AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917689277
Éditeur : Editions ActuSF (08/11/2010)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 11 notes)
Résumé :
La frontière...
Qu'elle soit dans l'espace ou en nous, elle est le lieu de tous les fantasmes et de toutes les aventures.
Le lieu de tous les possibles.
Huit auteurs, cinq Anglo-saxons, un Suisse, un Espagnol et un Français se sont aventurés dans les marges pour explorer les frontières entre le possible et l'impossible, là où la réalité devient incertaine.
L'anthologie officielle des Utopiales vous propose de passer de l'autre côté ...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
TwiTwi
  21 février 2011
Depuis l'an dernier, Actu SF s'acquitte de la lourde tâche de confectionner l'anthologie officielle des Utopiales, rendez-vous incontournable de tout SFFFiste qui se respecte. Je n'ai pas lu le recueil de l'an passé, donc point de comparaison. Mais ce que je pense de celui-ci tient en 4 mots : c'est très très bon.
Voyons ça de plus près, car 4 mots restent bien peu et il y a plein de choses à en dire, tout de même.
Les huit nouvelles s'articulent autour de la thématique des frontières, exploitée subtilement et efficacement par les auteurs. le tout est chapeauté d'une préface de Pierre Bordage qui nous invite à repousser les frontières des genres et des sous-genres pour laisser à l'imaginaire toute la liberté qu'il mérite.
• Miroirs du ciel, Vincent Gessler. Un très beau texte qui parle de choc de culture entre une culture de type occidentale dans le genre envahissante et la culture traditionnelle d'un peuple vivant dans le désert.
* - [...] Pourquoi nous attaquez-vous ?
Le chef des Arghaïs se tourne vers lui :
- Vous tuez nos morts.
• La chose, Peter Watts. Une nouvelle déstabilisante qui nous place du point de vue d'une entité extraterrestre libérée des glaces et qui incorpore les êtres vivants dans sa propre biomasse. On aura la très forte impression de regarder un film dans le genre d'Alien ... du point de vue de l'entité. C'est spectaculaire. Très certainement le meilleur texte de l'anthologie.
* Là, je suis Blair. Je m'échappe par l'arrière tandis que le monde entre par l'avant. Là, je suis Copper. Je me lève d'entre les morts.
Là, je suis Childs. Je garde l'entrée principale.
Les noms n'ont pas d'importance. Ce sont des symboles, rien de plus ; toutes les biomasses sont interchangeables. Ce qui importe, c'est qu'ils sont tout ce qu'il subsiste de moi. La monde a brûlé tout le reste.
* Clarke avait été le dernier a essayer de l'arrêter ; MacReady lui a tiré une balle dans la tumeur.
Point vital.
• La fête de la comète, Juan Miguel Aguilera. Les frontières entre réel et imaginaire sont floues dans cette nouvelle d'un auteur espagnol où un étudiant se lancera dans un duel un peu étrange pour l'honneur de son école ... Peut-être ce duel bouleversera-t-il L Histoire ?
• Reviens, Carol !, Larry Niven. Des étudiants à l'université suivent un cours expérimental de téléportation. Quelles vont être les conséquences de braver ainsi les lois de la physique ?
* Mais je continuais à penser au vieux concept, sans doute encore présent dans toutes les religions. le dieu ou les dieux frappent instantanément quiconque montre assez d'orgueil pour les outrager. Jéhovah empêcha les hommes, par la confusion des langages, d'élever jusqu'au ciel la tour de Babel. Les quatorze enfants de Niobé furent tués en un jour et une nuit quand elle osa se targuer de sa progéniture à la divine Latone, qui n'avait que deux enfants. Vouloir rivaliser avec les dieux est toujours le premier et le plus grand des crimes.
• le vieux cosmonaute et l'ouvrier du bâtiment rêvent de Mars, Iain McDonald. Texte très poétique qui nous fait part d'un futur où les hommes ont abandonné la recherche spaciale et ce vieux rêve d'aller sur Mars pour la société de consommation et le cyberespace.
* Hé ! C'est votre monde. Vous avez tous votre mot à dire. Si vous ne parlez pas, cette partie de l'histoire ne sera jamais dite. Vos mots construisent l'univers, vos histoires le disent. Écoutez : la réalité quantique, c'est de l'information, pure et simple. le langage définit ce qui est réel : c'est la même chose pour les IA que pour les humains. Au plus profond des choses, tout est une histoire. Nous sommes tous des récits. Dites-moi. Dites-moi vos histoires. Nous avons un monde à construire, et nous devons le faire bien.
* Regardez des choses. Les constellations de ce cyberspace ne produisent ni lumière, ni émerveillement. Elles ont la forme des logos de Coca et de Nike. Il n'y a pas en elles de scintillement que ton oeil puisse refléter. Elles ne t'appellent pas hors de chez toi.
• La ville féminicide, Thomas Day. Thomas Day mêle réalité (les centaines de femmes tuées ou disparues de la ville mexicaine de Juarez) et fiction en y impliquant un dieu aztèque particulièrement sanguinaire. Texte très cru qui se lit d'une traite, avec tension.
le chasseur de jaguar, Lucius Shepard. Un chasseur de jaguar part en quête du jaguar noir, que l'on dit doué de pouvoirs mystérieux pour payer la télé de sa femme. Une histoire d'amour surprenante et exotique où les touches de fantastique s'entrelacent dans un décor décrit de façon très réaliste.
• Les rivages extrêmes de la mer intérieure, Justine Niogret. Un homme sans nom, dans un monde souterrain où s'est réfugié l'humanité, part à la recherche du ciel, qu'il n'a jamais vu. Une nouvelle à l'atmosphère pour le moins étouffante ...
* Il ne savait pas. Mais il régla sa virole et quitta la pièce des cristaux. Il avait décidé.Il avait décidé la jour où il avait voulu entendre les histoires des creuseurs. Il trouverait la surface, parce qu'il n'y avait rien d'autre à faire. Parce qu'il fallait qu'il la voie de ses propres yeux.
Le top 4 de mes préférées : La chose, Miroirs du ciel, Ville féminicide (même si je n'aime pas du tout le titre) et le vieux cosmonaute et l'ouvrier du bâtiment rêvent de Mars (par contre ce titre est d'une poésie absolue).

Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lelf
  07 février 2011
[...]La lecture de tous ces textes est enrichissante. Certains demandent un peu plus d'attention que d'autres pour intégrer les conceptions et/ou l'univers développé(s) mais l'effort est largement récompensé. Grâce à ces huit auteurs, qui modèlent autant qu'ils abattent les frontières, le lecteur voyage très loin, au coeur de l'humanité, de l'histoire ou d'autres mondes, dans des futurs ou des passés.
Lien : http://www.imaginelf.com/201..
Commenter  J’apprécie          20
gloubik
  12 avril 2016
Comme pour Utopiales 2009, mon avis est très partagé. Il y a du bon et du ... moins bon :-) Certains textes m'ont beaucoup plus (Shepard, par exemple) et d'autres m'ont déçu (Niogret par exemple). C'est ce genre de situation qui me fait toujours hésiter à acheter des anthologies ou des revues dans lesquelles j'ai l'opportunité de découvrir des écrivains qui m'étaient inconnus jusque là. Il y a tellement de livres que je n'ai pas encore lus d'écrivains que je connais et avec qui je suis certain d'êtres satisfait.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          00
Gromovar
  08 juillet 2011
L'anthologie officielle des "Utopiales 2010" est un moyen agréable de se souvenir des Utopiales (à fortiori quand on n'y est pas allé). Elle m'a paru, de plus, supérieure à la version 2009.
Préface de Pierre Bordage pour démarrer, et préciser le thème de l'année, les Frontières. Puis huit textes globalement satisfaisants, avec des nuances que je vais développer maintenant...
Lien : http://quoideneufsurmapile.b..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
TwiTwiTwiTwi   20 février 2011
[Le vieux cosmonaute et l'ouvrier du bâtiment rêvent de Mars, Iain McDonald] Hé ! C'est votre monde. Vous avez tous votre mot à dire. Si vous ne parlez pas, cette partie de l'histoire ne sera jamais dite. Vos mots construisent l'univers, vos histoires le disent. Écoutez : la réalité quantique, c'est de l'information, pure et simple. Le langage définit ce qui est réel : c'est la même chose pour les IA que pour les humains. Au plus profond des choses, tout est une histoire. Nous sommes tous des récits. Dites-moi. Dites-moi vos histoires. Nous avons un monde à construire, et nous devons le faire bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BartimeusBartimeus   11 mars 2011
Mam', j'avais envie de t'appeler pour te dire que je t'encule, mais je t'ai tellement torchée ces derniers mois qu'en fait j'espère plutôt que tu es morte, ton ventre énorme plein de gaz de merde fermentée, tes yeux pleins de vers, ta gorge bouchée par de grosses mouches vertes. Tu sens cette chaleur qui monte, qui te tue ? J'ai pris ton fric, mon ordinateur portable. J'ai foutu en l'air ta si précieuse clim'.
Il vide le Coca d'un trait. Rote bruyamment.
- Une pute mexicaine sur les genoux, ses longs cheveux noirs sur mes couilles, je vais l'écrire mon putain de livre sur le rêve américain, et Hollywood en fera un film que tes yeux dévorés par la vermine ne verront jamais, avec Colin Farrell dans mon rôle, John Voight dans celui de papa, et une grosse truie blonde fatiguée, une vieille clocharde dans le tien. Je te chie dans la bouche. Adiós mamá.
Mesquin.
Mais qu'est ce que c'était bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TwiTwiTwiTwi   18 février 2011
[Reviens, Carol ! , Larry Niven] Mais je continuais à penser au vieux concept, sans doute encore présent dans toutes les religions. Le dieu ou les dieux frappent instantanément quiconque montre assez d'orgueil pour les outrager. Jéhovah empêcha les hommes, par la confusion des langages, d'élever jusqu'au ciel la tour de Babel. Les quatorze enfants de Niobé furent tués en un jour et une nuit quand elle osa se targuer de sa progéniture à la divine Latone, qui n'avait que deux enfants. Vouloir rivaliser avec les dieux est toujours le premier et le plus grand des crimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BartimeusBartimeus   07 mars 2011
Tous mourront : chanceux et malheureux. Certains plus tôt d'autres plus tard, dansant partout et toujours la ronde du temps du temps et de l'espace. Passant du bruit au silence, de la vie à la mort, de la veille au sommeil. Le moment, le passage, qui peut le retenir ? Quand commence un bruit ? Qui peut s'endormir indéfiniment ? Accepte ta naissance comme l'idée de ta fin.
Commenter  J’apprécie          30
BartimeusBartimeus   11 mars 2011
De toute façon, tu n'auras notre pleine confiance que quand tu l'auras violée et tuée devant nous. C'est notre rite de passage. Personne n'y échappe.
- Quand j'en aurais fini avec elle, il n'en restera plus rien. Je lui couperai les seins, je lui mettrai les mains dans le moulin et je la baiserai pendant que ses os craqueront et qu'elle se videra de son sang.
Itzuli se fend d'un sourire tordu, équivoque.
- Une âme noire, comme je les aime. Cela dit, nous ne te laisserons pas souiller notre moulin avec du sang, mais il y a d'autres moyens. Beaucoup d'autres... Mi casa es tu casa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pierre Bordage (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bordage
Pierre Bordage, Inkarmations, chez Leha Editions : https://editions-leha.com/catalogue-details/inkarmations/ Retrouver un extrait inédit = https://chapitres.actualitte.com/extrait/inkarmations-pierre-bordage/7175
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mort d'un clone de Pierre Bordage

Quel âge a Martial Bonneteau ?

47 ans
48 ans
49 ans
50 ans

15 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Mort d'un clone de Pierre BordageCréer un quiz sur ce livre