AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782844851178
180 pages
Allia (26/02/2003)
3.95/5   10 notes
Résumé :
Lieu Commun constitue le deuxième volet d'une trilogie entamée avec Zéropolis, vaste entreprise d'archéologie des significations du monde quotidien et urbain. L'essai de Bruce Bégout parvient à restituer la poésie de cet élément essentiel de l'imaginaire contemporain qu'est le motel, tout en en décortiquant le mythe. Loin de n'être qu'un échantillon de l'american way of life, le motel concrétise en effet de nouvelles formes de vie urbaine où la mobilité, l'errance e... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
MarianneL
  14 août 2013
Dans cet essai de 2003, paru un an après Zéropolis, Bruce Bégout analyse le quotidien des zones suburbaines nord-américaines, et ce qu'il nous révèle - quand il est pensé – de la société et des rapports humains, choisissant pour cela l'autopsie d'un motel.
Quoi de plus banal, de plus glauque qu'un motel, ce lieu standardisé où la décoration et les liens sociaux sont réduits au strict minimum ? Mais dans ce bâtiment purement fonctionnel, uniquement conçu pour concilier mobilité et confort, surgissent des opposés : ennui, anonymat ou encore mythes, aventures hors normes, lieu de rencontre pour amants ou truands en tous genres viennent se superposer, comme s'il fallait remplir l'espace de ce lieu vide de sens et d'histoire.
La standardisation du motel pousse à l'anonymat, et permet à ceux qui sont aux marges de s'y dissimuler : Ainsi, aux frontières de la ville, le motel devient le lieu des franges, l'espace de toutes les rencontres et de tous les trafics, violemment dénoncé par Hoover dès les années 40.
Le bâtiment lui-même, construction sans qualité, dont l'automobiliste ne voit de la route que l'enseigne flamboyante, est en général construit sur un espace désertique, et le désert apparaît comme le symbole de cet enfermement dans le vide qu'est le motel, pour un voyageur perdu dans l'indéterminé et la monotonie. le nomade moderne ressemble à un homme creux, sans destination ni passé, qui «vaque à son unique occupation : transiter».
Car le motel est avant tout lieu des personnes « en instance : de divorce, d'un nouveau travail, d'une nouvelle rencontre… », reflet d'une espèce humaine en errance, devenue précaire et mobile pour suivre le travail flexible et déréglementé, une espèce humaine en état de déterritorialisation.
« Comme une image aux rayons X de l'Amérique libérale prônant la déréglementation et la flexibilité accrues du travail et nommant ces cadres internationaux qui font quatre fois le tour du monde en une année des road-warriors, les seigneurs de la route (ne faudrait-il pas mieux les nommer les bandits de grand chemin ?), les motels révèlent la structure profonde d'un dispositif mental, bricolé mais stable, fondé sur la rentabilité et l'efficacité immédiates. Dans sa misère mobilière, une chambre de motel concrétise de façon parfaite l'espace psychique des êtres fortunés ou infortunés mais tous également sans domicile fixe qui gravitent éternellement autour des espaces énucléés des villes. Y séjourner résume dès lors mieux que toute déclaration l'état de déterritorialisation de l'espèce humaine. »
Apparu dès le début du XXème siècle, le motel a préfiguré sans le savoir une nouvelle forme d'urbanité, celle de l'homme instable, pris dans la spirale du travail dérégulé et mobile, dans ce monde globalisé où tous les lieux se ressemblent, miroir de la solitude et de l'indifférence de la société suburbaine, et de l'insécurité que celle-ci génère.
Rassurante par sa banalité, l'expérience de la nuit dans un motel semble osciller sans cesse entre sécurité et insécurité. Ainsi, on peut imaginer le client du motel, esseulé dans sa chambre, qui « passe un moment à imaginer que ce vaste système de chambres parfaitement identiques, dans le monde entier, a été conçu pour que les gens aient un endroit où avoir peur de manière régulière. » (Don DeLillo, Joueurs)
De cette lecture intéressante, malgré tout inégale, qui fouille le sens, démêle la texture des multiples fils de la vie ordinaire, j'ai surtout aimé cette image du motel, anticipation d'un homme déraciné et sans but.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   25 décembre 2020
Néanmoins le sens de l’ordinaire nous échappe en partie. Semblable à un miroir, il réfléchit tout, excepté cette réflexion elle-même.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bruce Bégout (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruce Bégout
Avec Obsolescence des ruines publié aux Éditions Inculte, l'auteur Bruce Bégout se meut en une forme de grand architecte de la conscience lorsque son regard se pose sur les ruines de notre temps et les constructions urbaines de notre époque. Dans son essai, Bruce Bégout dresse une typologie des ruines qui démontre, à travers l'urbanisme, la distorsion violente et permanente entre le passé et le présent, qui modifie notre rapport aux souvenirs à l'histoire et qui révèle l'ambivalence de nos mondes urbains face au futur. En 2016, Bruce Bégout a reçu la prestigieuse bourse Cioran du Centre national du livre pour son projet d'essai intitulé « La Grande fatigue. Aphorismes pour la fin des temps ».
Suivez le CNL sur son site et les réseaux sociaux :
Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
+ Lire la suite
autres livres classés : MotelsVoir plus





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
66 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre