AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 233003279X
Éditeur : Actes Sud (03/09/2014)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Ça peut arriver à chacun d’entre nous. Tous les jours. Partout. Il suffit d’un malheureux hasard. Et notre vie n’est plus jamais la même. Nous passons brusquement d’un monde garant de la démocratie aux zones troubles du non-droit où seules prévalent les règles de la plus sale des guerres.
À Hambourg, les préparatifs du sommet international contre l’armement et pour le climat battent leur plein. Les services secrets ont reçu les premières menaces terroristes. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
andman
28 mars 2015
Un mois seulement après les attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis se sont dotés d'une loi, ''USA patriot act'', censée améliorer leur réactivité en matière de lutte antiterroriste.
Considérée liberticide par des organisations de défense des droits de l'homme, cette loi controversée a servi de support au thriller “Zone de non-droit” publié en 2010 par Alex Berg.
Ce roman se déroule au sein des services secrets allemands et nord-américains appelés à coordonner leurs efforts pour prévenir tous risques d'attentat à Hambourg où doit se dérouler prochainement le sommet mondial intitulé “Le désarmement au profit du climat” et auquel participeront les principaux Chefs d'Etat de la planète.
Le personnage principal de “ Zone de non-droit” est une avocate d'affaires hambourgeoise, Valérie Weymann, mariée avec Marc et maman de jumelles préadolescentes.
Une aventure sans lendemain, vécue trois ans auparavant avec un syrien rencontré lors d'un voyage au Proche-Orient, alimente les soupçons à l'encontre de Valérie accusée aujourd'hui de collusion avec Al-Qaïda. Arrêtée un matin, elle se retrouve entre les mains d'un agent de la CIA aux méthodes particulièrement expéditives.
Pour son geôlier paranoïaque la fin justifie les moyens. Transférée dans une prison secrète située en Roumanie, la pauvre Valérie va apprendre à ses dépends l'envers de son bon droit.
Autant l'approche psychologique des personnages principaux est pertinente autant les phases d'attentats et de complots paraissent nébuleuses. de nombreux rebondissements empêchent toutefois le lecteur de trop longtemps se perdre en conjecture et au final l'auteure allemande réussit à mettre en exergue les failles et les dérives inhérentes aux lois d'exception.
Cette lecture à l'intrigue assez quelconque est cependant d'actualité : un projet de loi relatif au renseignement sera le mois prochain en discussion au Parlement français.
Notre démocratie s'honorerait à débattre sereinement des obscurantismes qui partout la menacent, à fixer un cadre légal aux mesures destinées à s'en prémunir, à garantir la liberté des citoyens malgré une surveillance de masse qui insidieusement se profile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          642
sandrine57
25 novembre 2015
Alors que Hambourg s'apprête à accueillir le sommet international pour le climat et contre l'armement, les services de sécurité sont sur les dents. Copenhague vient de subir une attaque terroriste et allemands et américains travaillent en étroite collaboration pour que la même chose ne se produise pas à Hambourg. C'est dans ce contexte tendu que Valérie Weyman, jeune avocate mère de deux enfants, est arrêtée à l'aéroport. Sûre de son bon droit et de son innocence, Valérie n'est pas inquiète, juste énervée à l'idée de rater sa réunion professionnelle à Londres. Pourtant les faits qui lui sont reprochés sont graves. L'avocate est accusée de terrorisme ! Un ancien amant, sa meilleure amie et son fiancé seraient à l'origine des attentats de Copenhague et Hambourg est leur prochaine cible. Éric Mayer, du service de renseignement allemand, et Robert Burroughs, de la CIA, sont prêts à tout pour la faire parler, quitte à contourner la loi. Pour Valérie, l'enfer commence.
Un polar, court mais intense, qui dénonce les exactions des services secrets, surtout américains, en matière de lutte anti-terroriste. L'individu soupçonné est déchu de tous ses droits, exfiltré vers une prison officieuse, interrogé sans relâche et soumis à la torture. Tout cela dans la plus pure légalité... Traumatisés par le 11 septembre, les États-Unis ont en effet adopté des lois punitives et liberticides qu'ils appliquent à la lettre au moindre soupçon. Cette dérive autoritariste est incarnée par un agent de la CIA et par un spécialiste de la torture; deux hommes sans états d'âme, convaincus d'agir pour le bien de tous, même si leurs motivations sont différentes. le policier allemand représente, lui, l'Europe, coincée entre la volonté d'éradiquer le terrorisme et l'idéal de respect des droits de l'homme.
Si ce polar est efficace, il souffre tout de même de certaines faiblesses. L'agent de la CIA est un brin trop caricatural et la tension autour de l'innocence ou de la culpabilité de l'avocate mise en cause s'essouffle un peu vite. Mais dans l'ensemble, Alex BERG maîtrise son sujet et livre là une histoire suffisamment convaincante pour faire réfléchir. Une très bonne lecture.
Un grand merci à Babelio, Babel noir et la SNCF.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Mahpee
27 novembre 2015
Alors qu'Hamburg s'apprête à recevoir les chefs d'état du monde, un attentat terroriste est perpétré dans la gare de la ville allemande. Entre fiction et réalité ce roman, qui résonne d'une étrange actualité à la lumière des derniers attentats de Paris, entraîne le lecteur dans une machination politique pleine de rebondissements. On suit avec stupeur la descente aux enfers d'une avocate internationale soupçonnée d'avoir participé à l'attentat. Ce roman s'attache à critiquer les activités des services secrets et plus particulièrement les méthodes contestables de la CIA, rappelant au passage le peu d'efficacité et les dérives d'un camp tristement célèbre. Si pour les besoins de ce roman un camp identique existe en Europe, on y emploie des méthodes identiques dont le but est de briser les accusés.
Internée dans ce camp, cette femme de caractère, mariée, mère de deux filles, saura-t-elle résister aux pires sévices, tant physiques et moraux que s'autorisent, sous couvert d'une enquête étrangement bâclée, des hommes que la raison d'état protège. Un excellent moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
palamede
28 mars 2015
Alors qu'elle se rend à Londres, l'avocate allemande Valérie Weymann est arrêtée à l'aéroport de Hambourg. L'arrestation a lieu dans un climat de grande tension, car les Allemands ont reçu des menaces terroristes alors que la ville se prépare à recevoir les présidents des pays les plus industrialisés pour un sommet international.
Malheureusement pour l'avocate, pendant l'un de ses interrogatoires, une bombe explose à la gare de Hambourg. Et, soupçonnée d'être liée à une mouvance islamiste proche d'al Qaïda, elle est emmenée dans une prison secrète de la CIA en Roumanie. Dès lors, elle entre dans une « Zone de non-droit » où la lutte anti-terroriste autorise toutes les exactions.
Il est difficile d'entrer dans cette histoire d'arrestation d'une citoyenne lambda, tant les personnages sont caricaturaux et les retournements de situation improbables. C'est dommage, car Alex Berg soulève un problème fondamental, celui de la position des démocraties occidentales face au terrorisme et des limites qu'un Etat ne doit pas franchir au nom de la défense intérieure.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
LaBiblidOnee
09 janvier 2016
Vous savez que je préfère toujours vous faire mes propres résumés des livres que je présente ici. Mais une fois n'est pas coutume, je trouve que la 4ème de couverture de ce roman reflète tellement exactement le contenu et l'esprit de ce roman que je vous la livre car je n'aurais pas fait mieux :

« Ça peut arriver à chacun d'entre nous. Tous les jours. Partout. Il suffit d'un malheureux hasard. Et notre vie n'est plus jamais la même. Nous passons brusquement d'un monde garant de la démocratie aux zones troubles du non-droit où seules prévalent les règles de la plus sale des guerres.
À Hambourg, les préparatifs du sommet international contre l'armement et pour le climat battent leur plein. Les services secrets ont reçu les premières menaces terroristes. Au même moment, l'avocate Valérie Weymann est arrêtée à l'aéroport. Au terme d'interrogatoires interminables, elle comprend que les agents de la CIA et du BNB la suspectent d'être liée à Al-Qaïda.
Et puis une bombe explose dans la gare de Dammtor. Vingt-quatre heures plus tard, Valérie, sur qui pèsent de graves soupçons, est conduite dans une prison secrète d'Europe de l'Est.
Un thriller qui ne vous lâche pas, un personnage féminin magnifiquement campé. »

*****
« Déclaration universelle des Droits de l'Homme Article 11, paragraphe 1:
Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. »

Ayant toujours été intéressée par ces zones de non-droit quand j'étais à l'université, j'ai mis ce roman dans ma PAL dès sa sortie, attendant le bon moment pour le lire. Quand l'état d'urgence a été déclaré en France au mois de novembre 2015, je me suis dit que ce moment était venu.

« Dans les États occidentaux industrialisés, les hommes politiques tentent de protéger la liberté en l'abrogeant. »

Après les derniers attentats, je pense que d‘une manière générale la population (et moi la première) a été plutôt rassurée d'entendre le Président déclarer l'état d'urgence, sachant que cela signifiait avoir plus de moyen pour mettre les terroristes hors d'état de nuire – les présents, comme les éventuels futurs. Et lorsque l'on n'a rien à se reprocher, il est encore plus facile d'accepter certaines restrictions de liberté et certaines possibilités de bafouer nos vies privées, puisqu'on pense n'être pas vraiment concerné, et que le jeu en vaut la chandelle.

« Il était intéressant de voir comment les gens s'accommodent de la restriction de leur liberté. Mayer avait pu le constater plusieurs fois au cours des dernières années. Tout d'abord il y a des protestations, pacifiques ou violentes selon les régions, mais au bout d'un moment, la restriction s'installe dans le quotidien, elle fait partie intégrante de la vie et ne dérange plus personne. »

Ce roman rappelle pourtant combien il peut être facile de basculer dans l'abus sans s'en rendre compte, de bafouer les limites que l'on s'était fixées ou que l'on pensait infranchissables de manière évidente : Lorsque l'héroïne est arrêtée et que ces premiers droits sont bafoués (d'avoir un avocat, de prévenir sa famille, de connaître les charges qui pèsent contre elle, etc…), elle est certes en colère, mais confiante. Avocate, elle croit en l'état de droit dans lequel elle habite et pratique, et dans lequel sont toujours bien présents les souvenirs des dérives des années 1940. Elle est certaine que les policiers vont se rendre compte de leur erreur rapidement, et qu'elle pourra rentrer fêter Noël chez elle.

Mais (l'auteur était visionnaire) les attentats précédents et le sommet sur le climat arrivant très vite, regroupant tous les plus grands chefs d'Etat en Allemagne, la police et tous les services de renseignements de tous les Etats sont sur les dents ; Ils sont présents à Hambourg où est arrêtée Valérie. Dans le duo principal qui l'interroge, le policier allemand cherche vraiment à connaître les liens véritables de Valérie avec d'éventuels terroristes pour stopper un éventuel attentat ; le policier américain en revanche, qui a perdu sa famille dans le World Trade Center en 2001, est plus affirmatif et n'a qu'une idée en tête : L'envoyer dans une des prisons secrètes où la torture a raison de tous, et qu'une seule obsession : Obtenir des aveux de culpabilité à tout prix.

Même au détriment de la vérité ? C'est la question qui se pose au cours de ce thriller, celle de la dérive des moyens spéciaux ou exceptionnels que l'on peut mettre en oeuvre au nom de la sauvegarde de la démocratie et des libertés. Car si l'on souhaite des moyens importants pour arrêter les coupables, on comprend assez vite qu'il est contre-productif de se servir de la torture pour entendre le prisonnier « avouer » des choses fausses. Sur place, l'espoir du lecteur qui pénètre avec Valérie dans ces prisons clandestines, ces « Zones de non-droit » puisqu'aucun droit n'est applicable ni accordé au prisonnier, est que le policier américain se heurte à un pro de la torture – ce qui est étrangement et paradoxalement, le seul espoir des prisonniers puisqu'il sait reconnaître un aveu véritable d'un faux. Valérie pourra-t-elle être sauvée ? Saura-t-on protéger le sommet sur le climat ?

Je vous souhaite une très bonne lecture pour le savoir, car j'ai beaucoup aimé ce roman et son ambiance : Un véritable Thriller où, comme Valérie qui est à leur merci, on s'attache à certain « ravisseurs » policiers pour en craindre d'autres ; Mais c'est également un livre-réflexion sur l'Etat de droits, la démocratie, ses moyens de lutte contre ce fléau qui la gangrène de nos jours. Il me reste une seule incertitude sur un personnage, mais je ne peux en dire plus ici sans spoiler alors je serai ravie d'en parler par mail avec ceux d'entre vous qui l'on déjà lu –ou le liront !

Lien : http://onee-chan-a-lu.public..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
LaBiblidOneeLaBiblidOnee17 décembre 2015
Il était intéressant de voir comment les gens s’accommodent de la restriction de leur liberté. Mayer avait pu le constater plusieurs fois au cours des dernières années. Tout d'abord il y a des protestations, pacifiques ou violentes selon les régions, mais au bout d'un moment, la restriction s'installe dans le quotidien, elle fait partie intégrante de la vie et ne dérange plus personne.
Commenter  J’apprécie          80
LaTchaletteLaTchalette19 août 2015
Déclaration universelle des Droits de l'Homme Article 11, paragraphe 1:
"Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à à sa défense lui auront été assurées."
Commenter  J’apprécie          60
JeanPierreVJeanPierreV24 novembre 2015
Depuis l'assassinat de Kennedy, qui remonte à presque un demi-siècle, il n'y a plus de vraie proximité entre les grands hommes politiques et leur peuple. Le légèreté originelle est de l'histoire ancienne. (P. 210)
Commenter  J’apprécie          70
BazartBazart01 juillet 2013
Dans les États occidentaux industrialisés, les hommes politiques tentent de protéger la liberté en l’abrogeant.
Commenter  J’apprécie          140
maylibelmaylibel22 novembre 2015
Il était intéressant de voir comment les gens s'accommodent de la restriction de leur liberté. Mayer avait pu le constater plusieurs fois au cours des dernières années. Tout d'abord il y a des protestations, pacifiques ou violentes selon les régions, mais au bout d'un moment, la restriction s'installe dans le quotidien, elle fait partie intégrante de la vie et ne dérange plus personne.
(p. 54)
Commenter  J’apprécie          30
Video de Alex Berg (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alex Berg
Cercle polar : Histoires de familles ."La découronnée" de Claude Amoz (Rivages) "La fille de la peur" d'Alex Berg (Jacqueline Chambon) "Savana Padana" de Matteo Righetto (Le dernière goutte) Claude Amoz a le goût des archéologies familiales et des enfances meurtries. Sa nouvelle valse des fantômes, lente et entêtante, est une réussite. L'Allemande Alex Berg orchestre sur le même registre, mais avec un tempo beaucoup plus rapide, la course éperdue de familles brisées par la guerre et l'exil. Quant à l'Italien Matteo Righetto, ce sont les familles mafieuses qui l'inspirent et dont il joue savoureusement, façon Donald Westlake ou Dino Risi. La famille sur tous les tons au menu de ce Cercle polar.
+ Lire la suite
autres livres classés : terrorismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Littérature et politique

"Famille, je vous aime : Politique et vie privée à l'âge de la mondialisation". Qui est l'auteur de ce livre?

Michel Onfray
Bernard-Henri Lévy
Luc Ferry
Franz-Olivier Giesbert

10 questions
160 lecteurs ont répondu
Thèmes : politique , écrits politiquesCréer un quiz sur ce livre