AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264052023
Éditeur : 10-18 (19/05/2011)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 24 notes)
Résumé :

Paris. La Terreur gronde au rythme des exécutions qui cueillent les têtes des ennemis de la Révolution. Sénart, secrétaire du Comité de Sûreté Générale, est chargé par Vadier, dit " le grand inquisiteur ", d'enquêter sur un crime à la mise en scène macabre et... maçonnique. Aidé dans sa mission par la célèbre voyante Marie-Adélaïde Lenormand, il sait que ce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
stefmet
  31 mars 2014
Ayant lu les différentes critiques de «La Sybille de la Révolution» je savais à peu près ce à quoi j'allais avoir entre les mains. Je ne reviendrai pas sur le mélange histoire + fantastique (fantastique pas très poussé non plus). Ni sur la fin relativement expéditive.
Sans être un chef-d'oeuvre du genre, ce récit se laisse lire. Certains passages comme la fête de la célébration de l'Être Suprême, chère au tyran Robespierre, valent le détour, il me semble.
Toutefois je mettrai quelques bémols en raison de plusieurs "incohérences" [comme le choix de Sénart et de la Sybille, soit disant en fuite, de se cacher... chez la Sybille elle-même - ceci n'étant qu'un exemple]
De plus je trouve le personnage de Gabriel-Jérôme Sénart assez peu attachant. Surtout au début avec son sens aiguë du devoir et sa volonté de ne pas juger les crimes de la Terreur. Heureusement, au fil des événements la carapace se brise et l'humanité qu'il laisse apparaître le rend plus intéressant.
Marie Adélaïde, la Sybille, possède un vrai potentiel de personnage passionnant, pas suffisamment exploité à mon humble avis. J'ai donc envie de voir ce qu'en a fait Nicolas Bouchard dans les épisodes suivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Isambour
  25 février 2014
Ce qui est bien avec les romans historiques, c'est que l'on apprend/révise des périodes de l'histoire avec un plaisir et un attachement bien plus convaincus que lors des -studieuses...- leçons d'école.
Ici, c'est en partie le cas. L'auteur montre en effet le versant plus négatif de la Révolution, cette période où chacun pouvait craindre pour son cou, où tous ceux qui avaient mis beaucoup d'espoir se retrouvaient finalement désemparés, voire aussi misérables.
Côté polar, ça commence bien, avec un crime aussi mystérieux que sanglant, un enquêteur complètement novice aidé d'une voyante.
Mais là où, à mon sens, ça commence à "clocher", c'est quand l'auteur insère une histoire de "loge noire". Et là, ça part vite dans le fantasque. Ça m'a un peu déçue car le roman en perd de sa cohérence. Une héroïne voyante, c'était sympa et drôle comme idée, mais la loge noire, les démons etc... En matière d'horreur, l'époque se suffisait amplement à elle-même.
Donc du bon et du moins bon. C'était bien parti, mais entre deux, le polar s'est presque transformé en roman fantastique avant de conclure brutalement par une fin aussi rapide que décevante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Patmarob
  06 octobre 2013
Ce roman historique a pour cadre la période la plus trouble de la révolution française : 1794 et la Terreur, au coeur des conflits politiques : Paris . L' intrigue policière plonge le lecteur dans l'atmosphère ésotérique du XVIII ème siècle qui mêle la franc-maçonnerie, la voyance, une secte satanique...Le début du roman place avec succès les personnages, l'atmosphère, l'intrigue...cependant les péripéties se succèdant , des longueurs apparaissent , l' histoire verse dans le fantastique ..et devient peu crédible. La fin du roman est attendue, l'ensemble ne répond pas à l'attente du début.
Commenter  J’apprécie          30
Boogers
  22 février 2017
Le livre vaut ce qu'il vaut : c'est un polar historique plutôt bien ficelé, sans être pourtant un chef-d'oeuvre. Contrairement à d'autres commentateurs j'ai bien apprécié le dénouement. le lecteur se rend compte que tout comme le personnage principal, il s'est laissé duper de bout en bout. J'ai d'ailleurs bien apprécié comment Bouchard a campé ce personnage principal : un homme sans trop d'illusions qui se fait prendre dans un engrenage auquel il ne comprend finalement pas grand-chose.
Commenter  J’apprécie          20
Valmont_49
  27 mars 2018
Histoire vraiment prenante, on tremble pour le personnage principal et celle qui l'accompagne car le rasoir national n'est pas loin !
Nous nous retrouvons happés par la scène du crime vraiment horrible et cela nous pousse à savoir qui en est l'auteur.
Très bon postulat de nous faire approcher une loge, une confrérie au temps de la Terreur mais j'ai trouvé la fin un peu trop expédiée ; on y apprend l'origine de ce qui tue et même si l'idée est bonne, cela s'essoufle...
Même les plus grands chênes peuvent être raccourcis...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
stefmetstefmet   28 mars 2014
Depuis aussi longtemps qu'elle s'en souvenait, Marie Adélaïde avait toujours eu des visions. Encore que vision ne soit pas vraiment le terme approprié. C'était plutôt un souvenir, une réminiscence de quelque chose. Comme se rappeler l'odeur d'une oie rôtie au four pour fêter Noël, la douleur consécutive à une gifle donnée par sa mère, l'odeur des champs lorsqu'elle jouait avec son petit frère. Sauf que ce qu'elle se rappelait n'avait parfois pas encore eu lieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   01 août 2013
Il ne suffit pas de lire un livre qui décrit les différentes associations des figures. Cela, n’importe quel imbécile peut le faire. On associe la femme, l’anneau et l’ours et hop ! Voilà un mariage heureux et prospère qui s’annonce.
Commenter  J’apprécie          20
stefmetstefmet   31 mars 2014
Les femmes regardaient passer ce jeune homme aux habits froissés, avec le regard vide de ceux qui n'attendent plus rien. La Révolution n'avait guère changé leur sort. Voire, depuis l'an dernier, elle n'avait même fait empirer.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   01 août 2013
L’homme n’était qu’un coquin qui trouvait dans la répression de quoi satisfaire ses appétits. Appétits d’argent, mais aussi de sang, et, il allait le comprendre bientôt, de luxure : la plus brutale et la plus ignoble.
Commenter  J’apprécie          20
Valmont_49Valmont_49   20 juin 2018
La mère supérieur se leva, folle de rage. Comment une simple roturière admise ici par charité osait-elle lui parler de la sorte ? Mais la fillette repris sans cesser de fixer son interlocutrice droit dans les yeux : - S'il m'arrive d'avoir la prescience de ce qui va advenir, il m'arrive aussi de deviner les sombres arcanes du passé. Vous-même, ma mère, n'avez-vous pas connu une certaine Elisabeth, chassée de ce couvent pour sa conduite immorale ? A ces mots, le femme poussa un cri et tomba à la renverse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Nicolas Bouchard (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Bouchard

Conférence Pourquoi être écrivain ? (extrait)
Conférence Pourquoi être écrivain ? aux Imaginales 2012 Avec Nicolas BOUCHARD, MaryJanice DAVIDSON, Thomas DAY, Jean-Philippe JAWORSKI, Xavier MAUMÉJEAN, Emmanuelle NUNCQ Modérateur : Stéphanie NICOT Traduction : Jocelyne BOURBONNIèRE
autres livres classés : révolution françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1786 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre