AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020134675
Éditeur : Seuil (30/08/1991)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 47 notes)
Résumé :
C'est une de ces mauvaises journées à Tanger, journée de vent et de solitude. Dans sa chambre aux murs fissurés, tâchés d'humidité, dans sa grande maison aux nombreuses pièces inoccupées où, patriarche irascible, il a longtemps régné, le vieil homme s'ennuie. Le temps qui passe, les enfants ingrats, l'épouse mal soumise, les amis absents ou morts, les médicaments imbéciles qu'il jette à la poubelle par orgueil... A certains moments, tout excite son courroux. Faudrai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
TerrainsVagues
  26 novembre 2017
Il est des personnages qu'on aime haïr, d'autres qu'on déteste aimer. Il y a ceux qu'on aime aimer et ceux qu'on déteste haïr et puis ceux qui cumulent et qui font qu'à la fin d'un bouquin on ne sait plus trop ce qu'on ressent. C'est grave docteur?
Prenez ce qu'au premier abord nous pourrions appeler un vieux con. le genre de vieux con qui confronté au jeune branleur donne toute sa signification au conflit de générations. Mettez le au lit, malade et seul pendant une journée. Quelques souvenirs pour venir titiller une aigreur à fleur de peau et nous voilà avec une sorte de tatie Danielle sévèrement burnée après un traitement hormonal intensif, prête à tout pour faire chier le monde, pour lui faire payer sa vieillesse, sa solitude, son ennui.
Prenez ce même vieux con et regardez vous. Non, mieux que ça, plus honnêtement. Alors?
Et oui, on en est tous là. A différents degrés bien sur mais…
Il faut bien avouer qu'en abordant le vieux con par la face nord, il y a de quoi perdre la boussole.
Il y a les trucs sur lesquels on ne peut pas passer et puis ceux sur lesquels on ne peut pas passer sauf que… sauf que ben… j'ai un peu de ça chez moi donc… donc je peux commencer à l'excuser le vieux con. Et puis il y a les travers que j'ai aussi, et comme j'ai pas envie d'aller chez le psy même si on est plusieurs dans ma tête, ben je commence à l'aimer un peu le vieux con parce que c'est pas si grave que ça ses névroses puisque j'ai les mêmes, enfin certaines. Et puis… euh…c'est pour qui les deux armoires à glace en blouse blanche???? Lâchez moi!!!!
Non docteur, je ne sais toujours pas si j'aime ce personnage détesté par tout le monde ou si j'hurle avec la meute. Je n'arrive pas à savoir si la fin de vie rend toujours plus acariâtre les aigris chroniques. Je ne sais pas non plus si cette aigreur n'est qu'une façade, un crépi protégeant les fissures d'un mur fragile, prêt à s'écrouler à la moindre émotion, ou bien si elle n'est que bêtise, égoïsme et méchanceté. Un peu de tout ça probablement avec une bonne dose d'orgueil.
Aimer les gens tout en les détestant… quel vieux con, et une tite pilule rose pour papa.
Oui mais non, et une tite pilule verte pour maman.
Ca va aller docteur, pas besoin de pilules pour savoir que je sais que j'aime bien cette incertitude quant à mon ressenti… non n'insistez pas ou alors à la limite, bleue la pilule, pour les jours de moins bien mais lâchez moi!!!!
Le bouquin? J'ai pas adoré, j'ai pas détesté mais j'aurais détesté haïr et adoré aimer et… pinpon pinpon…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          488
le_Bison
  30 janvier 2013
« C'est l'histoire d'un homme leurré par le vent, oublié par le temps et nargué par la mort. »
Première phrase de Tahar Ben Jelloun que je lis. Avec une telle entrée en matière, je crois que je peux m'arrêter là. Cette image du vieil homme ‘oublié' par le vent restera ancrée en moi. Je commanderai bien un thé à la menthe, et cette serveuse, si elle me faisait la danse du ventre… Je me perds dans le souk, pas à Marrakech, ni à Fès que le vieux a du quitter à contre-coeur mais à Tanger, cette ville balayée par le vent d'Est qui brûle les bronches du vieux.
Jour de Silence à Tanger est un long monologue d'un vieux aigri par la vie. Il en veut à tout le monde, il s'en veut à lui-même. Avec l'âge, avec la maladie, avec la fatigue, il découvre la solitude. Il est seul dans cette maison balayée par le vent. Absolument seul, une femme de ménage qui en plus n'est même pas belle, sa femme qui n'est en somme qu'une femme et quelques objets autour de lui qui semblent prendre vie et qui lui font regretter encore plus l'avancée du temps.
Son corps l'abandonne, ses bronches lui transpercent le torse. Et seul, il repense à ses amis. Il leur en veut pour certains d'être partis avant lui. Eux sont là-haut, lui est seul, en bas, dans cette maison, dans cette ville qu'il n'a jamais aimé. Il est seul, et il s'ennuie.
Il est grincheux, comme un vieux. Les vieux ne sont jamais contentés, toujours à ressasser les souvenirs d'antan. Toujours à penser à cette vie vécue dans un autre temps, dans un autre lieu même. Pourquoi a-t-il fallu qu'il quitte la belle Fès pour ce merdique Tanger ? Il repense à ses amours de jeunesse, ces belles filles qui le faisaient rêver contrairement à celle qu'il a épousé. le vieux n'a pas forcément la même conception du couple et de la famille. Il regrette l'absence de ses fils et de ses neveux à ses côtés. Sa femme, à ses côtés, ne serait même pas effacer cette peine, cette lourde douleur de solitude.
Le vent souffle et s'engouffre dans l'interstice de cette vieille maison. le vieux tousse jusqu'à s'arracher un poumon, la femme de ménage fait le ménage avec ses seins qui pendent sous sa robe, la télé hurle, et lui seul dans on lit se remémore toutes ces petites erreurs du passé qui l'ont poussé à venir dans cette ville balayée par le vent, qui l'ont amené à s'éloigner de ses fils, de ses neveux et de son beau-fils, ce sale traitre.
J'ai une requête à te faire, si je deviens aussi aigri que ce vieux, achèves-moi de suite ! On achève bien les chevaux. Je n'ai pas envie de suivre cette même fin, de sentir sur mes épaules le poids de mes erreurs passées et les petites brouilles qui polluent maintenant avec l'âge toutes mes pensées. Demain, le ciel redeviendra peut-être bleu, le vieux retournera dans la médina de Fès descendant le dédale de ruelles avec son vélo. Mais ce soir, il est allongé dans son lit, les étoiles éclairent les fissures de son plafond décrépi et s'apprête à subir un nouveau « Jour de Silence à Tanger ».
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Ambages
  06 juillet 2016
Un livre dédié à son père dans lequel Tahar Ben Jelloun alterne le regard du fils et la parole du père.
« C'est un rebelle à l'âme tourmentée et insatisfaite. S'il avait fait de la politique, il aurait été un anarchiste, un briseur d'illusion. »
J'ai beaucoup aimé ce livre qui parle vrai. Découvrir ce vieil homme malade cloîtré dans sa maison humide, qui feuillette son répertoire téléphonique et y trouve beaucoup trop de noms rayés parce que les années ont pris leur dû. Il a beau être avec sa femme, « la peur de mourir seul » est bien présente. Alors il parle. Beaucoup. S'énerve également contre certains qu'il voit comme des traîtres et use d'un langage fleuri pour les décrire « Cet homme, je l'appelle l'Ingrat, le Traître, le Substance de l'hypocrisie, le Parvenu qui geint, la Marmite cramée ». Surtout, on ressent une grande retenue dans ses sentiments « La tendresse, l'amour, les embrassades... Ces manifestations relèvent de l'impudeur. »
Il ronchonne après les enfants qui dérangent sa tranquillité mais « il pleure d'émotion chaque fois qu'un de ses enfants s'en va après une visite. » Il a une manière bien à lui de montrer ses sentiments, il inverse tout ! « Il ne dit jamais ''je vous aime'' mais ''pourquoi vous ne m'aimez pas ?'' ». Certains y verraient un sentiment auto-centré, mais ce n'est que de la discrétion.
Au fond, « il aime les gens. Il est heureux quand la maison est pleine d'invités. », il faut juste le connaître et ne pas s'arrêter au sens premier des mots qu'il utilise car « il les manie avec art. Ses mots sont célèbres, des flèches qui blessent, des images qui inquiètent, des sonorités qui dérangent. » mais c'est parce que « chez lui la tendresse est rugueuse ; elle est enfouie et lui fait mal. »
Il aime les gens et les femmes. Il ne renonce pas au toucher d'une épaule qui le conduirait par mégarde à effleurer un sein... le coquin ! Et c'est le premier à dire « Ils sont toujours comme ça, les gens ; si tu leur fais confiance, ils te trompent. » Malgré la vieillesse, sa passion pour les femmes il nous rappelle. « Les gens s'imaginent qu'avec l'âge le désir s'éteint. Ils se trompent. Non seulement le désir est toujours là, mais il ne cesse d'augmenter ; il peut être moins exigeant, mais il me brûle la peau et encombre mes nuits. »
J'aime ces personnages plein de sensibilité, entiers et si pudiques. Qui par décence préfèrent se montrer odieux plutôt que révéler une once de leurs réels sentiments. Un fâcheux par timidité qui n'est pas pour autant dépourvu de défauts, comme la jalousie par exemple « J'aurais aimé établir entre mes enfants et moi une relation amicale. Là est mon échec. Je les vois plus proches de leur mère que de leur père. Ce n'est pas étonnant. Je suis l'unique membre de mon propre parti ; ça ne fait rien ; j'ai toujours été seul et j'ai eu raison. »
« Ces mots, il les aime brefs, subtils, colorés. » écrit le fils à propos du père. C'est exactement ce que j'aime en vous lisant Tahar Ben Jelloun. Jour de silence à Tanger. Il y a le vent d'Est qui rend fou, « il se lève en même temps que le soleil, mais il n'a pas d'heure pour s'arrêter. Quand il arrive à Tanger... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Myriam3
  07 mai 2014
Jour de Silence à Tanger: j'ai toujours trouvé ce titre magnifique, empreint de solennité. Je pensais y trouver le récit d'une guerre, d'un combat, d'un événement social qui aurait marqué Tanger. En réalité, j'y ai lu le monologue intérieur d'un vieil homme qui vit là les derniers jours, les dernières heures de sa vie.
Ce vieil homme, immobilisé dans son lit, souffre: de ses douleurs, de la chaleur, de solitude, de fatigue, mais aussi et surtout d'une immense amertume. Amertume contre sa femme, contre ses deux fils, loin de lui, partis en Europe et qui viennent rarement le voir. Amertume, douleur, regrets au souvenir de ses bons amis, tous disparus les uns après les autres. Amertume, colère de cette vie qui n'a pas pris le tournant qu'il aurait voulu, qui est passée si vite, qu'il a semble-t'il, si peu pu contrôler.
Jour de Silence à Tanger lutte contre les clichés qui font souvent croire qu'arrivé à la fin de sa vie, on est empreint d'une certaine sagesse et d'un bonheur simple, réconfortant, à la pensée de ses enfants, petits-enfants, de ses propres exploits passés.
Tahar Ben Jelloun parvient bien, petit-à-petit, à nous faire pénétrer dans le silence de cette chambre immobile perdue dans la ville de Tanger balayée par le vent, brûlée par le soleil. Avec le vieil homme, on entend maintenant les rumeurs de la ville, à l'extérieur de cette maison où il est en train de mourir, on imagine les rues, la vie qui continue, indifférente.
On peut supposer, et peut-être l'a t'il dit d'ailleurs, je ne sais plus, que ce roman est une sorte d'hommage à son père, et Tahar Ben Jelloun serait ce fils parti vivre en France qui l'aurait oublié...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
zabeth55
  27 mars 2018
Un roman court mais d'un grand réalisme.
On a l'impression en fermant le livre de sortir de la chambre de ce vieil homme.
Mon Dieu qu'il est désagréable !
Ronchon, râleur, critiquant tout et tous. Plus rien ne trouve grâce à ses yeux.
Une mauvaise bronchite le cloue au lit alors que dehors souffle ce vent sinistre et tombe cette pluie incessante.
Une seule journée dans cette chambre d'une maison sans confort et limite salubre.
Une longue journée de jérémiades. Tous les amis avec qui il aurait pu parler sont morts. Les vivants ne le comprennent pas.
A voir son caractère, on peut comprendre sa solitude. Il s'est coupé de tous. Qui aurait envie de partager du temps avec ce vieux bougon ?
123 pages pour faire le portrait saisissant d'un vieillard aigri qu'on est pas mécontent de laisser à son triste sort.
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   21 décembre 2012
De toute façon, je suis voué à la solitude, depuis toujours. Je n'ai jamais compté sur personne. J'ai tout fait tout seul. Je sais, il n'y a pas de quoi être fier, mais c'est une précision utile, pour ton information. Je sais que je me répète. Il le faut bien car, avec les femmes, il faut de la répétition... Tiens, elle est partie. Je parle tout seul. Ce n'est pas bon, ça ! C'est même inquiétant. Oh ! je devrais la ménager un peu, mais je n'y arrive pas. Je lui en veux. Nous avons passé trop d'années ensemble. Je ne peux même pas dire que nous vieillissons ensemble. Je vieillis seul ou, plus exactement, nous vieillissons chacun de son côté, chacun dans son coin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
araucariaaraucaria   26 juillet 2012
Il suffit parfois d'un mot, d'un geste pour le rendre bon, émouvant, heureux. Au fond, sa méchanceté est superficielle; elle est faite de mots et de calembours, et les mots bien souvent dépassent sa pensée. Il sait qu'ils courent plus vite que sa volonté. Ils le trahissent, mais il ne s'en plaint pas. Pour lui, ce ne sont que des mots, et les gens ont tort de les recevoir comme si c'étaient des pierres ou des flèches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
le_Bisonle_Bison   28 janvier 2013
L’ennui, c’est quand la répétition des choses devient lancinante, c’est lorsque la même image s’appauvrit à force d’être toujours là. L’ennui, c’est cette immobilité des objets qui entourent son lit, des objets aussi vieux que lui ; même usés, ils sont toujours là, à leur place, utiles, silencieux. Le temps passe avec une lenteur qui l’agace.
Commenter  J’apprécie          210
le_Bisonle_Bison   08 décembre 2012
Il disait que le plus beau moment pour faire l'amour se situe entre la prière de quatre heures et le coucher du soleil. Il avait toute une théorie sur la disponibilité du corps, sur la lumière naturelle et sur l'apogée érotique des femmes. Pour lui, la nuit est faite pour dormir et reposer le corps qui a traversé une longue journée. C'est le moment le moins indiqué pour faire l'amour. Alors que l'après-midi constitue un espace creux dans la journée qu'il vaut mieux remplir par des ébats joyeux et répétés que par une partie de cartes où le sexe est en berne. Il disait aussi que ce moment remplit toute la journée. Avant, on y pense et on se réjouit ; pendant, on jubile ; après, on se repose en y repensant tout en préparant sa nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AmbagesAmbages   06 juillet 2016
Quant au paradis, je reste persuadé de l'avoir connu ou plus exactement entr'aperçu quand j'avais vingt ans. Il y avait une porte immense plantée au milieu d'un champ vert, rouge et jaune. La porte était entrouverte. Elle donnait une lumière assez nette dans un espace blanc où des jeunes filles habillées de robes légères faisaient du vélo. Ce jour-là, une larme, une seule, est tombée sur ma joue. C'était cela, le bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Tahar Ben Jelloun (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tahar Ben Jelloun
https://www.librairiedialogues.fr/livre/14694728-l-insomnie-tahar-ben-jelloun-gallimard Lors de la rencontre avec Tahar Ben Jelloun, du 1er mars 2019 à la librairie dialogues à Brest, l'auteur nous propose sa sélection de livres coups de c?ur ! En l'occurrence : - la poésie française du XXe siècle. - Deux s?urs de David Foenkinos (Gallimard) - Maîtres et esclaves de Paul Greveillac (Gallimard) - La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui (Gallimard) - La Maison Golden de Salman Rushdie (Actes Sud) - Nouvelles de William Faulkner (Gallimard, Pléiade) - Les Mille et une nuits - Don Quichotte de Cervantès - Mes Afriques de Paule Constant (Gallimard) Entretien mené par Laure-Anne Cappellesso. Réalisation : Ronan Loup.
Retrouvez nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
+ Lire la suite
autres livres classés : marocVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Tahar Ben Jelloun

De quelle nationalité est Tahar Ben Jelloun?

Tunisienne
Marocaine
Algérienne
Egyptienne

10 questions
96 lecteurs ont répondu
Thème : Tahar Ben JellounCréer un quiz sur ce livre