l'esclavagisme ou le génocide indien. L'auteur, pour éclairer son propos, distille habilement des chants de sorcières et quelques citations de la Paris review. Il mêle habilement action et réflexions sur la politique, l'économie, le féminisme, l'écologie, la vanité des hommes, leur cupidité et leur quête insatiable de nouveautés. Une belle découverte en ce qui me concerne !
Lien : http://www.bnfa.fr/livre?bib..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   15 septembre 2015
Il inspira l’odeur profondément avec délice comme s’il s’abandonnait à son étreinte romantique.(…) Qui pouvait vouloir pécher alors que le parfum d’une simple fleur apportait tant de satisfaction?
Commenter  J’apprécie          140
StelphiqueStelphique   15 septembre 2015
L’adultère était monnaie courante dans la société française, aussi banal que la lamelle de citron qu’il prenait quotidiennement dans son thé matinal.Il considérait néanmoins que tromper sa femme était signe de faiblesse et de manque d’imagination. Nimporte quel idiot pouvait séduire, mais il fallait avoir de l’esprit pour vraiment aimer et connaître sa partenaire
Commenter  J’apprécie          50
StelphiqueStelphique   15 septembre 2015
Assise en voiture avec l’Américain, elle eut le sentiment qu’il était peut être temps pour quelqu’un de repartir à la conquête d’un Nouveau Monde car , après avoir bâti leurs villes tout le long du pacifique, ces Américains paraissaient ne penser qu’à courir tous azimuts, se bousculant telle une horde de porcs bien gras, devenus depuis longtemps trop gros pour leur répugnante porcherie.
Commenter  J’apprécie          30
AlineMariePAlineMarieP   07 septembre 2015
Dans l'immédiat, il avait tout simplement besoin de sentir le réconfort de la sécurité retrouvée, loin des prédateurs inattendus et des caniches géants du cauchemardesque monde extérieur.
Commenter  J’apprécie          50
AlineMariePAlineMarieP   07 septembre 2015
Mais il [le nom de l'endroit où l'on vient] ne faut jamais le dire à voix haute. Ton chez-toi devrait toujours rester secret, sinon quelqu'un viendra te le voler.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Toby Barlow (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Toby Barlow
Recommandation #17 Babayaga de Toby Barlow
Littérature pour adolescents (USA ) - 4,5/5
Un enquête de police transformé en puce, le Paris de la fin des années 50, un publicitaire déluré qui travaille à son insu pour la CIA ... Un cocktail détonnant pour un livre brillant !
autres livres classés : roman d'espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Toby Barlow (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1734 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..