AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Claude Payen (Traducteur)
EAN : 9782877309523
426 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (22/06/2007)
3.67/5   21 notes
Résumé :

Ce roman truculent où la tragédie prend souvent les couleurs de la farce est un roman sur le pouvoir, ce démon de la domination des autres qui possède les hommes. Que ce soit dans le village de la Famille Wang, à la vie rythmée par les travaux des champs et bruissant des slogans de la Révolution culturelle, ou dans le Pékin des années quatre-vingt, personne ne se résigne à n'être qu'une vague de l'océan infini du peuple.

Si Bi Feiyu se ri... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
AmyFarrah
  30 juin 2021
C'est un très bon roman, en toute objectivité, mais j'ai eu du mal à le lire, comme c'est souvent le cas avec les romans chinois. Il est question effectivement, comme le dit l'éditeur, du désir de domination des hommes, mais pas seulement, les femmes aussi sont contaminées et cherchent à dominer sur leurs congénères. Point de solidarité, mais du jugement, et quand une main est tendue elle est souvent mordue. Beaucoup de scènes de viols, perpétrés par des cadres du parti, ou des hommes ayant une position d'autorité, ou bien des viols collectifs par des villageois brutaux. Celle qui porte le déshonneur est toujours la femme, devenue "marchandise dépréciée". Ce thème de la violence sexuelle n'est pas le seul développé dans le roman, il y a aussi tout le système vicieux de l'allégeance au parti et à ses idoles, en particulier au président Mao, qui crée un échafaudage de petits pouvoirs exercés avec méchanceté et jalousie. C'est un roman cruel où peu de personnages sont sympathiques, à part les plus méprisés, comme la pauvre Yuxiu, et une des maîtresses du père Wang.
C'est tout de même un roman dont je recommande la lecture pour ceux qui se passionnent pour ce fascinant pays qu'est la Chine. Il est très bien écrit et donne un témoignage des années de la Révolution Culturelle, sans pour autant raconter les pires horreurs, les exécutions et emprisonnements. L'écriture et la construction du livre m'ont plu, les personnages sont développés, parfois par une simple esquisse qui en dit long, comme pour le fiancé éphémère de Yumi, ou le fils de son vieux mari. Pour ma part j'ai eu l'impression de lire une dystopie ou un roman de fantasy, c'est dire à quel point la civilisation chinoise est loin, bien loin, de l'occident.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ladybug
  09 août 2011
Le roman se compose de trois chapitres : le premier nous parle de Yumi, la fille ainée d'une famille de 8 enfants (7 filles et un garçon), le second chapitre de Yumi et de Yuxiu (la 3ème fille, séductrice, qui sait se faire aimer de tous) et dans le troisième, on suit Yuyang, la 7ème fille, douée mais maladroite, très touchante. Les 2 premières histoires ont lieu en 1971 dans un village et en ville et la 3ème dans les années 80, à l'école normale.
J'ai suivi avec beaucoup de plaisir l'évolution de ces jeunes filles, intelligentes et volontaires qui s'efforcent de vivre dans un milieu qui ne leur est pas familier. On apprend sur l'organisation du travail dans le village et en ville, le quotidien et le fonctionnement de l'école avec ces nombreux comités dont certains membres sont prêts à tout pour "servir la cause de l'organisation".
J'ai particulièrement aimé le personnage de Yumi, la grande fille, secrète, mature, avec sa colère contenue elle ne perd jamais la face. Elle voue une haine féroce aux maîtresses de son père, un coureur de jupons. Quelle puissance de regard lorsqu'elle fait le tour du village, son petit frère dans les bras pour regarder fixement ses maîtresses ! cette dénonciation silencieuse est très efficace et n'échappe à personne. La puissance du regard est également bien restituée dans la lutte de pouvoir entre les deux soeurs ennemies, Yumi et Yuxiu.
J'ai beaucoup apprécié l'écriture de Bi Feiyu, il y a un vrai ton ironique et savoureux. On a le droit à des scènes cocasses qui mettent en scène les hommes surtout. Mais lorsqu'il parle des trois soeurs, son regard se fait plus tendre.
Et tout ceci au rythme des maximes de Mao qui sont très bien intégrées au récit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alefeuvre80
  01 juillet 2013
Trois soeurs, trois visages de la femme chinoise ; trois tentatives d'échapper à la campagne. Quand on n'est que l'une des sept filles, autant dire pas grand-chose, quelle voie s'offre à vous ? Yumi, l'aînée, choisit la dignité : le mariage, le pouvoir, c'est la même chose. Yuxiu, la troisième, choisit de plaire : être désirée, être choyée, c'est la même chose. Yuyang, la septième, choisit l'école : apprendre, partir, c'est la même chose.
Destins brisés, mais reforgés : à qui perd gagne, toutes sont très fortes.
Péripéties burlesques, détournement des pensées maoïstes, on y rit, on y pleure, on découvre une Chine où communisme et tradition se renforcent pour sceller le sort de chacun.
On est touché par Yuyang, on a du respect pour Yumi ; Yuxiu perd tout à son jeu.
Un livre qui donne une image nuancée de la Chine communiste.
Commenter  J’apprécie          20
Hanta
  15 juillet 2015
Les vacances ont au moins un mérite : celui de nous permettre de profiter pleinement de nos passions, dont la lecture ! J'ai beaucoup hésité avant de prendre cet ouvrage, étant donné que les livres écrits par des auteurs chinois m'ont toujours moyennement plu. Eh bien, j'étais agréablement surprise car ce livre m'a totalement subjugué. On est très vite plongé dans le quotidien des trois soeurs et dans la vie du village et il est vraiment très difficile de s'arrêter. Les trois soeurs sont très attachantes malgré leurs différences. L'histoire commence par celle de Yumi : elle essayera de rester digne malgré les évènements qui entachent l'honneur de sa famille. Je l'ai trouvé très courageuse, responsable et mature malgré son jeune âge. Puis vient Yuxiu, frivole et orgueilleuse. Elle usera de la séduction pour arriver à ses fins mais beaucoup de choses vont l'handicaper dans son ascension. La dernière soeur est Yuyang, une jeune fille discrète et sérieuse qui profitera du pouvoir en place pour avoir sa place au soleil. Leurs histoires sont vraiment très tristes et ses jeunes filles devront sacrifier beaucoup de choses.
On découvre, dans ce livre, les conditions de vie des femmes dans ce pays : elles ont un statut inférieur et sont soumises à la volonté des hommes. La sexualité, la virginité et la maternité jouent un rôle important et peuvent influencer de manière décisive leur existence. Un des éléments qui m'a beaucoup choqué dans cet ouvrage est l'hygiène. Il y a quelques détails qui m'ont hérissé les poils, notamment le "seau hygiénique" qui fait office de toilette pour toute la famille. Quant au style d'écriture, il est vraiment fluide et très agréable. Il est légèrement ironique et critique subtilement le parti communiste.
Bref, un vrai délice que je recommande vivement !
Lien : http://leslecturesdehanta.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lacazavent
  24 mai 2016
Trois soeurs , c'est l' histoire de Yumi, Yuxiu et Yuyang trois soeurs durant la Révolution culturelle en Chine. Centré sur leur quotidien, chacune de ses soeurs incarne une ambition, Yumi souhaite que sa famille soit respecté, Yuxiu séduit, et Yuyang discrète désire plus que tous réussir. C'est en ce sens que le roman nous évoque Balzac, Zola... On découvre parfois avec surprise une vie entre ville et village, entre tradition et révolution communiste, l' écriture balance entre la description et l' ironie, certaines scènes sont drôles, d'autres déroutantes, les portraits féroces.
Certaines réflexions et agissements ne sont pas si facile que cela à appréhender pour un lecteur éloigné de la culture chinoise.
Un bon moment d' évasion, à lire l'esprit ouvert.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FemiFemi   08 janvier 2013
Or, le sentiment d'humiliation est une chose étrange: plus on l'enfouit profondément, plus ses dents s'aiguisent et plus ses morsures deviennent douloureuses.
Commenter  J’apprécie          40
missparker18missparker18   07 avril 2018
C'était donc cela l'amour : être assis en silence, côte à côte, un peu étrangers mais proches par la pensée, tout près l'un de l'autre et pourtant transportés loin dans l'espace, goûtant cet instant de bonheur infini. C'était tout cela.
Commenter  J’apprécie          20
kalessekalesse   28 septembre 2014
Yuxiu se demandait comment elle avait pu commettre une telle erreur. La servilité ne suffisait pas. La politique et la tactique étaient à la base de la flatterie.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Feiyu Bi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Feiyu Bi
La France vue par BI Feiyu (2014).
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre