AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841466116
Éditeur : Syros (30/04/1999)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Si vous vous demandez pourquoi, après quelques années de carrière, les professeurs de lycée développent certaines ressemblances avec les charançons, cet ouvrage devrait vous intéresser.
Corinne Bouchard est enseignante depuis quinze ans... Le temps de perdre quelques illusions mais pas le sourire. Convaincue que l'on peut parler avec humour des choses importantes, elle évoque ici tout ce qui rythme la vie du lycée : rentrée scolaire, salle des profs, visite d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
marlene50
  04 août 2019
Ai déniché ce livre dans une bourse aux livres car le titre et la couverture m'ont bien plu.
L'auteure enseignante pendant 15 ans décortique ici avec humour tout ce qui rythme la vie des professeurs dans les lycées.
Tout cela pris au second degré m'a bien fait sourire voir rire parfois.
Comme elle dit :
"Elle a eu le temps de perdre quelques illusions mais pas le sourire".
Alors au terme de ces 126 pages, moi qui ne suis pas prof mais ai une nièce qui enseigne dans une CLIS (enfants avec un handicap en difficultés scolaires) ; je pense que ceux et celles qui essaient d'enseigner de leur mieux aux enfants handicapés ou non et de tous âges ont bien du mérite.
Commenter  J’apprécie          220
camati
  14 avril 2015
Quand j'étais encore professeur en activité, la veille de la pré-rentrée était toujours un peu tendue car nous ne savions pas ce qui nous attendait: nouveaux élèves, nouvel emploi du temps, nouveaux collègues, nouveaux programmes, nouvelles réformes, bref rien de bien sécurisant. J'avais donc pris l'habitude pour ma dernière soirée avant le grand saut de relire "La vie des charançons est assez monotone", écrit par un professeur qui, comme moi, avait enseigné en lycée technique, où nos matières respectives (Lettres pour elle, anglais pour moi)
n'étaient pas la priorité des élèves. Corinne Bouchard raconte des tranches de vie et des états d'âme avec beaucoup d'humour; pas de lamentations. Ce qu'elle racontait me parlait tellement que j'en riais toute seule, aux larmes parfois,cela me faisait beaucoup de bien.
Je ne sais pas si un non-enseignant apprécierait autant, mais moi, j'ai trouvé ce livre très drôle.
Commenter  J’apprécie          40
steph5977
  01 novembre 2019
MARRANT : livre qui se lit rapidement, drôle sans être à tomber par terre
Commenter  J’apprécie          00
CelebAngel
  04 juin 2017
Un petit essai rempli d'humour qui, bien que datant un peu, fera sourire les enseignants.
Lien : http://aporteedeplume.canalb..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
camaticamati   14 avril 2015
La vie des charançons était assez monotone.
Elle était tout entière consacrée à l'instruction.
Tous les matins, les jeunes charançons se levaient aux aurores, s'emplissaient les estomacs, et puis, leurs cartables au bras ou sur le dos, qui à pied, qui à vélo, qui en des autobus, ils allaient s'instruire.
Pour l'instruction des jeunes charançons avaient été construits des lieux spéciaux, appelés lycées, avec des chaises pour s'asseoir et des tables pour dessiner des organes sexuels dessus. Quand ça sonnait - car il y avait des sonneries, pour que tout un chacun sût quand l'instruction commençait -, les jeunes charançons se massaient devant la porte de leur classe, attendant que le professeur charançon arrivât, muni de sa clé, pour ouvrir le lieu où l'instruction était dispensée. Quand il n'arrivait pas, c'était une joie chez les jeunes charançons, qui voyaient s'ouvrir devant eux, à défaut de la porte, des avenirs roses et radieux: une heure, et parfois deux, pour aller boire des liquides sucrés et écouter des musiques bruyantes dans les cafés les plus proches du lieu appelé lycée! C'était le pied. Malheureusement, ça n'arrivait pas souvent, car les professeurs-charançons avaient la conscience professionnelle chevillée au corps - bien que les opinions publiques, généralement, les tinssent pour de méprisables feignants toujours en vacances, ou en grève quand par hasard ils n'étaient pas en vacances. En règle générale, donc, le professeur-charançon arrivait, muni de sa clé, il ouvrait le lieu où l'instruction était dispensée, et l'instructiion était dispensée.
L'instruction dispensée avait ceci de remarquable qu'elle n'entretenait aucun rapport, de près ou de loin, avec le monde dont rêvaient les jeunes charançons. Ce monde-là apparaissait sur les écrans à images, et il était peuplé de créatures de rêve couchées nues sur des capots d'engins automobiles, et d'hommes virils dont le plus grand souci était de se raser la couenne au millipoil. Dans le monde des écrans à images, il y avait des paradis à cocotiers, des chocolats qui vous donnaient des extases, des habits qui vous rendaient beaux, et des gens qui gagnaient des millions en tapant dans une baballe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marlene50marlene50   04 août 2019
(parlant des sorties scolaires)
Ils sont même prêts à aller voir le musée de l'agriculture local, qui expose trois râteaux à foin, quatre paniers à vanner et douze paires de sabots, pourvu que la visite tombe pendant les heures de cours.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   31 octobre 2014
Dans les lieux appelés lycées, on prétendait enseigner aux jeunes charançons comment résoudre des équations à deux inconnues, ce qu’ils peinaient à faire alors que n’importe quel ordinateur vous traite ça les doigts dans le nez, ou quelle était l’Histoire des charançons qui les avaient précédés, alors que l’Histoire appartenant par définition au passé ce n’est pas un sujet d’avenir ni même d’actualité, ou pis encore on leur faisait étudier de la poésie, alors que tout le monde sait bien que la poésie c’est que des konneries escrites par des individus louches portés sur la boutanche et le sexe, quand c’est pas les drogues (voir Rimbaud Arthur, Baudelaire Charles et tutti quanti)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   31 octobre 2014
Quand le nom d’un nouveau est annoncé, tous les anciens se retournent pour le repérer dans la foule. C’est qui, c’est qui ? Le nouveau, rouge de confusion, se lève, est applaudi et retombe précipitamment sur sa chaise. Quand il est vraiment très timide, il se contente de lever la main comme un élève du temps où ils demandaient la parole avant de la prendre, et il n’est pas applaudi.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   31 octobre 2014
Les spécialistes primaires intervenaient plus tard, à raison d’un pour vingt ou trente petits charançons, aux fins de leur apprendre à lire, à écrire et à compter. Ils y réussissaient plus ou moins bien, et plutôt mal que bien, puisque après cinq ans ou plus passés entre les pattes des spécialistes primaires, tout un tas de jeunes charançons ne savaient toujours pas bien lire, écrire et compter.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : professeurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Redoubler et alors ?

Quel est le thème de ce livre ?

La vie d'un chien
Les écoliers
La vie à la maison
Le redoublement

4 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Redoubler et alors ? de Corinne BouchardCréer un quiz sur ce livre