AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791030410167
Éditeur : Allia (03/01/2019)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
L’Europe ne sait plus où elle va. Les Européens ne se reconnaissent plus dans l’Union, ce qui conduit un nombre grandissant­­­­­ d’entre eux à se replier sur leurs nations respectives.
Surtout, ils ont pour retrouver un avenir à résoudre un problème plus grave, à l’origine plus lointaine, dont ils ont une conscience moins nette : “la liberté qu’ils ont perdue depuis que le capitalisme leur a imposé sa loi”. Pour la recouvrer et établir la primauté du politiqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Erik35
  12 février 2019
L'EUROPE ! L'EUROPE ! L'EUROPE !
C'était un jour de décembre 1965, le futur président élu (pour la première fois de l'histoire de cette nouvelle République, taillée comme un costard pour son premier thuriféraire) prononçait l'une des petites phrases dont il avait le secret (et peu de contradicteurs, ni les moyens communicationnels dont nous disposons aujourd'hui, est-il nécessaire de le rappeler ?) :
«Alors, il faut prendre les choses comme elles sont. Car on ne fait pas de politique autrement que sur des réalités. Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant l'Europe ! l'Europe ! l'Europe !... mais cela n'aboutit à rien et cela ne signifie rien. Je répète : il faut prendre les choses comme elles sont.»
Bien entendu, il n'est pas question pour le sinologue et philosophe Jean-François Billeter, dans ce bref essai de moins de cinquante pages et qui relève presque (le "presque" est d'importance) du discours programme, de revenir sur ces mots aussi mythiques que relativement révolus (dans le sens où une certaine forme de construction européenne - qu'on l'apprécie ou pas - s'est finalement faite). Il s'agit pour lui, européen convaincu (notons au passage que M. Billeter est de nationalité suisse...), de dire ce que le vieux continent est ou devrait être à même d'apporter encore, en terme de civilisation, à lui-même d'abord, et à l'ensemble de la planète ensuite. Pour cela, il imagine les contours d'une nouvelle République dans laquelle les (futurs) anciens Etats-nation auraient achevé d'abandonner leur souveraineté tandis que les citoyens retrouveraient la pleine et entière liberté de leur citoyenneté, de même que des euro-régions équilibrées, trouvant leur légitimité dans les histoires et géographies locales (pour les plus anciennes) ou de création récente lorsque c'est nécessaire, auraient pour ainsi dire valeur de personnes morales parlant d'égales à égales, en lieu et place des actuels pays. le tout, sur un continent qui aurait définitivement tourné le dos aux impérities et même à l'enfermement mortifère du Capitalisme, et dans un univers fait de justice et d'équilibre...
Nul n'est forcé de partager le rêve de Jean-François Billeter. Ou, au contraire, de l'estimer aussi grandiose qu'indispensable. Tout un chacun est en droit - en devoir - de se faire ses propres opinions. Mais c'est pourtant là que le bât blesse : Jean-François Billeter nous a jusque là habitué à faire ce qui devrait être la pierre angulaire de toute réflexion : penser par soi-même. Car si l'on peut aisément entendre - trouver nécessaire, même - que toute pensée se nourrit tant de ses propres expériences que celles d'autrui, de lectures, de théories émanent d'autres que soi, il en va autrement de ce qui apparaît ici comme d'une espèce de recopiage très résumé des hypothèses et propositions d'autres que lui-même (en l'occurrence celles de la politologue allemande Ulrike Guerot, fervente promotrice de cette "République européenne" ici présentée) et, pour qui connait, suit et apprécie de longtemps l'exercice de la pensée chez J-F Billeter, osons écrire qu'ici, cela ne fonctionne vraiment pas :
On a ainsi droit à une succession de raisonnements oiseux qui ne tiennent que sur des voeux aussi pieux que très fortement improbables, qui se succèdent dans une ronde effrénée de verbes conjugués au futur simple fleurant leur impératif ("On fera cesser", "on arrêtera", "il faudra", "on laissera", etc), de formulettes simplettes indignes d'un penseur de ce calibre : «Des emplois disparaîtront, d'autres se créeront.» (sic !), des imprécations et autres paroles creuses plus dignes d'un gourou que d'un chercheur : «Il faudra délibérer et décider de ce qui est utile à l'accomplissement humain et de ce qui ne l'est pas», des pétitions de principe dont on ne sait sur quoi elle reposent : «Les Européens seront chez eux dans toute l'Europe, ce qui ne les empêchera pas d'être attachés à une région particulière.» L'ensemble de ces souhaits semblant faire table rase de l'actuelle UE, comme si cette dernière n'avait pris, au pire, qu'une mauvaise voie au cours de son histoire récente mais qu'un peu de rêve, de bonne volonté et d'idées généreuses pouvaient remettre sur les bons rails en un tournemain...
Et presque tout est à l'encan... comme si M. Billeter était à son tour atteint de cette maladie étrange, merveilleuse mais souvent néfaste qu'est, de notre point de vue, cette Européisme aveugle - même s'il nous faut bien reconnaître que la vision de cette Europe idéale selon Billeter est plus proche de la notre que celle actuelle - et surtout totalement "hors sol" d'une partie de nos élites.
Il y a aussi qu'en cours de route, on ne sait plus trop bien si Jean-François Billeter nous parle encore d'Europe où si, dans son rêve de monde plus juste, plus beau, ce n'est pas de l'humanité toute entière dont il est question. Ce glissement qui s'opère, s'il est empli d'un bel humanisme social et universaliste, ne laisse pas de troubler le lecteur attentif qui se demande bien comment cette Europe qui n'existe déjà pas pourrait se trouver confortée par ce qui est encore moins probable à l'échelle de la planète. Car la République européenne de Jean-François Billeter s'échoue sur un écueil de taille, le plus important et impossible à la fois : c'est que, pour que cette Europe qu'il appelle de ses voeux voit le jour, il faudrait qu'elle tourne le dos totalement à la pensée capitaliste et aux fonctionnement sociaux-économiques qui en découlent. Or, s'il évite soigneusement le sujet, du moins, s'il ne le traite pas de front, il sent bien que ce préalable ne peut advenir que si la planète toute entière abandonne d'une seule volonté le fondement de la quasi-totalité l'économie terrestre. Autant attendre le grand effondrement annoncé par les collapsologues, de plus en plus nombreux : celui-ci semble désormais bien plus certain (à plus ou moins forte échelle) que ce genre de mirage illusoire de la pensée.
Pour en revenir à la petite phrase assassine de feu le Général, Jean-François Billeter déçoit ici doublement : parce qu'il nous rejoue les cabris d'antan dont la première défense idéologique de l'Europe était d'en répéter le mot à la manière d'un prêtre antique, et de s'attirer ainsi les mannes de la destinée mais, plus grave encore, il répond exactement à la première partie du bon mot gaullien : il refuse de voir, de prendre, de jauger les choses à l'aune de ce qu'elles sont, ce à quoi l'auteur du génial "Leçons sur Tchouang-Tseu" ne nous avait habitué ni dans son "Un paradigme", qu'il faisait résolument partir de son expérience sensible immédiate, ni de son complexe "Esquisse", plus "en hauteur" philosophiquement parlant mais où il approfondissait avec beaucoup de culture et d'intelligence l'idée d'un retour à la pensée première des Lumières, toute faite de Raison (c'est à dire de mise en doute conscient et permanent, de réflexion) et non pas de raisonnements (calculateurs) ni de raisonnable (liberticide) comme celle-ci a été peu à peu revue, corrigée, déformée par la suite. C'est d'ailleurs à l'aune de cette grande pensée qu'il faisait la peau, de manière profonde, à la pensée capitaliste.
Même si sa critique fondamentale du Capitalisme nous semble demeurer juste, même si son rêve d'une Europe réellement démocratique des citoyens a tous les atours d'un idéal politique à perfectionner, Jean-François Billeter semble être ici tombé dans tous les travers possibles de cette Europe intellectuelle et politique totalement détachée des peuples, de leurs histoires à la fois communes et diverses, de leurs langues multiples mises en danger par l'uniformisation anglo-saxonne (de même que leurs modes de vie), de ces sursaut populistes dont on peut craindre le pire mais qu'il est stupide tout autant que dangereux de les balayer d'un revers de la main sans chercher à en comprendre sincèrement les sources ni les ressorts.
Cette manière pour le moins idéologique d'aborder cette éternelle "autre Europe possible" toujours promise (surtout par les partis et gens de gauche) mais que l'on ne voit jamais venir depuis cinquante ans qu'elle est promise aux citoyens, c'est aussi totalement faire l'omission de problèmes plus globaux que notre planète connait de manière de plus en plus pressante (auxquels cette même UE a d'ailleurs très largement contribué), et qui risquent fort de s'aggraver au fil des années : changements climatiques, guerres de l'eau, pressions migratoires, raréfaction des matières premières et des énergies carbonées, instabilités politiques, etc, etc, etc. Autant d'éléments que l'essayiste ne mentionne pas un seul instant et qui sont pourtant, nous semble-t-il, des données essentielles à prendre en considération quant aux évolutions politiques des années à venir.
Un ouvrage "manqué" qui ne nous fera toutefois pas changer d'avis sur l'importance et l'intérêt que nous portons par ailleurs à l'oeuvre de ce brillant penseur et écrivain tant elle nous a apporté à ce jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
steka
  20 janvier 2019
Autant Jean-François Billeter est pertinent en ce qui concerne la Chine, la présentation et la traduction de sa philosophie et l'interprétation de son histoire, autant il fait preuve en cet opuscule d'une candeur et d'une naïveté qui laissent pantois pour ce qui concerne le devenir européen. Ne semble-t-il pas en effet croire que l'état, calamiteux, de notre continent serait la conséquence d'un malentendu, d'un égarement temporaire de la raison qu'il nous suffirait de retrouver au coin de la rue dans un bel ensemble.
De même quant à l'abrogation du capitalisme qui, miraculeusement, s'imposerait comme une évidence pour tous et que nous pourrions laisser tranquillement comme une vieille chose honteuse sur le bord du trottoir pour voguer en une parfaite unité vers une "République européenne" accomplie, une Res publica devenue effective. Lecteur assidu de Billeter depuis de longues années, l'égarement constaté en ce petit texte me fait peine; notre situation serait-elle si désespérée qu'un penseur aussi subtil que cet auteur en soit réduit à s'éloigner dans une pure fantasmagorie pour envisager un quelconque devenir commun...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Erik35Erik35   11 février 2019
Parce qu'il nous entraîne dans une course folle et détruit tout ce qui est stable, le capitalisme crée l'illusion d'une société ouverte mais il nous impose un monde fermé. La pensée y est prisonnière. Ceux qui servent ce système affirment qu'il est rationnel et indépassable. Nul ne doit s'aviser qu'il pourrait n'avoir qu'un temps et que nous disposons de toutes les ressources qu'il faut pour lui en substituer un autre. Il est d'essence impersonnelle, disent-ils, et dégagent par là leur responsabilité personnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Erik35Erik35   12 février 2019
Philosopher, c'est apprendre à penser librement et à s'entendre avec d'autres, par la raison, sur les choses les plus importantes. L'étude des philosophes peut aider à préciser, approfondir ou étendre notre réflexion, et à la situer dans l'histoire, mais c'est par soi qu'il faut commencer.
Cette pratique de la philosophie est inséparable de la liberté politique, donc de la liberté tout court. Une société dans laquelle rien n'est placé au-dessus de la raison et où elle s'exerce sur tous les sujets est une société ouverte. Une société qui la soumet à une autorité supérieure ou en empêche l'usage de toute autre façon, est une société fermée. Il n'y a de liberté que dans les sociétés ouvertes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
stekasteka   17 janvier 2019
On proclamera l'abolition du capitalisme, c'est à dire la fin de l'assujettissement de la vie sociale à l'accroissement sans fin du capital.
Commenter  J’apprécie          45
Lire un extrait
Videos de Jean-François Billeter (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Billeter
Payot - Marque Page - Jean-François Billeter - Demain l'Europe
autres livres classés : avenirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox