AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Josée Stoquart (Collaborateur)Guy Birenbaum (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070429903
Éditeur : Gallimard (20/05/2003)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 186 notes)
Résumé :
Samira Bellil est une rescapée. Adolescente, elle a été victime de plusieurs viols collectifs que l'on nomme aujourd'hui des «tournantes». Rongée par la culpabilité et le dégoût, détruite par l'ostracisme de sa famille et les rumeurs dans son quartier, elle se réfugie dans la drogue et l'alcool.
Son témoignage coup de poing dévoile la violence sexuelle qui s'est instituée et banalisée dans des cités et des banlieues où tout se réduit à des rapports de forces ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
fanfanlatulipe29
  01 octobre 2012
Samira Bellil est une rescapée. Fille d'algérien, elle passe son enfance dans la banlieue 95, à l'adolescence elle se rebelle et commence à traîner dehors avec les caïds de la cité.
Elle sera victime de plusieurs viols collectifs que l'on nomme aujourd'hui des "tournantes". Il s'agit de faire tourner une fille entre plusieurs garçons, chacun son tour "la saute". Rongées par la culpabilité et le dégoût, détruite par le laisser aller de sa famille et les non dits, la rumeur qui se propage si vite dans ces quartiers et terrasse la vie des pris pour compte. Elle se débrouille comme elle peut, vu que les gens la laisse tombée les uns après les autres. Elle se réfugiera dans l'alcool et le cannabis. Après une longue thérapie, avec enfin une psychothérapeute compréhensive et à l'écoute, elle décidera de faire ce témoignage pour qu'on parle de ce qui se passe vraiment dans les cités, les non dits, la loi du silence, la loi du plus fort, les pressions physiques, sexuelles, morales, sans oublier la honte et les humiliations qui sont le vrai quotidien de ces filles.
Et pousser haut et fort un grand coup de gueule contre la justice qui n'est malheureusement pas faite ou pas comme il le faudrait !!!
Pour toutes ces femmes, qu'elles appellent ces " frangines ", victimes, comme elle, qui ont subis le pire des crimes.
Mais surtout pour briser la loi du silence.
" "Pour sortir de mon malheur, il m'a fallu des années d'effort et beaucoup de souffrance". À 29 ans, Samira Bellil reconsidère son passé et se raconte tout entière dans ce récit autobiographique fort et émouvant. Dans l'enfer des tournantesest, comme le dit Samira, "la triste histoire d'une minette de banlieue". À 13 ans, Samira a été violée et battue à plusieurs reprises dans une cité de la banlieue parisienne. Sous le joug d'un caïd local, elle a eu peur, des années durant, de témoigner. Peur des conséquences, peur de la répression, peur du qu'en-dira-t-on. Sans fausse pudeur et sans rien cacher de ce qu'elle a subi et qu'elle nomme "la loi des cités", Samira Bellil confesse le souvenir des violences qu'elle a subies et la perte progressive des repères que cela a entraîné dans son comportement. de la "fille fleur bleue" qu'elle était, elle a été vite considérée comme une "fille facile", puis une "fille à cave". Vite marginalisée, Samira raconte comment elle a été rejetée par sa famille et même par certaines de ses amies. Placée en centre, elle est devenue fugueuse et très vite a tourné autour de la petite délinquance, livrée à la rue et à ses tentations.
Ce témoignage très cru et très brut dans sa forme résonne de vibrants accents sincères. Il dénonce vigoureusement la violence des milieux matchistes chez certains jeunes garçons de banlieue. Il témoigne aussi et surtout de la rage de cette femme pour renaître au monde après tant d'humiliations et d'oubli de soi. "Grâce au livre, je pense avoir retrouvé une forme de dignité", affirme l'auteur. Cette confession, aussi douloureuse soit-elle, en valait donc la peine puisqu'elle nous livre au final une vraie leçon de courage. "
-- Denis Gombert --
J'ai trouvé cette citation très parlante que dire de plus que ce qui vient d'être dis, ce livre est un témoignage riche en émotions, surprises et beaucoup de courage.
Certes le vocabulaire employé tout au long du livre est assez dur à supporter, sans cesse il y a des insultes, vulgarités de tous genre, mais c'est le langage de la cité !!! Alors on fait avec mais c'est dommage qu'il y en est autant. Sinon le livre est vraiment bien, il lui a fallu du temps pour accepter ce qui c'était passé et vivre avec, et pouvoir raconter sa vie comme ça avec autant d'aisance, je vous tire mon chapeau.
Malheureusement la vie ne l'aura décidément pas gâtée car peu de temps après ce poignant témoignage, la reconnaissance des autres et son engagement pour l'association "Ni Putes, Ni Soumises" dont elle est la marraine, Samira est décédée en 2004, d'un cancer de l'estomac.
Elle repose maintenant en paix au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.
J'ai beaucoup aimé ce livre et la seule chose qu'on peut rajouté tout ce qui vient d'être dis, c'est ...
BRAVO !!!
Lien : http://leslecturesdemademois..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Antorelcorinne
  03 décembre 2014
J' ai aimé ce livre parce qu'il me renvoie à ma propre histoire , à ma propre souffrance , à mon parcours chaotique de femme en mal d'être, prisonnière d'un corps qui n'en finit pas de banquer pour toutes les" fautes commises". Assez égocentrique comme raison, mais c'est le genre de livre qui, pour une personne comme moi , symbolise une Victoire. Car le viol en réunion dans les caves ne date pas d'hier, il date des années 60, au moment où ont commencé à fleurir un peu partout ces fameuses Habitations à Loyer Modéré (HLM). Une plaie à coeur ouvert qui ne cesse de saigner et se plait à engendrer de plus en plus d'êtres en perdition,... pauvres petites fleurs dont les pétales ont volé en éclat avant même d'être éclos....Je suis une de ces petites fleurs, c'est pour cette raison et beaucoup d'autres que je me sens redevable à Samira qui a eu le cran de monter au créneau afin de briser la loi du silence qui entoure cette "pratique" ignoble. Pour elle, mais surtout pour toutes les "autres" . Les mêmes qu'ELLE" ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Suny
  08 août 2007
Ce livre est tout simplement une grosse tarte dans la tronche.
De nos jours, on entend fréquemment parler de ce phénomène terrible que sont les tournantes. Une pratique gerbante que personne ne mérite de subir.
Samira Bellil témoigne ici de ce qu'elle a vécu. Rien de moins que trois viols collectifs. J'ai encore du mal à imaginer comment elle a fait pour survivre à tout ça. Parce que outre ces actes purement et simplement barbares, il y a ensuite le regard des autres, leur comportement. La victime est juste vue comme la salope qui n'a eu que ce qu'elle méritait. On se croirait presque au Moyen-Âge...
On retient de ce récit un sentiment d'injustice, de dégoût, mais en même temps la force, la détermination de cette jeune femme qui voulait vraiment s'en sortir. On se demande après ça comment on ose se plaindre pour un rien et laisser tomber alors qu'elle, malgré tout ce qu'elle a subi, malgré des phases désespérées, a tout fait pour s'en sortir.
Au final, je n'ai qu'une chose à dire : chapeau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Alyxiel
  02 octobre 2013
Résumé : " "Pour sortir de mon malheur, il m'a fallu des années d'effort et beaucoup de souffrance". À 29 ans, Samira Bellil reconsidère son passé et se raconte tout entière dans ce récit autobiographique fort et émouvant. Dans l'enfer des tournantes est, comme le dit Samira, "la triste histoire d'une minette de banlieue". À 13 ans, Samira a été violée et battue à plusieurs reprises dans une cité de la banlieue parisienne. Sous le joug d'un caïd local, elle a eu peur, des années durant, de témoigner. Peur des conséquences, peur de la répression, peur du qu'en-dira-t-on. Sans fausse pudeur et sans rien cacher de ce qu'elle a subi et qu'elle nomme "la loi des cités", Samira Bellil confesse le souvenir des violences qu'elle a subies et la perte progressive des repères que cela a entraîné dans son comportement. de la "fille fleur bleue" qu'elle était, elle a été vite considérée comme une "fille facile", puis une "fille à cave". Vite marginalisée, Samira raconte comment elle a été rejetée par sa famille et même par certaines de ses amies. Placée en centre, elle est devenue fugueuse et très vite a tourné autour de la petite délinquance, livrée à la rue et à ses tentations. Ce témoignage très cru et très brut dans sa forme résonne de vibrants accents sincères. Il dénonce vigoureusement la violence des milieux machistes chez certains jeunes garçons de banlieue. Il témoigne aussi et surtout de la rage de cette femme pour renaître au monde après tant d'humiliations et d'oubli de soi. "Grâce au livre, je pense avoir retrouvé une forme de dignité", affirme l'auteur"
Salira Bellil nous raconte sans détour l'horreur qu'elle a traversé ... 3 fois!
J'avoue m'être demandée si c'était réel, si elle n'inventait pas, mais non. C'est ça le plus terrible. Ce remettre d'un viol est très dur, et cela peu prendre des années, du coup j'ai du mal à imaginer comment elle a fait pour trouver la force de se relever!
Issue d'un milieu modeste d'une ville étudiante de province, je ne connais la vie des banlieues parisienne que par ce que j'en vois à la Tv. Là c'est une vraie plongée dans les quartiers et dans la vie d'une jeune fille qui vit dans les banlieues. Ce qui m'a le plus marqué, ce n'est pas tant les viols en eux mêmes mais la violence que Samira subies tout autour.
Lors des scènes où elle est battue, il m'est arrivée d'avoir la nausée tant c'était criant de vérité et que la douleur transpirait à travers ses mots.
Samira est une survivante et elle a tout mon respect.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
rabanne
  02 décembre 2015
Un témoignage forcément difficile sur une réalité (tardivement médiatisée) de ce qui peut sévir à l'abri des regards.
Sujet tabou et révoltant du viol collectif.
Le manque d'éducation au respect de l'autre, les effets du phénomène de groupe, le harcèlement moral et leurs conséquences indélébiles sont les réflexions qui ressortent de cette lecture...
Grâce à ce témoignage, la parole a pu se libérer enfin ailleurs, la justice agir et punir les coupables.
Enfin l'association "ni putes, ni soumises" a vu le jour, pour faire prendre conscience de la souffrance de ces jeunes victimes.
(dès la 2nde)
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Clelie22Clelie22   04 décembre 2012
Je ne veux pas me venger. Il y a bien longtemps que ce désir m'a quittée. Je veux juste que chacun sache la part qu'il a eue dans mon cauchemar. J'ai été sincère, j'ai été lucide, le plus que j'ai pu. J'ai voulu montrer à quel point la négligence de ma famille, de mon entourage, de l'avocate et des services sociaux m'a déglinguée, en plus des traumatismes des viols. C'est de ma propre vérité qu'il s'agit dans ce livre. Et si je n'ai pas pris en compte la vérité des autres, c'est tout simplement que ça n'était pas mon objectif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
fanfanlatulipe29fanfanlatulipe29   15 juin 2009
Cette expérience me donne une envie grandissante d'écrire ce livre. Chaque mot sera choisi, bien réfléchi, bien mûri. Ce livre aura le poids de ce que j'ai vécu, la valeur de mes réflexions et ma rage de m'en sortir. Ce livre laissera la trace ineffaçable de mon vécu, et je pourrai enfin ranger mon histoire sur l'étagère d'une bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          170
wiggybiswiggybis   26 janvier 2013
Mais le plus fort, c'est que les violeurs se considèrent comme des victimes, ils sont les "héros" à plaindre, ceux qui sont sous les verrous, parce qu'ils ont été "donnés". Pourtant, si on leur demande ce qu'ils feraient si un gars violait leur petite soeur, ils répondent sans hésitation: "Je le flingue !" Elle n'est pas à se taper la tête contre les murs, cette logique ?
Commenter  J’apprécie          140
wiggybiswiggybis   26 janvier 2013
En face de moi, c'est le vide, le silence, un mépris glacial. On fait comme si je n'existais pas, comme si rien ne s'était passé. Tout doucement, je meurs par le regard que l'on ne me donne pas.
Commenter  J’apprécie          160
rkhettaouirkhettaoui   29 octobre 2015
L’Alchimiste de Paulo Cœlho est une révélation pour moi. Je comprends que je dois accomplir, moi aussi, ma légende personnelle. Je suis comme le berger qui, pour atteindre son trésor, passe par de multiples galères. Moi aussi, j’ai suivi des chemins tortueux, traversé des mers profondes où j’ai failli me noyer. Le trésor que je veux atteindre, c’est la vie. La vraie vie. C’est mon chemin, mon destin, ma légende personnelle. Merci Paulo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Samira Bellil (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samira Bellil
Témoignage de Samira Bellil, victime de viols en réunion.
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : Viol collectifVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
108 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre
.. ..