AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Claude Payen (Traducteur)
EAN : 9782877306829
114 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (28/10/2003)
3.33/5   27 notes
Résumé :

Xiao Yanqiu a la beauté froide de la Chang'E de la légende, qui avala la pilule d'immortalité avant de s'élancer vers la lune, où elle vit désormais dans une solitude glacée. Mais dans son cœur brûlent la passion de son art et le regret d'avoir, à l'orée de sa jeunesse, brisé sa carrière d'actrice d'opéra.

Vingt ans après, on lui propose de reprendre le rôle de la déesse de la lune dans le célèbre opéra tiré de la légende. A quel prix sau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  21 janvier 2012
Xiao Yanqiu avait tout pour elle : la beauté, la gloire assurée et par conséquent l'argent et la renommée mais c'était sans compter sur son caractère vif et d'une jalousie excessive envers ses concurrentes sur le devant de la scène de l'opéra de Pékin. Aussi, la jeune femme, après avoir commis une erreur que son metteur en scène ne peut lui pardonner, se voit contrainte de se reconvertir et de continuer sa carrière en tant que professeure d'opéra.
On dit que le le temps efface toutes les douleurs et les déception mais ceci est dans la théorie. La pratique est toute autre car bien que mariée et mère à son tour, Xiao Yanqiu pensait avoir fait son deuil de la scène jusqu'au jour où, vingt ans plus tard, un P.D.G extrêmement riche et influent contacte son ancien metteur en scène afin que celle-ci remonte sur les planches et interprète de nouveau le fameux personnage Chang' E dans L'opéra de la lune. Elle se laisse à nouveau envahir par cette ivresse et toutes ses jalousies, même à l'encontre de ses meilleurs élèves, remontent à la surface car, une fois qu'elle est sur scène, le monde environnant n'existe plus pour elle.
Bref roman à l'écriture fluide et légère, ce dernier incite néanmoins le lecteur à réfléchir sur le sens que l'on veut donner à sa vie et nous met en garde sur le danger de la célébrité et sur les actes insensés que celle-ci peut pousser l'être humain à accomplir.
Une jolie découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Shan_Ze
  14 janvier 2016
Xiao Yanqiu, 20 ans après ses débuts prometteurs, s'apprête à jouer enfin L'envol vers la lune, une pièce que lui tenait à coeur. Cette fois-ci, elle se retrouve dans le rôle du professeur. Mais l'envie de jouer est plus forte et elle est sur le point de refaire les erreurs du passé… Belle petite histoire sur les notions de partage, de respect de l'autre et de soi.
Commenter  J’apprécie          131
frandj
  03 août 2021
Je ne connaissais pas du tout Bi Feiyu, l'auteur de ce (court) roman. Il concerne le milieu de l'opéra de Pékin. Ce genre de spectacle, codifié et subtil, fait partie intégrante de la culture chinoise, mais il est méconnu du public occidental. En prologue, on pourra glaner quelques informations précises à ce sujet.
L'héroïne s'appelle Xiao Yanqiu. Quand elle était encore jeune et belle, elle a démontré toutes ses qualités dans le rôle de Chang'e, le personnage principal du célèbre "Opéra de la lune". Mais, d'emblée, elle a gâché sa carrière par une violente réaction de jalousie. Elle a donc cessé de se produire, devenant professeure d'opéra. Or, vingt ans après, une nouvelle opportunité se présente à elle: un PDG fortuné, qui veut revoir Xiao Yanqiu dans le rôle de Chang'e, finance une nouvelle production. L'actrice désire réaliser à nouveau son rêve, qui doit lui permettre de se transcender. Mais elle a vieilli et s'est empâtée. Et surtout, on ne se refait pas. Sa jalousie et son narcissisme refont surface…
Sur ce canevas très simple, Bi Feiyu a écrit un roman réussi. On pénètre dans cet univers particulier de l'opéra de Pékin, on entrevoit des aspects de la société chinoise et on suit le parcours compliqué et douloureux de l'héroïne. Je recommande ce livre.
P. S. Ce nom de Chang'e me disait quelque chose. J'ai vérifié: c'est le nom que les Chinois ont donné à plusieurs sondes qu'ils ont récemment envoyé sur la Lune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
YoakeKonjiki
  10 octobre 2018
Chang'E (4) sera le nom du nouveau robot spatial que la Chine va envoyer pour explorer la face cachée de notre astre lunaire. Cela est révélateur du poids de l'empreinte que la légende de Chang'E a dans l'imaginaire collectif en Chine. Et quelle légende: imaginez une déesse condamnée à vivre sur son palais lunaire après avoir avalé une pilule qui la transporta sur la Lune....
En toile de fond de ce court roman, cette légende est le cadre d'un opéra traditionnel qui est monté à l'opéra de Beijing. le rôle de la belle Chang'E échoit à Xiao Yanquiu, étoile déchue de l'opéra à la retraite. Celle ci va tout faire pour se montrer à la hauteur de ce rôle, son rêve de jeunesse, qu'une providence à la fois heureuse et cruelle lui offre de jouer à la quarantaine passée. Consumée par un idéal artistique et esthétique, elle s'inflige toutes les épreuves pour ressembler, incarner, fusionner avec Chang'E.
C'est un véritable chemin de croix artistique et personnel que nous décrit l'auteur. C'est cela au fond qui est fascinant: cette sorte de vision artistique devient à la fois le but et l'abîme de cette femme. But car c'est l'acmé inespérée d'une vie morne et d'un destin avorté. Abysse car c'est un but inatteignable que de devenir une déesse... Il y a de la beauté à voir cette quête qu'on ressent dès le début vouée à l'échec. Il y a aussi une réminiscence de la thématique du pacte avec le diable: plus elle s'approche de l'incarnation de Chang'E, plus son corps et sa raison se détachent d'elle. Certes ces thématiques sont des lieux communs, mais je trouve que l'auteur les explore dans un cadre (l'opéra chinois) et dans un style assez agréables et intéressants.
De là à tirer comme leçon du livre qu'il faut se contenter d'ambitions raisonnables, il n'y a qu'un pas... que je ne ferai pas ! La déraison au service de l'ambition me paraît un mal moins grand que la modération au service d'un ennui préservant le corps mais affadissant l'âme... enfin je dérive à donner un sentiment personnel, veuillez me pardonner... Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fuyating
  11 décembre 2019
Cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu de livre de Bi Feiyu. J'ai trouvé le thème de celui-ci très intéressant puisqu'il est centré sur l'opéra de Pékin mais aussi et surtout sur l'ambition et ce que l'on est prêt à faire pour assouvir ses passions et ses rêves.
Le personnage de Xiao Yanqiu est complexe, elle apparaît tantôt touchante tantôt froide, avide de célébrité et déçue de son destin brisé. Sa vie ne fait aucun sens pour elle, loin des planches. Cette femme est impulsive et ne réfléchit pas à la portée de ses actes, n'ayant que le rôle de Chang'E en tête. J'ai particulièrement aimé la réflexion autour de cette passion sans limite pour ce personnage qu'elle considère incarner. Elle le dit elle-même "je suis Chang'E". Passion qui pourrait mener à la folie ?
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   21 janvier 2012
"On dit souvent que la vie est tournée vers l'avenir. Or, il n'en est rien : comme les vieux immeubles, elle nous rappelle toujours le passé."
Commenter  J’apprécie          50
cicou45cicou45   21 janvier 2012
"Nul ne peut lutter contre les ravages du temps. Vouloir résister, c'est comme s'épuiser à tirer sur la queue d'un buffle qui vous entraîne, lentement mais inexorablement, dans l'eau."
Commenter  J’apprécie          20
FuyatingFuyating   11 décembre 2019
C'était une guerre, mais une guerre sournoise. On ne sentait jamais l'odeur de poudre mais on pouvait compter les morts et les blessés. L'ennemi était son corps. Elle menait contre lui une guerre sauvage et sans merci. Elle devait non seulement l'écraser sous un tapis de bombes mais aussi lui rendre des embuscades meurtrières.son corps était sa cible. Au moindre mouvement, elle tirait sans hésiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cicou45cicou45   21 janvier 2012
"L'être humain est son propre ennemi."
Commenter  J’apprécie          80
FuyatingFuyating   11 décembre 2019
La remarque n'avait rien de drôle mais la moindre idiotie d'un homme célèbre peut passer pour de l'humour.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Feiyu Bi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Feiyu Bi
La France vue par BI Feiyu (2014).
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..