AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290113182
Éditeur : Editions 84 (16/09/1999)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 395 notes)
Résumé :
" Sylvie eut l'impression qu'elle allait, d'un coup de jarret, s'élever à quelques mètres au-dessus du sol. De toute la classe, c'était elle qui courait le plus vite. Cependant, nul dans la famille ne semblait prendre garde à ce talent exceptionnel. Inexplicablement, les grandes personnes, quand elles s'occupaient des enfants, n'accordaient d'importance qu'à leurs études. " Dans l'immédiat après-guerre, Viou est confiée à ses grands-parents paternels. Sa mère est pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
16 mai 2014
Viou, c'est Sophie Lesoyeux, huit ans. Nous sommes dans l'immédiat après guerre et Viou vit chez ses grands-parents au Puy. Son père , dont elle n'a que peu de souvenirs est mort dans les combats de la Libération, et sa mère adorée tente de refaire sa vie à Paris.
« Viou », paru en 1980 est en fait le premier volume d'une trilogie qui comprendra « A demain, Sylvie » en 1986 et « le troisième bonheur » en 1987. Une trilogie comme sait les construire Henri Troyat, voir « le moscovite » et « Les Eygletière », entre autres… portée par le style inimitable de l'auteur. Académique diront ses détracteurs… Et pour cause…Mais quel bonheur de redécouvrir de temps à autre cette plume précise, léchée… élégante, en un mot.
Même si l'intrigue est quelque peu banale, Troyat, et ce n'est pas le moindre de ses talents, nous embarque…
« Viou », un beau roman … Celui d'une petite fille « née trop jeune dans un monde trop vieux » dans lequel elle devra s'adapter et apprendre à vivre. Un beau texte…Vraiment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
scaalaire68
27 novembre 2013
Le monde des grandes personnes et leurs décisions sont parfois bien difficiles à admettre pour la petite Viou et inversement sa conduite n'est pas toujours approuvée par les adultes même si elle croit bien faire.
Quel joli roman tout en finesse psychologique ces malheurs petits et parfois plus grands de Sylvie (dite Viou) !
Commenter  J’apprécie          180
Levant
16 juin 2015
Comme la neige qui arrive fort à propos la veille de Noël, tout dans ce roman d'Henri Troyat jouit du même opportunisme. Même la mort du patriarche.
Je ferme le premier tome de la trilogie Viou. J'ai été heureux d'y retrouver cette belle langue d'une grande précision et pourtant nourrie de mots simples que j'avais appréciée dans la série Des semailles et des moissons. La langue d'un auteur prolifique, grand témoin de ce vingtième siècle, balloté entre la course effrénée du progrès technologique et les grands cataclysmes qui ont meurtri l'Europe. Une langue qui procure un grand confort de lecture et fait descendre sur vous la nostalgie de l'ambiance des grandes sagas à l'époque où la famille constituait l'assise structurelle de la société.
Dans les romans d'Henri Troyat, le tumulte des événements de l'existence est lissé dans la course du temps sur le rail de la destinée. Il décrit la vie comme elle est. C'est un regard élevé au-dessus des joies et des chagrins qui alternent et s'enchaînent sans ralentir les aiguilles de l'horloge.
Henri Troyat nous parle d'un temps où l'autorité des parents, des instituteurs, plaçait encore ses jalons dans l'éducation des jeunes générations. Une époque où le respect était une notion vivante. Les énergies étaient canalisées par des codes de conduite. C'est une époque qui connaît encore les interdits. C'est pour cette raison que la vie y était plus exaltante. Nul besoin alors d'avoir recours à des artifices pour pimenter l'existence. Il suffisait de braver les interdits, comme par exemple mentir sur ses résultats scolaires, ce que Viou commettra, à s'en torturer de remords.
Viou est née avec la guerre. Son père y a perdu la vie. Son souvenir est trop flou dans sa mémoire pour lui en procurer du chagrin. Elle souffre en revanche de l'absence de sa mère, partie refaire sa vie à Paris. Elle découvre l'univers des adultes entre ses grands-parents paternels, une vieille tante et une servante de la famille un peu sourde, son institutrice. Elle n'est pas malheureuse. Sans vraie passion, elle jouit de bonheurs simples avec les visites trop rares de sa mère, la complicité d'un grand-père en butte à une épouse rébarbative et bigote ou encore l'amour de son chien.
Et tout à coup sa vie change. Mais pour savoir de quelle manière il faut se plonger le deuxième tome de la trilogie, ce que je ferai avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
candlemas
17 octobre 2016
Viou est une lecture d'enfance peu marquante pour moi ; ou plus exactement, l'histoire racontée par Troyat ne l'est pas ; à tel point que j'ai eu la surprise en re-feuilletant le livre d'apprendre que l'histoire se déroule dans cette petite ville bourgeoise, religieuse et pudibonde qu'est le Puy, ville bien connue par moi depuis.
Pourtant, les sensations, elles, sont restées : l'évocation d'une petite fille rêveuse et triste, souvent seule avec son chien Toby, aspirant à un ailleurs inconnu, évoquée avec tendresse par Henri Troyat, dans son ennui quotidien d'abord, puis dans les événements de sa vie qui la feront grandir et devenir femme.
Finalement, je vais attendre encore un peu avant de le relire ... Viou parle de l'enfance, mais n'est pas à lire par eux... il se lit plutôt avec la tendresse et le recul ému d'une personne âgée évoquant ses vieux souvenirs... rendez vous , donc, dans une trentaine d'année, Sylvie...
Commenter  J’apprécie          80
jadzia
04 avril 2012
J'ai lu ce livre en 6e et il reste pour moi un des meilleurs livres que j'ai lu. Tout simplement, parcequ'il m'a donné envie de lire les autres livres de Troyat, puis les autres livres tout court
Commenter  J’apprécie          110
Citations & extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
scaalaire68scaalaire6816 novembre 2013
La passion de Sylvie pour sa maman était si vive qu'à la seule évocation de ce visage lointain elle éprouvait un bondissement du cœur, un élan de tous ses muscles, le désir éperdu de se blottir dans ses bras accueillants. Mais, quand il s'agissait d'écrire à celle qu'elle aimait tant, les mots fuyaient sa tête. Son bouillonnement intérieur se traduisait par des phrases tellement banales qu'elle en était, par avance, découragée. Ce qui aurait dû être un chant d'amour tournait au devoir scolaire. A court d'inspiration, elle chuchota :
- Qu'est-ce que je mets ?
- C'est à vous de le savoir, Sylvie ! dit grand-mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
candlemascandlemas17 octobre 2016
Cette fois, tante Madeleine demeura avec Sylvie pendant que grand-mère et le médecin retournaient au chevet de grand-père.
- il ne va pas mourir ? demanda Sylvie.
- Mais non, ma petite, dit tante Madeleine. Tu n'avais pas des leçons à apprendre, pour demain ?
- Si
- Alors, viens. je vais te les faire réciter.
Sylvie tendit son catéchisme à tante Madeleine et psalmodia :
- on reconnaît la véritable Eglise à quatre marques : elle est une, elle est sainte, elle est catholique, elle est apostolique.
- Pourquoi est-elle apostolique ?
- Parce que 'elle a pour premiers chefs les apôtres...
Ernestine passa la tête par la porte pour annoncer qu'elle allait chercher les médicaments à la pharmacie. Elle avait mis un fichu, à cause du froid. La salamandre craquait. Dans son petit cadre d'acajou, papa assistait, imperturbable, la joue sur le poing, à tous ces bouleversements.
- on devrait téléphoner à maman ,dit Sylvie.
- pour quoi faire ?
- pour lui dire que grand-père est malade.
- Peut-être... en effet, dit tante Madeleine.
Visiblement, elle n'y avait pas pensé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ClioInoClioIno15 avril 2015
Les classes reprirent, monotones, avec leur cortège de leçons, de devoirs, de punitions, leurs disputes entre élèves et leurs conciliabules secrets dans la cour de récréation. Les heures oscillaient entre l'école et la maison. Et, à la maison, il n'y avait que de vieux visages. La rigueur de grand-mère, les silences de grand-père, les lorgnons de tante Madeleine. Chaque jour ressemblait à la veille. Dans l'ennui des semaines, Sylvie en arrivait à attendre la visite au cimetière comme une distraction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
genougenou05 mai 2013
Soulevée par les larmes comme par une vague, Sylvie se précipita hors du salon, grimpa l'escaliersonore et se retrouva couchée, à plat ventre, sur la carpette, au pied de son lit, avec l'ours Casimir dans ses bras. Elle ne se révoltait pas contre la punition. Bien mieux, elle la jugeait méritée. Mais elle ne pouvait pas, pour complaire aux grandes personnes, déclarer qu'elle aimait ce portrait alors qu'il lui faisait horreur. Sous les traits de son père, c'était un étranger qui avait pénétré dans la maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lecassinlecassin16 mai 2014
Elle comprenait tout. Elle pardonnait tout. Elle était du côté de la vie.
Commenter  J’apprécie          410
Videos de Henri Troyat (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
Vidéo de Henri Troyat
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre
. .