AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226375728
304 pages
Éditeur : Albin Michel (27/05/2015)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 13 notes)
Résumé :

- Savez-vous pourquoi les mois de juillet et août ont tous les deux 31 jours ?
- Pourquoi la devise des rois d'Angleterre est en français ?
- Pourquoi, durant près de mille ans, les prêtres catholiques ont pu se marier ?
- Pourquoi dit-on « se battre pour des prunes » ?
- Pourquoi Dracula n'est pas une légende ?
- Pourquoi Christophe Colomb a été sauvé par une éclipse ?
- Pourquoi Charles Quint a assisté à ses pro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Zebra
  28 août 2015
Après le succès de son premier « Pourquoi de l'Histoire », paru chez Albin Michel en juin 2014, Stéphane Bern récidive en 2015 avec « Les Pourquoi de l'Histoire tome 2 », ouvrage paru chez le même éditeur : l'intention est claire, nous faire découvrir « 100 nouvelles énigmes historiques aussi passionnantes qu'inattendues ». L'auteur met en exergue cette affirmation de Prosper Mérimée : « Je n'aime dans L Histoire que les anecdotes ». Il fallait que ce soit dit : vous n'avez pas entre les mains un énième livre d'Histoire de France mais un recueil d'anecdotes.
Au fil des pages, Stéphane Bern y va donc de son petit train-train, levant le voile sur des faits curieux ou pittoresques, des évènements parfois inconnus du grand public, souvent incongrus, dissimulés, confidentiels, voire tenus secrets, se contentant de relater les faits, parfois leur contexte, sans mettre l'accent sur leur portée ou sur les conséquences de ce qu'il rapporte. le livre promène ainsi le lecteur de Toutankhamon à l'Europe des années 1955-1960, l'obligeant à zigzaguer entre l'important et le marginal, l'auteur pointant du doigt tel ou tel trait de caractère d'un personnalité, voire d'un héros notoirement connu, soulignant ici ou là telle ou telle signification, interprétant à sa façon L Histoire qu'il tutoie gaillardement, sans chercher à entrer dans les détails ou à assommer le lecteur avec des analyses ou des thèses qui n'auraient pas leur place dans un tel ouvrage. Non, ça n'est pour autant pas un « roman de gare » même si l'ouvrage -qui présente une couverture bariolée- se lit facilement et rapidement : le propos est distrayant, il y a parfois de l'espionnage et de l'amour, mais rien n'est vulgaire ou bâclé. Bref, le livre est intéressant et l'essentiel est dit, de manière concise, vivante, imagée et précise sans redite inutile mais en marge de l'Histoire telle qu'on l'apprend à l'école. D'aventure en aventure, d'anecdote en anecdote, le lecteur saura trouver un complément à ce qu'il savait déjà, sans prise de tête. Avec « Les Pourquoi de l'Histoire tome 2 », l'anecdote n'est pas un genre ridicule, simplet ou gratuit : chaque anecdote est acceptable en elle-même en ce sens que l'auteur n'affiche pas de prétention à l'Histoire (avec un grand H). L'art de raconter ne manquant pas de piquant, le lecteur n'aura pas à bouder son plaisir. Et la rigueur intellectuelle n'est pour autant pas absente, les faits paraissant authentiques ou crédibles.
Au final, si vous aimez les détails, les potins, le scandale ou tout simplement les à-côtés de l'Histoire, plongez dans la lecture de cet ouvrage de 300 pages et imaginez la « peinture vraie des moeurs et des caractères. » L'ouvrage devrait même satisfaire celles et ceux que L Histoire ne passionne pas. Pour ma part, je mets quatre étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
Domichel
  22 janvier 2016
Je n'ai jamais été très calé en histoire, même si je n'étais pas un mauvais élève. Mais je m'ennuyais vite à l'apprentissage des faits réels ou supposés (beaucoup de choses ont changé en 50 ans), et quand il fallait disserter ou rédiger un devoir sur “les causes et les conséquences” de la guerre de cent ans ou d'un autre événement, mon propos s'enlisait vite dans un devoir où je finissais vite par tout mélanger. Plus tard les dizaines de pages que mes profs de collège ou de lycée nous dictaient à longueur de cours ont vite fini de me lasser d'une Histoire que je regrette aujourd'hui de ne pas mieux connaître. Mais grâce à la BD et en l'occurence au regretté magazine VÉCU qui s'était spécialisé dans ce thème du 9e art, mon goût est vite revenu, et c'est avec une réelle appétence que je me plonge dans les romans historiques, biographies ou autres témoignages d'un autre temps.
C'est donc avec un plaisir non dissimulé que je me suis régalé de ce recueil d'anecdotes historiques dont les qualités sont nombreuses. Au-delà de l'authenticité des propos qui y sont tenus par un auteur dont on ne peut remettre en cause les connaissances (sauf peut-être par des historiens poussiéreux et “plus-sérieux” ergotant sur une date précise ou un lieu exact), la lecture est particulièrement favorisée par une mise en scène rapide, une généalogie précise et une concision du texte qui va rarement jusqu'à trois pages. En quelques traits de plume (et d'humour) Stéphane Bern brosse la question, le contexte, les protagonistes et souvent le quiproquo qui est à l'origine de l'anecdote, de l'origine d'un mot, d'une particularité géographique…
Car à moins de vouloir devenir un exégète de l'histoire pluri-millénaire, chacun d'entre nous aime à savoir Pourquoi… Et dans ce livre, nombre de réponses nous sont données à encore plus de questions que l'on ne se posait même pas. C'est souvent drôle, piquant et toujours instructif. de la vulgarisation sans vulgarité.
Je ne sais plus qui disait « La culture est ce qui reste quand on a tout oublié » peu importe, grâce à Stéphane Bern et à son livre on se couche un peu plus cultivé que l'on s'est levé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lisa1789
  26 avril 2016
On apprend plein de petites choses sur L Histoire, pas seulement de la France, mais également de l'Angleterre (j'ai découvert pourquoi la devise du Royaume-uni est en français). Stéphane Bern nous présente des anecdotes inattendues ou des faits surprenants, de façon brève et intéressante.
Je n'ai pas encore lu le premier tome mais je vais combler cette lacune ! Je recommande cet ouvrage aux étudiants ou aux érudits qui trouvent l'histoire rébarbative.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
ZebraZebra   21 août 2015
page 185 [...] Quel est le plus vieux monument de la capitale ? A cette question, certains spécialistes répondront les arènes de Lutèce, un amphithéâtre gallo-romain situé dans le 5ème arrondissement et datant du 1er siècle de notre ère. D'autres opteront pour le pilier des Nautes, une colonne érigée sous le règne de Tibère et découverte sous les fondations de Notre-Dame de Paris. En réalité, le plus ancien édifice de Paris est bien antérieur à la fondation de la capitale, puisqu'il date du pharaon Ramsès II ! Il s'agit de l'obélisque de Louxor que l'on peut admirer sur la place de la Concorde. Pourquoi ce monument égyptien se trouve-t-il à Paris ? [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
DomichelDomichel   26 janvier 2016
Sous le règne de Louis XIV, Bossuet ou Mme de Sévigné notamment commencèrent à utiliser à propos de l'Angleterre l'adjectif « perfide ». Quant à l'expression « perfide Albion », elle fut forgée en 1793 par Augustin Louis de Ximenès dans son poème « L'Ère des Français », où l'on trouve ce vers belliqueux : « Attaquons dans ses eaux, la perfide Albion ! » L'expression se popularisera largement au XIXe siècle au gré des rivalités entre les deux pays, et au-delà de l' « Entente cordiale » de 1830.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
JacopoJacopo   26 janvier 2020
Toutankhamon est assurément le plus connu des pharaons égyptiens. Pourtant, à la différence de son père Akhenaton ou du grand Ramsès II, il a à peine régné ! Seulement neuf années, en raison de sa mort prématurée à l’âge de 18 ans, vers -327. À quoi le pharaon adolescent doit-il sa renommée ?
La réponse est simple : à la découverte de son luxueux tombeau ! Toutankhamon fut vraisemblablement emporté jeune par une maladie génétique liée à la consanguinité. Car, à l’instar de nombreux pharaons, ses parents étaient frère et soeur. Comme les autres souverains du Nouvel Empire (entre -1500 et -1000), il fut enseveli dans la Vallée des Rois, une région désertique située en face de l’actuelle ville de Louxor.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
raynald66raynald66   04 août 2017
En 1504, l'annonce d'une éclipse totale de lune permet à Christophe Colomb, qui les menace d'une disparition de l'astre, de convaincre les indigènes de l'île de la Jamaïque de le ravitailler
Commenter  J’apprécie          20
raynald66raynald66   04 août 2017
Le soleil d'orient connaîtra un destin tragique, puisqu'à peine dix ans après sa mise en service, il sombre au large de Madagascar en 1681.
Transportant à son bord l'ambassade du roi de Siam auprès de Louis XIV,
il avait les cales remplies de cadeaux destinés à éblouir le Roi Soleil,
dont deux éléphants en or massif caparaçonnés de pierres précieuses.
Toujours au fonds des océans, cet inestimable Trésor est aujourd'hui l'un
des plus recherchés au monde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Stéphane Bern (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Bern
Stéphane Bern - Vérandaliste, expert en patrimoine.
autres livres classés : anecdotesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2074 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre