AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Madeleine Bourdouxhe (Auteur du commentaire)
EAN : 9782742751327
154 pages
Actes Sud (14/09/2004)
3.91/5   215 notes
Résumé :
Jalousie, en milieu ouvrier, d'une femme trompée par son mari avec sa propre sœur. Signes dont on voudrait croire qu'ils nous leurrent, mais qui sont d'une clarté douloureuse. Travail quotidien, pour tout faire comme avant : la maison, les enfants. Patience, humiliation d'une femme pour garder auprès d'elle Gilles, le seul homme qui existe pour elle, pour le consoler quand l'autre se sera détachée de lui. Amour tellement grand, désir tellement fort qu'il a tout pris... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 215 notes
5
16 avis
4
9 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

viou1108_aka_voyagesaufildespages
  07 août 2019
Le titre en dit long.
La femme de Gilles, c'est Élisa. Elle ne vit que pour lui, pour son amour, elle n'existe que par l'amour qu'elle lui porte. Gilles le lui rend bien, jusqu'au jour où il succombe aux charmes vénéneux de Victorine, la jeune soeur d'Élisa. Quand celle-ci s'en rend compte, elle se retrouve seule face à la plus grande épreuve de sa vie. Loin de faire voler son couple en éclats à coup de cris et de pleurs, elle ravale ses larmes et sa douleur, ne dit rien à personne: "Et elle fit comme s'il n'y avait eu rien de lourd dans son coeur, hormis cette joie douloureuse et épuisante que tout amour comporte". Élisa fait bien plus que bon coeur contre mauvaise fortune. Elle va aider Gilles, de plus en plus tourmenté par les caprices de Victorine. Elle lui montre qu'elle a compris ce qui se passe, l'aide à avouer, à exprimer tout ce qu'il ressent (et Dieu sait combien les confidences de son mari lui sont cruelles). Gilles souffrant comme un toxicomane en manque, elle l'accompagne dans sa tentative de sevrage, émaillée de rechutes et conclue par un drame où, après tant d'abnégation, Élisa obtient enfin, mais à quel prix, une identité propre : "Gilles, l'homme d'Élisa".
Banale histoire d'une femme trompée et d'un amour trop grand ? Pas que ça.
Nous sommes en 1937, dans le milieu ouvrier d'une cité industrielle. Dans ce modèle patriarcal, la femme s'occupe du foyer et des enfants. Quand bien même aurait-elle d'autres aspirations, elle ne pourrait les réaliser. Élisa est amoureuse de son mari, alors elle s'investit complètement dans cet amour. Et quand Gilles la trompe, que peut-elle faire d'autre pour survivre que de s'accrocher à l'espoir qu'il reviendra vers elle ?
Mais les frustrations sont aussi masculines : Gilles est possessif et jaloux quand Victorine fait mine de s'éloigner. Il voit bien aussi que son travail d'ouvrier n'est pas des plus épanouissants. Il lui prend des envies d'exil, d'aller travailler au soleil et mieux payé dans une usine en Italie, mais il sent confusément que l'herbe ne sera pas plus verte ailleurs.
"La femme de Gilles" est un très beau texte, puissant, faussement simple, tout en émotions, délicatesse et sensualité. L'écriture est aussi fine et épurée que les sentiments sont intenses et fragiles. Élisa, un peu naïve, très digne et stoïque, Gilles faible, aveugle et (involontairement) cruel, Victorine la garce décervelée, ces personnages ne laissent pas indifférent, et leur histoire est poignante et saisissante.
Pour paraphraser M. Thorgall dans sa lecture de l'oeuvre (Editions Espace Nord-Labor de 1985) : ce n'est pas l'amour qui tue, c'est son absence.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          737
krzysvanco
  16 mai 2022
Dès les premières pages, Elisa se présente comme « la femme de Gilles », elle chérit son homme et ne vit que pour lui, Ils ont deux enfants et elle en attend un troisième.
Gilles est tout pour elle, elle le choie, attend avec impatience son retour de l'usine.
Par petites touches, elle a l'intuition que Gilles la trompe avec Victorine, sa propre soeur.
Devant ce drame elle se refuse à faire un éclat, fait mine de ne rien voir et en arrive même à devenir la confidente de son mari …

Certes, il m'est venu souvent à l'esprit de vouloir secouer Elisa : comment peut-elle accepter cela sans réagir de manière plus brutale ?, mais Madeleine Bourdouxhe arrive à me faire éprouver de l'empathie pour son personnage !
Tout compte fait, ne m'est-il pas arriver de connaître des amies dans des situations comparables, soit acceptant de rester à jamais la maîtresse de l'homme qu'elles aiment, soit continuant à l'aimer malgré ses infidélités soit même et là c'est pire, de le faire même en étant battue par lui,.
il existerait donc une forme d'amour prête à tout pour ne pas perdre l'homme de leur vie ?
Je me rappelle les réactions de nombreuses femmes ne comprenant pas que Anne Sinclair continue à soutenir Dominique Strauss-Kahn

le roman est écrit en 1937, les moeurs ont changé, la femme est plus libre tant financièrement que socialement mais tout a-t-il été modifié pour autant ?
ici Elisa est convaincue que son homme lui reviendra, elle garde donc espoir, ne se résigne pas et adapte ses réactions à cette fin, mais elle en souffre énormément et dans la plus grande solitude. L'auteure nous le fait bien ressentir.
La fin du roman nous amène à la comprendre mieux mais je me refuse à vous la dévoiler…
La facture du roman est on ne peut plus classique. Tout se déroule vraisemblablement dans la région liégeoise, une cité d'ouvriers, la vie y est banale, travail, quelques sorties au cinéma ou en promenade, les personnages principaux sont peu nombreux : Elisa, Gilles et Victorine et en quelques phrases l'autrice nous les définit bien : Elisa, une jolie femme, enceinte de son troisième enfant, qui ne se définit que par son mari, qui se donne à lui car cela le rend si heureux, c'est par elle que nous découvrons toute l'histoire; Gilles, un ouvrier fort, qui succombe à un désir qu'il ne peut contrôler, qui peut se montrer jaloux et brutal, qui ne réalise même pas la détresse dans laquelle il plonge sa femme, qui aime Victorine sans que cela l'empêche d'aimer et de vouloir continuer à vivre avec sa femme, et enfin Victorine plus légère, cherchant plus le sexe que l'amour.
C'est un récit poignant, l'histoire est triste mais nous est relatée sans pathos, ce n'est en rien un roman à l'eau de rose et quatre-vingt-cinq ans après sa sortie, il continue à susciter de l'intérêt.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          455
ordinary_reader
  27 avril 2020
Ce livre était depuis très longtemps dans ma liste à lire, séduite par les critiques de mes amies Annette55 et diablotinO.
Qui peut être à ce point digne d'un tel amour ?!? Car Élisa ne possède, ne protège, ne donne que cela, avec un immense A.
À son foyer, à ce qu'elle a de plus cher, ce qu'elle a construit avec SON homme, son Gilles, pour le meilleur, et rien que pour cela. Tant pis pour la douleur secrète. Tant qu'il reste. Tant que demeure l'espoir...
Un récit à la fois tragique et lumineux, absolument prégnant, qui parle d'amour, de passion destructrice, d'adultère, d'identité, d'égoïsme et de don de soi.
Il m'a fallu faire un terrible effort pour essayer de ne pas juger, ni les uns ni les autres, de tenter de comprendre leur cheminement mental et affectif... Bien que je me sois révoltée intérieurement, je n'ai pas pu m'empêcher d'admirer le stoïcisme et la capacité (incommensurable) d'amour de cette femme, dont peu serait capable (!)
Une plume désarmante par son dépouillement, et déroutante par sa véracité... 154 pages lues d'une seule traite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5022
Annette55
  16 juin 2017
Elisa est la femme de Gilles.
Elle l'aime.
Elle attend prise d'un vertige de tendresse , son retour de l'usine chaque soir.
Alors elle n'est plus qu'attente, un corps sans force anéanti de douceur, fondu de langueur : C'est "Son Homme" , celui pour lequel elle travaille dur dans la maison toute la journée afin de l'accueillir au mieux en prononçant son prénom Gilles: court et mouillé comme un chuchotement .....(j'ai oublié de dire que nous sommes dans les années 30).Ils ont deux petites jumelles , blondes comme lui ; elle est enceinte du troisième .
Las! Les yeux inquiets d'Elisa découvrent des stigmates indéchiffrables et cruels , Gilles se prend d'amour pour sa jeune belle- soeur Victorine .:"S'il y en a chez qui le coeur se développe d'une façon démesurée , pour Victorine c'était le sexe qui prenait toute la place ."
Elisa est seule devant la plus grande douleur de sa vie, elle pense que l'odeur de la souffrance dégoûte toujours un autre, alors elle se tait , tait sa douleur , retient de lourdes larmes silencieuses.
Elle garde son beau sourire profond, ses grands yeux sombres qui posent sur les autres leurs regards lumineux et souriants..
Son coeur saigne, elle ne montre rien .
Le personnage d'Elisa qui n'existe que par son mari , surtout à cette époque, sans statut social, suscite en nous des émotions très vives!
La déchirure intime du désir est vécue par cette femme belle , pure de l'intérieur, fragilisée mais digne .
Attentive à ne rien bousculer ,prête à aider son mari qui lui avoue "tout "à sortir indemne de cette épreuve, elle puise son courage dans sa souffrance, ne formule aucun reproche, veille à ne pas faire d'éclat : "Je dois continuer à entretenir et défendre mon amour ."
Ce drame sentimental ouvrier publié en 1937, simple, bref, sans prétention s'impose en nous, nous touche, nous parle au plus profond..
Une histoire toute simple extrêmement poignante à la sensualité retenue !
Elisa consacre toute son attention à "Son Homme".
Le ton est délicat, le travail de l'écriture ciselée, épurée, intense, bouleversante, minimale, saisissante, toute en finesse, nimbe le texte d'une beauté lumineuse , met en valeur la fragilité de l'émotion à fleur de peau .
Bonheurs et souffrances sont pleins, entiers, magnifiques, le personnage d'Elisa pétri de candeur, de constante ferveur, de détresse , de dignité , est de ceux que l'on oublie pas ! Une image tendre et inoubliable !
Un ouvrage exigeant, admirable , grave et digne que l'on va longtemps garder en soi !
Acheté sur les conseils de ma libraire Marie , chez "Babel "les poches des "Éditions Actes Sud" .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4319
diablotin0
  09 décembre 2018
Y a-t-il des Amours simples ? des Amours sereins ? des Amours reposants ? je ne sais pas, mais ce qu'il y a de sûr c'est qu'il existe des Amours vrais, sincères, profonds, et c'est cet Amour que Elisa éprouve pour son mari Gilles.
Gilles quant à lui va s'éprendre de Victorine et ne va rien cacher à Elisa sa femme qui va le soutenir, l'aider dans cette relation compliquée.
Encore une histoire banale d'une femme trompée ? oui, certes mais la façon dont Madeleine Bourdouxhe aborde cet adultère est tout à fait particulière.
La souffrance vécue par Elisa est bouleversante , éprouvante. Elisa ne vit que pour Gilles et à travers lui, d'où ce drame lorsqu'elle découvre l'amour de son mari pour une autre et qu'elle en devient la confidente. Elle taira alors son désir si lourd pour lui laisser la place et lui permettre de se confier. Oui c'est dur et sans aucun doute incompréhensible pour certains ou certaines, mais l'Amour qu'Elisa éprouve est un amour "addict" qui l'empêche de vivre en dehors de Gilles. Recevoir ses confidences, ses tourments restent pour Elisa un lien fort qui est préférable à aucun lien.
« La femme de Gilles » est une histoire poignante , tragique que j'ai lue avec beaucoup d'émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442


critiques presse (1)
Actualitte   21 novembre 2016
Une œuvre qui se laisse porter par son temps, par la nature de l’auteur, par le flair remarquable d’un écrivain qui avait tout dit, et très bien, du premier coup.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   14 mai 2022
Elisa attendit un instant. Elle rassembla ses forces. Enfin elle y arriva : courageusement, elle s’assena en plein cœur : « Gilles ne m’aime plus. » Elle chancela. En un grand geste maladroit elle tendit les bras vers Gilles endormi, comme si elle allait lui demander de l’aide. Elle s’arrêta à temps. Non, Elisa, cette fois tu souffriras seule. Pour la première fois tu ne peux demander appui à la tendresse de Gilles, tu dois te défendre comme si tu étais seule au monde. Personne ne peut t’aider… Tu es seule devant la plus grande douleur de ta vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
krzysvancokrzysvanco   12 mai 2022
Elle ne s’exprimait rien, elle faisait défiler les images devant elle : Victorine … puis Gilles … de nouveau Victorine - puis Gilles et Victorine… Et de temps à autre, comme fidèle à un ordre tacite, le mécanisme du souvenir s’arrêtait sur un geste, une attitude, une fin de sourire qui, surpris par un regard inattendu, avait stupidement hésité à fuir. Et de nouveau les images défilaient, rapides et inutiles ou lourdes, confidentielles et brusquement figées, soumises à la minutie de la chercheuse. Victorine… Gilles et Victorine…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
missmolko1missmolko1   05 septembre 2015
Il était a elle cet homme-la.... Et elle l'aimait au point que, tout de même, elle avait bien le droit de le défendre, de le garder, a elle... a elle... Et rien n'y ferait... personne d'autre n'avait le droit... pas même lui de se détacher d'elle... Quoi qu'il arrivât, quoi qu'il fut arrivé, il ne fallait pas faire d’éclat. Seulement veiller, et n'agir qu'en de petits actes subtils, et garder intact cet amour autour de lui, et auquel il reviendrait : elle l'aimait, on n’échappe pas a un tel amour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
ordinary_readerordinary_reader   27 avril 2020
Elle épiait, inquiète, les premières lueurs plus précises, mais rien ne bougeait dans cette pâle clarté. Elle eut l'impression qu'une aide mystérieuse lui venait de l'extérieur et elle bénit cette aube complice qui n'en finissait pas.
Les yeux ouverts sur cette fausse promesse, Élisa s'exerça à souffrir sans pleurer.
Commenter  J’apprécie          230
diablotin0diablotin0   08 décembre 2018
"Pour votre pénitence, vous direz une dizaine de chapelets." Pour votre pénitence ?... Soit, elle réfléchira après. (...) Ce qu'elle attendait c''était une aide pour reconstruire sa vie terrestre... qu'on l'apaisât en lui disant qu'elle avait bien agit jusqu'ici et que dans cette voie elle devait continuer... qu'on la conseillât pour ramener Gilles à elle et pouvoir enfin recréer la vie...
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Madeleine Bourdouxhe (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Madeleine Bourdouxhe
Extrait 3, film "La femme de Gilles", de Frédéric Fonteyne, 2003.
autres livres classés : adultèreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La littérature belge

Quel roman Nicolas Ancion n'a-t-il pas écrit?

Les ours n'ont pas de problèmes de parking
Nous sommes tous des playmobiles
Les Ménapiens dévalent la pente
Quatrième étage

15 questions
59 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre