AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782100825257
160 pages
Dunod (01/09/2021)
3.94/5   16 notes
Résumé :
Une révolution philosophique et éthique est en cours: la frontière entre l'humain et l'animal disparaît. Darwin avait déjà révolutionné l'idée que nous nous faisions de notre place dans la nature. La science découvre aujourd'hui que les animaux pensent, peuvent apprendre, transmettre et qu'ils sont des êtres sensibles. Dans cet ouvrage, Louis Schweitzer, président de la fondation "Droit animal, éthique et science" et Aurélien Barrau, philosophe et astrophysicien,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  26 mai 2018
Voilà un débat intelligent, et dépassionné sur le statut de l'animal.
Les deux auteurs échangent sur le sujet en adoptant un point de vue complémentaire et nourrissent leurs réflexions des apports de leur interlocuteur : une dialectique platonicienne, à ce ci près que l'illustre philosophe menait le débat avec suffisamment d'adresse pour que l'élève ne se sente pas manipulé. Ici chacun trace sa propre voie. L'opposition peut se manifester, mais dans le respect de la parole de l'autre et toujours en argumentant.
Tout l'intérêt vient du fait qu'Aurélien Barrau, et Louis Schweitzer sont tous les deux convaincus de la nécessité de faire changer les comportements (qui pourrait défendre ou justifier le fait de faire souffrir les animaux?. Mais les principes éthiques qui les animent n'ont pas les mêmes origines ni les mêmes objectifs.
Qu'est ce qui différencie l'animal de l'homme? La question peut sembler simple, presque naïve et pourtant : 
« La frontière entre elle vivant et le non vivant, comme entre l'homme et l'animal, a été fragilisée par le progrès des sciences »
Pour corser le débat, de quoi parle t-on quand on parle de l'animal. de l'espèce,? ou des individus. qui la composent? C'est très différent de s'inquiéter de la raréfaction d'une communauté animale avec pour enjeu une dégradation de la biodiversité, ou de s'indigner des conditions de vie des animaux destinés à la consommation humaine.
Bien entendu, il est impossible de faire l'impasse sur les mouvements qui excluent la consommation des produits animaux, du végétarisme au véganisme. Mais doit-on être végétarien pour défendre les droits des animaux? Les conditions de vie et de mort ignobles des poules et des veaux, ne pourraient-elle pas être améliorées, dans le respect de la vie , ne pourrait-on pas réduire la consommation de viande sans la faire disparaître? Voeux pieux, qui font abstraction des intérêts financiers (ceci est mon humble avis).
Autre question : quelles espèces protéger : les chiens, les chats, les vaches, les mammifères. Ok. Quid des poissons? Quid des moustiques qu'Albert Schweitzer écrasait enAfrique mais respectait en France? L'absence de sensibilité de l'huitre n'est plus un argument : il suffit de verser quelques gouttes de citron sur le mollusque pour s'en convaincre. Cela dit , on progresse, les mêmes arguments étaient applicables aux prématurés qui subissaient les soins médicaux sans précaution, n'étant pas censés ressentir la douleur.
140 pages, c'est court, mais le dialogue est suffisamment bien mené pour que soit passé au crible les notions essentielles.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          581
louneraia
  19 janvier 2022
Je suis toujours fortement touché par Aurélien Barreau. Ses vidéos comme ses écrits viennent chercher la part la plus sensible, la plus créative de moi même pour leurs faire effectuer quelques pas vers plus de conscience.
Ce livre là ne fait pas exception.
Elevée carnivore dans un village avec des animaux de basse cours le mieux traités possible, mais est ce suffisant, j'y ai appris à faire les gestes mortels, à tuer rapidement, avec le moins de souffrance possible. Donc sans "l'inconscience" de ce qu'il se passe. Proche de la nature mais avec une vision utilitariste d'elle.
Avec ma formation en soins palliatifs pour humain, j'ai réalisé qu'accompagner la mort d'un animal non humain rendait sa mort plus longue et non l'inverse. Comme si mourir en conscience et accompagné pour eux aussi était possible.
Je suis devenue végétarienne par soucis d'humanité, quand j'ai appris ce que "coûtait" la production de kilos de viande. Pour lutter contre la faim (humaine) dans le monde.
Une fois végétarienne, et seulement là, j'ai pu déconstruire l'idée de cette nature au service de l'humanité et remettre en question l'utilitarisme. Comme si pour pouvoir avoir accès à l'empathie j'avais eu besoin d'arrêter de consommer les autres animaux.
Je ne sais pas par ou notre société va passer pour répondre aux enjeux actuels. Je ne sais pas non plus par où elle devrait passer pour que les choses fonctionnent correctement. Pour beaucoup d'individus comme le souligne Aurélien Barrau c'est déjà trop tard. Mais je pense que chaque pas fait dans la bonne direction c'est déjà ça, les pressions actuelles étant trop fortes pour le changement nécessaire le coté légal ne suffira sans doute pas.
Merci aux auteurs dont Louis Schweitzer que je découvrais ici d'avoir nourri ma réflexion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
H0rage
  14 février 2020
Petit ouvrage didactique, éthique, philosophique L'animal est-il un homme comme les autres (au titre volontairement provocateur) se veut un dialogue entre Louis Schweitzer (le petit neveu d'Albert Schweitzer), connu pour être l'ex PDG de Renault mais moins connu pour son engagement associatif, notamment au sein de la Fondation droit animal, éthique et sciences, association dont l'objectif est d'améliorer la condition animal en faisant évoluer les lois au regard des nouveaux acquis scientifiques, et Aurélien Barrau, astrophysicien français, philosophe, (un homme passionnant à écouter, je ne peux que vous conseiller d'aller regarder sur Internet des retransmissions de ses interviews ou conférences, que ce soit sur l'avenir de l'Homme ou les trous noirs !), militant, lanceur d'alerte (ces termes sont bien réducteurs) sur la catastrophe qui nous attend si nous ne changeons pas notre rapport au monde (même si c'est déjà trop tard, peut-être peut-on limiter les dégâts). Cet ouvrage est découpé en plusieurs petits chapitres, où les deux hommes se répondent, échangent leur point de vue (qui ne convergent pas toujours, ce qui est intéressant ! ) sur la représentation que nous avons des animaux. Un élément les unit absolument : la plupart des animaux sont des êtres “sensibles” pour Louis Schweizer, “sentients” pour Aurélien Barrau (contraction entre sensible et conscient). Ces deux hommes s'appuient ici sur les apports de la science. Oui un animal ressent la douleur, et a conscience du monde qui l'entoure. L'Homme n'est qu'une espèce parmi tant d'autres, et il faut en finir avec une vision anthropocentrée si nous voulons survivre. Les deux hommes se battent pour la reconnaissance des droits des animaux : à la non-souffrance, mais aussi au bien-être, voire au bonheur, ce qui est totalement antinomique de nos pratiques d'élevage intensif actuelles. Faut-il arrêter de manger de la viande ? Voilà une question très à la mode, qui divise. Que chacun se la pose en son âme et conscience (Louis Schweitzer est d'ailleurs plus modéré qu'Aurélien Barrau à ce sujet).
Difficile de résumer ce dialogue passionnant, émaillé de rapports scientifiques, de lois pour en étayer le propos. Merci à des individus comme Messieurs Schweizer et Barrau d'éveiller nos consciences de manière aussi claire et intelligente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lavieestunlongfleuvetranquille
  19 mars 2018
Une question plus que légitime.
La question du droit des animaux est plus que d'actualité, tant vis-à-vis des animaux d'élevage ou domestiques que des espèces sauvages.
Dans cet essai à deux voix, Louis Schweitzer prône la voie de la modération et du réformisme progressif. Aurélien Barrau, quant à lui, notamment par le fait d'une implication plus profonde et plus longue est plus partisan d'accélérer la mise en place de textes répressifs et radicaux propres à sauvegarder toutes les espèces, y compris l'homme.
L'essai donne des pistes au travers de sept questions fondamentales, et nous offre la possibilité de réfléchir sur la place et la dignité des espèces vivantes sur notre planète.
Et c'est vraiment indispensable...
Commenter  J’apprécie          50
Rendez_vous_litteraire
  26 juin 2020
Depuis toujours les conditions animales sont médiocres, nous le savons tous. Je suis toujours à la recherche de livres traitant la cause animale et il y a peu, j'ai découvert celui-ci!
Nous ne parlons de la place des animaux dans notre société directement, on cherche plutôt à cerner la société, les Hommes pour savoir pourquoi les animaux n'en font pas partis. Devraient-ils avoir des droits ou pas? Telle est la question que l'on se pose durant la lecture. .
Nous suivons, en tant que lecteur, la correspondance entre Aurélien Barrau et Louis Schweitzer. Ça aurait pu être un livre que j'affectionne car les multiples questions qu'ils se posent sont intéressantes mais... Ça n'est pas le cas! .
Louis Schweitzer, président de la Fondation "Droit animal, éthique et science" nous dit ouvertement et sans aucune gêne qu'il mange de la viande. Ça m'a énormément déçu!
Comment peut-on défendre les animaux, parler de sensibilité, de révolution éthique alors que l'écrivain-meme consomme de la viande? C'est le monde à l'envers
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
HarioutzHarioutz   18 juin 2019
Maintenant que l'on sait que beaucoup d'animaux ressentent la douleur physique et psychique, les hommes doivent se demander s'ils souhaitent continuer à leur infliger des tourments infinis.
C'est une décision à prendre.
Ce n'est pas un problème primitivement scientifique. La science nous dit ce que les animaux ressentent, mais elle ne nous dit pas ce qu'il faut faire de ce savoir.
C'est une question politique, éthique, et éventuellement légale.
J'insiste sur ce point : il n'y a aucune obligation à agir. On peut ne rien faire, et continuer à exploiter le monde animal.
L'unique question est : sachant ce que nous savons, le souhaite-t-on ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          483
HarioutzHarioutz   18 juin 2019
Le spécisme est quelque chose de très curieux.
C'est l'idée selon laquelle les espèces ont des valeurs différentes.
Cette thèse me parait assez délirante pour une raison simple : pour qu'il y ait une hiérarchie naturelle, il faudrait un critère neutre, surplombant l'histoire et les cultures.
Or on voit immédiatement qu'un tel critère ne peut que dépendre d'une attente qui, elle-même, relève d'une position particulière.
La revendication antispécisme me semble donc globalement acceptable d'un point de vue éthique et logique.
Ceux qui s'y opposent pensent souvent que l'antispécisme est une négation de l'existence d'espèces. C'est un contre-sens complet.
Il existe bien évidemment des espèces, personne ne le nie. Ce que contestent en revanche les antispécistes, c'est le fait que des droits à l'existence ou à la non-souffrance différents soient en quelque sorte inscrits dans l'Etre même de chaque espèce, dans sa nature.

De même, l'antisexisme ne nie pas l'existence de deux sexes, mais conteste leur hiérarchisation, et la domination du féminin par le masculin.

En ce sens, l'antispécisme pose une question intéressante : pourquoi, et surtout suivant quelle norme éthique, l'homme attribue-t-il des valeurs différentes aux différentes espèces animales ?
Mais on ne sera pas surpris qu'évidemment il se soit attribué la place la plus haute (comme, d'ailleurs, chaque culture l'a fait - et continue de le faire avec des conséquences désastreuses - vis-à-vis des autres cultures humaines).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
HarioutzHarioutz   18 juin 2019
Le cœur de notre rapport actuel au vivant tient dans un sous-entendu : l'écart par rapport à Homo sapiens serait le critère correct d'évaluation de la valeur.
Plus on en est proche, plus la valeur est élevée et inversement. C'est très problématique.
Je crois que l'un des défis majeurs qui s'imposent à nous aujourd'hui consiste à penser enfin la diversité pour ce qu'elle est.

La diversité est la grande oubliée de la pensée occidentale.
Toute notre tradition métaphysique, de Leibniz à Kant, s'est organisée autour d'un fantasme de l'unité, d'une réduction à l'unité.
Le point fondamental, nodal, à déconstruire, est le lien sous-entendu entre la proximité et la valeur. Tout est là.
Que faire alors ?

Nous aimons nos enfants plus que les enfants des autres, et cela ne pose aucune difficulté morale.
Pourquoi ? Parce que, précisément, nous savons que c'est une circonstance qui ne relève pas du droit général, mais d'un ressenti particulier.
Personne ne souhaiterait raisonnablement que la supériorité de ses propres enfants soit inscrite dans la loi et chacun a conscience de ce qu'il ne s'agit pas d'une "vérité" mais d'un affect local.

Or, tout le jeu consiste à articuler ce ressenti hautement subjectif, et légitime en tant que tel, avec une dimension normative globale qui a précisément pour rôle de compenser le jugement individuel.
C'est là que le légal intervient : s'il est acceptable que nos proches nous soient plus chers, et que nos actions soient conditionnées par cet état de fait, nous convenons aisément que la loi, quant à elle, doit veiller à ce que la valeur intrinsèque ne soit pas fondée sur ces considérations arbitraires.

Pour ce qui concerne notre rapport au monde animal, la question est un peu analogue, mais nous n'avons pas encore compris qu'elle l'était !
Il faudra en passer par une discussion sur les valeurs attribuées aux espèces, valeurs entendues non pas au sens de "bonnes ou mauvaises", mais en termes de droit à l'existence.
Il faudra se demander si l'on peut continuer à ne penser notre rapport à chacune des espèces du monde animal qu'en termes de position relative à la nôtre.

A mon avis, c'est là un contresens éthique catastrophique.
Et il me semble qu'on le sait au fond de nous car cette problématique existe déjà au sein de l'humanité.
Comme je l'ai dit, il est tout à fait naturel de préférer ses amis à d'autres humains, mais cela n'implique pas qu'ils aient des droits particuliers à l'existence.
Aucun d'entre nous ne souhaite que des humains plus éloignés de nous ou moins "performants" soient privés du droit à exister. D'autant que l'échelle de performance est elle-même évidemment arbitraire.
(Aurélien Barrau)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
HarioutzHarioutz   18 juin 2019
Montaigne, ami des animaux.

Qu'on ne se moque pas de la sympathie que j'ai pour les bêtes : la théologie elle-même nous ordonne d'avoir de la mansuétude à leur égard.
Elle considère même que c'est un même maître qui nous a logés dans ce palais pour être à son service, et donc que les bêtes sont, comme nous, de sa famille; elle a donc raison de nous enjoindre d'avoir envers elles du respect et de l'affection.
Si on peut discuter de tout cela, il n'en reste pas moins que nous devons un certain respect et un devoir général d'humanité, non seulement envers les animaux, qui sont vivants et ont une sensibilité, mais envers les arbres et même les plantes.
Nous devons la justice aux hommes et la bienveillance et la douceur aux autres créatures qui peuvent les ressentir.
Il y a une sorte de relation entre nous, et des obligations mutuelles.
Je ne crains pas d'avouer la tendresse due à ma nature si puérile qui fait que je peux guère refuser la fête que mon chien me fait, ou qu'il me réclame, même quand ce n'est pas le moment.

Les Essais (1590 pour l'édition posthume), chapitre 11 : "De la cruauté".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
HarioutzHarioutz   18 juin 2019
Nos actes ont des conséquences, une influence massive sur les autres êtres vivants.
Il est important d'en mesurer l'impact, et d'en assumer la responsabilité.
Il faut nous demander dans quelle mesure nous acceptons en conscience de torturer et de martyriser des animaux par milliards.
Je veux souligner l'ampleur de cette industrie de la mort. Comme disent les Américains, size matters.
On ne peut pas ignorer l'effet de taille quand il s'agit de faire face à une question qui ne concerne plus seulement l'éthique, mais aussi potentiellement le légal.

En ce qui me concerne, je ne pense pas qu'il y ait de droits naturels, ou je ne sais quelle disposition transcendante que nous serions en train de violer.
Je crois que les droits que notre société accorde aux animaux ne relèvent que de notre décision immanente.
Il n'en est pas moins pertinent dans la situation actuelle où le niveau d'horreur dépasse ce que les mots peuvent traduire - chacun pouvant aisément accéder à ces informations littéralement insoutenables.

La question n'est pas de savoir s'il "existe" un droit des animaux, elle est de savoir si nous désirons en construire un pour influer sur la réalité actuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91

Videos de Aurélien Barrau (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélien Barrau
« Et maintenant ?». C'est la question que notre société se pose depuis près de deux ans après une pandémie qui a bouleversé la planète. Ce nouveau festival propose de regarder et de débattre ensemble des idées, foisonnantes au demeurant, qui sont aujourd'hui posées à nous tous.
La 1ère édition de «Et maintenant ?» le festival international des idées de demain créé par France Culture et Arte se tiendra lundi 29 novembre de 10h à 23h à la Maison de la Radio et de la Musique (gratuit sur inscription) et en ligne sur un site dédié : https://www.etmaintenant-lefestival.fr/
«Et maintenant ?» le festival international des idées de demain
TEMPS FORTS DU PROGRAMME Des penseurs, des artistes, des chercheurs, des personnalités engagées et inspirantes seront au rendez-vous.
Avec notamment : Cyril Dion, Aida Ndiaye, Christiane Taubira, Philippe Rio, François Taddei, Loïc Blondiaux, Esther Duflo, Michael Sandel, Amitav Ghosh, Aurélie Jean, Monique Tnumngia, Jean-François Delfraissy, Etienne Klein... Quatre Grands Débats pour renouveler les perspectives avec des penseurs porteurs de réflexions d'avenir Des rencontres avec des intellectuels et des chercheurs internationaux autour d'idées très contemporaines et des temps d'échanges autour des mots au centre des débats publics actuels, des idées neuves, de propositions d'actions... le Tribunal pour les Génération Futures avec Usbek & Rica : Faut-il dissoudre la France ? le spectacle de François Gremaud inspiré de la conférence de l'astrophysicien et philosophe Aurélien Barrau sur l'urgence d'agir pour l'avenir de la planète : Auréliens avec Aurélien Patrouillard. La remise du premier Prix de l'essai France Culture-ARTE Des séances de documentaires-conférences Des ateliers participatifs ouverts à tous les publics, tout au long de la journée.
Et maintenant ? le questionnaire etmaintenant-lequestionnaire.fr
Plus de 50 000 personnes ont répondu au questionnaire en amont du festival. Il s'inscrit au coeur des préoccupations du public jeune afin de recueillir les aspirations, préoccupations, inquiétudes ou motivations de la génération des 18 à 30 ans. ARTE, France Culture et les sociétés Upian et Yami2 ont mis en ligne le 12 octobre un questionnaire inédit de cent trente questions organisées autour de cinq grands thèmes : l'éducation, le travail, la science, la démocratie et les sujets liés à l'intimité. le questionnaire a été élaboré avec la sociologue Monique Dagnaud, directrice de recherche CNRS émérite qui enseigne au Centre d'études des mouvements sociaux (CNRS/École des Hautes Études en Sciences Sociales). Analysés par des statisticiens, les résultats font l'objet d'une interprétation sociologique et les réponses au questionnaire ont inspiré la programmation du festival Et maintenant?
Et maintenant ? le premier grand prix de l'essai France Culture-ARTE. Il récompense un essai publié par un chercheur sur un grand enjeu de l'année, adossé à une recherche. Un jury de présélection paritaire et renouvelable tous les trois ans composé de sept éditeurs de non-fiction en France a présélectionné sept essais proposés au scrutin d'un jury composé de trois personnalités issues des co-fondateurs et de trois étudiants. Il donnera lieu à une mise en valeur par des invitations sur les deux antennes partenaires et d'une dotation financière en partenariat avec l'Agence Nationale de la Recherche.
France Culture & ARTE Le questionnaire et le festival seront soutenus sur les antennes hertziennes et numériques au fil des émissions et magazines de France Culture et d'ARTE ainsi que sur des formats dédiés sur Internet et les réseaux sociaux. France Culture et ARTE sont, au fil de leurs magazines, de leurs journaux d'information, de leur politique de documentaires de connaissance, les partenaires au quotidien du monde des idées, les partenaires de l'édition, des auteurs, et des lieux de production de savoir. France Culture et ARTE sont des médias de confiance et de référence. À la dictature de l'opinion et du clash, ils opposent la raison et la conviction que l'expérience du terrain adossée aux dernières recherches
+ Lire la suite
autres livres classés : antispécismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
377 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

.. ..