AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782267023268
88 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (05/04/2012)
2.67/5   3 notes
Résumé :
En juillet 1960, Adolfo Bioy Casares est invité pour une semaine à un congrès d'écrivains au Brésil, sous les auspices du Pen Club. C'est à cette occasion que naît ce journal de voyage où cohabitent les présences littéraires (Alberto Moravia, Elsa Morante, Roger Caillois, Graham Greene...), les fantômes amoureux, les minuties du quotidien et la visite d'une Brasilia en construction. Ce petit livre rare est l'occasion de retrouver Bioy Casares dans la force de l'âge.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
wellibus2
  22 octobre 2016
Du 23 au 30 juillet 1960, l'écrivain argentin Adolfo Bioy Casares se rend au Brésil pour participer au congrès du PEN Club. À ce moment-là, Bioy a quarante-six ans, est marié depuis vingt ans à Silvina Ocampo. Ce journal de voyage forme un tout au sein de l'immense journal que l'écrivain a tenu (vingt-mille pages de cahiers remplies entre 1947 et 1999). Durant une semaine, Bioy va visiter Brasilia en chantier, Saõ Paulo, et Rio. Durant une semaine, Bioy va rencontrer des écrivains, et non des moindres, Graham Greene, Alberto Moravia et Elsa Morante, entre autres. Ce journal de voyage est aussi un journal intime. On y découvre des paysages et des comportements locaux, mais on y trouve également, et surtout, des réactions de mauvaise humeur, des contrariétés, des irritations.

Elle s'appelait Ophelia. Une toute jeune Brésilienne rencontrée en 1951, qui s'évanouit à la vue de Bioy « par admiration ». Ils ont une aventure, à Paris. En 1957, l'écrivain reçoit une lettre très affectueuse de celle qu'il appelle Opheliña. Lorsqu'Antonio Aita, le président du PEN argentin, propose à Bioy de se rendre au Brésil pour le congrès, en 1960, le souvenir non effacé d'Opheliña est le motif sous-jacent de son départ. le Brésil ? Oui, pourquoi pas ? Pour retrouver Ophelia, qui sait ?
Voilà le joli fil rouge qui donne sa cohérence à une semaine assez décousue. Amitiés et inimitiés entre écrivains, hôtels et restaurants, maux de tête et insomnies… sans le fantôme d'Opheliña, le journal de voyage ne serait que la relation égocentrée d'une semaine assez vaine. Mettons à part les pages sur l'escapade à Brasilia – et les photos qui l'accompagnent. À Brasilia, dans un chantier gigantesque, Bioy pointe les incongruités et les aberrations de la nouvelle capitale : il faut faire soixante kilomètres aller-retour pour acheter une brosse à dents si l'on a oublié la sienne, par exemple. On est au milieu de nulle part, entre gigantisme pompeux et mégalo et Indiens aux « oreilles larges comme la main, percées, qui étaient il y a encore trois ans les seuls habitants de la zone ». Opheliña est invisible, et le restera. Bioy, lui, incorrigible séducteur, détaille et jauge toutes les femmes qui passent à sa portée durant le séjour brésilien.

La postface de Michel Lafon, en écho à « Quelques jours au Brésil », s'intitule « Quelques jours avec Bioy ». Ces quelques pages – vingt au total – sont le récit d'une amitié dense et partagée. Michel Lafon dit ici son admiration pour l'écrivain, sa peur et sa joie de le rencontrer, son émerveillement de le côtoyer. Cette postface reprend subtilement la structure du journal de Bioy. Une scène « primitive » : la rencontre avec Ophelia en 1947 pour l'écrivain argentin ; le souvenir d'un après-midi d'été de 1972 pour Michel Lafon, lorsque son oncle demande au cours d'un jeu familial « si à cet instant vous pouviez convoquer d'un coup de baguette magique une personne vivante, qui choisiriez-vous ? » et que le neveu répond « Adolfo Bioy Casares ». le neveu deviendra argentiniste, c'est-à-dire spécialiste de l'Argentine, de sa littérature. Et nouera une belle amitié avec celui qu'il voulait convoquer à la fin de l'adolescence. Quelques jours au Brésil et Quelques jours avec Bioy parlent d'Adolfo Bioy Casares. À cette différence près – abyssale – que l'écrivain parle de lui-même, alors que Lafon parle de l'écrivain. En véritable écrivain, lui aussi. L'émotion est dans la postface : « J'essaie de me concentrer et de m'enthousiasmer, mais je ne peux éviter de me dire que je suis en train de dîner avec le personnage de “Tlön, Uqbar, Orbis Tertius”, avec l'amant de Faustine et de Paulina, avec l'explorateur des îles du Tigre et du Diable ».

NB : Cet article a été écrit en respectant une contrainte (ne jamais citer le nom de Borges pour évoquer Bioy Casares…)

Christine Bini
Lien : http://cle.ens-lyon.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Marti94
  04 octobre 2015
J'avais repéré ce livre « Quelques jours au Brésil » d'Adolfo Bioy Casares au salon du livre de Paris en mars 2015 où je suis allée pour trouver des romans sur le Brésil. Je prépare un voyage et j'aime m'inspirer de découvertes littéraires. J'ai donc emprunté ce livre à la bibliothèque.
Et bien, une fois de plus je ne suis pas emballée. le journal de l'auteur argentin Adolfo Bioy Casares m'avait attiré par les photos de Brasilia naissante mais en fait, il parle plus de lui que du pays dans lequel il séjourne pour un congrès d'écrivains en 1960.
Ce livre est très adapté à ceux qui s'intéressent à l'auteur, dont je ne juge pas ici la qualité de l'oeuvre littéraire.
Ce que je n'ai pas vraiment apprécié c'est son mauvais caractère, il n'est jamais content : le petit déjeuner n'est pas bon, il mange mal, il se sent contraint… Certes pas toujours mais quand même ! C'est vrai qu'il rencontre un tas de personnes passionnantes (Graham Green, Moravia entre autres) mais son machisme ne m'a pas donné envie de le connaitre davantage car les femmes sont soit blondes à forte poitrine soit poules albinos… Pas drôle.
Lu en septembre 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nathalia1307
  18 août 2012
Je découvre Adolfo Bioy Casares à travers ce carnet de notes. L'auteur séjournait au Brésil pour un congès du PEN en Juillet 1960 en compagnie de Graham Green , Alberto Moravia et Elsa Morante. Bioy Casares profite de moments off pour s'échapper à Brasilia ou il réalise quelques clichés. Ces notes sont également empreintes de l'attente d'une jeune femme Ophélia ... le suspens demeure autour de cette jeune femme, que Bioy Casares attend à ses heures perdues, ingénue, muse, relation ancienne?
La postface de Michel Lafon est tout aussi émouvante, de ce jeune garçon qui lisait L'invention de Morel, à son admiration pour l'auteur et de sa volonté de publier ses quelques pages du journal de Bioy casares, comme une reconnaissance envers cet auteur, qui lui a tant apporté.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Lhumanite   02 juillet 2012
Ce « petit livre d’heures brésiliennes », exhumé après la mort de l’écrivain, laisse passer l’écho de sa voix singulière.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Marti94Marti94   02 octobre 2015
En ce qui concerne ces invitations à des congrès internationaux, il faut distinguer deux moments : avant l’acceptation, quand il n’existe aucune obligation et que nous pouvons faire tout ce qui nous passeras par la tête ; après l’acceptation, quand nous comprenons que nous sommes en dette et que nous devons remplir nos obligations.
Commenter  J’apprécie          50
Marti94Marti94   02 octobre 2015
Cette histoire qu’ici on tue par amour, pour l’honneur ou pour des questions politiques, c’est de la blague. Pour l’honneur, en tout cas, jamais. Pour des raisons politiques, c’est interdit. Pour l’argent, parfois. Par erreur, le plus souvent.
Commenter  J’apprécie          70
Marti94Marti94   02 octobre 2015
A Rio, on dirait qu’il y a des pierreries bleues, rouges, jaunes, blanches, vertes disséminées par monts et par vaux.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Adolfo Bioy Casares (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adolfo Bioy Casares
L'invention de Morel, Casares
autres livres classés : brasiliaVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
509 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre