AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253095249
Éditeur : Le Livre de Poche (30/03/2016)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 626 notes)
Résumé :
Lorsque le divisionnaire Buron décide de faire briller les statistiques du 36, il regroupe dans une brigade dont il confie le commandement à la commissaire Anne Capestan, reine notoire de la bavure, tout ce que la police judiciaire compte d'alcoolos, d'homos, de porte-poisse, d'écrivains, de crétins... Pour élucider des affaires classées. Mais voilà, Capestan aime enquêter, travailler en équipe et, surtout, contrarier sa hiérarchie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (203) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  26 septembre 2016
Un roman qui se lit tout seul..
Une bande de flics se retrouvent unis dans le même commisariat. Ce sont tous des parias de la flicaille... on ne peut pas les virer alors on les a regroupé. C'est une sacrée bande de bras cassés d'ailleurs.. très stéréotypés mais bien sympas.
Un policier qui se tient avec une intrigue, de l'humour parfois potache, mais bien là. Un roman qui se lit tout seul sans prise de tête.
J'ai particulièrement apprécier les personnages qui sont sympas, mais qui surtout sont humains dans leur réflexion, leur façon d'être, leur réaction.
Ma note véritable est un 3.5/5 parce que c'est un bon roman de plage mais pas un policier inoubliable. Cela dit cela fait quand même du bien de lire des choses légères de temps en temps.

Commenter  J’apprécie          830
Kittiwake
  24 mai 2019
On le sait, les polars modernes s'articulent autour d'un personnage central et récurrent, qui peut, au gré de l'imagination de l'auteur, est alcoolo-dépendant, dépressif, maladroit, suicidaire ou malchanceux. Sophie Hénaff nous évite le choix de la fragilité de l'enquêteur : c'est toute une brigade, réunie autour d'Anne Capestan, mise au placard pour une balle mortelle peut-être tirée un peu trop vite, qui rivalise d'ingéniosité pour appartenir à la famille des flics boulets.

Alors parviendront-ils à résoudre les affaires pourries qu'on leur confie?
Autrement dit, l'humour est au rendez-vous avec l'équipe de bras cassés installée dans des locaux minables.
« Un placard. Tout simplement. Très grand modèle. Une poubelle, plutôt. Une unité de répudiés, la poulaille honteuse du département, tous unis dans une benne à ordures. Et elle était la cerise sur le radeau, la chef. »

Malgré cela, pas de renoncement, les poulets se mettent au travail, unissant ses forces (si, si, elles existent) et ses faiblesses pour parvenir à comprendre ce qui s'est passé des années plus tôt, quand une vieille dame tranquille est morte étranglée dans son canapé. La thèse du rôdeur s'écroule sur de menus détails. L'affaire est sans doute beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît.
L'auteur sait à merveille brouiller les pistes et semer le doute sur des personnages ambigus qui ne révéleront leur secret que fin d'enquête.
Beaucoup de malice donc, dans ce premier opus, qui donne l'envie de suivre les aventures de ces flics à la ramasse.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          740
LePamplemousse
  02 novembre 2015
Les poulets grillés ne sont pas ici de bons morceaux de viande juteuse ou croustillante mais il s'agit d'une brigade un peu spéciale constituée de bras cassés, de tous ceux dont la police ne sait pas quoi faire : des dépressifs, des flics à la gâchette trop facile, des alcoolos, des agents en arrêt maladie toute l'année, des gars qui "portent la poisse", des indomptables, des ramollos du cerveau, des têtes brûlées...bref, voila une sacrée équipe de branquignols !
On ne leur demande rien, surtout pas d'enquêter, ni rien de ce genre, juste de se faire oublier....ce qu'ils ne vont évidemment pas faire !
Alors, si vous aimez les romans policiers mais aussi et surtout les romans vraiment tordants, avec des répliques à la façon des films d'Audiard, n'hésitez pas un instant !
Moi, j'ai adoré ce roman et j'attends la suite avec impatience, car je me suis vraiment marrée en compagnie de tous ces exclus de la Police.
Commenter  J’apprécie          611
sandrine57
  21 décembre 2017
Le commissaire Anne Capestan a tiré une balle de trop. Elle a abattu un kidnappeur qui ne la menaçait que de son stylo. Mise à pieds, elle revient au 36 pour connaître le sort que lui réservent les huiles de la police. Alors qu'elle redoutait la révocation, elle se voit confier la tête d'une brigade spéciale. Mais il n'est pas question ici de promotion. Capestan va diriger tous les parias de la police réunis en un seul lieu. de l'alcoolique à l'homosexuel, de la joueuse compulsive et compromise au chat noir qui a envoyé tous ses coéquipiers à l'hôpital, tous ces flics, en délicatesse avec leur hiérarchie, qu'on ne peut renvoyer mais qu'on ne veut plus voir s'occuper des bonnes affaires seront sous son commandement. Pour les héberger, un vieil appartement pauvrement meublé. Pour les occuper, des cold cases sans intérêt qu'ils n'ont aucune chance de résoudre. Orgueilleuse et volontaire, Anne Capestan ne baisse pas les bras. Prête à tout pour motiver ses troupes, elle les lance sur deux vieilles affaires qui pourraient s'avérer intéressantes : le meurtre par balle d'un marin et l'assassinat d'une vieille dame, probablement lors d'un cambriolage qui a mal tourné. Et ça marche ! Alors que sur le papier cette équipe de ''poulets grillés'' était vouée à l'échec, l'alchimie prend et ces hommes et femmes mis au rebut retrouvent l'envie de faire correctement leur travail de flic.
Un petit polar fort sympathique ! Au côté d'une commissaire déterminée, une peu sanguine, un électron libre qui ne se résigne pas à sa placardisation, Sophie Hénaff convoque une galerie de bras cassés, des flics sur le carreau qui se sont écartés des standards. Drôles ou sinistres, attachants ou énervants, ils trimballent tous des casseroles et ont en commun cette solitude qui caractérise ceux qui ont beaucoup donné mais n'ont jamais été récompensés. le métier ne les a pas épargnés, certains sont résignés, d'autres bougent encore. Ces personnages hauts en couleurs sont le vrai plus de cette comédie policière qui fait la part belle aux personnalités sans pour autant négliger l'intrigue. Car il y a aussi une vraie enquête, difficile, périlleuse, corsée.
On se régale vraiment en compagnie de cette brigade très spéciale qui essaie de sauver l'honneur malgré les obstacles. Mention spéciale à Torrez, le solitaire stigmatisé par sa réputation de ''chat noir'', à Rosière, sorte d'Olivier Marchal en jupons, dont les scénarii à succès ont chatouillé quelques susceptibilités et à Lebreton, veuf inconsolable dont le deuil n'a pas été pris en compte parce qu'il est gay.
De l'humour, du suspense, de l'amitié, des drames et peut-être, un jour, le bout du tunnel pour cette équipe hors normes mais terriblement attachante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          505
tynn
  16 septembre 2015
Quelle belle surprise, ce poulailler!
Et cette jaquette qui évoque un polar à la "Tontons flingueurs"... Ce livre collait bien à mon désir de légèreté pour une nouvelle lecture.
En "remerciements" d'une faute professionnelle, qui lui faisait risquer l'exclusion de la Police, Anne Capestan se voit confier une brigade de "bâtons merdeux", tous les mistigris invirables et les plus improbables de l'institution.
En bref, un placard!
Et c'est tout le sel de cette histoire, le nouveau commissariat des Innocents, loin du prestigieux 36. Des poulagas bordeline aménagent leurs bureaux dans un appartement vétuste, tous blacklistés par la profession pour diverses raisons: alcoolisme, homosexualité, addiction au jeu, réputation de malchanceux ou de délateur.
La mayonnaise va pourtant prendre et l'équipe faire corps autour de son commandant, pour exhumer, dans les caisses de dossiers presque classés une sombre affaire de meurtre de vieille dame, de marin et de naufrage.
Un joyeux polar, bien écrit, soigné dans les dialogues, inventif dans les personnages, dégageant une atmosphère originale de tolérance et d'amitié. Du poulet grillé à déguster sans hésitation.
Me restera l'image désopilante d'une course poursuite dans les rues de Paris, vélo contre motocrottes à gyrophare. :-)) Excellent!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          531

critiques presse (1)
Lexpress   08 juin 2015
Avec Poulets grillés, Sophie Hénaff signe un polar qui encanaille le 36 quai des Orfèvres. Une comédie enlevée.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (99) Voir plus Ajouter une citation
babel95babel95   31 décembre 2016
Capestan n'avait pas élevé la voix, mais la salle se tut. La réunion virait à la séance de démotivation, il fallait intervenir. La commissaire survola l'assemblée du regard sans viser quiconque, mais, fait rarissime, elle s'adressa à eux sans sourire :
- dans les films de guerre, celui qui dit "on va tous crever", il n'aide personne. Donc on arrête ça tout de suite et on ne refait pas l'histoire avec des "avant, avant". Avant d'atterrir là, on était déjà au rancart. Tous,. Pas la peine de joueur les anciens barons des Orfèvres, la punition ne date pas d'aujourd'hui.
Les front se baissèrent, les regards se détournèrent, penauds. Capestan ne voulait pas pour autant que l'équipe reste sur cette sensation. Elle se leva du coin du bureau sur lequel elle était assise.
- Sauf qu'aujourd'hui, justement, la paperasse qui prend 70 % du boulot : fini. Les rondes de nuit, les corvées de cimetière, les camés qui tapissent les toilettes du commissariat : fini. On est libres de faire le métier tel qu'on le rêvait quand on s'est engagés. On enquête sans pression, sans procédure à remplir, sans comptes à rendre. Alors, on profite au lieu de geindre comme des ados privés de boum. On appartient toujours à la Police judiciaire, on forme juste une branche à part. Une chance pareille, il n'en passera pas deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Amnezik666Amnezik666   15 juillet 2015
Puis il attendit, simplement, étirant l’instant pour laisser le champ libre à la paranoïa qui, à coup sûr, grimperait. Torrez faisait cet effet. En sa présence, les flics évoluaient tels des arachnophobes dans un panier de mygales. Les plus téméraires se dispensaient juste de courir. Parfois une tête brûlée se faisait le coup du toréador et s’approchait, le corps en alerte. Un regard et il repartait. Les fous jouent avec la mort, mais pas avec la poisse. La poisse vous promet le pire : la maladie, la ruine, l’accident, pour vous, vos proches, à petit feu et sans gloire. La poisse gangrène là où on ne l’attend pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
babel95babel95   31 décembre 2016
- Votre nouvelle affectation prend effet en septembre, on vous confie une brigade...
- A moi , une brigade ?
- Il s’agit d’un programme particulier, expliqua Buron, l’air vague. Dans le cadre de la restructuration de la police visant à optimiser le rendement des différents services, une brigade annexe a été créée. Elle sera directement placée sous mon autorité et regroupera les fonctionnaires les moins orthodoxes…..Très bien, Capestan, je vous résume la chose : on nettoie la police pour faire briller les statistiques. Les alcoolos, les brutes, les dépressifs, les flemmards et j’en passe, tout ce qui encombre nos services mais qu’on ne peut pas virer, on le rassemble dans une brigade et on l’oublie dans un coin. Sous votre commandement, en septembre….

Un placard. Tout simplement. Très grand modèle. Une poubelle, plutôt. Une unité de répudiés, la poulaille honteuse du département, tous unis dans une benne à ordures. Et elle était la cerise sur le radeau, la chef...
- Capestan. La plupart sont hors circuit depuis des années. Vous n’avez aucune chance de les voir, je ne parle même pas de les faire travailler. Ils n’existent plus pour la police, ce sont des noms, sans plus. Si certains passent dans les locaux, ce sera pour piquer les stylos. Ne vous faites aucune illusion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
iris29iris29   30 juin 2016
- Et toi, Eva , de la famille ?
- Oui . Un chien et un fils . Mais des deux , c'est encore le chien qui téléphone le plus souvent [..]
Commenter  J’apprécie          536
jeunejanejeunejane   16 février 2018
- Je sais, je n'aurais jamais dû fuir comme ça, je suis désolé, vraiment je me suis trompé. C'est à cause de...Je menais des recherches personnelles. Ma mère est morte dans le naufrage d'un ferry en 1993, dans le golfe du Mexique.
Commenter  J’apprécie          250
Videos de Sophie Hénaff (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Hénaff
Art et décès - Sophie Henaff - Coup de ♥♥♥♥♥ du traqueur
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sophie Hénaff

En plus d'être écrivain, Sophie Hénaff travaille aussi comme ...

Policière
Journaliste
Institutrice

7 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Sophie HénaffCréer un quiz sur ce livre
.. ..